Menu

Nouvelle-Zélande : réglementation du marché des changes et des brokers

brokers en Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande est un pays politiquement et économiquement stable, avec une population actuelle de 4,9 millions d'habitants et un produit intérieur brut (PIB) de 212 milliards de dollars US en 2020. L'économie du pays est basée sur les principes du marché libre. La Nouvelle-Zélande possède des secteurs manufacturiers, touristiques et de services bien développés qui complètent le secteur agricole de premier plan.

Le pays du long nuage blanc, comme l'a surnommé la population indigène maorie, est célèbre pour ses paysages spectaculaires qui ont servi de toile de fond à des films épiques comme ceux de la trilogie du Seigneur des anneaux. En plus d'être la patrie de Frodon Sacquet, le pays est un acteur important sur le marché des changes.

Comme son économie repose principalement sur les exportations de matières premières et de produits agricoles, les performances économiques globales de la Nouvelle-Zélande dépendent étroitement des prix des matières premières. Le montant payé pour les exportations de cette région augmente parallèlement à la hausse des prix des matières premières, ce qui aide le pays à générer un PIB plus élevé. Ce dernier est un indicateur fort de bonnes performances économiques et, à ce titre, peut conduire à l'appréciation de la monnaie locale, le dollar néo-zélandais (NZD).

La Nouvelle-Zélande peut actuellement se targuer d'avoir un secteur du trading Forex florissant et réglementé, mais cela n'a pas toujours été le cas. Le marché local des changes a été fortement touché par les innombrables fraudes financières dont le pays a été témoin au début des années 2000.

Le cadre réglementaire financier du pays était plutôt inadéquat à l'époque pour lutter contre les escroqueries financières. Tout cela a changé en mai 2011 lorsque le gouvernement néo-zélandais a remédié à ses lacunes en introduisant un tout nouvel organisme de réglementation qui s'est avéré beaucoup plus efficace pour superviser le marché des changes local.

Législation néo-zélandaise sur le Forex

Les opérations de change sont tout à fait légales au pays du long nuage blanc. Les brokers opérant dans ce pays insulaire sont réglementés par l'autorité de surveillance locale, la Financial Markets Authority (FMA). Les brokers doivent obtenir l'autorisation de cette entité avant de pouvoir commencer à offrir des services légaux aux traders de cette juridiction.

Les sociétés de courtage enregistrées auprès de la FMA font l'objet d'une surveillance constante de la part de l'organisme de contrôle afin de s'assurer qu'elles mènent leurs activités de manière légitime, transparente et responsable. Ceux qui ne respectent pas les directives réglementaires strictes du pays s'exposent à diverses sanctions, notamment des amendes et le retrait de leur licence. Les traders peuvent vérifier si une société de courtage donnée est autorisée localement ou non en consultant le registre officiel de la FMA.

Les investisseurs néo-zélandais peuvent négocier en toute légalité une variété d'instruments financiers, notamment des paires de devises, des actions, des produits de base mous et durs. La spéculation sur les mouvements de prix par l'achat de contrats sur différence (CFD) est également autorisée par les lois de cette juridiction. Il est possible d'acheter légalement des CFD pour divers instruments, notamment le Forex, les matières premières, les indices ou les actions.

Il n'est pas nécessaire d'acheter les actifs sous-jacents pour investir avec des CFD. Il s'agit d'un instrument à effet de levier, qui permet aux clients des brokers d'investir avec un capital supérieur à celui qu'ils ont initialement investi. L'effet de levier peut augmenter considérablement leurs gains ou leurs pertes, ce qui fait des CFD un instrument très volatil.

Contrairement à d'autres pays comme l'Australie et le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande n'a pas encore introduit de restrictions spécifiques sur l'effet de levier maximal que les émetteurs de produits dérivés peuvent offrir aux traders locaux.

Après de nombreuses plaintes de traders particuliers perdants, la FMA a annoncé en 2017 que les entreprises doivent acquérir des licences locales de produits dérivés avant de pouvoir proposer légalement des produits à effet de levier à court terme réglés dans les trois jours aux clients basés en Nouvelle-Zélande.

La nouvelle exigence est entrée en vigueur en décembre 2017 et s'applique à tous les brokers, qu'ils soient basés dans le pays ou à l'étranger. L'autorité de régulation n'a toutefois pas mentionné de restrictions sur l'effet de levier ou les bonus. La FMA a seulement précisé que les contrats Forex au comptant standard sont exemptés du respect de ces règles.

