Menu

Ratio cours / bénéfice (Price Earnings Ratio P/E)

Ratio cours / bénéfice (Price Earnings Ratio P/E)

Le ratio cours/bénéfice, communément appelé ratio P/E ou parfois PER, est le rapport entre le cours de l'action d'une société et son bénéfice par action (BPA).

P/E = Prix par action / BPA

Certains calculent par erreur le ratio P/E comme la capitalisation boursière d'une société (le "prix") par rapport à son revenu net annuel (le "bénéfice") ou à une projection du revenu net à venir (généralement les douze prochains mois).

Mais la capitalisation boursière tient compte de toute nouvelle action qui a été émise.

La capitalisation boursière correspond au nombre actuel d'actions en circulation multiplié par le prix actuel par action, tandis que le ratio P/E reflète le nombre moyen d'actions (sur une certaine période) divisé par le revenu net.

Le ratio P/E est généralement indiqué sur la base des douze derniers mois - P/E de suivi "trailing P/E" - ou sur une base à terme (c'est-à-dire les douze prochains mois) - "forward P/E".

Exemple

Si une société se négocie à 72 € par action et a gagné 4 € par action au cours des douze derniers mois, son ratio P/E est de 72 € divisé par 4 €, soit 18x.

18x représente son P/E de suivi.

Si l'on s'attend à ce que l'entreprise augmente son bénéfice par action de 50 % au cours des douze prochains mois, il s'élèvera à 6 € par action.

Son ratio P/E à terme serait alors de 72 € divisé par 6 €, soit 12 €.

Les marchés sont tournés vers l'avenir et accordent généralement plus d'importance aux mesures prévisionnelles qu'aux mesures rétrospectives.

P/E de suivi vs P/E à terme

Le ratio cours/bénéfice de suivi est généralement la version la plus couramment citée du ratio cours/bénéfice, étant donné qu'il représente les bénéfices qui ont déjà été inscrits dans le compte de résultat de la société.

Ils sont mis à jour trimestriellement, de sorte que quatre trimestres de données sont toujours inclus.

Les ratios cours/bénéfices à terme sont déterminés par les estimations des analystes et reposent sur des projections.

Certaines estimations utilisent les bénéfices d'exploitation. Cela permet d'écarter l'effet des gains ou des pertes ponctuels ou des éléments extraordinaires qui ne sont pas représentatifs des bénéfices tirés des activités normales.

Le ratio cours/bénéfice de suivi est généralement plus élevé que le ratio cours/bénéfice à terme. Cela s'explique par le fait que les bénéfices ont tendance à augmenter avec le temps, ce qui entraîne une hausse de la valeur du dénominateur (les bénéfices) et une baisse du ratio.

Comment interpréter le ratio P/E

Le ratio P/E indique essentiellement à l'investisseur combien de temps il lui faudra pour rembourser son capital en dividendes et en distributions, sur la base de son taux de rendement actuel.

Par exemple, si une action se négocie à un ratio P/E de 20x, cela signifie qu'en 20 ans, elle remboursera le capital de l'investisseur.

Un tel titre pourrait se trader à 100 € par action et rapporter 5 € par action par an. Cela signifie que sur la base de ces 5 € de bénéfice par action, il faudrait 20 ans à l'investisseur pour retrouver son capital.

L'implication est que le ratio P/E contient l'élément du temps, dont les années sont la norme commune.

Les bénéfices des sociétés publiques sont déclarés trimestriellement, mais le BPA implique que l'unité de temps se situe au niveau annuel, sauf indication contraire.

Une mesure de la valeur

Le ratio P/E est une mesure courante de la valeur. Il aide les investisseurs à déterminer comment les actions de diverses sociétés peuvent être évaluées les unes par rapport aux autres.

Les ratios P/E varient également beaucoup d'un secteur à l'autre.

Dans les secteurs à faible croissance, comme les services financiers ou l'industrie, les ratios P/E ont tendance à être plus faibles.

Dans les secteurs à forte croissance comme les technologies, les ratios P/E ont tendance à être plus élevés.

