Menu

Les brokers forex et la réglementation du trading en Afrique du Sud

trading en Afrique du Sud

La République d'Afrique du Sud possède l'une des économies les plus développées du continent africain et est le seul État de cette région à être membre du forum international de coopération économique du G20. Le pays dispose d'un système financier mature, largement contrôlé par la Banque de réserve sud-africaine. Cette dernière est également responsable de l'émission et du contrôle du rand sud-africain (ZAR).

L'économie locale est fortement influencée par la conjoncture mondiale en raison de la forte dépendance du pays à l'égard du commerce extérieur. Riche en ressources naturelles, l'Afrique du Sud est l'un des principaux exportateurs de métaux précieux et de base, ses principaux partenaires commerciaux étant le Japon, la Chine, l'Allemagne et les États-Unis.

Le trading du forex est devenu extrêmement populaire auprès de la population locale ces dernières années, en grande partie grâce à l'environnement économique libéral du pays. L'Afrique du Sud possède le plus grand marché du forex sur ce continent, avec un volume quotidien de transactions de plus de 19 milliards de dollars US en 2017 selon les informations publiées par la Banque des règlements internationaux.

À titre de comparaison, les traders sur le deuxième marché du continent, la Namibie, ont enregistré un volume quotidien de transactions équivalant à un dixième de celui de l'Afrique du Sud pour la même période. Le ZAR local se classe au vingtième rang des devises les plus échangées à l'échelle mondiale et devrait continuer à s'améliorer à l'avenir.

Avec le resserrement des cadres réglementaires européens et la réduction des plafonds d'endettement, un nombre croissant de brokers forex commencent à s'intéresser au marché sud-africain du Forex. Le pays est devenu une destination attrayante pour les courtiers qui cherchent à réduire leurs coûts opérationnels et à élargir leur clientèle.

Réglementation du forex en Afrique de Sud

Le trading des devises en Afrique du Sud est légal et jouit d'une popularité croissante parmi les résidents. Le marché des changes est supervisé par l'autorité de régulation locale, la Financial Services Conduct Authority (FSCA), dont les principaux objectifs sont de protéger les participants au marché, de garantir des conditions de trading équitables et de prévenir les activités illicites comme le blanchiment d'argent.

Les sociétés de courtage étrangères doivent recevoir l'autorisation de la FSCA avant de pouvoir offrir leurs services légalement sur le sol sud-africain. Les brokers doivent couvrir les exigences minimales de capital de l'organisme de réglementation et avoir leur siège social en Afrique du Sud.

En plus des opérations de change au comptant, les locaux peuvent également s'engager légalement dans des transactions de gré à gré avec des produits dérivés. La vente de produits dérivés nécessite une licence spéciale ODP (Over-the-Counter Derivative Provider) de la FSCA.

Les titulaires de licence agréés peuvent proposer une large gamme de produits dérivés, notamment des produits dérivés sur devises, matières premières, taux d'intérêt et actions. L'offre de produits dérivés est réglementée par la loi sur les marchés financiers de 2012, qui a fait l'objet de plusieurs modifications au fil des ans.

Les dernières modifications de la loi ont été rédigées en 2014 par le ministre des finances du pays, mais sont entrées en vigueur plusieurs années plus tard. Les ODP doivent déclarer toutes les transactions sur produits dérivés à un référentiel commercial agréé. Les entreprises agréées sont légalement tenues de fournir au régulateur local un accès sans entrave à toutes les données relatives aux transactions.

Cela comprend le type de produits dérivés, les actifs sous-jacents, les prix, les mesures d'atténuation des risques, etc. Les fournisseurs sont tenus de conserver un registre diligent de toutes les transactions sur produits dérivés qu'ils ont traitées au cours des cinq dernières années, à compter du jour de la fin des transactions.

Les courtiers qui traitent des produits dérivés à effet de levier comme le contrat pour différence (CFD) doivent évaluer soigneusement leurs clients avant de les autoriser à négocier des produits aussi volatils. Les investisseurs sud-africains ont également la possibilité de négocier des produits dérivés sur devises à la Bourse de Johannesburg.

Bien que les résidents sud-africains ne soient pas poursuivis en justice pour avoir négocié sur des sites web offshore, il est toujours recommandé de choisir un broker ayant une autorisation locale de la FSCA. Si vous insistez pour rejoindre une société de courtage agréée à l'étranger, vous devez au moins vous assurer que la société de votre choix est correctement réglementée par les lois d'une juridiction reconnue comme Chypre, par exemple.

