Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 14-03-2023 17:41:41

Climax
Administrateur
Inscription: 30-08-2008
Messages: 6 047
Windows 10Firefox 110.0

Comment et pourquoi les ruées sur les banques (bank run) se produisent


bank-run.png

Un bank run se produit lorsqu'un grand nombre de déposants, ou de clients, d'une banque ou d'une autre institution financière retirent simultanément leurs fonds parce qu'ils craignent que la banque ne devienne insolvable, ou incapable de faire face à ses obligations financières.

Les ruées sur les banques peuvent être déclenchées par des rumeurs ou des nouvelles d'instabilité financière, ou par les difficultés financières réelles de la banque.

La crainte de perdre leurs économies peut créer un effet domino, amenant de plus en plus de déposants à retirer leurs fonds, ce qui conduit à un épuisement rapide des réserves de la banque et, en fin de compte, à la faillite de l'institution.

Les retraits massifs de fonds peuvent avoir de graves conséquences non seulement pour la banque et ses déposants, mais aussi pour l'ensemble de l'économie.

Ils peuvent conduire à des crises financières, ainsi qu'à une instabilité sociale et politique.

En réponse, les gouvernements et les banques centrales ont mis au point diverses mesures pour aider à prévenir et à gérer les retraits massifs de capitaux, telles que l'assurance des dépôts, les facilités du prêteur en dernier ressort, ainsi que la réglementation et la supervision du secteur financier.

Les ruées sur les banques dans un contexte macroéconomique

Dans cet article, nous étudierons les "bank runs" dans un cadre macroéconomique.

Cela signifie que nous examinerons l'impact des retraits massifs de liquidités sur l'économie dans son ensemble, ainsi que les facteurs qui peuvent contribuer à l'apparition de retraits massifs de liquidités et les mesures qui peuvent être prises pour les prévenir ou en atténuer les effets.

Au niveau macroéconomique, les ruées bancaires peuvent avoir des conséquences importantes sur la stabilité du système financier et de l'économie dans son ensemble.

Si un grand nombre de banques subissent des retraits simultanés, cela peut entraîner un resserrement du crédit, où les prêts se tarissent et où les entreprises et les ménages ont du mal à accéder au financement. Cette situation peut à son tour entraîner une contraction de l'activité économique, voire une récession.

En outre, l'apparition de "bank runs" peut saper la confiance du public dans le système bancaire et dans l'économie en général. Il peut en résulter une perte de confiance dans les institutions financières et une réticence à investir ou à épargner, ce qui peut encore exacerber les problèmes économiques.

Pour comprendre les bank runs dans un contexte macroéconomique, nous examinerons les facteurs qui peuvent contribuer à leur apparition.

Il s'agit notamment des faiblesses du système bancaire, telles que

  • une capitalisation insuffisante

  • les mauvaises pratiques de gestion des risques, et

  • une réglementation laxiste

Nous examinerons également le rôle des conditions économiques, telles que les niveaux élevés d'endettement et la volatilité des marchés financiers, dans la création d'un environnement où les retraits massifs de capitaux sont plus probables.

Nous parlerons également des mesures qui peuvent être prises pour prévenir ou atténuer les effets des retraits massifs de banques.

Il s'agit notamment de politiques telles que l'assurance des dépôts, les facilités du prêteur en dernier ressort et la supervision/réglementation du secteur financier.

Les problèmes remontent à la surface

Au début du problème, une vague de défauts de paiement et de restructurations submerge les différents acteurs.

Les prêteurs à effet de levier, tels que les banques, sont souvent les premiers à tomber (par exemple, Silicon Valley Bank et Silvergate Capital en 2023).

Les inquiétudes légitimes des prêteurs et des déposants s'exacerbent mutuellement, entraînant des ruées sur les institutions financières qui sont généralement incapables d'y répondre, à moins d'être protégées par des mesures gouvernementales.

La réduction des taux d'intérêt est parfois insuffisante parce que les planchers des taux sans risque ont déjà été atteints et, à mesure que les écarts de crédit augmentent, les taux d'intérêt sur les prêts à risque augmentent, ce qui rend difficile le service de ces dettes.