Lorsque des sociétés sont tradées à des P/E très élevés, comme 50x ou 100x ou plus, cela signifie généralement que le marché s'attend à ce qu'elles gagnent beaucoup plus dans cinq ans ou plus pour justifier cette évaluation.

D'un autre côté, un ratio P/E à un chiffre (c'est-à-dire 10 fois ou moins) ne signifie pas nécessairement que l'action est bon marché.

Cela peut signifier que la société est considérée comme étant en déclin séculaire et qu'elle connaît une croissance et/ou des bénéfices négatifs qui ne sont pas viables à l'avenir.

Certains investisseurs dépendent du ratio P/E comme mesure de la valeur et s'appuient sur ce ratio pour acheter des actions à un prix jugé avantageux.

D'autres n'accordent que peu d'importance à cette mesure. Toutes les attentes du marché sont déjà intégrées dans le prix.

Si les actions à ratio P/E élevé peuvent être de meilleures entreprises, elles ont également tendance à être plus chères. Cela implique que leurs rendements futurs peuvent être inférieurs en conséquence.

Comme dans les paris sportifs, il est assez facile de faire des prédictions sur les équipes qui seront supérieures aux autres. Mais il n'est pas facile de convertir ces connaissances en paris gagnants, car leurs prix reflètent tout ce que l'on sait actuellement.

De même, il n'est pas facile d'acheter des actions à faible ratio cours/bénéfice et de vendre (ou de vendre à découvert) des actions à fort ratio cours/bénéfice et d'en sortir gagnant par rapport à un indice de référence représentatif.

Le ratio P/E reflète également un horizon temporel limité. Les flux de trésorerie des actions sont théoriquement perpétuels, de sorte que l'influence des attentes futures à long terme se répercute sur le cours de l'action.

Le ratio P/E ne reflète que l'historique des bénéfices de l'année écoulée par rapport au cours actuel de l'action ou une estimation des projections de bénéfices pour l'année à venir. Mais les marchés actualisent toujours la croissance et le risque plusieurs années ou décennies à l'avance.

Le P/E comme mesure du rendement des bénéfices

L'inverse du P/E représente le rendement des bénéfices d'une société. Si le P/E d'une société est de 20x, l'inverse de ce nombre - 1 divisé par 20 - est le rendement des bénéfices, soit 5 %.

L'investisseur pourrait interpréter ce chiffre comme un investissement générant un rendement de 5 % par an.

Il faut bien sûr prendre en compte les questions liées au risque, à la croissance et à la stabilité des bénéfices.

S'il peut falloir 20 ans pour que les bénéfices couvrent le prix, il est peu probable que les bénéfices restent constants dans le temps.

Ratio P/E pour l'ensemble de l'indice

Nous pouvons également examiner le P/E non pas au niveau du titre individuel, mais au niveau de l'indice.

Le S&P 500 est un indice pondéré par la capitalisation boursière. Les prix de chaque composant individuel s'additionnent pour former la valeur totale de l'indice.

Par exemple, si le S&P 500 gagne 140 et que le prix de l'indice est de 3 473, le P/E est de 3 473 divisé par 140, soit un peu plus de 4 %.

Nous pouvons également comparer avec d'autres classes d'actifs et examiner les primes de risque ("PR") entre elles :

P/E prime de risque des rendements d'actifs à terme

Quel est le ratio P/E d'une société dont les bénéfices sont négatifs ?

Techniquement, le ratio P/E d'une société peut être négatif, mais il est généralement exprimé comme "non disponible ou N/A" si ses bénéfices sont nuls ou négatifs.

Ratios P/E historiques

Le ratio cours/bénéfice moyen des sociétés publiques américaines varie généralement entre 10 et 20 fois depuis le début du XXe siècle, la moyenne se situant quelque part au milieu.

Les taux P/E varient en fonction de l'impôt sur les plus-values, des coûts de transaction et des prix des investissements concurrents.

Lorsque les liquidités et les obligations sûres offrent des rendements plus élevés, un plus grand nombre d'investisseurs sont attirés par ces actifs sûrs par rapport aux actions plus risquées, ce qui comprime le ratio cours/bénéfice.

