Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 09-02-2024 11:09:26

Climax
Administrateur
Inscription: 30-08-2008
Messages: 6 047
Windows 10Firefox 122.0

Le trading Forex en Afrique : Une étude sur l'amélioration de l'inclusion financière


afrique-trading.png

Une nouvelle tendance est apparue ces dernières années : de plus en plus de traders africains entrent sur le marché mondial des changes à la recherche de nouvelles fortunes et d'une plus grande stabilité financière.

Le trading du Forex en particulier a connu une croissance significative dans certaines des économies les plus dynamiques d'Afrique, ce qui laisse entrevoir un avenir prometteur pour le développement de l'inclusion financière dans la région.

Comprendre l'inclusion financière en Afrique

L'Afrique compte depuis longtemps un nombre important de personnes non bancarisées ou sous-bancarisées. Ces personnes n'ont pas accès à des outils financiers essentiels tels que les comptes d'épargne, les facilités de crédit et les possibilités d'investissement. Cette exclusion financière perpétue la pauvreté, freine la croissance économique et entrave le développement global.

L'inclusion financière consiste essentiellement à veiller à ce que les services financiers soient accessibles à tous, quelle que soit leur situation économique. Il existe de nombreuses plateformes étrangères, en particulier des brokers FX, qui acceptent les traders africains. Cela contribue à renforcer l'inclusion financière en motivant les gens à s'impliquer dans le secteur.

Le trading sur le marché des changes, une passerelle vers l'inclusion financière

Pour les personnes ayant un accès limité au capital et aux marchés financiers locaux en développement, le trading sur le marché des changes peut être un excellent moyen d'accéder à l'inclusion financière, car la promesse de transactions sur le marché des changes avec effet de levier, d'un pouvoir d'achat élevé et de rendements lucratifs gagne en popularité parmi les communautés mal desservies et stimule la demande d'éducation financière et d'accès aux services bancaires et autres services connexes.

Les communautés de traders prospères peuvent également générer de nombreux revenus pour les gouvernements locaux, ce qui peut améliorer les conditions de vie et l'accès aux services de base pour un nombre croissant de personnes - améliorant ainsi la population totale bancarisée dans les pays d'Afrique.

Comment se porte le trading du Forex en Afrique jusqu'à présent ?

Pour savoir comment les marchés des capitaux et les opérations de change favorisent l'inclusion financière en Afrique, nous pouvons examiner le nombre total de comptes de courtage actifs et leur dynamique de croissance sur le continent.

Par exemple, le nombre total de comptes de courtage actifs détenus par des citoyens de pays africains a atteint 1,3 million, le Nigeria et l'Afrique du Sud représentant près d'un quart du montant total. En outre, ces deux pays comptent environ 390 000 traders actifs.

Étude de cas de la BEI - Le marché des changes en Afrique

La Banque européenne d'investissement (BEI) a publié en 2022 une étude de cas intitulée "Analyse structurelle des marchés des changes en Afrique subsaharienne", qui porte sur la phase de développement et de croissance du forex dans la région de l'Afrique subsaharienne.

Le document met en évidence les principaux problèmes et opportunités présents dans la région et la manière dont les gouvernements locaux peuvent y répondre.
L'une des mesures clés analysées dans l'étude est l'indice d'ouverture commerciale, qui a vu des pays comme le Ghana, le Malawi, la Zambie, l'Ouganda et le Kenya réaliser des progrès significatifs dans cette mesure au cours des deux dernières décennies.

L'étude a également analysé les écarts de taux d'intérêt entre les pays d'Afrique subsaharienne, qui ont une incidence directe sur la viabilité des opérations de change dans la région.

Marchés émergents en Afrique

Dans sa quête d'une plus grande prospérité et d'une plus grande inclusion financière, le continent africain a globalement progressé au fil des ans. Toutefois, les progrès observés sur le continent ne sont pas uniformes et certains pays ont tiré parti des nouvelles opportunités plus rapidement que d'autres.

