Menu

Qu'est-ce qui provoque la chute d'une devise ?

Qu'est-ce qui provoque la chute d'une devise ?

Les devises montent et descendent pour diverses raisons, mais le change est une classe d'actifs fondamentalement macro.

Alors que les actions peuvent fluctuer fortement en fonction de facteurs idiosyncrasiques propres à une entreprise ou des habitudes de trading d'une seule entité, les devises sont beaucoup plus fortement influencées par des facteurs au niveau des pays ou des juridictions.

Facteurs qui influencent la baisse d'une devise

Il y a quelques éléments importants, en particulier, à garder à l'esprit :

Compte courant

Le compte courant est une mesure de ce qu'un pays gagne par le biais du commerce et d'autres activités internationales, par rapport à ses dépenses.

Un excédent de la balance courante indique qu'un pays génère plus de revenus qu'il ne dépense, tandis qu'un déficit indique le contraire.

Un excédent important de la balance courante entraîne une appréciation de la monnaie, car il y a une plus grande demande de la monnaie pour acheter des biens et des services à l'étranger. Un déficit de la balance courante a l'effet inverse et peut conduire à une dépréciation de la monnaie.

Position extérieure globale nette (PEG)

La PEG est une mesure de tous les actifs étrangers détenus par un pays, moins tous les passifs étrangers.

Une PEG positive indique qu'un pays est un créancier net du reste du monde, tandis qu'une PEG négative indique qu'il est un débiteur net.

Un pays présentant un important excédent de la PEG verra sa monnaie s'apprécier, les investisseurs étrangers cherchant à acheter des actifs dans ce pays. Un pays présentant un important déficit de la PEG verra sa monnaie se déprécier, car il devra offrir des rendements plus élevés sur ses actifs pour attirer les investissements.

Compte budgétaire

Le compte budgétaire mesure les recettes et les dépenses du gouvernement.

Un excédent budgétaire indique que le gouvernement perçoit plus de recettes qu'il ne dépense, tandis qu'un déficit indique le contraire.

Un excédent budgétaire entraînera une appréciation de la monnaie, car le gouvernement aura moins besoin d'emprunter de l'argent à l'étranger. Un déficit budgétaire a l'effet inverse et peut conduire à une dépréciation de la monnaie.

Dette du secteur privé

La dette du secteur privé est la dette totale de tous les ménages et entreprises d'un pays.

Un niveau élevé de dette du secteur privé peut conduire à une crise monétaire, car il peut devenir difficile pour les ménages et les entreprises d'assurer le service de leurs dettes.

Cela peut conduire à des défauts de paiement, ce qui peut entraîner une vente d'actifs à grande échelle.

Balance des paiements

La balance des paiements d'un pays est une mesure de toutes ses transactions avec le reste du monde.

La balance des paiements se compose du compte courant, du compte de capital et du compte financier.

Le compte courant mesure les échanges de biens et de services, tandis que le compte de capital mesure les flux d'investissement. Le compte financier mesure tous les autres flux, tels que les remboursements de dettes et les paiements d'intérêts.

Un pays dont la balance des paiements est largement excédentaire verra sa monnaie s'apprécier, toutes choses égales par ailleurs, car il y aura une plus grande demande de cette monnaie pour acheter des biens et des services à l'étranger.

Un pays dont la balance des paiements est largement déficitaire verra sa monnaie se déprécier, ceteris paribus, car il devra offrir des rendements plus élevés sur ses actifs (c'est-à-dire des taux d'intérêt plus élevés) pour attirer les investissements.

Si de nombreux autres facteurs peuvent influer sur la valeur d'une monnaie, ces cinq facteurs sont parmi les plus importants à surveiller. Comprendre leur fonctionnement vous aidera à mieux comprendre pourquoi les devises évoluent comme elles le font.

Pourquoi les devises baissent-elles ?

Les devises des marchés développés (souvent appelées DM FX) constituent souvent une classe d'actifs assez statique. Il est rare que l'on assiste à de grands mouvements intrajournaliers et à de grandes explosions et dégringolades.

Cependant, en 2022, alors que les marchés développés luttaient contre des pressions inflationnistes excessives, la volatilité des devises a augmenté.

Dans l'ensemble, si :

  • la valeur des importations de biens et services d'un pays est supérieure à celle de ses exportations - c'est-à-dire qu'il y a un déficit de la balance courante - et...
  • si la valeur de sa dette extérieure est beaucoup plus élevée que les actifs étrangers qu'il possède - c'est-à-dire un pays débiteur net en vertu de la position extérieure nette...

Il ne sera pas en bonne position pour faire face aux chocs exogènes.

