Menu

Investir 100 000 € - Stratégies de portefeuille d'investissement

Investir 100 000 €

Si vous disposez de 100 000 euros en espèces ou si vous vous demandez ce que vous allez faire avec 100 000 euros en banque, nous allons aborder dans cet article une approche équilibrée de ce que vous pouvez faire avec ce type d'argent.

En supposant que vous n'avez pas de dettes, que vous disposez d'un fonds d'urgence correspondant à 3 à 6 mois de dépenses et que vous avez déjà épuisé vos comptes de retraite, voici quelques options pour ce que vous pouvez faire avec 100 000 €.

Que faire avec 100 000 € ?

Comme nous l'avons mentionné dans d'autres articles, nous sommes partisans de l'équilibre.

Le capital n'est pas tant détruit qu'il se déplace.

Ainsi, si vous parvenez à trouver un équilibre dans un portefeuille et à éviter les biais environnementaux, vous pouvez construire un portefeuille capable de bien se comporter dans n'importe quel environnement et de capter efficacement les primes de risque du marché.

Par exemple, les actions se portent bien lorsque la croissance est supérieure aux attentes actualisées et que l'inflation est modérée ou inférieure aux attentes.

Les matières premières ont tendance à bien se comporter dans les environnements inflationnistes ou stagflationnistes (et la hausse des prix des matières premières est parfois la cause ou la cause partielle de l'inflation elle-même).

Les obligations indexées sur l'inflation ont tendance à surperformer les obligations à taux nominal lorsque la croissance est faible et que les attentes d'inflation augmentent.

Les obligations à taux nominal (des pays à monnaie de réserve) ont tendance à bien se comporter lorsque la croissance et l'inflation sont faibles.

Les liquidités sont plus performantes lorsque la monnaie et le crédit sont restreints. Et ainsi de suite.

Avoir un équilibre et bien mélanger les actifs

Donc, si vous pouvez équilibrer ces actifs les uns par rapport aux autres et les mélanger correctement, vous obtiendrez un portefeuille assez efficace qui ne connaîtra pas de fortes baisses.

Il n'y aura pas non plus de fortes hausses comme c'est le cas avec une exposition concentrée aux actifs.

Mais cela sera compensé par l'amélioration du rapport rendement/risque, la diminution du risque de l'extrémité gauche, la diminution des baisses, la réduction des périodes d'inactivité, etc. (Nous avons des statistiques récapitulatives à la fin de cet article).

Les questions à se poser en premier

Les questions que les particuliers et les institutions doivent se poser dès le départ ne sont pas très différentes.

Il y a essentiellement trois questions importantes :

  • Quel est votre rendement requis ?
  • Quel est le rendement que vous pouvez atteindre ?
  • Quelle est l'ampleur de la baisse que vous pouvez supporter en cours de route ?

Par rendement requis, on entend simplement le rendement qui est nécessaire pour que les actifs actuels répondent aux besoins et obligations futurs.

Pour un fonds de pension, par exemple, cela signifie faire correspondre les flux de trésorerie aux obligations futures. Pour un particulier, il s'agit de déterminer le rendement dont il a besoin pour maintenir son style de vie.

Le rendement réalisable est fonction du prix actuel des actifs et des compétences.

Quant au drawdown, il s'agit de savoir dans quelle mesure vous pouvez tolérer une baisse de votre capital sans compromettre vos objectifs à long terme.

Ces questions sont simples et relèvent du bon sens. Mais il n'est pas toujours facile d'y répondre, même pour les personnes averties.

Mais elles sont également essentielles à la viabilité d'une personne face à une série de résultats économiques et de marché et ont des implications sur la manière dont une personne peut structurer un portefeuille.

Un portefeuille de 100 000 euros ne vous permettra probablement pas de prendre votre retraite, à moins que vos frais de subsistance soient très bas.

