Menu

Faut-il avoir un QI élevé pour réussir dans le trading ?

QI élevé pour réussir dans le trading

Le trading, sous ses différentes formes, est une activité qui peut s'avérer très lucrative.

L'idée qui prévaut est qu'il faut une grande intelligence (ou "QI") pour réussir dans le trading.

La réalité est toutefois beaucoup plus nuancée.

Nous examinons le rôle de l'intelligence et du QI dans le trading et déterminons ce qui compte vraiment pour réussir dans ce domaine.

Principaux enseignements : De quelle intelligence un trader a-t-il besoin pour réussir ?

  • Le succès d'un trader ne dépend pas uniquement de son intelligence traditionnelle, mais aussi de son intelligence émotionnelle, de son intelligence du risque, de ses connaissances, de son expérience, de sa discipline et de sa constance.
  • La pensée créative, la vision, l'intuition, la synthèse, la génération d'idées et la prise de décision efficace sont des compétences essentielles qui peuvent donner aux traders un avantage sur le marché. Elles sont également de plus en plus importantes au fur et à mesure que l'on monte dans une organisation et pour la création d'entreprises.
  • Pour réussir à long terme, il peut être plus important de relever son niveau, c'est-à-dire d'améliorer ses moins bonnes performances et d'être cohérent, que de se concentrer uniquement sur le relèvement de son plafond ou de repousser les limites de ses meilleures performances.

L'intelligence traditionnelle : Est-ce suffisant ?

Tout d'abord, examinons le rôle de l'intelligence traditionnelle.

Selon de nombreuses définitions, l'intelligence fait souvent référence à la capacité d'une personne à apprendre, à comprendre et à appliquer des connaissances.

Dans une étude publiée en 2011 dans le Journal of Finance, Grinblatt, Keloharju et Linnainmaa ont constaté que :

Les investisseurs à QI élevé sont plus susceptibles de détenir des fonds communs de placement et un plus grand nombre d'actions, d'être moins exposés au risque et d'obtenir des ratios de Sharpe plus élevés.

Dans une étude réalisée en 2012 par les mêmes auteurs sur l'intelligence et la performance en trading, ils ont constaté que :

En contrôlant une série de facteurs, nous constatons que les investisseurs à QI élevé sont moins sujets à l'effet de disposition, plus agressifs en matière d'échange de pertes fiscales et plus susceptibles de fournir des liquidités lorsque les actions atteignent un sommet d'un mois. Les investisseurs à QI élevé font également preuve d'une meilleure anticipation du marché, d'une meilleure sélection des titres et d'une meilleure exécution des transactions.

En rapport : L'effet de disposition en finance comportementale

L'intelligence émotionnelle : Un facteur clé de la réussite en trading

L'intelligence émotionnelle, c'est-à-dire la capacité à gérer ses émotions et celles des autres, joue également un rôle important dans le trading.

Une étude menée en 2014 par Wang et al a montré que la réactivité émotionnelle pouvait avoir un impact négatif sur les performances de trading.

Ils ont conclu :

Les résultats ont montré que : (a) les émotions positives des investisseurs sont positivement corrélées avec les rendements des investissements sur un marché dont le prix augmente unilatéralement, et l'effet modérateur de l'extraversion est significatif ; (b) les émotions négatives des investisseurs sont négativement corrélées avec les rendements des investissements sur un marché dont le prix baisse unilatéralement, et l'effet modérateur du névrosisme est significatif."

Les traders dont l'intelligence émotionnelle est plus élevée font preuve d'une meilleure capacité de prise de décision en situation de stress et sont moins enclins à effectuer des transactions impulsives.

Intelligence des risques : Prendre des décisions calculées

L'intelligence du risque est un autre aspect essentiel du succès en trading.

Un livre publié en 2015 par Dylan Evans, intitulé "Risk Intelligence : How to Live with Uncertainty", révèle que les joueurs de poker et les traders qui font preuve d'une intelligence du risque élevée ont tendance à prendre des décisions plus rentables.