Le trading d'options binaires est également légal et réglementé par la FMA. Pour obtenir une licence, les brokers d'options binaires doivent remplir des conditions spécifiques. Par exemple, ils doivent disposer de bureaux physiques dans le pays et protéger les fonds de leurs clients en les stockant dans des comptes distincts. Les brokers titulaires d'une licence doivent procéder à des évaluations internes de leurs niveaux de conformité et fournir des rapports à l'autorité de réglementation afin qu'elle puisse procéder à sa propre évaluation.

Régulateurs financiers en Nouvelle-Zélande

Il existe plusieurs organismes de réglementation financière en Nouvelle-Zélande, à commencer par la Financial Markets Authority (FMA), responsable de la surveillance, de l'octroi de licences et de la pénalisation des sociétés de courtage de devises qui servent les traders du pays.

La FMA a été mise en place en mai 2010 par l'ancien ministre du commerce, Simon Power, après de sévères critiques publiques concernant les échecs et l'incompétence de l'organisme de réglementation aujourd'hui dissous, la Securities Commission of New Zealand. L'un des principaux objectifs de la FMA est de favoriser le développement de marchés financiers transparents, sûrs et efficaces.

Cette autorité veille à ce que tous les brokers forex de Nouvelle-Zélande adhèrent à ses directives réglementaires strictes. Ceux qui ne s'y conforment pas sont pénalisés par le régulateur, généralement par des amendes ou une révocation de licence dans les cas les plus graves.

La FMA sert également d'intermédiaire en cas de litige et effectue des audits réguliers des brokers réglementés localement. L'un des inconvénients du trading dans cette juridiction provient de l'absence de systèmes de compensation des investissements pour protéger les traders néo-zélandais contre une éventuelle liquidation des maisons de courtage.

Tous les prestataires de services financiers, y compris les brokers et les cambistes, doivent être inscrits au registre des prestataires de services financiers (FSPR). Enfin, il y a l'organisation Financial Services Complaints, ou FSCL, où tant les brokers que les traders locaux peuvent déposer des documents pour faire des plaintes, des réclamations et des suggestions.

Il s'agit d'un système indépendant de résolution des litiges qui a reçu le feu vert de la loi de 2008 sur les prestataires de services financiers (enregistrement et résolution des litiges). Le FSCL traite toutes sortes de plaintes liées aux services financiers, notamment les opérations de change, les services de cartes, les assurances et les transferts d'argent.

Méthodes de paiement en Nouvelle-Zélande

De nombreux brokers qui acceptent les clients de Nouvelle-Zélande leur permettent d'effectuer des paiements dans leur monnaie locale, le NZD. En ce qui concerne les méthodes bancaires prises en charge, les traders du pays peuvent généralement approvisionner leurs comptes en direct avec Visa, Mastercard ou Maestro.

Les virements bancaires internationaux et nationaux constituent une alternative pour les Kiwis qui répugnent à utiliser leurs cartes pour leurs activités de trading en ligne. Les virements bancaires ne conviennent pas aux traders qui insistent sur l'efficacité du temps car ils nécessitent plusieurs jours ouvrables pour être effectués.

Tous les principaux brokers favorables à la Nouvelle-Zélande prennent en charge les paiements par portefeuilles numériques, tels que Skrill, PayPal et Neteller. Les traders doivent transférer de l'argent vers le solde de leur portefeuille virtuel, généralement à partir de leur compte bancaire ou de leur carte de crédit ou de débit. Cela leur permet d'effectuer des dépôts confidentiels et hautement sécurisés directement sur la plateforme du portefeuille numérique.

Une méthode particulièrement populaire parmi les traders de Nouvelle-Zélande est POLi. Cette solution de paiement permet aux Kiwis de recharger leur solde de trading directement via les plateformes bancaires en ligne de leurs banques.

POLi joue uniquement le rôle de médiateur entre les parties impliquées dans la transaction. Il facilite les transferts d'argent rapides et totalement sécurisés sans que les traders aient à passer par un processus d'enregistrement. Les transactions ont lieu en temps réel, ce qui fait de POLi une solution de dépôt incroyablement efficace en termes de temps.

Il convient de mentionner que les Kiwis souhaitant utiliser POLi doivent détenir un compte auprès de l'une de ses banques associées en Nouvelle-Zélande. Il s'agit de Kiwibank, TSB Bank, Westpac, la Banque de Nouvelle-Zélande, ANZ Bank et ASB Bank.

Avant d'effectuer un dépôt, les traders néo-zélandais doivent vérifier les exigences de dépôt minimum de la société de courtage qu'ils ont choisie. L'ouverture d'un compte réel nécessite un dépôt d'au moins 100 $ dans de nombreux cas. Chaque brokers a ses propres recommandations sur le capital minimum requis pour commencer à négocier. La plupart des traders particuliers du pays investissent entre 1 000 et 100 000 dollars sur les marchés des changes.