Si vous essayez de vivre d'un portefeuille dont le rendement des actifs est inférieur au rendement requis, les actifs doivent être liquidés pour couvrir les paiements. Et par conséquent, le futur rendement requis augmente.

Par exemple, si vos frais de subsistance de base s'élèvent à 2 000 € par mois, cela signifie qu'un portefeuille de 100 000 € nécessiterait un rendement annuel de 24 % uniquement pour financer ces frais sans entamer le capital.

Ce type de rendement annuel n'est pas très réaliste lorsqu'il s'agit de marchés d'actifs liquides, à moins qu'il ne soit complété par un montant suffisant de sources de financement extérieures (par exemple, des fonds économisés grâce à votre emploi).

Par conséquent, 100 000 € est vraiment une somme à laquelle on peut contribuer avec son épargne et qu'on cherche à faire fructifier au fil du temps.

Par exemple, si vous avez 30 ans, que vous investissez 100 000 € sur les marchés et que vous obtenez un taux de rendement annuel de 6 %, à 70 ans, votre portefeuille vaudra un peu plus d'un million d'euros. En utilisant la règle des quatre pour cent, cela peut rapporter un peu plus de 40 000 € par an.

Si une personne possède un portefeuille avec l'intention d'en vivre, mais qu'elle perd constamment de l'argent en raison d'événements défavorables sur le marché, de pratiques d'investissement peu judicieuses, parce que des fonds doivent être retirés du portefeuille pour couvrir les dépenses, etc.

Si cela se produit assez souvent et pour des montants assez importants, le problème s'envenime.

La dynamique réelle sera différente pour chaque investisseur, en fonction de la nature de son passif ou de son indice de référence, mais les trois questions sont presque toujours pertinentes et importantes à garder à l'esprit avant de déterminer ce qu'il faut faire avec n'importe quelle somme d'argent à investir.

Allocation de base

Voici un exemple de répartition suivant l'approche du portefeuille équilibré.

  • Actions des marchés développés = 25 000 € (25%)
  • Actions des marchés émergents = 5 000 € (5%)
  • Obligations indexées sur l'inflation = 30 000 € (30%)
  • Obligations des marchés émergents = 5 000 € (5%)
  • Or = 15 000 € (15%)
  • Matières premières = 5 000 € (5%)
  • Obligations d'État à long terme = 15 000 € (15%)

Rendement du portefeuille

Rendement du portefeuille 1

Comme on peut le constater, la trajectoire du portefeuille équilibré (ligne bleue) est beaucoup plus régulière que celle du portefeuille d'actions concentrées (ligne rouge) :

Rendement du portefeuille 2

Les drawdowns sont également moins importants :

Rendement du portefeuille 3

La diversification apporte une amélioration en termes de récompense par rapport au risque.

Mais elle reste naturellement en retrait par rapport au portefeuille d'actions en raison de la présence d'actifs à faible rendement.

Comment contourner ce problème ?

Grâce à un effet de levier modéré.

La plupart des gens pensent que la diversification ne fait que réduire leurs rendements.

C'est vrai si vous n'ajustez pas les risques.

Par exemple, si les actions ont un rendement de 8 % pour une volatilité de 16 % et que les obligations ont un rendement de 4 % pour une volatilité de 8 %, c'est à peu près la même chose si l'on tient compte du risque.

Certains sont totalement opposés à toute forme de dette ou d'effet de levier, ce qui est très bien, mais si vous voulez augmenter le rendement, vous devez effectivement emprunter 0,50 € pour chaque 1,00 € de valeur de liquidation nette pour que le portefeuille équilibré ci-dessus ait le même rendement que le portefeuille d'actions.

En d'autres termes, si le portefeuille est géré avec un effet de levier de 1,5x, vous obtiendrez le même rendement que le portefeuille d'actions (en regardant en arrière) et vous aurez toujours une fraction du risque.