De même, lorsque les liquidités et les obligations offrent des rendements faibles, davantage d'investisseurs se tournent vers les actions en raison de rendements insuffisants ailleurs. Cela augmente leur prix par rapport à leurs bénéfices, ce qui fait grimper les multiples P/E.

Ils peuvent parfois atteindre des niveaux extrêmement bas ou élevés en fonction de l'économie et des autres conditions du marché.

Aux États-Unis, les ratios P/E des actions ont atteint un minimum de 4,8 en décembre 2020 pendant la récession de 1920-21 et un maximum de 44,2 en décembre 1999, près du sommet de la bulle technologique.

Bien que les ratios de 10 à 20 aient été considérés comme une fourchette normale, ce qui est durable dépend de la croissance économique, des taux d'imposition et des prix des autres investissements en relation.

De nombreux universitaires et investisseurs ont noté la corrélation inverse entre les ratios P/E élevés et les faibles rendements à terme des investissements.

Ratios P/E initiaux par rapport aux rendements sur 10 ans

Ratios P/E initiaux par rapport aux rendements sur 10 ans

Il montre qu'une fois que les ratios P/E dépassent la barre des 25x, les rendements à terme sur 10 ans sont en moyenne un peu inférieurs à zéro.

Lorsqu'ils sont inférieurs à 15x, les dix années suivantes enregistrent souvent des rendements annualisés de 10 % ou plus.

L'idée générale est la suivante : "acheter bas, vendre haut". Mais cela est plus difficile à réaliser dans la pratique.

Les marchés sont généralement à la hausse lorsque tous les acheteurs disponibles sont sur la touche et que la banque centrale retire des liquidités du système financier (généralement en raison du resserrement de la monnaie et du crédit dû à la hausse des taux d'intérêt).

Les marchés sont également au plus bas lorsque les gens doivent vendre des actifs pour faire face à leurs paiements et qu'un grand nombre d'actions, d'obligations et d'autres titres financiers sont à vendre.

Les banques centrales interviennent pour injecter davantage d'argent et de crédit dans le système en abaissant les taux d'intérêt à court terme et, si nécessaire, les taux d'intérêt à long terme, en créant de l'argent et en achetant des actifs financiers.

Le ratio P/E et son utilisation au sein des équipes de direction

Les équipes de direction sont souvent rémunérées en actions ou en options sur actions de leur entreprise. Cela permet d'aligner les intérêts de ceux qui dirigent l'entreprise, ou des dirigeants au sein de l'entreprise, avec ceux des autres actionnaires.

En général, le cours de l'action peut augmenter si l'entreprise gagne plus ou si elle atteint un multiple plus élevé (c'est-à-dire un ratio P/E plus élevé).

Un ratio P/E plus élevé peut être obtenu grâce à des taux de croissance futurs plus élevés, ou en créant la perception que la société va croître davantage à l'avenir. Il peut également être obtenu par des taux de rendement inférieurs sur d'autres investissements comme les liquidités et les obligations, ce qui incite davantage d'investisseurs à se tourner vers les actions.

Par conséquent, les dirigeants veulent augmenter le bénéfice par action dans le présent tout en améliorant les taux de croissance dans le futur.

Cela pourrait amener la direction à prendre les mesures suivantes

i) Trouver des moyens de rendre les bénéfices plus stables dans le temps. Les investisseurs récompensent généralement une plus grande fiabilité des bénéfices (et/ou des bénéfices plus élevés) par un prix plus élevé de l'action.

Les équipes de direction peuvent envisager de diversifier le risque en créant de multiples sources de revenus et des unités commerciales supplémentaires.

Par exemple, une société pétrolière et gazière peut choisir d'avoir des unités en amont (exploration et production) et en aval (raffinage). Celles qui se consacrent à l'exploration et à la production profitent généralement de la hausse des prix du pétrole, car leur activité consiste à vendre du pétrole. Les raffineries, qui achètent le pétrole, ont tendance à profiter de la baisse des prix du pétrole.

ii) La direction peut vouloir acquérir une branche à forte croissance pour son entreprise. Cela peut signifier l'achat d'une société dont le ratio P/E est plus élevé.

