Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 05-03-2021 16:44:23

Climax
Administrateur
Inscription : 30-08-2008
Messages : 5 326

Le fondateur d'Admiral Markets, parle du changement de marque

Tsikhilov, le fondateur d'Admiral Markets, parle du changement de marque de la société

admirals.png

La société de courtage multiréglementée va lancer un nouveau nom de marque vendredi. M. Tsikhilov explique comment le changement de marque permettra d'offrir aux consommateurs un message de marque plus cohérent et de faciliter les processus commerciaux internes et externes.

Pourriez-vous nous parler un peu de votre parcours professionnel et nous donner un bref aperçu de vos fonctions récentes ?

Je suis entré dans l'espace de trading en ligne en 1999 après avoir été actif dans le secteur des services Internet pendant de nombreuses années. À l'époque, j'étais titulaire d'un diplôme d'ingénieur, obtenu dans une université de Saint-Pétersbourg, en Russie, mais j'ai dû apprendre le monde de la finance, en commençant par les bases.

Jamais auparavant, je ne m'étais positionné comme un spécialiste de la finance, mais je me suis donné pour mission de me former dans cette discipline. J'ai poursuivi ma formation dans le domaine de la gestion d'entreprise et j'ai ensuite obtenu deux maîtrises et un doctorat en gestion d'entreprise (DBA) dans une école de commerce de Zurich, en Suisse, où j'ai terminé ma thèse sur la gestion des incitations pour les employés des sociétés de courtage financier.

J'ai occupé le poste de directeur général du groupe Admiral jusqu'à la fin de 2016, après quoi, j'ai passé les rênes opérationnelles à mes jeunes collègues. Avec ce "changement de génération", les fondateurs de la société, qui étaient à la tête depuis le début, sont passés au conseil d'administration, en se concentrant sur les questions stratégiques pour le développement futur.

Quelle est l'importance de ce changement de marque pour les clients actuels et potentiels ? Allez-vous introduire de nouveaux services, lancer des produits ou annoncer des changements de direction avec ce changement ?

Les 20 premières années d'Admiral Markets ont été consacrées au courtage de devises et de CFD. Pour les 5 ou 10 prochaines années, notre champ d'action est beaucoup plus vaste. Nous irons au-delà du champ d'application des services traditionnels de trading et d'investissement et proposerons davantage de produits et de services financiers.

Cette évolution devrait se refléter dans le nom de notre société. Le mot "Markets" dans Admiral Markets signifie les marchés financiers et ne reflète pas de manière adéquate la portée de ce que nous faisons actuellement. Début 2021, nous avons introduit notre AM Card, une carte virtuelle fournie par Visa. La variante physique sera bientôt lancée.

Il ne s'agit pas d'un produit de trading et c'est un excellent exemple de ce à quoi nos clients peuvent s'attendre dans un avenir proche. Bien que nous introduisions d'autres produits et services de financement personnel de ce type, nous nous appuyons sur la solide base d'expérience que nous avons acquise au cours des 20 dernières années. Le trading sera toujours un élément important de notre identité et nos clients continueront à bénéficier de la meilleure qualité et des meilleures conditions du secteur.

Nous voulons faire en sorte que votre expérience du trading soit encore meilleure, tout en vous permettant d'accéder à nos nouveaux services de financement personnel. Admirals est un centre financier qui offre une large gamme de produits et de services qui rendent les finances personnelles transparentes et accessibles.

Dans quels autres domaines espérez-vous élargir l'offre de produits d'Admirals ?

Commençons par ce que nous avons déjà en réserve. Nous sommes sur le point d'introduire notre nouveau service de "Copy Trading". Grâce à ce service, un client sans expérience préalable, sans formation ou sans temps pourra investir activement les marchés en copiant d'autres traders prospères.

En choisissant un "trade leader", ses transactions pourront être automatiquement copiées sur le compte du client. Le client pourra régler des paramètres tels que le volume des transactions et personnaliser les décisions de trading en fonction de ses préférences.

Bien que nous ayons prévu de nombreux lancements de produits passionnants, nous sommes également en train de révolutionner et d'améliorer notre offre actuelle. Nous allons proposer le "Microlot Digital Currency Trading", qui permet à une personne de commencer le trading à partir de seulement 0,01 lot BTC USD, par exemple.

L'amélioration constante est au cœur de la façon dont nous gérons notre entreprise. Nous introduisons en permanence de nouvelles fonctionnalités innovantes dans notre application de trading Native, qui est une application développée en interne, adaptée à notre offre de trading.

