Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 03-06-2023 15:10:52

Climax
Administrateur
Inscription: 30-08-2008
Messages: 6 153
Windows 10Firefox 113.0

Taux d'intérêt sans risque - Mesure, indicateurs, applications

Le taux d'intérêt sans risque est un concept fondamental en finance qui sert de référence pour évaluer les différentes options d'investissement.

Il représente le rendement d'un investissement considéré comme sans risque (c'est-à-dire sans risque de défaillance), tel qu'une obligation d'État, sur une période donnée.

Cet article examine la mesure et les approximations du taux sans risque, ses applications en finance et les différences entre le taux sans risque nominal et le taux sans risque réel.

Principaux enseignements :

  • Le taux d'intérêt sans risque sert de référence pour déterminer le rendement minimum qu'un investisseur doit attendre lorsqu'il s'engage dans un investissement plus risqué. Il est généralement associé aux obligations d'État, car elles sont considérées comme présentant un risque de défaillance minimal.

  • Le taux d'intérêt sans risque est influencé par divers facteurs, notamment les politiques des banques centrales, les attentes en matière d'inflation et les conditions économiques.

  • Les variations de ces facteurs peuvent entraîner des fluctuations du taux sans risque, ce qui a un impact sur le coût des emprunts et les décisions d'investissement.

  • Les investisseurs utilisent souvent le taux d'intérêt sans risque comme point de référence pour évaluer l'attrait de différentes opportunités d'investissement.

  • Les investissements offrant des rendements plus élevés doivent compenser le risque supplémentaire pris par rapport au taux sans risque.

  • Il est important de comprendre le taux sans risque pour évaluer le risque et le rendement relatifs de différentes options d'investissement (par exemple, liquidités, obligations ou actions).

Mesure du taux sans risque

Le taux sans risque est généralement mesuré à l'aide de titres d'État, tels que les bons du Trésor (durée inférieure à un an), les billets (durée comprise entre 1 et 10 ans) et les obligations (durée supérieure à 10 ans).

Ces instruments financiers sont considérés comme pratiquement sans risque parce qu'ils sont garantis par la pleine foi et le crédit du gouvernement émetteur, qui est supposé avoir la capacité de remplir ses obligations financières.

L'horizon temporel de l'investissement détermine le choix du titre utilisé comme référence.

Pour les investissements à court terme, les bons du Trésor sont le plus souvent utilisés, tandis que les investissements à plus long terme font appel aux bons du Trésor ou aux obligations.

Toutefois, le taux sans risque n'est pas totalement dépourvu de risque.

Il existe toujours un petit risque de défaut de paiement, ainsi qu'un risque de prix (pour les obligations, qui augmente avec la durée de l'obligation) et un risque d'inflation qui érode le rendement réel.

Néanmoins, le taux sans risque est considéré comme l'approximation la plus proche d'un rendement sans risque sur les marchés financiers.

Les approximations du taux sans risque

Lorsqu'il n'existe pas de mesure directe du taux sans risque, des approximations peuvent être utilisées pour l'estimer.

Parmi les approximations les plus couramment utilisées, on peut citer

Les taux bancaires

Les banques centrales fixent un taux d'intérêt cible pour les prêts aux banques commerciales, qui peut servir d'indicateur du taux sans risque.

Toutefois, ces taux peuvent inclure le risque de crédit et le risque de liquidité, ce qui les rend loin d'être idéaux.

Taux des prêts interbancaires

Les taux auxquels les banques se prêtent les unes aux autres, tels que le London Interbank Offered Rate (LIBOR) ou l'Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR), aujourd'hui obsolètes, peuvent être utilisés comme approximation du taux sans risque.

Toutefois, ces taux ont également fait l'objet de manipulations et peuvent intégrer le risque de crédit.

Le Secured Overnight Financing Rate (SOFR) a remplacé le LIBOR et représente une mesure générale du coût des emprunts à un jour garantis par des titres du Trésor.