Par exemple, votre drawdown maximum est toujours inférieur à 30 %, contre 51 % pour les actions. Votre volatilité est inférieure à 12 %, contre 16 % pour le portefeuille d'actions pur.

Votre pire année n'aurait été que de 16 % de baisse, contre 37 % pour les actions. Votre meilleure année aurait été un respectable +26% contre 33% pour les actions.

Si vous utilisez un effet de levier de 2x, votre volatilité est toujours légèrement inférieure à celle du portefeuille d'actions, mais vous avez obtenu des rendements annualisés de 11-12%, tout en ayant des drawdowns inférieurs, une "pire année" inférieure, un risque de queue gauche inférieur, etc. Vous avez donc fait mieux avec moins de risques.

Comparatif des courtiers en bourse

CourtiersSupports financiersFrais de courtage
Actions Euronext
Notre avis
Compte titres, compte sur margePas de commissions pour un volume mensuel maximum de 100 000 EUR puis 0,20%XTB : Trading sans commissions, mais avec un choix de titres limité à 3500 actions et 400 ETF. Compte démo gratuit pour tester la plateforme.
Compte titres, PEA, PEA-PME, banque en ligne0.10% à 0.20% selon le profilService complet avec toutes les options d'une banque en ligne.
Compte titres, PEA, PEA-PME, Compte dérivé0,08% avec un minimum de 2€ par transactionSAXO offre un service de courtage sur plus 23 500 actions, ETF, OPCVM, IPO et obligations via 50 places boursières.
Compte Titres1€ par ordreTrade Republic est accessible à tous les investisseurs avec une application mobile élégante et aucun dépôt minimum. Toutefois, l'accent mis sur le trading mobile limite les outils d'analyse.
Investir comporte des risques de perte

Comment créer ce portefeuille ?

Les ETFs fournissent une exposition diversifiée.

Dans ce cas, nous utilisons des ETF sans levier. Vous ne payez que les frais de gestion, qui sont généralement très bas.

Habituellement, les frais des ETF d'indices boursiers sont les moins chers (normalement moins de 15 points de base) ; les ETF d'obligations sont un peu plus chers dans l'ensemble (généralement de 10 à 50 points de base, selon le type de fonds obligataire) ; les ETF de matières premières sont les plus chers (généralement plus de 40 points de base).

Voici un exemple :

  • Actions des marchés développés (SPY) = 25 000 €
  • Actions des marchés émergents (EEM) = 5 000 €
  • Obligations indexées sur l'inflation (TIP) = 30 000 €
  • Obligations des marchés émergents (EMLC) = 5 000 €
  • Or (GLD) = 15 000 €
  • Matières premières (GSG) = 5 000 €
  • Obligations d'État à longue échéance (TLT) = 15 000 €

Mais qu'en est-il du coût d'emprunt ?

C'est une bonne question, car le coût des emprunts dans votre portefeuille n'est pas toujours gratuit.

Il existe deux moyens principaux :

1) Les contrats à terme

Les contrats à terme vous permettent d'acheter une exposition importante à un certain actif pour une faible mise de fonds.

Par exemple, avec certains contrats à terme, vous pouvez obtenir une exposition de 10 $ pour chaque dollar de garantie.

Il est donc facile d'obtenir un effet de levier par le biais des contrats à terme, mais il peut être facile d'obtenir un effet de levier excessif et difficile de dimensionner les positions de manière appropriée.

De nos jours, des contrats à terme plus petits (parfois appelés "mini" contrats) sont disponibles pour mieux répondre aux besoins des comptes à 5 et 6 chiffres.

La liquidité est également un facteur important. Certains contrats à terme ne sont pas très liquides, ce qui pose un problème supplémentaire car l'écart augmente les coûts de transaction, qui grugent directement le rendement.

En outre, les contrats à terme ont une date d'expiration. Vous devez faire rouler les contrats d'une date à l'autre, souvent une fois tous les trois mois, mais parfois tous les 1 à 2 mois. Cela implique des coûts de transaction.