Les baisses de taux d'intérêt ne soulagent guère les établissements de crédit confrontés à des problèmes de liquidité et à des retraits massifs. De plus, les baisses de taux peuvent souvent ne pas être appliquées lorsque le problème est localisé ou non systématique.

À ce stade du cycle, les forces de la déflation, à savoir les défauts de paiement et l'austérité, dominent et ne sont pas suffisamment contrebalancées par les forces stimulantes et inflationnistes de la monétisation de la dette via l'impression de monnaie pour couvrir les dettes.

Comme les investisseurs refusent d'accorder des prêts et que les emprunteurs se démènent pour obtenir des fonds afin de couvrir les paiements de leurs dettes, la capacité de liquidité - c'est-à-dire la capacité de vendre des investissements pour obtenir des liquidités - devient une préoccupation cruciale.

Par exemple, lorsqu'une personne possède un titre de créance de 1 000 dollars, on s'attend à ce que l'investissement puisse être échangé contre 1 000 dollars en espèces, qui peuvent à leur tour être échangés contre des biens et des services d'une valeur de 1 000 dollars.

Cependant, comme le ratio actifs financiers/monnaie est élevé, lorsque de nombreuses personnes tentent de convertir leurs actifs financiers en liquidités en même temps, cela peut conduire à des situations d'urgence.

Dans ce cas, la banque centrale doit soit imprimer davantage de monnaie pour fournir les liquidités nécessaires, soit autoriser les défauts de paiement.

SVB : la banque mise aux enchères, Washington veut éviter une contagion au système financier

Les autorités bancaires californiennes ont fermé vendredi SVB Financial Group SIVB.O, une décision prise rapidement afin de protéger les clients de la banque américaine, alors que ses déboires se sont propagés sur les marchés mondiaux, affectant le secteur bancaire.

Cliquez ici pour afficher la vidéo
Problèmes de solvabilité, de trésorerie ou les deux

Lors d'une contraction, les problèmes de solvabilité ou de trésorerie peuvent être la cause ou la conséquence de la situation.

En général, les deux types de problèmes sont présents durant cette phase.

Problème de solvabilité

Un problème de solvabilité se pose lorsque, selon les normes comptables et réglementaires, l'entité ne dispose pas de fonds propres suffisants pour fonctionner, ce qui la rend "en faillite" et nécessite sa fermeture.

Par conséquent, la gravité du problème de l'endettement à ce stade est fortement influencée par les lois comptables.

Problème de trésorerie

Un problème de trésorerie survient lorsqu'une entité ne dispose pas de suffisamment de liquidités pour faire face à ses obligations, généralement parce que ses propres prêteurs retirent des fonds, ce qui entraîne une "liquidation".

Un problème de trésorerie peut survenir même si l'entité dispose d'un capital suffisant, car les fonds propres sont immobilisés dans des actifs non liquides.

Le manque de liquidités est un problème immédiat et grave et, par conséquent, il est l'élément déclencheur et le problème principal de la plupart des crises d'endettement.

Comment gérer chacune de ces crises ?

Chaque problème nécessitera une approche différente.

Si un problème de solvabilité se pose - c'est-à-dire que le débiteur ne dispose pas de fonds propres suffisants - il s'agit d'une question comptable/réglementaire qui peut être résolue soit par :

  • en fournissant des fonds propres suffisants ou

  • modifier les lois comptables/réglementaires pour dissimuler le problème.

Les gouvernements peuvent y parvenir directement par des politiques fiscales ou indirectement par des politiques monétaires innovantes si la dette est libellée dans leur propre monnaie.

Dans le cas de la Silicon Valley Bank, les nouvelles politiques proposées par la Réserve fédérale à la lumière de cette situation n'ont pas permis de résoudre les problèmes fondamentaux d'inadéquation des durées que connaissent bon nombre de ces institutions financières - par exemple, des engagements à court terme à taux variable (par exemple, des dépôts) contre des actifs à long terme et à faible rendement dont les valorisations diminuaient et rongeaient leur coussin de capital, ce qui les rendait insolvables en termes de valeur de marché lorsque les risques n'étaient pas bien gérés.