Le trading des actions "meme stock" a fait basculer les chambres de compensation et a obligé les maisons de courtage à se protéger en augmentant les exigences de marge et, parfois même, en interdisant les actions de microcapitalisation. Comment avez-vous géré ce phénomène ?

Le terme "meme stock" désigne un nouveau phénomène de marché par lequel les actions de petites entreprises américaines sont montées en flèche. Des événements récents ont montré que l'on peut s'attendre à ce que certaines de ces entreprises fassent tôt ou tard "faillite", mais pas avant d'avoir enregistré une hausse de 100 ou même 200 % en une seule journée. Que cela soit souhaitable ou non, chacun doit répondre de ses actes.

Toutefois, cela a pour effet secondaire de susciter une forte hausse de l'intérêt pour le trading. Il a attiré l'attention d'un plus grand nombre de personnes sur le trading, ce qui est en fait positif pour le secteur du courtage. Les "néobrokers" profitent de campagnes de marketing agressives, promettant des offres de trading "sans commission".

En fin de compte, nous savons qu'il n'existe pas de "déjeuner gratuit". Tous les coûts opérationnels doivent être couverts ; un "faible coût" est toutefois possible. Les brokers Forex et CFD établis ont pris cette direction pendant de nombreuses années avant ce phénomène. Ils offrent à leurs clients la possibilité de négocier des devises sans commissions, seulement avec un spread.

La principale différence est que nous n'avons pas commercialisé ce produit aussi fortement que le font actuellement ces néobrockeurs. Ils le mettent en évidence dans tout leur marketing d'une manière claire et facile à comprendre. Cela a cependant permis de montrer clairement combien de personnes sont intéressées par le trading sur les marchés financiers. Une chose que l'on peut facilement contourner dans ce type de marketing est que le trading comporte des risques. Des mouvements de 200 % en une seule journée indiquent une grande volatilité et donc des risques associés. Pourtant, il est possible d'utiliser les opportunités en demande pour atteindre X ou Y pour cent par semaine de manière plus durable.

En février, Admiral Markets a décidé d'abandonner l'offre sans commissions sur certaines actions et certains fonds négociés en bourse (ETF). Qu'est-ce qui a motivé cette décision ? Pensez-vous que d'autres brokers suivront cet exemple ?

Pour être précis, nous sommes réputés pour offrir la possibilité d'investir dans des actions réelles à un prix bas, à partir de 1 euro. Nous avons apporté des modifications à notre offre de CFD, qui permet aux clients de trader des actions (sous forme de CFD) à un prix très bas. En outre, ils peuvent trader dans les deux sens, long et short, et utiliser un effet de levier.

Historiquement, nous avons proposé des opérations sans commission sur les CFD d'actions américains et européens, et nous avons maintenant introduit une commission très faible, également à partir de 1 euro seulement. Par rapport à certains brokers concurrents notables, qui commencent à partir de 10 euros pour les CFD sur actions, vous pouvez investir avec nous à 10 % des frais de commission.

Par ailleurs, étant donné que les actions en cents ne sont plus disponibles sur Admiral Markets, comment comptez-vous faire évoluer votre offre hors change en 2021 ?

Je tiens à préciser que les clients peuvent toujours investir dans des actions "réelles" comme celles de GME and Co. Grâce à notre compte Invest.MT5, les clients peuvent investir dans de vraies actions, sans effet de levier, ni trading à découvert.

Ce que nous avons limité, c'est notre offre de CFD sur les actions de petite capitalisation (penny stocks). Pour la plupart de ces actions, il est assez difficile, voire impossible, de trouver suffisamment de liquidités sur les marchés, c'est pourquoi nous avons été l'un des premiers brokers à procéder à cette réduction. Nous avons estimé qu'il s'agissait d'un choix responsable pour nos clients. Quelques semaines plus tard, nous avons constaté que d'autres grands brokers suivaient notre directive.

N'oublions pas non plus que la majorité des brokers de CFD n'ont jamais proposé un éventail aussi large de CFD sur actions. Beaucoup se contentent de proposer des paires de devises, des indices et des matières premières, etc.

Le fait est que nous voyons la plupart du volume des transactions sur des instruments tels que l'EURUSD, le DJI30, l'or et le DAX30. En particulier, les principaux indices DAX et DOW font partie de nos offres non Forex les plus populaires. Il s'agit d'une tendance croissante ; d'année en année, nous constatons une augmentation de l'intérêt et du volume.