La marge est un autre élément important à prendre en compte. Il s'agit du montant minimum qu'un trader doit avoir sur son compte réel avant de pouvoir ouvrir une nouvelle position. La différence entre le solde disponible du compte et la valeur totale de la transaction est "empruntée" au broker.

Si les capitaux propres du compte tombent en dessous de la marge requise prescrite par le broker, le trader reçoit un appel de marge. Dans ce cas, il doit soit remplir son solde avec des fonds suffisants, soit liquider ses positions ouvertes pour rétablir les capitaux propres du compte à un niveau acceptable.

Logiciels de trading populaires en Nouvelle-Zélande

Les brokers offrent à leurs clients un mélange de logiciels propriétaires et de logiciels tiers. Un bon broker néo-zélandais donnera aux traders locaux la possibilité de tester sa plateforme en mode démo avant de s'aventurer à investir de l'argent réel.

La plateforme doit être suffisamment intuitive et dotée de diverses fonctionnalités supplémentaires que les traders peuvent utiliser pour l'analyse technique et le test de stratégies, comme des graphiques personnalisables avec des indicateurs techniques, des échéances multiples et des objets graphiques qui peuvent être imposés sur les graphiques.

Certaines plateformes propriétaires prennent en charge le copy trading, qui permet aux clients de copier les positions de certains investisseurs expérimentés. L'ensemble du processus est automatisé. Le logiciel lie une partie des fonds du trader copieur au compte de la personne qu'il copie.

Ainsi, les actions du trader copié sont exécutées sur le compte du trader copieur, y compris l'ouverture/la fermeture d'une position et la définition d'ordres Stop Loss/Take Profit. Les traders copiés réalisent généralement des bénéfices supplémentaires à mesure que d'autres personnes les suivent et copient leurs transactions.

Deux des plateformes tierces les plus populaires sont celles développées par MetaQuotes et Spotware Systems. MetaQuotes est la société à l'origine du développement de la plateforme de trading la plus populaire au monde, MetaTrader 4 (MT4).

Lancée en 2005, MT4 est rapidement devenue la plateforme préférée des traders débutants et chevronnés du monde entier, en grande partie grâce à sa conception intuitive. La plateforme a été conçue spécifiquement pour les opérations de change.

Nombreux sont ceux qui continuent de l'utiliser à ce jour, malgré son interface légèrement dépassée. MetaTrader 4 propose également diverses fonctionnalités intéressantes pour les traders expérimentés, notamment 9 horizons temporels, un système de messagerie intégré, un testeur de stratégie à un seul niveau, des opérations de couverture, 31 objets graphiques et 30 indicateurs techniques. La plateforme prend également en charge le hedging pour un meilleur contrôle des risques.

Les traders kiwis qui recherchent davantage de fonctionnalités et d'instruments devraient s'inscrire auprès de courtiers qui mettent en œuvre la nouvelle version du logiciel MetaQuotes, MetaTrader 5. Ce logiciel permet d'investir sur le Forex, les actions, les options, les matières premières, les obligations et les contrats à terme. Vous disposez d'un nombre illimité de symboles, d'un testeur de stratégies à trajets multiples, de 21 horizons temporels, de 44 objets graphiques, de 38 indicateurs techniques, d'un système de messagerie avec pièces jointes et d'un calendrier économique.

L'outil de profondeur de marché vous indique le nombre d'ordres d'achat et de vente ouverts pour une devise ou un titre spécifique à différents prix. Cet outil mesure concrètement l'offre et la demande pour différents titres et devises.

Certains brokers ECN qui desservent le marché néo-zélandais préfèrent utiliser la plateforme cTrader de Spotware Systems. Il s'agit d'une plateforme plus moderne qui se distingue par un design attrayant, ce qui est très important si l'on considère que certains traders passent des heures à regarder des graphiques et à analyser les tendances du marché. La plateforme est dotée de divers outils graphiques et prend en charge le copy trading.

Trading mobile en Nouvelle-Zélande

Avec 81 % de la population du pays possédant un smartphone, les Néo-Zélandais semblent utiliser les appareils mobiles pour la navigation en ligne au moins aussi souvent que les ordinateurs de bureau. En outre, le pays affiche un débit 4G moyen d'environ 18,7 Mbps, ce qui le place en 17e position à l'échelle mondiale, selon une enquête menée par la société d'analyse mobile Opensignal.

Les Kiwis qui cherchent à exécuter leurs transactions en déplacement doivent garder à l'esprit que le trading mobile nécessite une connexion fiable et stable. La plupart des brokers forex qui desservent le marché néo-zélandais proposent des applications pour les deux systèmes d'exploitation mobiles les plus utilisés, Android et iOS.