Une autre chose qui mérite d'être prise en considération est le financement de son compte de trading, qui est beaucoup plus facile pour ceux qui adhèrent à des brokers réglementés par la FSCA. Il est recommandé à ceux qui négocient avec des brokers étrangers d'ouvrir des comptes bancaires offshore.

Il est plus facile d'organiser un paiement par virement bancaire qu'en utilisant une carte de crédit émise localement, en raison des lois complexes qui régissent le transfert d'argent liquide vers des institutions étrangères. Il est également important de vous assurer que votre broker, qu'il soit ou non agréé localement, vous permet d'ouvrir un compte dont la devise de base est le ZAR. Dans le cas contraire, la conversion vous sera facturée.

Régulateurs financiers d'Afrique du Sud

L'industrie financière sud-africaine utilise le modèle réglementaire Twin Peaks. Il est régi par plusieurs entités, suite à la réorganisation de l'ancien régulateur, le Financial Services Board (FSB). Le FSB a été divisé en deux entités individuelles en vertu de la loi sur la réglementation du secteur financier d'août 2017. Chacune d'entre elles est chargée de responsabilités réglementaires différentes.

La conduite des sociétés financières opérant dans le pays est supervisée et réglementée par la Financial Sector Conduct Authority of South Africa (FSCA). Elle supervise et contrôle les entités qui sont autorisées à fournir des produits et services financiers à la population locale.

Parmi les exemples, on peut citer les compagnies d'assurance, les sociétés de courtage et les fonds de retraite. La FSCA veille à ce que toutes ces institutions opèrent en parfaite conformité avec le cadre réglementaire local. Elle a le pouvoir de délivrer et de révoquer des licences.

La dissolution du FSB a également donné naissance à la South African Prudential Authority (PA). Le mandat principal de cette entité est de réglementer les institutions financières non-bancaires, notamment les infrastructures de marché, les institutions financières coopératives et les conglomérats financiers.

Enfin, il y a la South African Reserve Bank (SARB), qui a commencé ses opérations en mars 1921, peu après l'entrée en vigueur de la loi sur la monnaie et les banques d'août 1920. Le mandat principal de la SARB est d'assurer et de consolider la stabilité des marchés financiers locaux.

Elle supervise également le système bancaire local, émet des pièces de monnaie et des billets en ZAR et gère les réserves d'or et de devises du pays. La PA est une entité juridique qui opère au sein de l'administration de la SARB.

Brokers Réglementation Plateformes de Trading Site officiel
FSCA, DFSA, FCA, CySEC, FSA MetaTrader 4 et 5 Site Admiral Markets
FSCA, JFSA, ASIC, CBFSAI, FRSA, BVI FSC MetaTrader 4 et 5 Site AvaTrade
FCA, ASIC, CySEC MetaTrader 4 et 5 Site Admiral Markets
FCA, KNF, CySEC, BIFSC, CNMV MetaTrader 4
XStation
Site Admiral Markets
FSCA : Afrique du Sud, FRSA : Abu Dhabi, DFSA: Dubaï, FCA : Royaume-Uni, KNF : Pologne, CySEC : Chypre, BIFSC : Belize, CNMV : Espagne, ASIC : Australie, CBFSAI : Irlande, FSA : Seychelles, BVI FSC : Îles Vierges britanniques, JFSA : Japon
Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Méthodes pour financer un compte forex en Afrique du Sud

Alimenter votre compte de trading depuis l'Afrique du Sud est un processus relativement simple, à condition d'utiliser une carte de crédit ou un compte auprès d'une grande banque locale. Cela dit, la réglementation financière du pays peut parfois être un obstacle si l'on tente d'alimenter un compte international à partir de son compte bancaire national ou en utilisant une carte de crédit moins connue. De tels problèmes sont toutefois moins fréquents depuis quelques années. Les mesures visent à réduire les activités illégales telles que le blanchiment d'argent.

Les traders d'Afrique du Sud doivent garder à l'esprit qu'il existe des restrictions sur les montants qu'ils peuvent transférer vers l'étranger. Chaque citoyen du pays ne peut pas transférer plus de 10 millions de rands par an à l'étranger à des fins d'investissement étranger. Pour cela, vous devez déposer un certificat d'exonération fiscale. Il existe également une allocation discrétionnaire de devises étrangères pouvant aller jusqu'à 1 million de Rands, qui ne nécessite pas de certificat de dégrèvement fiscal.

