Menu

Swap de variance : définition

Swap de variance

Les swaps de variance sont des produits financiers dérivés de gré à gré utilisés pour couvrir les risques et/ou spéculer sur l'évolution du prix d'un certain actif ou indice, de la volatilité, du taux d'intérêt ou du taux de change.

Une jambe du swap paie un montant basé sur la variance réalisée des changements de prix (par rapport à l'actif, l'indice, etc.). Comme cette variance est inconnue à l'avance, le swap est assorti d'un taux variable.

Les variations de prix sont généralement caractérisées par des rendements logarithmiques, qui sont saisis sur une base quotidienne en fonction d'un prix de clôture convenu (par exemple, la clôture d'une action américaine à 16 heures HNE).

L'autre jambe du swap paie un montant fixe. Ce montant est connu au moment de conclure la transaction.

Le gain net pour les parties à la transaction sera la différence entre le montant fixe et le montant flottant à la fin de la transaction.

Cela ressemble beaucoup à une option vanille standard, où la prime est connue dès la conclusion de l'opération et le paiement final est déterminé à l'expiration.

Comme les options vanille, le swap de variance est réglé en espèces à l'expiration. Parfois, des paiements en espèces sont effectués à un certain intervalle afin de maintenir une marge adéquate.

Structure du swap de variance

Un swap de variance comprend les caractéristiques suivantes :

a) Strike de variance

b) Variance réalisée

c) Véga notionnel

Les paiements du swap sont basés sur un montant notionnel qui n'est pas échangé.

Pour un swap de variance, ce montant notionnel est basé sur le vega (qui est la sensibilité du prix de l'actif sous-jacent à la volatilité). Il est ensuite utilisé pour convertir le paiement en un montant monétaire tangible qui est échangé.

Qui utilise les swaps de variance ?

Les swaps de variance sont utilisés par différents types d'acteurs du marché.

Les traders en couverture les utilisent pour protéger leurs portefeuilles des fluctuations du titre, de l'indice, etc. sous-jacent.

Pour ce faire, ils prennent en charge l'autre jambe du swap et reçoivent en retour un paiement fixe.

Les spéculateurs utilisent les swaps de variance pour profiter des changements de volatilité ou des mouvements du prix de l'actif sous-jacent, de l'indice, etc. Ils prennent généralement la première jambe (payante) du swap et reçoivent un paiement à taux variable.

Les arbitragistes peuvent essayer d'utiliser des swaps de variance pour profiter des écarts de prix entre deux marchés ou produits différents. Ils concluent un swap de variance dont chaque jambe paie un taux différent. De cette façon, ils capturent la différence entre les deux marchés.

Les banques, en particulier, les utilisent afin de réaliser un profit sur les fonds qu'elles détiennent.

Le swap ne coûte rien à conclure et aucun fonds n'est réellement échangé jusqu'à l'échéance, lorsqu'elles peuvent empocher la différence. Les swaps de variance permettent également aux banques de conserver certains actifs dans leurs livres sans craindre que les fluctuations de prix n'affectent les indicateurs de rentabilité tels que le rendement des fonds propres.

Les swaps de variance peuvent donc offrir aux banques une certaine flexibilité supplémentaire et les aider à éviter que leurs résultats financiers ne soient fortement affectés en cas de ralentissement économique, lorsque le prix des actifs chute.

Les swaps de variance pour spéculer sur la volatilité

Les options sont couramment utilisées pour spéculer sur la volatilité.

Cependant, les options sont brouillées par le fait qu'elles ont également une composante delta (prix).

Ainsi, les options vanille, bien qu'omniprésentes et liquides, n'ont pas la pureté que certains types de swaps peuvent offrir.

Si l'on voulait utiliser des options pour spéculer sur la volatilité, il faudrait alors procéder à une couverture delta pour éliminer le risque de prix/directionnel.

Et la couverture delta est difficile à réaliser étant donné qu'il s'agit d'un processus continu - le prix est toujours en mouvement, ce qui implique une couverture dynamique.

Les swaps suppriment la composante delta. On se retrouve donc avec un pur pari sur la volatilité, si c'est là l'idée.

Un swap de variance nécessiterait également plusieurs options (souvent appelé un strip d'options), et non pas une seule ou quelques-unes.

Ensuite, pour maintenir le prix actuel centré sur l'actif sous-jacent, il faudrait constamment faire rouler cette bande d'options vers la position souhaitée.

Les coûts de transaction peuvent jouer un rôle important dans ce scénario. Le trading de la volatilité pure avec des options vanille n'est donc pas pratique.

Les swaps de variance représentent un pari pur sur la volatilité du prix sous-jacent de l'actif, ce qui est plus efficace que de devoir utiliser des calls et des puts standard et leur risque delta.

De cette façon, le profit et la perte du swap de variance sont un pur pari sur la différence entre la volatilité implicite et la volatilité réalisée.