En 2022, celui-ci s'est fortement manifesté sous la forme d'un choc des termes de l'échange dû à la hausse des prix de l'énergie.

Cela a eu un impact significatif sur l'Europe développée.

Cela a entraîné une chute importante de l'euro :

EUR USD

Ainsi que la livre sterling :

GBP USD

Cela a produit une inflation liée à l'offre en plus de l'inflation existante liée à la demande, cette dernière provenant d'une politique monétaire excessivement stimulante destinée à se remettre du choc économique lié au Covid-19 qui s'était produit auparavant.

Si un pays a recours à d'importants déficits budgétaires (par exemple, le Royaume-Uni), c'est encore pire.

En outre, si la dette du secteur privé est déjà élevée par rapport à la production, il est difficile de resserrer la politique monétaire et budgétaire pour compenser un choc inflationniste.

En effet, les débiteurs risquent de voir leurs paiements d'intérêts augmenter en raison de la hausse des taux d'intérêt et de voir leurs obligations en matière d'endettement gruger considérablement leur trésorerie, ainsi que des difficultés de reconduction de la dette, ce qui entraîne des problèmes financiers.

Tous ces facteurs influencent les anticipations de taux d'intérêt à plusieurs années, ce qui peut être observé dans la courbe des taux d'intérêt :

anticipations de taux d'intérêt

Traders nationaux et traders internationaux

Les traders nationaux et les traders internationaux ont des motivations différentes.

Les traders nationaux se soucient de leurs rendements réels. En d'autres termes, ils s'intéressent au rendement nominal qu'ils obtiennent dans la devise (c'est-à-dire son taux d'intérêt) par rapport au taux d'inflation.

Les investisseurs veulent généralement des rendements réels positifs pour qu'un investissement vaille la peine d'être envisagé. Après tout, la raison fondamentale pour laquelle nous tradeons et investissons notre argent est de préserver au minimum son pouvoir d'achat.

Les investisseurs internationaux (étrangers) se soucient de la monnaie. Vont-ils obtenir un taux d'intérêt qui compense au moins la pression de la dépréciation ?

Lorsque les investisseurs n'obtiennent pas le rendement qu'ils exigent, ils vendent.

Comment les responsables politiques peuvent-ils faire en sorte qu'une monnaie cesse de baisser ?

Pour qu'une monnaie atteigne son plancher, les décideurs doivent choisir un taux d'intérêt sur la monnaie qui compense à la fois le taux d'inflation et le taux de dépréciation de la monnaie (qui est basé sur le flux de capitaux sous-jacent) pour créer au moins un rendement réel nul.

Mais cette voie est souvent douloureuse en raison des coûts plus élevés du crédit et du service de la dette. Par conséquent, la dévaluation est la voie la plus courante.

Une monnaie en baisse est simplement un mécanisme d'autocorrection.

Lorsqu'une monnaie chute, les biens et services d'un pays deviennent moins chers en termes relatifs.

Par exemple, lorsque la monnaie d'un pays A chute de 10 % par rapport à celle d'un pays B, le pays B peut désormais obtenir 10 % de plus pour le même prix ou obtenir le même montant pour 10 % de moins.

Cela permet de combler le déficit de la balance courante d'un pays - du moins à un niveau suffisant - et de rectifier les problèmes de sa balance des paiements.

Qu'est-ce qu'une crise de la balance des paiements ?

On parle de crise de la balance des paiements lorsqu'un pays connaît des déficits importants et persistants de son compte courant et de son compte de capital.

Le compte courant est la somme de la balance commerciale d'un pays (exportations moins importations de biens et services), du revenu net (des investissements à l'étranger) et des transferts nets.

Le compte de capital est la somme des investissements étrangers nets et des prêts/emprunts nets d'un pays.

Une crise de la balance des paiements se produit lorsque :

1) Il y a des sorties de capitaux qui dépassent les entrées et/ou...

2) Le déficit du compte courant n'est pas suffisamment financé par les entrées sur le compte de capital.

Cela provoque une ruée sur la monnaie, les gens tentant de la convertir en d'autres devises ou actifs, ce qui entraîne une forte pression à la dépréciation.

Dans ce cas, un pays a deux options de base :

a) Laisser les taux d'intérêt monter à des niveaux élevés pour défendre la monnaie - c'est-à-dire rémunérer suffisamment les investisseurs pour qu'ils la détiennent - ou...

b) Imprimer de la monnaie pour acheter la dette, ce qui réduit encore la valeur de la monnaie et de la dette libellée dans cette devise.

Les banques centrales choisissent presque toujours le deuxième choix en imprimant de l'argent, en achetant la dette et en dévaluant leur monnaie.