2) Emprunter

La dette sur marge peut être coûteuse.

Par exemple, si vous disposez de 100 000 € et que vous voulez une exposition de 2x, cela signifie 200 000 € d'actifs. Cela signifie donc qu'il faut emprunter 100 000 €.

Si votre coût de marge est de 5 % (il peut facilement être plus élevé que cela), cela représente 5 000 € par an. Si vos actifs génèrent un flux de trésorerie de 10 000 € par an en moyenne, cela signifie que la moitié est absorbée uniquement par les coûts de marge (c'est-à-dire les intérêts).

Vous devez donc essayer de minimiser vos emprunts en espèces.

Comment emprunter sans payer d'intérêts

Il existe un moyen d'emprunter sur marge sans payer d'intérêts sur marge.

Cela implique également la tenue d'un portefeuille de positions courtes.

En effet, la vente à découvert vous donne un crédit en espèces sur votre compte, ce qui vous permet d'éviter tout emprunt net.

Cependant, il peut être difficile de gagner à la vente à découvert lorsque l'incitation est à la hausse de ces actifs.

L'un des moyens d'y parvenir est donc de gérer un portefeuille de positions courtes avec des options de vente couvertes.

En gros, cela se résume à ceci : Les options de vente vendues en contrepartie des positions courtes génèrent des revenus, tandis que le portefeuille court compense l'intérêt de marge, ce qui vous permet d'être plus long sur les actifs principaux.

Ce n'est pas forcément recommandé car c'est compliqué. Mais la gestion d'un livre court ou d'un livre court avec des options de vente pour récolter les revenus de ces positions courtes est néanmoins une stratégie.

Nous n'avons pas non plus inclus de frais de transaction dans ces backtests. En réalité, vous paierez un certain écart pour entrer et sortir de vos positions, mais ce n'est pas très grave si vous achetez et conservez vos titres sur le long terme.

Évitez d'utiliser des ETF à effet de levier

Les ETF à effet de levier ne sont bons pour aucun horizon temporel autre que l'intraday.

Les ETF à effet de levier sont particulièrement mauvais pour toute période au-delà d'un jour en raison de la dégradation du temps ou de l'erreur de suivi.

Ils doivent être manipulés avec précaution s'ils sont utilisés à des fins autres que le trading journalier. En effet, leurs valeurs sont recalculées chaque jour de trading.

C'est pourquoi les pourcentages comptent plus que la valeur de l'indice. Si la valeur d'un indice chute de 20 %, un gain de 25 % est nécessaire pour compenser les pertes, ce que reflètent les ETF à effet de levier.

Exemple

Par exemple, si un indice passe de 100 à 99, il perd 1 % de sa valeur.

Si l'indice remonte à 100 le jour suivant, cela représente un gain de 1,01 %.

Un ETF à effet de levier 2x de l'indice sous-jacent perdrait 2 % de 100 à 98.

Le lendemain, l'ETF reprendrait 2,02 % pour suivre l'indice (2 multiplié par le gain de 1,01 %).

Cependant, en suivant la réinitialisation quotidienne, en faisant le calcul, en prenant 98 multiplié par 2,02 pour cent, on obtient seulement 99,98.

Les mouvements de prix supplémentaires aggravent cette erreur de suivi, une plus grande volatilité entraînant un écart plus important.

Pour cette raison, ces ETF à effet de levier présentent un modèle de décroissance naturelle qui fausse l'efficacité avec laquelle ils reflètent ce qu'ils sont censés suivre sur le long terme, c'est-à-dire sur une période supérieure à un jour.

Si le marché baisse et que vous êtes en position longue sur un ETF à effet de levier 2x ou 3x court, vous gagnerez plus d'argent qu'en étant simplement en position courte sur un ETF S&P 500 3x court comme SPXU.