Cela peut également contribuer à amener le marché à réévaluer positivement l'entreprise avec un multiple de croissance plus élevé.

iii) Les sociétés qui utilisent leurs propres actions pour acheter des sociétés à forte croissance peuvent être confrontées à une dilution du cours de leurs actions en raison de la manière dont fonctionne le calcul du bénéfice par action.

Cela peut faire chuter le cours de l'action, car les investisseurs préfèrent ne pas participer à des opérations qui sont dilutives. Cela implique l'émission d'actions en excès des bénéfices qu'ils acquièrent.

Par conséquent, le financement en espèces ou par emprunt peut être préféré pour l'acquisition de sociétés à forte croissance. Cela permet d'augmenter les bénéfices tout en maintenant le nombre d'actions, et donc d'augmenter le BPA.

iv) Les entreprises dont le ratio P/E est plus faible peuvent choisir de s'endetter davantage au lieu d'acquérir des actions.

La dette est moins chère que les capitaux propres, étant donné la priorité de la dette dans la structure du capital d'une entreprise, et elle ne dilue pas la propriété.

Un ratio dette/capitaux propres plus élevé peut contribuer à améliorer le cours de l'action en maintenant le bénéfice par action à un niveau supérieur à celui qu'il aurait atteint autrement.

Cela suppose, bien entendu, que la dette accumulée au bilan n'engendre pas de tensions susceptibles de nuire au cours de l'action.

En dehors de la composante d'ingénierie financière, la dette est aussi, bien sûr, synonyme de pouvoir d'achat. Il peut donc être utilisé pour réaliser des investissements qui augmentent les bénéfices.

v) Les entreprises peuvent choisir de faire état d'une plus grande stabilité des bénéfices en établissant leurs rapports financiers et leur comptabilité d'une certaine manière.

Elles peuvent choisir de reporter certains revenus sur un trimestre et de reporter les dépenses sur un trimestre ultérieur lors des trimestres "creux". Elle peut aussi reporter les recettes sur les trimestres suivants ou reporter certaines dépenses sur les trimestres "favorables".

Cela peut contribuer à lisser les bénéfices dans le temps tout en les faisant croître. Les investisseurs récompensent la fiabilité et la croissance.

Le ratio P/E et sa pertinence aujourd'hui

Les ratios P/E des actions des marchés développés sont plus élevés qu'ils ne le sont normalement.

Nous sommes dans un monde de taux d'intérêt nuls et le resterons pendant un certain temps. Il s'agit du thème le plus important qui régit actuellement les marchés financiers et qui a des implications importantes pour la construction des portefeuilles et la façon de penser les valorisations.

Dans le monde développé, les taux d'intérêt au comptant sont nuls pratiquement partout. Dans certains endroits (par exemple, dans les pays développés d'Europe et au Japon), ils sont négatifs. Aux États-Unis, certaines parties de la courbe sont brièvement devenues négatives, anticipant que les États-Unis pourraient être contraints de suivre cette voie également, bien que la Réserve fédérale soit susceptible d'utiliser d'autres outils.

Lorsque les taux au comptant sont bas, les taux obligataires ont tendance à baisser avec eux.

Les banques centrales ont également fait pression sur les taux d'intérêt à plus long terme (c'est-à-dire ceux associés aux obligations) pour qu'ils soient très proches de zéro ou inférieurs à zéro afin de fournir une aide supplémentaire à l'économie.

Lorsque tout le reste est à faible rendement, les actions se plient également à ce type de rendement.

Par extension, cela signifie que nous sommes dans une période où les rendements à terme de pratiquement tous les actifs financiers seront faibles dans l'ensemble. Il y aura des gagnants et des perdants au sein des classes d'actifs, mais il est difficile de les prévoir, car l'ensemble des éléments connus sont déjà pris en compte.

Bien que ce soutien des banques centrales soit nécessaire, il rend les marchés sensibles à une surévaluation persistante, que vous verrez sous la forme de ratios P/E élevés.