Taux de swap

Les swaps de taux d'intérêt, qui impliquent l'échange de paiements à taux fixe contre des paiements à taux variable, peuvent être utilisés comme une approximation du taux sans risque.

Le taux fixe d'un contrat de swap peut fournir une estimation du taux sans risque.

Taux préférentiel

Le taux préférentiel est le taux d'intérêt que les banques commerciales appliquent à leurs clients les plus solvables, généralement les grandes entreprises et les institutions financières.

Bien qu'il ne soit pas sans risque (les entreprises et les particuliers ne peuvent pas imprimer leur propre argent pour être toujours en mesure de payer leurs obligations en termes nominaux), il sert de référence pour fixer les taux d'intérêt sur divers prêts et produits financiers, tels que les prêts hypothécaires à taux révisable et les prêts aux entreprises.

Le taux préférentiel est influencé par des facteurs tels que le taux des fonds fédéraux et les conditions du marché, et les variations du taux préférentiel peuvent avoir un impact sur les coûts d'emprunt pour les consommateurs et les entreprises.

Applications du taux sans risque

Le taux sans risque joue un rôle crucial dans diverses applications financières, notamment :
La gestion de portefeuille

Le taux sans risque est utilisé pour calculer le rendement attendu d'un portefeuille et pour évaluer sa performance ajustée au risque.

Modèle d'évaluation des actifs financiers (CAPM)

Le CAPM est un modèle largement utilisé pour évaluer les actifs risqués. Il s'appuie sur le taux sans risque pour estimer le coût des capitaux propres et évaluer les titres.

Analyse des flux de trésorerie actualisés (DCF)

Dans l'analyse DCF, le taux sans risque est une donnée clé pour déterminer le taux d'actualisation, qui est utilisé pour estimer la valeur actuelle des flux de trésorerie futurs.

Taux nominal sans risque et taux réel sans risque (différences et cas d'utilisation)

Le taux nominal sans risque est le taux observé ou déclaré, qui ne tient pas compte de l'inflation.

En revanche, le taux réel sans risque tient compte de l'inflation et représente l'augmentation réelle du pouvoir d'achat résultant d'un investissement.

L'équation de Fisher peut être utilisée pour relier les deux taux :

  • taux nominal = taux réel + taux d'inflation

Le choix entre le taux nominal et le taux réel sans risque dépend du contexte :

  • Pour les investissements dont les flux de trésorerie sont nominaux, tels que les obligations à coupon fixe, le taux nominal sans risque est approprié.

  • Pour les investissements dont les flux de trésorerie s'ajustent à l'inflation, comme les obligations indexées sur l'inflation, le taux réel sans risque est plus approprié.

  • Dans les décisions relatives au budget d'investissement, lors de l'évaluation de projets dont les flux de trésorerie devraient croître avec l'inflation, le taux nominal sans risque est souvent utilisé.

  • À des fins d'analyse et de prévision économiques, le taux sans risque réel est souvent préféré, car il fournit une mesure plus précise de l'activité économique sous-jacente et du coût réel de l'emprunt.

Taux sans risque et primes de risque

Il est important de comprendre les primes de risque pour prendre des décisions en matière d'allocation de capital, et ce pour plusieurs raisons.

En finance, la prime de risque est le rendement attendu d'un investissement au-delà du rendement sans risque.

Les différents types d'investissements ont des profils de risque différents et offrent donc des primes de risque différentes.

Quelques principes de base :

  • Les actions doivent avoir un rendement supérieur à celui des obligations, qui doivent avoir un rendement supérieur à celui des liquidités, et par les primes de risque appropriées.

  • Lorsque les primes de risque diminuent, le capital a tendance à descendre la courbe de risque vers des investissements plus sûrs.

  • Lorsque les primes de risque augmentent, le capital a tendance à monter dans l'échelle des risques.

Voici un aperçu général des profils de risque et de rendement pour les liquidités, les obligations, les actions, le capital-investissement et les investissements non liquides :

  1. Les liquidités : Les liquidités ou les équivalents de liquidités tels que les obligations d'État à court terme présentent le risque le plus faible et, par conséquent, offrent les rendements les plus bas, également appelés "taux sans risque". Il s'agit du rendement de base qu'un investisseur attend sans prendre de risque.