Les brokers sud-africains acceptent toute une série de solutions de financement répandues que vous pouvez utiliser pour transférer de l'argent sur votre compte de trading. Les porte-monnaie électroniques comme Skrill, PayPal et Neteller font partie des options les plus pratiques. Ils peuvent vous aider à contourner les problèmes qui résultent parfois du paiement par carte de crédit ou par virement bancaire.

Certains brokers qui opèrent sur ce marché permettent aux traders sud-africains de traiter les paiements avec EasyEFT. Il s'agit d'un système de paiement en ligne relativement nouveau qui vous permet de transférer de l'argent directement depuis votre compte bancaire en ligne. Cette solution est peu coûteuse, pratique et ne nécessite pas de carte de crédit.

Le dépôt sur votre compte est extrêmement simple et rapide avec EasyEFT. Il vous suffit de vous connecter à votre compte de trading, de naviguer vers le système de paiement et de cliquer sur la méthode, si elle est disponible. Ensuite, vous devez choisir votre banque dans la liste des institutions financières soutenues et suivre les instructions pour compléter le processus de paiement.

Le transfert d'argent est effectué via la plateforme de paiement en ligne de votre banque. Cela fait d'EasyEFT une méthode exceptionnellement sûre à utiliser sur les sites de trading. Parmi les banques locales qui soutiennent le système EasyEFT, citons Capitec, FNB, ABSA, Standard Bank et Investec.

Un autre avantage est que les paiements avec EasyEFT peuvent être effectués en ZAR. Certains brokers travaillent également avec d'autres méthodes disponibles localement, comme PayFast et PayU. Avant de vous inscrire auprès d'un broker, assurez-vous qu'il prend en charge la solution bancaire que vous avez l'intention d'utiliser. Vérifiez si des frais de traitement sont en place.

Les plateformes de trading populaires en Afrique du Sud

L'un des principaux avantages du trading forex est que vous pouvez négocier n'importe quelle paire de devises depuis le confort de votre maison. Vous pouvez ouvrir des positions quand vous le souhaitez pendant les jours ouvrables. Toutefois, vous avez besoin d'un bon logiciel. L'une des principales caractéristiques d'une plateforme de trading de qualité est sa conception intuitive.

La plateforme doit être facile à utiliser pour s'adapter aux besoins des traders de tous niveaux d'expérience. La complexité est non seulement ennuyeuse, car elle entrave la navigation, mais elle peut aussi entraîner des erreurs de trading. La règle d'or est la suivante : plus c'est simple, mieux c'est. La plateforme devrait également prendre en charge divers outils d'analyse technique, avec la possibilité d'ouvrir plusieurs graphiques pour voir les cotations des marchés boursiers et du forex.

Si vous n'êtes pas sûr qu'un broker sud-africain donné réponde à ces critères, vous pouvez toujours ouvrir un compte de démonstration. Ainsi, vous pourrez tester le logiciel de trading pour voir si vous vous sentez à l'aise avec son interface et ses fonctionnalités.

La grande majorité des brokers sud-africains utilisent la plateforme MetaTrader 4. MT4 a été officiellement lancée en 2005. Le fait qu'elle soit toujours utilisée à ce jour en dit long sur sa qualité. La plateforme couvre tous les critères de qualité que nous avons énumérés ci-dessus.

De nombreux brokers sud-africains proposent MT4 en combinaison avec son successeur, MetaTrader 5, qui prend en charge des instruments supplémentaires tels que les actions, les obligations, les contrats à terme et les options.

Le trading mobile en Afrique du Sud

L'Afrique du Sud a un niveau de pénétration de la téléphonie mobile tout à fait décent. Environ 22 millions de citoyens ont utilisé des smartphones en 2019, ce qui correspond à environ un tiers de la population totale. Ce nombre devrait augmenter de plusieurs millions dans les années à venir.

Les investisseurs du pays ont un monde d'opportunités de trading dans la paume de leurs mains puisque tous les bons brokers sur le marché local proposent des applications mobiles innovantes pour les appareils iOS et Android. Les applications peuvent être téléchargées gratuitement, soit sur le site web du broker concerné, soit sur des plateformes de contenu mobile comme Google Play et l'App Store.