Mais il ne s'agira pas des 3x que beaucoup pensent obtenir à moins de limiter la période de détention à un seul jour.

L'avantage de ces titres, toutefois, est qu'ils peuvent être négociés dans un compte de trading d'actions ordinaire pour ceux qui n'ont pas de comptes de contrats à terme et d'options.

Néanmoins, les variétés à effet de levier devraient idéalement être évitées pour ceux qui ont des périodes de détention supérieures à un jour en raison de l'erreur de suivi qui en résulte.

FAQs - Que faire avec 100 000 euros ?

Devrais-je acheter des actions et des titres individuels ?

L'idée de ce portefeuille est d'avoir une large diversification pour prendre le risque de manière plus efficace.

Il s'agit d'une répartition stratégique des actifs plutôt que tactique.

Les ETF sont donc les mieux adaptés à cet objectif, car ils constituent un moyen facile d'y parvenir. Toutefois, si vous voulez acheter des actions individuelles, c'est très bien.

Vous devez simplement faire attention aux sélections tactiques et éviter une exposition concentrée qui augmente les risques.

Comment dois-je rééquilibrer mon portefeuille ?

Le portefeuille doit être rééquilibré selon les besoins. Ce n'est pas nécessairement une fois par trimestre ou par an, bien qu'il soit possible de procéder ainsi si c'est plus pratique de le faire.

En effet, la répartition des actifs sous-jacents aura changé et vous souhaitez conserver le ratio souhaité.

Pour ce faire, il suffit de vendre l'actif dont la valeur a le plus augmenté et d'utiliser le produit de la vente pour acheter davantage des autres.

En même temps, tenez compte de vos implications fiscales.

En raison des lois régissant les gains en capital à court et à long terme, vous pourriez trouver avantageux d'augmenter vos périodes de détention.

Dois-je utiliser l'effet de levier ?

Il ne s'agit pas d'un concept noir et blanc - "tout effet de levier est mauvais, aucun effet de levier est bon".

Un portefeuille à effet de levier modeste, équilibré et bien diversifié peut être meilleur (c.-à-d. des rendements plus élevés et un risque moindre) qu'un portefeuille sans effet de levier et peu diversifié.

L'effet de levier est un outil comme un autre. La plupart des déboires financiers sont dus à une forme ou une autre de surendettement - par exemple, l'utilisation inconsidérée de la marge, l'utilisation inconsidérée des contrats à terme, la vente à découvert d'options.

L'essentiel est de ne pas utiliser un effet de levier trop important (ce qui nous ramène à la question "quel niveau de baisse pouvez-vous supporter") et d'être conscient des risques.

Une bonne règle générale consiste à maintenir la volatilité totale de votre portefeuille à 20 % ou moins. Ceux qui sont plus proches de la retraite ou d'une étape où ils auront besoin de l'argent du portefeuille peuvent envisager de descendre en dessous de 12 % ou même de 10 %.

Qu'en est-il des stop loss ?

Un stop loss est un ordre de vente d'un titre lorsqu'il atteint un certain prix.

Il est conçu pour limiter la perte d'un investisseur sur une position dans un titre.

Par exemple, disons que vous achetez des actions de la société XYZ à 50 € par action.

Vous pourriez placer un ordre de vente stop à 45 €, ce qui aurait pour effet de vendre automatiquement vos actions si le prix tombait à ce niveau.

Il n'y a pas de "bonne" réponse en ce qui concerne les ordres stop.

Cela dépend de vos objectifs d'investissement, de votre tolérance au risque et d'autres facteurs.

Certains investisseurs choisissent de fixer des seuils de perte, tandis que d'autres sont plus détendus à ce sujet.

Il est important de se rappeler qu'un stop loss n'est pas garanti.

Si le marché s'effondre (ouverture à un prix inférieur à celui de la clôture de la journée précédente), votre ordre stop peut ne pas être exécuté au prix souhaité.