  2. Les obligations : Les obligations présentent un risque plus élevé que les liquidités, car elles dépendent de la capacité de l'émetteur à rembourser la dette. Les obligations sont une promesse de versement de liquidités au fil du temps. Par conséquent, elles offrent généralement un rendement plus élevé que le taux sans risque. La différence entre le rendement de l'obligation et le taux sans risque représente la prime de risque pour la détention de l'obligation.

  3. Actions : Les actions comportent un risque plus élevé que les obligations car, en cas de faillite d'une entreprise, les détenteurs d'obligations sont payés avant les actionnaires. Ce risque est compensé par la possibilité d'obtenir des rendements beaucoup plus élevés, en particulier pour les entreprises qui enregistrent de bons résultats. Les actions peuvent être considérées comme des obligations nominales dont les coupons sont incertains.

  4. Le capital-investissement : Le private equity consiste à investir dans des entreprises qui ne sont pas cotées en bourse. Le risque est d'autant plus élevé que ces investissements sont souvent illiquides (difficiles à vendre rapidement) et que les entreprises peuvent être moins bien établies ou en phase de restructuration. Elles peuvent également être plus endettées en raison de la nature des fonds utilisés pour privatiser l'entreprise dans le cas de rachats par effet de levier. En contrepartie des risques supplémentaires, les investisseurs en capital-investissement s'attendent à un rendement plus élevé ou à une prime de risque.

  5. Investissements illiquides : Les investissements illiquides peuvent inclure l'immobilier, les objets de collection, les investissements dans des entreprises privées et d'autres investissements qui ne peuvent pas être rapidement convertis en liquidités. Ils comportent un risque plus élevé en raison de leur manque de liquidité, et le marché de ces investissements peut fluctuer fortement, ce qui signifie qu'un investisseur peut potentiellement perdre une partie substantielle de son investissement ou ne pas être en mesure d'acheter ou de vendre. Ils peuvent également nécessiter des compétences spécifiques pour bien fonctionner. Toutefois, les rendements potentiels sont souvent plus élevés, ce qui justifie une prime de risque plus importante.

Comprendre ces primes de risque permet aux investisseurs de construire un portefeuille qui correspond à leur tolérance au risque et à leurs objectifs d'investissement.

Par exemple, les investisseurs prudents peuvent préférer les liquidités et les obligations, acceptant des rendements plus faibles pour un risque plus faible.

Les investisseurs plus agressifs peuvent préférer les actions, le capital-investissement et les investissements non liquides, acceptant un risque plus élevé pour un potentiel de rendement plus élevé.

En outre, la compréhension des primes de risque est importante pour la diversification, qui est une stratégie visant à gérer le risque en investissant dans une variété d'actifs.

En comprenant les caractéristiques de risque et de rendement des différents actifs, les investisseurs peuvent sélectionner une combinaison susceptible de produire des rendements plus élevés pour un niveau de risque donné.

Les primes de risque peuvent également être utilisées dans le modèle d'évaluation des actifs financiers (CAPM) mentionné ci-dessus, un outil permettant de calculer le rendement attendu d'un investissement en fonction du risque qu'il présente par rapport au marché.

Conclusion

Il est important de comprendre le taux d'intérêt sans risque pour prendre des décisions d'investissement éclairées et analyser les marchés financiers.

Le taux sans risque sert de référence pour l'évaluation de divers investissements et joue un rôle important dans plusieurs applications financières, notamment la gestion de portefeuille, l'évaluation des actifs financiers et l'analyse des flux de trésorerie actualisés.

En outre, il est important de faire la distinction entre le taux sans risque nominal et le taux sans risque réel, car le choix approprié dépend du contexte et de la nature des flux de trésorerie concernés.

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Utilisateurs enregistrés en ligne dans ce sujet: 0, invités: 1
[Bot] CCBot

Pied de page des forums