Variance réalisée vs. variance implicite

De plus, certains traders apprécient le fait que le paiement du swap de variance soit basé sur la variance réalisée.

La variance implicite est, sur le long terme (comme le montre l'historique), plus élevée que la variance réalisée. Cela s'explique par le fait que les vendeurs de volatilité s'attendent à être compensés pour avoir pris une position de convexité négative.

En d'autres termes, leur marge de progression est fixe (ils reçoivent la prime) alors que le payeur de volatilité longue a une marge de progression théoriquement illimitée.

Par conséquent, les vendeurs de variance (comme les vendeurs d'options) veulent une légère prime pour assumer ce risque de convexité négative.

C'est ce qu'on appelle la prime de risque de variance et elle est analogue à la prime de risque de volatilité lorsqu'il s'agit d'options vanille.

Elle crée également une opportunité potentielle d'arbitrage de la volatilité sous la forme d'une transaction courte de variance roulée en continu.

Swap de variance conditionnel

Un swap de variance conditionnelle est un type de produit dérivé qui permet au trader de s'exposer à la volatilité d'un produit sous-jacent uniquement lorsque celle-ci se situe dans une fourchette prédéfinie.

Par exemple, cela peut signifier une exposition à l'EUR/USD lorsqu'il se situe entre 1,10 et 1,20. Ou le S&P 500 entre 4 500 et 5 500.

Pourquoi un trader voudrait-il s'exposer à un swap de variance conditionnelle ?

Un swap de variance conditionnelle est utile lorsqu'un trader a des expositions à la volatilité complexes ou plus nuancées.

L'utilisation d'un swap de variance conditionnel peut être l'expression, par exemple, de la volonté de

  • vouloir acheter ou vendre de la variance en fonction d'une certaine vision d'un titre sous-jacent
  • faire un pari sur la volatilité compte tenu de son niveau de skew
  • équilibrer le profil risque/récompense d'un portefeuille.

Les swaps de variance qui isolaient la composante volatilité des options vanille ont précédé les swaps de variance conditionnels.

Cependant, les swaps de variance s'écartent souvent des prix associés à la réplication de la transaction avec des options vanille.

Cela peut s'expliquer en partie par le fait que la réplication de l'opération avec des options vanille peut nécessiter une plus grande quantité d'options OTM, qui peuvent avoir des écarts plus importants que celles qui sont plus proches de l'ATM, ce qui explique l'écart de prix.

Les swaps de variance conditionnels limitent la disparité de prix en ne couvrant que les strikes situés dans une certaine fourchette.

En d'autres termes, l'exposition à la volatilité est limitée au moment où le prix (ou toute autre variable) reste dans ce canal.

L'avantage se présente sous la forme d'une limitation des coûts de transaction et du coût total de la gestion d'un grand nombre d'options. Cela allège la charge de couverture nécessaire.

Pour les payeurs (qui possèdent la variance), il y a un gain net positif si la variance réalisée dépasse la variance implicite à la date d'expiration.

Pour les receveurs (qui vendent la variance), il y a un gain net positif si la variance réalisée est inférieure à la variance implicite à la date d'expiration.

Dans l'ensemble, les swaps de variance conditionnels offrent une exposition limitée à des fourchettes spécifiques du produit sous-jacent.

C'est un avantage par rapport aux options vanille et aux swaps de variance qui ne permettent pas ces spécifications. En conséquence, ils sont un produit dérivé populaire parmi les traders de volatilité. Leur utilisation augmente généralement pendant les périodes où la volatilité implicite est élevée et/ou a tendance à augmenter.

Swap de variance de couloir

Un swap de variance de couloir est essentiellement la même chose.

Un swap de variance de couloir est généralement conçu avec deux prix ou variables qui spécifient une fourchette.

Le swap reste valable tant qu'il reste dans cette fourchette ou ce couloir.

Si le prix d'un actif (ou de toute autre variable) sort d'une fourchette donnée, à la hausse ou à la baisse, les deux nœuds de variance sont invalidés et ne contribuent plus au montant de la variance.

Les swaps de variance de ce type (et les swaps de variance en général) sont souvent non corrélés avec les prix des actifs, ce qui en fait un outil efficace pour couvrir d'autres positions dans un portefeuille ou pour en faire un flux de rendement propre à des fins de spéculation.

Projection des primes de risque de variance dans le futur

Une prime de risque de variance est la différence entre la variance implicite et la variance réalisée.

Par exemple, si la variance historique d'un marché est de 15 % et la variance implicite de 16 %, la prime de risque de variance est de 1 %.

Afin d'estimer la volatilité implicite à partir de la volatilité réalisée, un trader doit connaître la valeur attendue de la prime de risque de variance.

Ceci est difficile car la prime de risque de variance n'est pas un nombre statique ; elle change au fil du temps.

Certains traders pensent que la prime de risque de variance s'inverse en fonction de la moyenne. En d'autres termes, ils pensent que plus la volatilité réalisée reste élevée ou faible, plus il est probable qu'elle revienne à sa valeur moyenne.