Elle ne peut pas laisser les taux monter à des niveaux tels qu'ils réduisent considérablement l'activité économique, elle choisit donc de dévaluer la monnaie.

Ce processus se poursuit généralement de manière auto-renforcée, car les taux d'intérêt que le gouvernement verse sur la monnaie et la dette ne suffisent pas à compenser les investisseurs pour la dépréciation de la monnaie.

Ce processus se poursuit généralement jusqu'à un point où la monnaie et les taux d'intérêt réels établissent un nouvel équilibre de la balance des paiements.

Soit les responsables politiques laissent la monnaie se déprécier suffisamment, soit ils fixent un taux d'intérêt sur la monnaie et la dette qui compense la pression de la dépréciation pour créer un rendement réel positif.

La douleur est donc ressentie soit du côté de la monnaie (dépréciation) et/ou des taux d'intérêt (et par extension du marché obligataire, par la hausse des rendements et la baisse des prix).

Les meilleurs brokers pour le trading des devises

Brokers Réglementation Plateformes de trading Site officiel
ASIC, CBFSAI, FRSA, BVIFSC, FSCA, JFSA, OCRCVM MetaTrader 4 et 5
AvaOptions
Site AvaTrade
CNMV, FCA, KNF, CySEC, BIFSC, DFSA xStation Site XTB Brokers
FCA, BaFin, ASIC, FINMA, FSCA, MAS, FMA, DFSA, JFSA, CFTCIG, ProRealTime
MT4, L2 Dealer
Site IG
FCA, ASIC, CySEC, JSC, OCRCVM, FSCAMetaTrader 4 et 5Site Admirals
FCA, ASIC, CySEC, BaFin, DFSA, CMA, SCBMetaTrader 4 et 5
cTrader, TradingView
Site Pepperstone
FCA, CSSF, SCB, BACEN & CVM, CMVMMT4 et 5, ActivTrader
TradingView
Site ActivTrades
CySEC, ASIC, BIFSC MetaTrader 4 et 5 Site XM
ASIC : Australie, BaFin : Allemagne, BIFSC : Belize, BVI FSC : Îles Vierges britanniques, BACEN & CVM : Brésil, CySEC : Chypre, CNMV : Espagne, CMVM : Portugal, CSSF : Luxembourg, CFTC : USA, CBFSAI : Irlande, CMA : Oman,, DFSA : Dubaï, FCA : Royaume-Uni, FINMA : Suisse, FSPR - FMA : Nouvelle-Zélande, FRSA : Abu Dhabi, FSA : Seychelles, FSCA : Afrique du Sud, JFSA : Japon, JSC : Jordanie, KNF : Pologne, MAS : Singapour, OCRCVM : Canada, SCB : Bahamas, VFSC : Vanuatu
Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

FAQs - Qu'est-ce qui provoque la chute d'une monnaie ?

Pourquoi des taux d'intérêt plus élevés favorisent-ils l'appréciation d'une monnaie ?

Lorsqu'un pays augmente ses taux d'intérêt, il attire les investissements étrangers car les dépôts dans cette monnaie sont plus rémunérateurs.

L'augmentation de la demande de la monnaie entraîne une appréciation, toutes choses égales par ailleurs.

Qu'est-ce qui détermine les variations des taux de change ?

Les taux de change sont déterminés par les conditions de l'offre et de la demande sur le marché des changes. Lorsque la demande d'une monnaie donnée est forte par rapport à l'offre, la valeur de la monnaie augmente.

L'inverse est également vrai : si la demande d'une devise est faible par rapport à l'offre, sa valeur diminue.

Les leviers les plus importants sur cette offre et cette demande sont le compte courant d'un pays, la position nette des investissements internationaux, le compte fiscal, la dette du secteur privé et la balance des paiements.

Que peuvent faire les banques centrales pour influencer les taux de change ?

Les banques centrales peuvent influencer les taux de change en achetant ou en vendant la monnaie de leur pays sur le marché des changes.

Ce faisant, elles peuvent augmenter ou diminuer la masse monétaire sur le marché, ce qui a une incidence sur la demande de la monnaie.

En outre, les banques centrales peuvent également fixer les taux d'intérêt, qui peuvent influencer la demande d'une devise (comme indiqué ci-dessus).

Quels sont les autres facteurs qui peuvent entraîner l'appréciation ou la dépréciation d'une monnaie ?

D'autres facteurs peuvent influencer les taux de change, notamment le taux d'inflation, la croissance économique et la stabilité politique d'un pays.

Un taux d'inflation plus élevé entraîne généralement la dépréciation d'une monnaie, car les investisseurs exigent des rendements plus élevés pour détenir des actifs libellés dans cette monnaie.