Le Kenya

Le Kenya s'est imposé comme l'une des économies à la croissance la plus rapide du continent africain. La stabilité politique et l'augmentation de la population ont permis au pays d'accélérer son développement et, grâce à une gouvernance largement favorable au marché, le pays a également progressé dans l'adoption des services bancaires.

Par exemple, seulement 26 % de la population adulte du pays utilisait des comptes bancaires en 2006 et cette statistique est passée à 44 % d'ici 2021, ce qui représente une amélioration remarquable compte tenu de la taille de la population et de la croissance du pays. La population du Kenya devrait doubler d'ici la fin du siècle, ce qui incite fortement les investisseurs étrangers du secteur financier à s'implanter dans le pays.

Le Rwanda

Économie relativement plus petite mais néanmoins en croissance en Afrique, le Rwanda a fait les gros titres pour l'amélioration du niveau de vie et de la culture financière sur le continent. La part de la population disposant de comptes bancaires actifs est passée de seulement 14 % en 2008 à environ 36 % en 2020. L'augmentation de la population et la popularité des opérations de change au Rwanda donnent au pays une grande marge de manœuvre pour la croissance de l'économie dans son ensemble.

Le Nigeria

Le Nigeria est l'une des économies à la croissance la plus rapide au monde et de nombreux analystes estiment que le pays est la nouvelle locomotive de l'économie africaine dans son ensemble. Avec une croissance démographique incroyable qui devrait atteindre 500 millions d'habitants d'ici la fin du siècle, le Nigeria est l'un des marchés émergents les plus prometteurs, non seulement en Afrique, mais aussi dans le monde entier.

Les statistiques montrent que le pays a fait des progrès pour améliorer l'inclusion financière, le nombre de citoyens détenant un compte bancaire ayant augmenté de 60 millions entre 2016 et 2021. Les opérations de change gagnent également en popularité au Nigeria, qui représente environ 25 % de tous les comptes de courtage de change actifs en Afrique, à l'instar de l'Afrique du Sud.

Comment les brokers Forex peuvent-ils améliorer l'inclusion financière en Afrique ?

Les brokers Forex, dans leur rôle central, sont devenus les champions de l'inclusion financière en Afrique. S'attaquant aux barrières géographiques, éducatives et économiques, ils fournissent des plateformes de trading en ligne accessibles, des ressources éducatives et des outils de gestion des risques, permettant ainsi aux individus de participer aux marchés financiers mondiaux.

Le rôle de la technologie est primordial pour faire progresser l'inclusion financière, et c'est ce que les brokers forex peuvent apporter. Les brokers tirent parti des avancées technologiques pour créer des plateformes conviviales, des applications mobiles et des outils qui améliorent l'accessibilité. Les applications de trading mobile, en particulier, ont gagné en popularité en Afrique, permettant aux individus de négocier en toute transparence à l'aide de leurs smartphones.

En outre, l'intégration de solutions de technologie financière (fintech) par les brokers forex élargit l'horizon des services disponibles pour les traders. Les systèmes de paiement électronique, les algorithmes de trading automatisés, les analyses basées sur l'intelligence artificielle et le copy trading en Afrique font également partie des innovations qui favorisent un environnement de trading plus efficace et inclusif.

Dans l'ensemble, la croissance des opérations de change ne favorise pas seulement l'inclusion financière, mais aussi l'esprit d'entreprise, l'autonomisation économique et le développement global du continent. Alors que la technologie continue de progresser sans relâche, le rôle des brokers forex dans la promotion de l'inclusion financière est sur le point de devenir encore plus important, débloquant des opportunités pour un avenir plus prospère et plus inclusif pour les Africains.

Brokers réglementés en Afrique du Sud par la FSCA

avatrade-logo.png admiral-markets-logo.png xtb-logo.jpg


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Utilisateurs enregistrés en ligne dans ce sujet: 0, invités: 1
[Bot] CCBot

Pied de page des forums