En outre, les seuils de déclenchement sont davantage un concept de trading qu'un concept d'investissement.

Les traders et les investisseurs ont tendance à penser différemment aux marchés. Pour les traders, tout ce qui compte, ce sont les gains ou les pertes résultant des mouvements du marché. Les investisseurs sont plus enclins à considérer les actions comme des parts d'une entreprise.

Par exemple, un propriétaire de terres agricoles ne considère pas la chute des prix comme une perte d'argent. Il pense au revenu net que lui procure la terre. En fait, si les prix baissent et qu'il obtient davantage de revenus par unité de terre, il peut être judicieux d'en acheter davantage.

Si les terres agricoles étaient un titre liquide, un trader considérerait ces pertes d'évaluation au marché comme une mauvaise chose.

Ne vaut-il pas mieux choisir des titres individuels que d'acheter des ETF ?

Tout ce qui est connu est déjà intégré dans le prix.

Le prix du marché n'est pas déterminé selon que les choses sont bonnes ou mauvaises. Il est déterminé par le fait que les choses sont bonnes ou mauvaises par rapport à ce qui est déjà escompté.

C'est pourquoi une action peut rebondir après un mauvais rapport sur les bénéfices. Les attentes du marché étaient qu'il serait terrible.

Ou pourquoi une action peut chuter fortement malgré un très bon rapport sur les bénéfices. Le marché s'attendait à un excellent rapport. Même s'il était excellent, les estimations prévisionnelles pourraient être réduites, ce qui entraînerait une chute.

Parier sur une mauvaise société peut être aussi bon que de parier sur une bonne société, car leurs prix reflètent déjà ce que l'on sait.

C'est pourquoi le Nifty Fifty de la fin des années 1960 et du début des années 1970 s'est avéré être un échec. Il s'agissait d'actions "incontournables" qui étaient perçues comme étant le présent et l'avenir. Mais leurs prix ont devancé leur potentiel réel de gains futurs.

Méfiez-vous également des actions qui fonctionnent davantage sur des histoires, du battage publicitaire et de la promotion que sur la réalité. Une action est une créance sur des bénéfices futurs, c'est-à-dire la production de biens et de services en sus des coûts de production.

C'est la même raison pour laquelle parier sur les mauvaises équipes peut être aussi bon que de parier sur les grandes équipes sur les marchés des paris sportifs.

On n'attend pas grand-chose des mauvaises équipes. Elles sont donc régulièrement outsiders et ont des écarts de points favorables lorsque les bookmakers créent un marché sur elles qui tente d'équilibrer l'argent des deux côtés du pari.

On attend beaucoup des grandes équipes. Elles sont presque toujours favorites et doivent couvrir des écarts de points importants en conséquence.

Autres options pour savoir quoi faire avec 100 000 euros

Ce que nous avons couvert ci-dessus est une approche passive de l'investissement de 100 000 €.

Bien que 100 000 € soit une belle somme d'argent, si vous deviez l'utiliser dans le but d'en vivre à perpétuité, cela n'irait pas si loin.

Si l'on applique la règle des 4 %, cela pourrait rapporter environ 4 000 euros par an (ou environ 300 à 350 euros par mois).

Il existe d'autres moyens d'obtenir de meilleurs rendements, bien qu'il s'agisse d'approches plus actives ou simplement plus risquées.

Examinons-les.

#1 Créez ou achetez une entreprise qui tire parti de vos compétences.

Vous pouvez soit créer votre propre entreprise, soit acheter une entreprise existante.

L'avantage d'acheter une entreprise existante est qu'elle dispose déjà d'une clientèle, d'une équipe, de processus ou au moins d'une certaine forme de traction.

Si vous créez une entreprise à partir de rien, vous avez plus de contrôle sur vos dépenses, mais aussi plus de risques puisque le succès n'est pas garanti.