Les rendements à terme sont plus faibles, mais les risques restent les mêmes ou sont d'une certaine manière plus élevés.

Le rendement des actions est plus difficile à déterminer par rapport aux liquidités et aux obligations, car elles ne sont pas assorties de taux annoncés.

Avec les titres à revenu fixe, vous connaissez toujours le rendement. Le seul cas où ce rendement diffère de celui qui est toujours publié est celui où l'émetteur fait défaut.

Les actions transmettent la propriété d'une entreprise qui représente les liquidités disponibles pour les actionnaires après que tous les autres aient été payés.

Les actions sont des instruments de flux de trésorerie perpétuels.

Alors que le P/E permet d'obtenir les bénéfices des douze derniers mois ou d'estimer les douze prochains mois pour obtenir un rendement des bénéfices, ce niveau de bénéfices fluctue dans le temps.

Leur durée plus longue et l'incertitude des flux de trésorerie futurs rendent leur volatilité structurelle plus élevée.

Ce que nous savons, c'est que les actions, au cours des 50 dernières années environ, ont eu un rendement annuel supplémentaire de 3,2 % par rapport aux obligations du Trésor à 10 ans.

Actifs du portefeuille

Nom CAGR Stdev Meilleure année Pire année Max. Drawdown Ratio de Sharpe
Marché boursier américain 10.39% 15.60% 37.82% -37.04% -50.89% 0.42
Obligations à 10 ans 7.21% 8.03% 39.57% -10.17% -15.76% 0.34
Liquidités 4.69% 1.01% 15.29% 0.03% 0.00% N/A

Ainsi, si les "actifs sûrs" de moyenne durée rapportent 50 points de base ou moins, le taux d'actualisation est très faible, voire nul, par rapport au rendement sans risque.

En conséquence, s'il n'y a pas de taux d'actualisation - c'est-à-dire le taux à partir duquel la valeur actuelle des flux de trésorerie futurs peut être calculée pour obtenir la valeur fondamentale d'une action - il ne reste que la prime de risque (traditionnellement de l'ordre de 3 %).

Si une obligation à 10 ans rapporte 50 points et que la prime de risque est de 3,2 %, le taux d'actualisation devient environ 3,7 %.

L'inverse de ces 3,7 % représente le ratio cours-bénéfice, soit environ 27x.

C'est bien plus que les 10x à 20x que nous avons vus et auxquels nous sommes habitués historiquement.

Si le rendement des obligations à 10 ans tombe à zéro pour cent, comme c'est le cas au Japon et dans de nombreux pays européens développés, et que la recherche de rendement commence à faire baisser la prime de risque également, le ratio cours/bénéfice peut être encore plus gonflé.

Si la prime de risque est de 2,5 % et que le point de référence sans risque à 10 ans est de zéro, alors le ratio P/E du marché devient 40x (un divisé par 2,5 %).

Les notions traditionnelles de valeur ne sont plus de mise

Cela signifie que les indications traditionnelles de valeur, comme les ratios P/E de 10 à 20 fois auxquels les investisseurs se sont habitués, sont des extrapolations d'un environnement antérieur dans lequel les rendements des actifs plus sûrs étaient beaucoup plus élevés.

Au cours des cinquante dernières années, les liquidités ont rapporté entre 4 et 5 % aux États-Unis. Il est désormais nul dans l'ensemble du monde développé. Les rendements des obligations à dix ans ont atteint en moyenne un peu plus de 7 % au cours de cette même période. Ils sont également très proches de zéro aujourd'hui.

Les actions rapportent un peu plus de 10 %, nous devrions donc nous attendre à ce que ces rendements baissent également de manière significative.

Ces rendements annualisés de plus de 10 % ont été obtenus grâce à

  • Une inflation plus élevée
  • Des taux de productivité plus élevés
  • Une croissance démographique plus forte (y compris l'arrivée de plus de femmes sur le marché du travail)
  • Un énorme effet d'entraînement des taux d'intérêt au cours des 40 dernières années, les taux obligataires à 10 ans étant passés de 15 % à environ zéro.