Dylan Evans définit l'intelligence du risque comme "la capacité à estimer les probabilités avec précision".

Les traders doivent évaluer le rapport risque/récompense de chaque transaction potentielle, et cette capacité n'est pas nécessairement liée à l'intelligence classique.

Le rôle des connaissances et de l'expérience

Les connaissances et l'expérience en trading ne doivent pas être négligées.

Une compréhension approfondie des marchés financiers et des stratégies de trading est primordiale.

Une étude réalisée en 2009 par Seru, Shumway et Stoffman a montré que les investisseurs individuels qui étaient actifs pendant de longues périodes étaient plus susceptibles d'obtenir des rendements plus élevés, ce qui s'explique en grande partie par l'attrition.

Les auteurs de l'étude ont écrit ce qui suit :

Nous trouvons des preuves de deux types d'apprentissage : certains investisseurs deviennent meilleurs en trading avec l'expérience, tandis que d'autres arrêtent de trader après avoir réalisé que leur capacité est faible. Une part substantielle de l'apprentissage global par le trading s'explique par le second type. En ignorant l'attrition des investisseurs, la littérature existante surestime de manière significative la vitesse à laquelle les investisseurs deviennent meilleurs en trading.

Cela confirme l'argument selon lequel l'expérience, plutôt que l'intelligence pure, est un facteur important de réussite en trading.

L'importance de la discipline et de la constance

Même avec toute l'intelligence, les connaissances et l'expérience dont on dispose, la réussite du trading est souvent déterminée par la discipline et la constance.

Les recherches menées par Odean et Barber en 2000 ont montré que la suractivité dans les transactions conduisait souvent à une sous-performance, généralement de l'ordre de 6 à 7 % par an.

Les traders qui adhèrent à une stratégie cohérente et évitent l'overtrading obtiennent de meilleures performances sur le long terme.

Ils écrivent :

Les investisseurs individuels qui détiennent directement des actions ordinaires paient une énorme pénalité de performance pour le trading actif. Sur 66 465 ménages ayant ouvert un compte auprès d'un grand courtier à escompte entre 1991 et 1996, ceux qui négocient le plus obtiennent un rendement annuel de 11,4 %, alors que le marché affiche un rendement de 17,9 %. Le ménage moyen obtient un rendement annuel de 16,4 %, oriente ses investissements en actions ordinaires vers des actions à bêta élevé, de petite taille et de valeur, et retourne 75 % de son portefeuille chaque année. L'excès de confiance peut expliquer les niveaux élevés de transactions et les faibles performances des investisseurs individuels qui en résultent. Notre message principal est que le trading est dangereux pour votre patrimoine.

Le rôle de la créativité, de la vision, de l'intuition, de la synthèse, de la génération d'idées et de la prise de décision dans la réussite des transactions et des investissements

Les systèmes éducatifs traditionnels ont souvent été critiqués parce qu'ils se concentrent principalement sur des compétences académiques mesurables, qui tendent à mettre l'accent sur la mémoire et la vitesse de traitement (parce qu'elles sont les plus faciles à mesurer), ainsi que sur la capacité et la volonté des étudiants à suivre des instructions.

Les élèves sont notés sur leur capacité à mémoriser et à régurgiter des informations, à traiter rapidement ces informations lors de tests chronométrés et à se conformer aux directives spécifiques données pour les devoirs et les examens.

Ces compétences, bien que précieuses dans certains contextes, ne représentent pas nécessairement l'ensemble des compétences nécessaires dans des scénarios réels tels que le trading et l'investissement.

Dans ces domaines, la créativité, la vision, l'intuition, la synthèse, la génération d'idées et les compétences en matière de prise de décision peuvent être considérées comme plus importantes que les compétences traditionnelles.

C'est aussi là que les humains se distinguent des machines.

Dans un monde où l'on parle beaucoup de l'IA et des algorithmes qui prennent la place des créateurs de contenu, des codeurs et d'autres professions, cela peut être vrai à certains égards.