Cela est particulièrement vrai pour les investisseurs nationaux, qui exigeront un rendement plus élevé pour conserver la monnaie et les dettes/actifs libellés dans cette monnaie.

De même, une croissance économique plus lente ou une instabilité politique accrue entraîneront également la dépréciation d'une monnaie.

En effet, ces conditions rendent les actifs et les opportunités d'investissement d'un pays moins attrayants pour les investisseurs étrangers, ce qui entraîne une baisse de la demande de la devise.

Les monnaies des marchés développés agissent-elles différemment des monnaies des marchés émergents ?

Les monnaies des marchés développés ont tendance à avoir le statut de réserve, ce qui signifie qu'il existe une tendance mondiale à détenir cette monnaie et cette dette.

Cela s'explique par le fait que les pays développés ont des marchés financiers profonds et bien développés, qui offrent plus de sécurité et de liquidité aux investisseurs.

En revanche, les monnaies des marchés émergents n'ont pas le statut de réserve et sont donc plus sensibles à la fuite des capitaux. Cela signifie que les investisseurs sont plus susceptibles de retirer leur argent d'un pays émergent lorsque la situation se détériore, ce qui entraîne une dépréciation de la monnaie.

Le renminbi chinois (RMB) est-il considéré comme une monnaie de réserve ?

Le statut de monnaie de réserve de la Chine est émergent.

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les traders, les investisseurs et les gestionnaires de réserves ne détiennent pas encore la monnaie chinoise à un niveau proportionnel à sa production mondiale.

- Le RMB n'est pas largement utilisé dans le monde. Peu de personnes effectuent des transactions, épargnent ou investissent en dehors de la Chine.

- Le gouvernement chinois a un mode de fonctionnement interne différent de celui des démocraties occidentales et du Japon. La Chine a un type de système descendant qui ne bénéficie pas de la confiance générale des investisseurs mondiaux. Certains pensent que le mode de fonctionnement de la Chine n'est pas propice à de bons retours sur investissement, étant donné le désir du gouvernement de contrôler l'allocation des différents types de ressources.

- La Chine est considérée comme un risque géopolitique. L'ascension de la Chine en tant que puissance économique et ses différents modes de fonctionnement provoquent des conflits avec les États-Unis et leurs alliés occidentaux. La Chine ne représente donc pas encore une part importante des portefeuilles mondiaux par rapport à sa production économique.

- Ses marchés de capitaux ne sont pas encore aussi bien développés, même s'ils sont importants.

- Shanghai et Shenzhen ne sont pas encore considérés comme des centres financiers mondiaux.

- Le système de compensation des paiements de la Chine n'est pas encore bien développé.

Pourquoi les banques centrales détiennent-elles des réserves de change ?

Les banques centrales détiennent des réserves de change afin de stabiliser leur monnaie et de gérer les taux de change.

En détenant des actifs libellés en devises étrangères, les banques centrales peuvent intervenir sur le marché des changes pour acheter ou vendre leur propre monnaie et influencer sa valeur.

En outre, les réserves de change peuvent servir de tampon contre les chocs économiques en fournissant une source de liquidités qui peuvent être utilisées pour soutenir l'économie nationale en cas de besoin.

Enfin, les banques centrales utilisent les réserves de change pour gérer l'exposition de leur pays aux risques financiers internationaux, tels que les variations des taux d'intérêt ou les sorties soudaines de capitaux.

Quelle est la différence entre une monnaie et un actif de réserve ?

Une monnaie est une forme d'argent largement acceptée en échange de biens et de services.

Un actif de réserve est un type de monnaie détenu par les banques centrales et d'autres grandes institutions financières afin de stabiliser leur monnaie et de gérer les taux de change.

Les actifs de réserve présentent généralement un faible niveau de risque et sont très liquides, ce qui les rend idéaux pour une utilisation en période de tensions économiques.

L'actif de réserve le plus courant est le dollar américain, suivi de l'euro, de l'or (un type d'actif monétaire qui fonctionne comme un passif pour personne), du yen japonais et de la livre sterling.

Parmi les autres actifs de réserve importants figurent le franc suisse, le dollar canadien et le dollar australien.

Conclusion - Qu'est-ce qui provoque la chute d'une devise ?

Une devise peut chuter pour diverses raisons, mais la cause la plus courante est l'inquiétude concernant la stabilité économique du pays ou le risque géopolitique.

Lorsque les investisseurs vendent une devise, cela entraîne une dépréciation.

Les banques centrales peuvent intervenir pour stabiliser leur monnaie, mais si les conditions sous-jacentes ne sont pas traitées, la monnaie continuera à chuter.