Il y a de nombreux avantages à mener vos activités de courtage en déplacement. D'une part, les applications vous donnent un accès instantané à des flux en temps réel, ce qui vous permet de repérer immédiatement les dernières tendances du marché. Il vous suffit de glisser la main dans votre poche et de sortir votre téléphone pour voir tous les prix actuels du marché.

Les applications sont optimisées pour une utilisation sur des appareils à écran tactile, ce qui facilite considérablement la passation d'ordres à la volée. Il est généralement possible d'effectuer un zoom avant pour voir tous les détails. Les traders ont également la possibilité de gérer plusieurs graphiques sur leurs smartphones et tablettes.

F.A.Q.

1. À quoi les traders sud-africains doivent-ils faire attention lorsqu'ils choisissent un broker forex ?
Tout d'abord, les traders sud-africains doivent être attentifs aux brokers non réglementés et louches. Certaines sociétés ont pris l'habitude d'escroquer des clients crédules avec leur argent. La FSCA a mis en garde contre ces brokers à de multiples reprises. Cela ne veut pas dire que vous êtes légalement obligé d'adhérer à une société de courtage réglementée par la FSCA. Assurez-vous simplement que les opérations du site sont supervisées par un organisme de régulation reconnu comme la CySEK, par exemple. Méfiez-vous de l'effet de levier excessif, car il va dans les deux sens et vous pourriez vous retrouver avec des pertes énormes. Même si les prix évoluent contre vous de quelques points seulement, l'effet de levier peut effacer tout votre solde.

2. De quelles paires de devises le ZAR fait-il partie ?
Le rand sud-africain (ZAR) attire de nombreux traders en raison des fluctuations et de la volatilité qu'il offre. Les deux paires les plus populaires sont l'USD/ZAR et le GBP/ZAR. Bien sûr, les traders du pays peuvent toujours opter pour des paires de devises plus exotiques qui contiennent du ZAR, comme le NZD/ZAR, l'AUD/ZAR et le CHF/ZAR, entre autres.

3. Dois-je déclarer mes gains sur le Forex ?
Oui, les revenus du forex sont imposables en Afrique du Sud tout comme votre revenu standard, c'est-à-dire que vous devez remplir un formulaire d'impôt sur le revenu des personnes physiques. Les taux d'imposition peuvent varier entre 18% et 40%, en fonction du montant des bénéfices. Il est recommandé aux traders qui ne savent pas comment déclarer leurs bénéfices de consulter un professionnel de l'impôt.

4. Dois-je payer des frais de courtage ?
Cela dépend des politiques du broker et des instruments que vous négociez. Les brokers sud-africains réputés ne font pas payer leurs clients pour faciliter leurs opérations sur le forex. Cela n'est pas nécessaire, car les coûts sont intégrés dans les spreads (écart entre le cours acheteur / vendeur). Cependant, des commissions supplémentaires sont généralement facturées lorsque vous achetez ou vendez des actions. Certains brokers font payer les traders inactifs pour le maintien de leurs comptes dormants. Les retraits par certains modes de paiement sont également soumis à des frais de traitement dans certains cas.

5. Quel âge dois-je avoir pour pouvoir négocier légalement sur les marchés du forex ?
Vous devez avoir au moins 18 ans pour ouvrir un compte réel et commencer à faire des investissements sur le marché des changes. Il s'agit de l'âge minimum requis par la plupart des maisons de courtage. Les citoyens de cet âge peuvent effectuer des transferts d'argent à l'étranger sans le consentement d'un parent ou d'un tuteur.

Brokers forex recommandés pour les traders sud-africains

Brokers Réglementation Plateformes de Trading Site officiel
FSCA, DFSA, FCA, CySEC, FSA MetaTrader 4 et 5 Site Admiral Markets
FSCA, JFSA, ASIC, CBFSAI, FRSA, BVI FSC MetaTrader 4 et 5 Site AvaTrade
FCA, ASIC, CySEC MetaTrader 4 et 5 Site Admiral Markets
FCA, KNF, CySEC, BIFSC, CNMV MetaTrader 4
XStation
Site Admiral Markets
FSCA : Afrique du Sud, FRSA : Abu Dhabi, DFSA: Dubaï, FCA : Royaume-Uni, KNF : Pologne, CySEC : Chypre, BIFSC : Belize, CNMV : Espagne, ASIC : Australie, CBFSAI : Irlande, FSA : Seychelles, BVI FSC : Îles Vierges britanniques, JFSA : Japon
Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.