L'esprit humain ne peut rivaliser avec ces outils en ce qui concerne la mémoire, la vitesse de traitement et le calcul brut (autant de caractéristiques qui sont valorisées à l'école).

Mais là où l'homme se distingue, c'est dans les domaines de la créativité, du bon sens, de la synthèse, de la vision des possibilités et de l'intuition.

Et ces éléments sont plus difficiles à enseigner et à évaluer à l'école.

Ils sont également difficiles à évaluer dans le cadre des tests d'intelligence et de raisonnement traditionnels.

La créativité

La créativité dans le domaine du trading peut être liée à la capacité de voir des schémas et des connexions qui pourraient échapper à d'autres.

Il s'agit d'appliquer des stratégies créatives de résolution de problèmes pour interpréter les données et prévoir les tendances du marché.

Un trader créatif peut sortir des sentiers battus, imaginer divers scénarios de marché et élaborer des stratégies innovantes pour faire face à ces situations.

Par exemple, les meilleurs traders ne se fixent pas sur une certaine possibilité ou une certaine ligne qui pourrait se produire sur les marchés ou dans les économies. (Et ils ne parlent certainement pas en termes absolus).

Ils envisagent un éventail ou une distribution de résultats possibles, chacun étant associé à des probabilités différentes.

Dans la plupart des cas, une prédiction très spécifique a de fortes chances d'être erronée, car elle ne représente qu'une possibilité parmi d'autres.

Ils utilisent ensuite ces informations pour prendre des décisions de trading à valeur attendue positive.

Vision

La vision est la capacité à anticiper les tendances et les changements futurs sur le marché.

Un trader visionnaire a la capacité d'anticiper l'évolution des conditions de marché, les changements de politique économique ou les percées technologiques susceptibles d'avoir un impact sur divers secteurs d'activité.

Ce point de vue prospectif peut permettre à un trader de réaliser des investissements rentables bien avant la courbe.

La vision peut également se référer à un homme ou une femme d'affaires qui imagine ce à quoi il ou elle veut que son entreprise ressemble et ce dont il ou elle a besoin pour atteindre cet objectif.

Il s'agit d'une perspective de plus haut niveau que la perspective axée sur les tâches qui est traditionnellement valorisée à l'école.

Intuition

Dans le domaine du trading, l'intuition fait référence à un sens ou à un sentiment inné sur ce qui est susceptible de se produire ou sur le meilleur plan d'action, qui n'est pas nécessairement basé sur des preuves tangibles ou sur un raisonnement logique.

Si l'intuition ne doit pas remplacer l'analyse détaillée, les traders chevronnés l'utilisent souvent comme un guide pour confirmer ou remettre en question leurs conclusions analytiques.

Cette intuition, si elle est développée et exploitée correctement, peut constituer un outil supplémentaire dans la boîte à outils d'un trader.

La synthèse

La synthèse implique la capacité de prendre des éléments d'information disparates et de les combiner en un tout cohérent et significatif.

Les traders sont inondés d'une pléthore de données provenant de diverses sources (et d'opinions, dont beaucoup ne valent naturellement pas grand-chose).

La capacité à synthétiser ces informations - à voir la vue d'ensemble ou le récit qui se forme au milieu d'une mer de points de données - est importante pour prendre des décisions éclairées en trading.

Par exemple, pour ceux qui suivent les médias financiers, il s'agit souvent d'un ensemble de titres aléatoires.

Mais pouvez-vous relier les points pour trouver un sens à la séquence d'événements et garder une longueur d'avance sur la concurrence ?

Génération d'idées

La génération d'idées est le processus qui consiste à trouver de nouvelles façons d'aborder le trading et l'investissement.

Il peut s'agir d'identifier de nouveaux actifs potentiels dans lesquels investir, de développer de nouvelles stratégies de trading ou de trouver des méthodes uniques pour interpréter les données du marché.

Un trader qui sait trouver des idées sera en mesure de renouveler ses stratégies et de s'adapter à l'évolution des conditions du marché.