Taux d'échéance constant du Trésor à 10 ans

Aucun de ces facteurs n'est reproductible, même si nous pouvons potentiellement obtenir une inflation plus élevée.

Une inflation plus élevée peut rendre les rendements des actifs élevés en termes nominaux, mais des rendements réels élevés ne sont plus très probables. En d'autres termes, les investisseurs peuvent encore obtenir des rendements décents en détenant certaines actions, mais ces rendements ne sont pas susceptibles de véhiculer des quantités importantes de pouvoir d'achat réel plus élevé comme par le passé.

Par exemple, dans un environnement où le rendement des liquidités était de 5 %, les obligations sûres de moyenne durée auraient pu vous rapporter 7 %, et les actions auraient généralement rapporté environ 10 % (10x P/E). Cela correspondrait aux primes de risque habituelles.

Mais si les liquidités et les obligations ont maintenant des rendements nuls, et que les actions conservent la même prime de ~3% par rapport aux obligations, votre P/E est maintenant 3x à 4x plus élevé que les moyennes observées au cours des 50 dernières années environ.

Cela signifie, par exemple, qu'une entreprise dont la capitalisation boursière est de 50 milliards de dollars peut espérer gagner environ 5 milliards de dollars par an. Un rendement de 10 % sur l'ensemble du marché des actions correspondrait à un ratio P/E de 10x.

Maintenant, avec ces 5 milliards de dollars de bénéfices actualisés à un multiple de bénéfices plus élevé, compte tenu des taux d'intérêt nuls et conformément à la prime de risque historique des actions par rapport aux obligations sûres, elle pourrait être évaluée comme une société de 150 à 200 milliards de dollars.

Il s'agit d'une conséquence directe des banques centrales qui injectent davantage de liquidités dans le système financier (par exemple, taux d'intérêt nuls, programmes d'achat d'actifs, programmes spéciaux de crédit et de liquidité).

L'objectif direct des programmes d'achat d'actifs est de réduire les écarts de rendement des actifs de longue durée afin d'encourager les prêts et de pousser les investisseurs vers des actifs plus risqués, ce qui contribue à créer un "effet de richesse". Cela réduit leurs rendements à terme, à la fois en termes absolus et par rapport à d'autres actifs.

Mais cela crée également plus de risques en diminuant les rendements par rapport aux risques, aux dépréciations de devises qui accompagnent les taux d'intérêt nuls et la nécessité d'imprimer beaucoup de monnaie, à un effet de levier plus important et au potentiel de développement de bulles d'actifs.

Tous les actifs sont en concurrence les uns avec les autres pour attirer le capital des investisseurs.

Une fois que les autres actifs sont surenchéris, les autres semblent plus attractifs en termes relatifs, même si leurs rendements en termes absolus sont moins bons.

Pendant la majeure partie de la période post-2008, les actifs financiers n'ont pas semblé attrayants en termes de rendements absolus, même s'ils n'ont pas atteint des niveaux extrêmement élevés par rapport aux liquidités.

Même si les rendements à terme des actions sont d'environ 3 % sur les marchés développés et que leur prix est fixé à des multiples de bénéfices de 30 fois ou plus, au lieu des ratios P/E de 8 à 20 fois de l'histoire récente, les risques sont en fait plus élevés.

La faible croissance de la productivité et le vieillissement des populations maintiendront les rendements réels à un faible niveau à l'avenir.

Si l'on se base sur les études précédentes montrant que les ratios P/E de 25x ou plus donnent lieu à des rendements décennaux à terme d'environ zéro, il est probable que ce sera également le cas, en particulier si l'on parle de rendements réels.

Lorsque les rendements des actifs plus risqués ou à duration plus élevée se rapprochent de zéro, il n'est de plus en plus judicieux de les détenir, surtout de manière concentrée.

Par exemple, si le rendement à 10 ans est de 50 points de base, que votre avantage est que le rendement descend à moins 1 % et que votre inconvénient est une normalisation des taux réels plus un taux d'inflation de 4 %, votre risque est environ 3 fois supérieur à votre récompense potentielle.

Et si les actions ne rapportent qu'environ 3 % à l'avenir ou 30 fois les bénéfices ou plus, ce type de rendement peut facilement être effacé en un jour ou deux.