Les indices boursiers mondiaux se situent pour la plupart sur ou près d'un sommet historique ; un retournement après la grande tendance à la baisse du printemps 2020, au début de la pandémie de COVID-19. Nous allons nous concentrer sur l'offre d'indices pour nous assurer que nous avons (l'une des) offres les plus attrayantes dans l'espace concurrentiel. Nous sommes en train de nous mettre en place pour simplifier et rationaliser nos services et notre offre de trading, grâce à de nombreuses nouvelles options telles que notre application de trading native et notre nouveau service de copy trading mentionné précédemment.

En résumé, l'offre ne changera donc pas de manière spectaculaire, mais elle sera améliorée en fonction de l'intérêt de nos clients. Les services seront simplifiés et plus accessibles sur tous les types d'appareils et de systèmes d'exploitation - ordinateur de bureau, Mac, mobile et navigateur.

Compte tenu de l'évolution du secteur au cours des deux dernières années, comment évaluer l'approche des régulateurs européens en matière de trading au détail ? Convenez-vous que les efforts de l'ESMA pour protéger les traders particuliers ont fait autre chose que de pousser les entreprises/clients à l'étranger ?

Nous avons toujours été à l'avant-garde de la mise en œuvre de mesures de protection. De nombreuses normes réglementaires, qui ont été récemment introduites pour tous les brokers de l'UE depuis 2018, que nous offrions déjà comme services supplémentaires bien avant que ceux-ci ne soient obligatoires.

Par exemple, depuis de nombreuses années, nous proposons une politique de protection des soldes de comptes négatifs dans le cadre d'Admiral Markets UK, sans frais supplémentaires pour nos clients.

Ce qui est raisonnable et ce qui ne l'est pas, fait toujours l'objet d'une discussion ouverte. Si vous me demandez mon avis personnel, je serais heureux d'introduire une troisième catégorie de classification des clients à l'avenir. Une catégorie intermédiaire telle que celle des "traders expérimentés", avec un accès à un effet de levier plus important.

Il semblerait qu'avec un nouveau cadre Mifid modifié, le site de réglementation travaille sur quelque chose de ce genre, qui présenterait de grands avantages. Diviser les gens en deux catégories seulement, "particuliers" ou "professionnels", est trop restrictif. Le monde n'est pas seulement en noir et blanc. À mon avis, il faut au moins une classification de plus.

Si nous interrogeons nos clients, la réponse la plus courante est qu'ils savent ce qu'ils font et sont conscients du risque, et qu'ils aimeraient donc avoir plus de liberté de choix dans l'utilisation de leur levier. Le scénario "Gamestop" nous a appris que les gens sont prêts à prendre des risques et à perdre de l'argent - pour l'option équitable d'augmenter leurs profits potentiels. Les gens sont conscients et acceptent le risque si l'offre est équitable et si les risques peuvent être limités.

De nombreux clients se sont renseignés sur les offres offshore, et certains d'entre eux pourraient être amenés à choisir cette option. Mais la majorité des opérateurs de l'UE sont restés et ont adapté leurs activités de trading en fonction des nouvelles limitations réglementaires. Mais, qu'ils en soient satisfaits ou non - liberté ou sécurité - est une autre question. Chez Admirals, nous sommes très, très, très transparents. Nous fournissons une information et une éducation équilibrées sur les pertes et les profits. Si un client est conscient de cela - je pense personnellement qu'il devrait avoir plus de liberté de choix.

Admiral Markets a fermé sa succursale en Pologne l'année dernière. Avez-vous d'autres plans pour vous retirer ou vous étendre à d'autres juridictions ?

La Pologne reste un marché important pour nous, et nous continuons à servir les clients polonais selon les mêmes normes qu'auparavant.

Nous avons fermé le bureau polonais lié à Admiral Markets UK principalement en raison de la réglementation à venir. Nous prévoyons d'ouvrir cette année un nouveau bureau dans ce pays, sous l'égide de notre nouvelle société d'exploitation pour l'UE, Admiral Markets Cyprus. Et, tout au long de l'année, nous avons veillé à soutenir tous nos clients en Pologne et dans leur langue, simplement depuis une autre destination ou un autre bureau. Nous ouvrons de nouveaux bureaux "sur le terrain" chaque année, mais nous devons également fermer ou adapter de temps en temps l'installation des succursales existantes en fonction des exigences réglementaires, juridiques ou autres.

Nous sommes en train d'ouvrir ou d'activer des bureaux en Jordanie, au Canada et en Afrique du Sud dans le courant de l'année, et notre expansion mondiale est donc en cours.

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Pied de page des forums