Compétences en matière de prise de décision

Les compétences en matière de prise de décision sont peut-être les plus importantes pour un trader.

Prendre des décisions de trading implique une analyse minutieuse, une évaluation des risques et, en fin de compte, le courage d'agir.

Une bonne prise de décision implique de faire des choix éclairés rapidement et en toute confiance, et d'avoir la discipline nécessaire pour s'en tenir à une décision une fois qu'elle a été prise, même en dépit de l'inévitable volatilité du marché qui s'ensuivra.

L'école ne développe pas nécessairement vos compétences en matière de prise de décision, car vous ne faites que suivre ce que les autres vous disent de faire.

Il peut être plus important d'élever son niveau que son plafond

Relever son plafond signifie repousser les limites de ses meilleures performances, tandis que relever son plancher implique d'améliorer ses pires performances.

Une personne peut être très intelligente, mais aussi impulsive, mal maîtriser ses émotions, gérer ses difficultés de manière inefficace et avoir d'autres aspects de sa personnalité qui nuisent à ses performances.

L'importance d'élever son niveau

Il peut être plus important d'élever son plancher que son plafond dans différents contextes, notamment dans le trading, l'investissement et même dans d'autres domaines de la vie tels que le sport, la santé et la forme physique, ou encore les études.

L'explication réside dans le concept de cohérence et de gestion des risques.

Dans le domaine du trading et de l'investissement, par exemple, la réussite ne consiste pas seulement à réaliser les transactions ou les investissements les plus rentables.

Il s'agit également de minimiser les pertes lorsque les conditions sont moins favorables.

En augmentant votre plancher, vous réduisez essentiellement l'impact négatif de vos plus mauvaises transactions, ce qui se traduit par une meilleure performance globale à long terme.

Cette démarche est directement liée au concept de gestion des risques, un aspect important du succès en trading.

La régularité plutôt que les valeurs aberrantes

Une autre perspective de ce concept est liée à la cohérence.

Dans toute entreprise, la constance des performances l'emporte souvent sur les coups d'éclat occasionnels.

Alors qu'élever son plafond peut conduire à des résultats exceptionnels de temps à autre, élever son plancher permet d'obtenir de meilleurs résultats de manière plus régulière.

Cette constance peut contribuer à une courbe de croissance régulière, à un renforcement de la confiance et à une réussite à long terme.

Certaines personnes sont vraiment douées pour certaines choses simplement parce que c'est ce qu'elles font tous les jours (ou presque tous les jours) depuis longtemps.

Application dans la vie réelle et importance

Ce concept peut être appliqué à de nombreux scénarios du monde réel.

Par exemple, dans le domaine du sport, un athlète qui réalise régulièrement de bonnes performances (même s'il ne bat pas de records du monde ou n'est pas en tête de la ligue dans certaines catégories statistiques) est souvent plus précieux pour une équipe qu'un athlète qui réalise occasionnellement des performances brillantes mais irrégulières.

La variabilité de leurs performances peut conduire les entraîneurs ou les managers à ne pas leur faire confiance dans les situations critiques, ce qui les rend inaptes à jouer dans les scénarios les plus délicats.

Cela peut diminuer leur valeur globale. Un bon joueur qui joue régulièrement un jeu "B" peut avoir plus de valeur qu'un joueur qui a un jeu "A" mais un jeu "F" terrible (c'est-à-dire qu'il s'effondre lorsque les choses ne vont pas bien pour lui).

Par exemple, un joueur de basket-ball qui se met dans un état d'esprit négatif lorsque son tir ne tombe pas ou un joueur de poker qui joue de manière trop agressive après un bad beat et qui perd de l'argent en conséquence.

Ou, bien sûr, un trader qui "se venge" après une série de pertes.

Certains traders peuvent être très peu productifs en raison de leurs émotions ou de leur humeur du jour, ce qui peut conduire à des performances en dents de scie, comme nous l'avons vu plus haut dans l'article.