Le P/E comme moyen de déterminer la durabilité

Les investisseurs peuvent mesurer la durée estimée des actifs qu'ils possèdent et l'incidence d'un modeste resserrement de la politique monétaire sur leur prix.

Lorsque les ratios P/E augmentent, cela les rend également plus sensibles aux variations des taux d'intérêt car leurs durées s'allongent.

Par exemple, si un actif a un rendement à terme de trois pour cent et qu'il s'agit d'un instrument à flux de trésorerie perpétuel (c'est-à-dire une action), cela signifie que son multiple de bénéfice est l'inverse de ce chiffre, soit 33x.

Cela signifie qu'une hausse de 1 % des taux pourrait potentiellement réduire la valeur de l'actif d'un tiers, toutes choses égales par ailleurs, en multipliant ce 1 % par la durée effective de l'actif.

Conclusion

Le ratio cours/bénéfice (ratio P/E) se rapporte au cours de l'action d'une société par rapport à son bénéfice par action (BPA).

Un ratio P/E plus élevé peut signifier que les investisseurs s'attendent à des taux de croissance élevés à l'avenir. Certains investisseurs peuvent également l'interpréter comme un signe de surévaluation.

Une société qui n'a pas de bénéfices ou des bénéfices négatifs ne se voit généralement pas attribuer de ratio P/E, car le ratio ne transmet pas d'informations significatives si le dénominateur est nul ou négatif.

L'exception est lorsqu'une société sans bénéfice ou à bénéfice négatif devrait réaliser un bénéfice net au cours des douze prochains mois. Dans ce cas, la société n'aura pas de ratio P/E de suivi (historique des bénéfices des douze derniers mois) mais aura un ratio P/E à terme positif.

Des taux d'intérêt plus faibles sont corrélés à des ratios P/E plus élevés, car la valeur actuelle des flux de trésorerie est actualisée à un taux plus faible (en supposant que la prime de risque n'augmente pas pour compenser).

Lorsque les taux d'intérêt (c'est-à-dire les rendements) des liquidités et des obligations baissent, les rendements à terme des actions baissent également par le biais de l'augmentation de leurs prix.

Le rendement des bénéfices d'une action - mesuré sur l'année écoulée (ratio P/E de suivi) ou sur l'année à venir (ratio P/E à terme) - est représenté par l'inverse du ratio P/E.

Comparatif des courtiers en bourse

CourtiersSupports financiersFrais de courtage
Actions Euronext
Notre avis
Compte TitresFrais de gestion externes : 1€ par transaction
Frais de change : 0.25%
DEGIRO : Frais de courtage les moins chers du marché sur plus de 50 places boursières, mais pas de PEA
Compte Titres, compte sur margePas de commissions pour un volume mensuel maximum de 100 000 EUR puis 0,20%XTB : Trading sans commissions, mais avec un choix de titres limité à 3000 actions et 16 ETF. Compte démo gratuit pour tester la plateforme.
Compte Titres, PEA, PEA-PME, banque en ligne0.10% à 0.20% selon le profilService complet avec toutes les options d'une banque en ligne
Compte Titres1€ par ordre / 0€ pour les ordres exécutés en fin de journéeBux Zero offre un service d'investissement compétitif, mais exclusivement sur mobile. Il s'adresse donc aux investisseurs débutants. Recevez une action gratuite.
Compte Titres1€ par ordreTrade Republic est accessible à tous les investisseurs avec une application mobile élégante et aucun dépôt minimum. Toutefois, l'accent mis sur le trading mobile limite les outils d'analyse.
Compte Titres uniquement pour les actions américaines, cryptomonnaies, or et argent

Plan Standard : 1 transaction gratuite
Plan Plus : 3 transactions gratuites
Plan Premium : 5 transactions gratuites
Plan Metal : toutes les transactions gratuites
Droits de garde annuels 0,12 %

Revolut : La plateforme exclusivement sur mobile limite les outils d'analyse et n'est donc pas adaptée aux traders expérimentés.
Investir comporte des risques de perte