L'application que vous choisissez doit répondre à vos préférences et à vos objectifs en tant que trader. Les traders expérimentés ont tendance à préférer les applications rapides et fiables qui proposent des outils analytiques et graphiques avancés. Les Kiwis qui débutent dans le trading ont généralement tendance à se tourner vers des applications accessibles et faciles à utiliser qui leur donnent des conseils sur la façon d'exécuter des transactions réussies.

En substance, les applications reflètent l'expérience vécue sur le bureau. Les traders peuvent créer des comptes de démonstration où ils peuvent s'exercer et améliorer leurs connaissances sans aucun risque. Les comptes de démonstration conviennent également aux utilisateurs mobiles qui souhaitent tester de nouvelles stratégies à la volée.

Parmi les autres fonctionnalités importantes prises en charge par les applications de la plupart des brokers favorables à la Nouvelle-Zélande, citons plusieurs types de graphiques, des listes de surveillance personnalisables, des outils de dessin et de nombreux indicateurs pour l'analyse technique. Les fonctionnalités exactes sont toutefois spécifiques à chaque application.

Brokers recommandés pour les traders Néo-Zélandais

Brokers Réglementation Plateformes de trading Site officiel
CNMV, FCA, KNF, CySEC, BIFSC, DFSA, FSCA xStation Site XTB Brokers
CySEC, ASIC, BIFSC MetaTrader 4 et 5 Site XM
FCA, ASIC, CySECMetaTrader 4 et 5Site Admiral Markets
ASIC, CBFSAI, FRSA, BVIFSC, FSCA, JFSA MetaTrader 4 et 5
AvaOptions
Site AvaTrade
CNMV : Espagne, KNF : Pologne, FCA : Royaume-Uni, CySEC : Chypre, BIFSC : Belize, ASIC : Australie, DFSA: Dubaï, FSA : Seychelles, FSCA : Afrique du Sud, CBFSAI : Irlande, FRSA : Abu Dhabi, JFSA : Japon
Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

FAQ

Comment puis-je vérifier le statut d'un broker néo-zélandais pour savoir s'il est légal ?

Si vous avez des doutes quant à la légalité d'un broker qui vous intéresse, vous pouvez vérifier son statut sur le site web du Financial Service Providers Register (FSPR), qui est www.fsp-register.companiesoffice.govt.nz. Vous y trouverez des informations détaillées sur les services fournis par les brokers enregistrés et sur leur localisation. Vous pourrez ainsi voir si la société de courtage que vous avez choisie a été radiée ou non.

Avec quels instruments les traders néo-zélandais peuvent-ils investir ?

Les traders Néo-Zélandais ont accès à un large éventail d'instruments financiers, notamment les paires de devises, les matières premières, les contrats sur différence, les actions et les options binaires. Cependant, la plupart des traders débutants du pays du long nuage blanc ont tendance à préférer le Forex au comptant à des instruments plus complexes comme les options binaires et les CFD, car ces derniers sont associés à un risque plus élevé de pertes financières.

Quelle est la paire de devises la plus populaire parmi les traders néo-zélandais ?

Les traders néo-zélandais ne sont pas aussi enthousiastes que l'on pourrait le penser à l'idée d'investir dans leur monnaie locale, le NZD, contre le dollar. La plupart des traders néo-zélandais préfèrent plutôt les paires de devises majeures telles que l'EUR/USD, le GBP/USD et l'AUD/USD.

Les brokers qui proposent des CFD en plus des opérations de change au comptant ont-ils besoin d'une licence ?

Oui, en vertu de la nouvelle réglementation définie par le régulateur local, la Financial Markets Authority, les brokers néo-zélandais peuvent proposer des produits dérivés à effet de levier, mais uniquement à condition qu'ils possèdent une licence FMA. Cela s'applique indépendamment du fait que l'émetteur ait son siège social en Nouvelle-Zélande ou dans un autre pays. Les traders néo-zélandais peuvent consulter la liste des émetteurs de produits dérivés autorisés sur le site officiel de l'autorité de régulation www.fma.govt.nz.

Les brokers néo-zélandais facturent-ils des frais de courtage ?

De nombreux brokers néo-zélandais ne facturent pas de frais supplémentaires pour le trading du Forex car ils profitent des spreads intégrés, qui représentent la différence entre les prix d'achat et de vente. Certains brokers utilisent des spreads fixes, tandis que d'autres préfèrent les spreads flottants. Les spreads varient souvent en fonction de l'instrument que l'on négocie.