De même, dans les études, un étudiant qui comprend et applique bien les concepts peut avoir des connaissances de base plus solides qu'un étudiant qui bachote pour les examens et n'est pas motivé pour étudier beaucoup entre-temps.

Dans l'ensemble

S'il est vrai que s'efforcer de repousser les limites de ses meilleures performances est un élément essentiel de la croissance et de la réussite, il ne faut pas pour autant négliger la valeur d'une performance constante au-dessus d'une certaine norme.

Relever son niveau - améliorer ses performances les plus médiocres - peut souvent conduire à un succès plus constant et à une plus grande stabilité que si l'on se contente de relever son niveau.

Il s'agit d'atténuer les inconvénients pour améliorer les performances globales, une approche qui peut faire une différence significative dans la réussite à long terme.

Warren Buffett et Charlie Munger ont toujours affirmé que leur succès était davantage lié au fait qu'ils n'avaient rien fait de stupide qu'à celui qu'ils avaient fait quelque chose d'intelligent.

Warren Buffett : Ce sont les autres qui font des choses stupides qui créent les bonnes opportunités.

Problèmes liés à l'intelligence et lien avec la réussite en trading

Examinons les problèmes liés à l'intelligence et leur lien avec la réussite en bourse.

Difficile à définir

Tout d'abord, il est difficile de définir l'intelligence.

Par exemple, la créativité est-elle de l'intelligence ?

Si c'est le cas, est-elle correctement prise en compte dans les tests d'intelligence et de raisonnement traditionnels tels que le Mensa, le SAT, etc.

Il est généralement plus difficile de tester les traits du "cerveau droit" que ceux du "cerveau gauche".

Problèmes liés aux tests eux-mêmes

Il ne faut pas laisser ses capacités être définies par des tests d'intelligence, qui manquent de normalisation, testent un échantillon relativement étroit de compétences et d'aptitudes et se contentent souvent de produire une simple quantité scalaire qui ne tient pas compte de la grande dimensionnalité des compétences, des aptitudes et des valeurs des individus.

Ces tests ont des formats différents, mettent l'accent sur des compétences et des aptitudes différentes et ont des systèmes de notation variés. Par exemple, un test de QI peut avoir un écart-type de 15, un autre de 16 et un autre de 24.

L'intelligence traditionnelle, telle qu'elle est mesurée par les tests de QI, évalue certaines capacités cognitives telles que la compréhension verbale, la mémoire de travail et la vitesse de traitement.

Toutefois, ces évaluations ont des limites et leur lien avec la réussite boursière peut être mal compris.

Applicabilité limitée

Les tests de QI se limitent souvent à l'évaluation de la capacité à obtenir de bons résultats à un examen spécifique, et ne donnent pas forcément une idée générale des aptitudes d'une personne pour toute une série d'études, de carrières, etc.

Certaines personnes peuvent obtenir des résultats similaires et être très, très différentes en termes de compétences et d'aptitudes cognitives, ainsi que dans ce qu'elles apprécient.

De même, une personne ayant obtenu un score beaucoup plus faible peut être beaucoup plus qualifiée ou avoir des aptitudes naturelles pour quelque chose que quelqu'un ayant obtenu un score beaucoup plus élevé.

Motivation et préparation

En outre, les tests de QI mesurent souvent la motivation et la préparation à l'examen.

Il est possible d'obtenir un meilleur résultat en se préparant (certains types de questions sont fréquents) et en étant motivé pour réussir.

Une personne "intelligente" peut avoir un "QI faible" simplement parce qu'elle ne se sent pas concernée et ne fait pas les efforts nécessaires pour obtenir de bons résultats.

Ne mesure pas la flexibilité et l'adaptation

Les personnes intellectuellement douées excellent souvent dans l'apprentissage de systèmes et l'application de règles.

Toutefois, les environnements de trading sont dynamiques et requièrent une certaine souplesse d'esprit, ce qui n'est pas toujours le point fort des personnes ayant obtenu de bons résultats aux tests de QI. Ce n'est pas parce qu'ils ne possèdent pas nécessairement ces compétences, mais simplement parce que ces traits ne sont pas suffisamment mesurés.