Quoi qu'il en soit, posséder sa propre entreprise peut être un excellent moyen de générer des revenus et de se constituer un patrimoine au fil du temps.

Assurez-vous simplement de faire preuve de diligence raisonnable avant de prendre toute décision.

Pensez également à la façon dont l'entreprise peut tirer parti de vos compétences. Si vous êtes un codeur, vous pourriez créer (ou acheter) un projet SaaS. Si vous êtes dans le domaine du référencement, vous pourriez créer (ou acheter) un blog.

Pensez également aux synergies. Comment cela aidera-t-il une de vos activités existantes à réduire ses coûts ou à créer des opportunités de vente incitative ou croisée ?

Par exemple, un broker en ligne pourrait acheter une plateforme d'investissement automatique pour attirer les jeunes investisseurs, ou acheter une plateforme technologique de courtage de premier ordre pour attirer davantage de clients institutionnels.

#2 Investir dans l'immobilier

Investir dans l'immobilier peut être un excellent moyen de générer des revenus et de se constituer un patrimoine au fil du temps.

Cependant, vous devez vraiment connaître l'immobilier pour en tirer le meilleur parti.

Par exemple, vous devez repérer les bonnes affaires et identifier les bonnes améliorations pour en tirer le meilleur parti.

Vous devez également prendre en compte le temps et les efforts nécessaires à la gestion des biens locatifs.

Et si vous n'êtes pas prudent, l'immobilier peut être un investissement très risqué.

Mais s'il est bien géré, il peut être un excellent moyen de se constituer un patrimoine au fil du temps. Veillez simplement à faire vos devoirs avant de vous lancer.

#3 Investissements providentiels

Cela peut être très risqué car la plupart des opérations de capital-risque ne rapportent aucun capital au final.

Cependant, pour les investisseurs qui savent bien repérer les opportunités, cela peut être un excellent moyen de gagner de l'argent.

La clé est de bien comprendre les entreprises dans lesquelles vous investissez, leur direction, les tendances émergentes, les marchés en développement, et d'avoir une bonne idée de leur potentiel.

Et comme pour tout investissement, ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. Diversifiez vos investissements pour minimiser les risques.

#4 Trading

Il s'agit d'un trading spéculatif dans lequel vous achetez et vendez des actions ou d'autres actifs dans un court laps de temps, généralement quelques jours ou quelques semaines.

L'objectif est de tirer parti des mouvements de prix à court terme.

Cela peut être risqué, car il est difficile de prévoir les mouvements de prix sur une période aussi courte.

Votre efficacité dépend des informations dont vous disposez et de votre processus.

Cependant, si vous êtes doué, le trading peut être un moyen de gagner de l'argent.

Veillez simplement à n'utiliser que l'argent que vous pouvez vous permettre de perdre et à ne pas vous laisser emporter par l'excitation.

Conclusion - Que faire avec 100 000 € ?

Si vous voulez traiter 100 000 € d'une manière qui maximise votre récompense par rapport à votre risque sur les marchés liquides, vous devrez faire preuve d'équilibre.

Vous n'avez pas besoin de faire des prévisions économiques/de marché correctes pour bien faire.

Il s'agit de répartir vos jetons de manière équilibrée et efficace et de collecter.

Il ne s'agit pas d'avoir raison tout le temps.

L'objectif est de construire un système qui génère des revenus et prend de la valeur au fil du temps, tout en vous donnant la flexibilité de vivre votre vie comme vous le souhaitez.

Ce ne sont là que quelques options pour savoir quoi faire avec 100 000 euros. Il est important de trouver un investissement qui corresponde à votre tolérance au risque et à vos objectifs. Et comme toujours, n'oubliez pas de diversifier vos placements, même lorsque vous faites du trading ou que votre portefeuille est soumis à un taux de rotation élevé.

Avec un peu de réflexion et de planification, vous pouvez faire travailler vos 100 000 € pour vous.

Fortuneo