Cela découle de l'idée que la nature des marchés tend à être assez constante dans le temps.

Les actions américaines présentent généralement la même variance/volatilité depuis plus de 100 ans.

Pour les actions individuelles, cela peut varier en fonction de l'évolution de l'entreprise - par exemple, une entreprise non rentable et à croissance rapide à ses débuts peut devenir, des décennies plus tard, un producteur de liquidités mature et régulier.

Il existe plusieurs façons d'estimer la prime de risque de variance :

  • la volatilité historique
  • les swaps de variance, et
  • produit spécifique au marché (par exemple, les dérivés VIX pour les actions)

Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients.

La volatilité historique est généralement le moyen le plus courant d'estimer la prime de risque de variance car elle est relativement simple à consulter ou à calculer.

De nombreux traders pensent qu'elle fournit une estimation approximative de la variance future. C'est généralement correct sur le long terme, mais cela peut différer considérablement sur le court terme. La variance peut être très faible ou très élevée par rapport aux attentes.

Les swaps de variance représentent les estimations pondérées en dollars des variances implicites et sont tournés vers l'avenir plutôt que vers le passé comme les variances et les volatilités historiques.

Les produits spécifiques au marché, comme les dérivés VIX en ce qui concerne les actions américaines (plus précisément le S&P 500), ont gagné en popularité comme moyen de projeter les futures primes de risque de variance.

Le VIX, qui est le produit de volatilité le plus populaire du S&P 500, est en vigueur depuis janvier 1990.

Les swaps de variance sont-ils réservés aux traders institutionnels ? Les traders particuliers peuvent-ils les négocier ?

Les swaps de variance sont utilisés par les traders institutionnels.

Un trader particulier peut négocier la volatilité par le biais d'options, mais un pari de pure volatilité impliquerait de couvrir le risque delta (directionnel).

Étant donné que les prix sont toujours en mouvement, que les marchés s'écartent, que vous ne pouvez pas toujours surveiller les marchés, etc., l'exécution de couvertures delta pour maintenir un pari approximatif sur la volatilité peut être difficile et coûteuse en raison de toutes les transactions qui doivent avoir lieu.

Produits liés aux swaps de variance

Les produits liés aux swaps de variance comprennent' :

  • l'option sur la variance réalisée
  • swap de volatilité
  • swap de corrélation
  • swap de variance à départ différé
  • swap de variance conditionnelle
  • swap de variance de couloir
  • straddle

Conclusion

Les swaps de variance sont un type de swap qui permet aux traders de parier sur la différence entre la volatilité implicite et la volatilité réalisée.

Il s'agit d'une forme de produit dérivé qui élimine la composante prix des options vanille et se concentre sur la composante volatilité. Ils permettent des paris à convexité négative et positive sur la volatilité implicite sur un certain horizon temporel.

Les swaps de variance peuvent être utilisés pour établir des positions de volatilité qui rapportent si la variance réalisée dépasse la variance implicite, ou si la variance réalisée-impliquée (c'est-à-dire conditionnelle) dépasse la variance implicite.

Ils peuvent également être utilisés pour spéculer sur la volatilité, pour couvrir une position existante ou dans le cadre d'une opération de corrélation.

Dans les portefeuilles institutionnels, les swaps de variance peuvent être un outil important pour couvrir et spéculer sur la volatilité. Ils sont devenus populaires parmi les traders en raison de leur capacité à fournir une exposition conditionnelle aux mouvements de prix sous-jacents.

Les prix des swaps de variance contribuent à présenter une asymétrie, ce qui peut être un avantage ou un inconvénient selon les inclinations ou les stratégies de l'individu qui les négocie.

Le trading de swaps de variance est possible sur de nombreux marchés, les banques souscrivant des produits dérivés sur des marchés tels que les contrats à terme, les contrats à terme de gré à gré, les paires de devises, les actions, etc.

Le marché est loin d'être aussi important que le marché des options classiques. Pour les arbitragistes, il n'est donc pas toujours possible de réaliser des bénéfices en effectuant des opérations d'arbitrage sur le produit sous-jacent évalué par rapport à ces produits dérivés ou sur d'autres marchés dérivés.

Les swaps de variance contribuent à combler ce manque de liquidité en servant de moyen d'échange entre des parties qui ont des opinions opposées sur la variance réalisée future ou des besoins différents en fonction des circonstances uniques de leurs portefeuilles ou de leurs entreprises.

Brokers d'options

BrokersRéglementationPlateformesDépôt minimumTypes d'options
Allemagne (BaFin)IG, ProRealTime300 €Options vanilles (OTC)
Produits barrières (OTC)
Turbo24 (MTF)
Irlande (FRSA)AvaOptions100 €Options sur devises (OTC)
Investir comporte des risques de perte. Les contrats d'options sont des produits financiers complexes destinés aux investisseurs expérimentés.