Perception du risque

Des résultats élevés à un test de QI ne signifient pas nécessairement que l'on est capable d'évaluer correctement les risques, ce qui conduit à des décisions de trading ou d'investissement moins qu'optimales.

Il est essentiel que les traders aient une perception précise des risques pour prendre des décisions d'investissement équilibrées.

Limites générales du QI en tant qu'indicateur de réussite

Les tests de QI ne mesurent pas d'autres formes d'intelligence vitales pour le trading, telles que l'intelligence émotionnelle et l'intelligence du risque, ou les traits difficiles à mesurer que nous avons mentionnés précédemment (par exemple, la créativité, l'intuition, la synthèse).

Ces formes d'intelligence jouent un rôle important dans la réussite en trading, car elles englobent des compétences telles que la gestion du stress, la régulation émotionnelle et l'évaluation des risques.

Conclusion

Si un certain degré d'intelligence est bénéfique pour le trading, il n'est pas le seul facteur déterminant de la réussite.

L'intelligence émotionnelle et l'intelligence du risque, ainsi que les connaissances, l'expérience, la discipline et la constance, jouent un rôle tout aussi important, sinon plus.

Le trading est une activité complexe qui requiert un ensemble de compétences et d'attributs à multiples facettes, et la réduire à une seule mesure de l'intelligence ne permet pas d'en avoir une vue d'ensemble.

Pour réussir, il faut donc moins être le plus intelligent selon les critères traditionnels (mémoire et vitesse de traitement) que faire preuve de polyvalence et d'adaptabilité.

Si l'aspect analytique du trading est important, le rôle des compétences créatives et intuitives ne doit pas être sous-estimé.

La créativité, la vision, l'intuition, la synthèse, la génération d'idées et les compétences en matière de prise de décision peuvent donner un avantage aux traders, en les aidant à naviguer sur les marchés et en rendant leurs stratégies de trading plus solides et plus adaptables.

Chacune de ces compétences est complémentaire des autres et, ensemble, elles forment un ensemble complet de compétences permettant de négocier et d'investir avec succès.

Les meilleurs brokers de CFD

Brokers Réglementation Plateformes de trading Site officiel
ASIC, CBFSAI, FRSA, BVIFSC, FSCA, JFSA, OCRCVM MetaTrader 4 et 5
AvaOptions
Site AvaTrade
CNMV, FCA, KNF, CySEC, BIFSC, DFSA xStation Site XTB Brokers
CySEC, ASIC, BIFSC MetaTrader 4 et 5 Site XM
FCA, ASIC, CySEC, JSC, OCRCVM, FSCAMetaTrader 4 et 5Site Admiral Markets
FCA, ASIC, CySEC, BaFin, DFSA, CMA, SCBMetaTrader 4 et 5
cTrader, TradingView
Site Pepperstone
FCA, BaFin, ASIC, FINMA, FSCA, MAS, FMA, DFSA, JFSA, CFTCIG, ProRealTime
MT4, L2 Dealer
Site IG
FCA, CSSF, SCB, BACEN & CVM, CMVMMT4 et 5, ActivTrader
TradingView
Site ActivTrades
ASIC : Australie, BaFin : Allemagne, BIFSC : Belize, BVI FSC : Îles Vierges britanniques, BACEN & CVM : Brésil, CySEC : Chypre, CNMV : Espagne, CMVM : Portugal, CSSF : Luxembourg, CFTC : USA, CBFSAI : Irlande, CMA : Oman,, DFSA : Dubaï, FCA : Royaume-Uni, FINMA : Suisse, FSPR - FMA : Nouvelle-Zélande, FRSA : Abu Dhabi, FSA : Seychelles, FSCA : Afrique du Sud, JFSA : Japon, JSC : Jordanie, KNF : Pologne, MAS : Singapour, OCRCVM : Canada, SCB : Bahamas, VFSC : Vanuatu
Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.