De même, en cas de problème de trésorerie, la politique fiscale et/ou monétaire peut fournir des liquidités ou des garanties pour y remédier.

Les normes comptables sont importantes

L'importance des normes comptables et réglementaires est démontrée par les différences entre les crises de la dette et bancaire des années 1980 et 2008.

Dans les années 1980, la comptabilité à la valeur de marché était moins utilisée, car la crise concernait des prêts qui n'étaient pas fréquemment échangés sur les marchés publics.

Les banques étaient donc moins "insolvables" qu'en 2008.

Avec une plus grande utilisation de la comptabilité à la valeur du marché en 2008, les banques ont eu besoin d'injections de capitaux et/ou de garanties pour renforcer leurs bilans.

Les deux crises ont été gérées efficacement, bien que les méthodes employées aient été différentes.

Lorsque le cycle entre dans la phase de "contraction sévère", certaines mesures de protection tirées des dépressions précédentes sont généralement en place et bénéfiques.

Il s'agit notamment de

  • l'assurance des dépôts bancaires

  • la capacité de fournir une aide financière et des garanties en tant que prêteur de dernier recours, et

  • la capacité d'injecter des capitaux dans les institutions d'importance systémique ou de les nationaliser.

Cependant, elles sont souvent insuffisantes car la nature exacte de la crise de la dette n'a pas été vue auparavant et n'a donc pas été bien réfléchie.

En général, les risques se présentent sous deux formes principales :

  1. un nombre important de prêts ont été accordés dans des domaines relativement peu réglementés (souvent appelés "système bancaire parallèle") et/ou

  2. de nouveaux instruments financiers ont été créés, qui présentent des risques imprévus et ne sont pas réglementés de manière adéquate.

La manière dont ces situations sont gérées dépend des capacités des décideurs politiques en charge ainsi que de la liberté dont ils disposent pour prendre les bonnes décisions.

Les périodes de contraction ne sont pas seulement psychologiques

On croit souvent à tort que les chutes des marchés et les contractions des économies sont essentiellement psychologiques, les investisseurs transférant leurs fonds des investissements les plus risqués vers les plus sûrs (par exemple des actions et des actifs de crédit à haut rendement vers les obligations d'État et les liquidités) par crainte, et que les marchés et l'économie peuvent être restaurés en "rétablissant la confiance" pour investir à nouveau dans des actifs plus risqués.

Cela n'est pas exact pour deux raisons principales.

Premièrement, contrairement à la croyance populaire, la dynamique de désendettement n'est pas essentiellement psychologique.

Elle est principalement déterminée par l'offre et la demande, ainsi que par les relations entre le crédit, la monnaie, les biens et les services.

Toutefois, la psychologie joue un rôle, notamment en ce qui concerne les positions de liquidité des différents acteurs.

Néanmoins, si tout le monde oubliait ce qui s'est passé, la situation resterait inchangée car les débiteurs auraient toujours des obligations de livraison d'argent trop importantes par rapport à l'argent qu'ils reçoivent.

Le gouvernement serait toujours confronté aux mêmes choix entraînant les mêmes conséquences, etc.

Par ailleurs, si la banque centrale augmente la masse monétaire pour pallier la pénurie, elle dévalorisera la valeur de la monnaie, ce qui rendra les créanciers anxieux à l'idée de recevoir une somme d'argent dont la valeur est inférieure à celle qu'ils ont prêtée.

Certains pensent que la quantité de monnaie en circulation reste à peu près la même et qu'elle ne fait que passer d'actifs plus risqués à des actifs moins risqués, mais c'est faux.

La majeure partie de ce que les gens considèrent comme de l'argent est en fait du crédit ; le crédit est créé à partir de rien en période de prospérité et disparaît en période de crise.

Par exemple, lorsque vous achetez un article à l'aide d'une carte de crédit ou d'un prêt, vous dites essentiellement : "Je promets de payer".

Par exemple, si vous allez dans un supermarché et que vous payez 100 dollars de courses avec une carte de crédit, vous obtenez les courses et vous créez un actif et un passif de crédit.

D'où vient l'argent ? De nulle part. Vous avez créé un crédit.

Le crédit disparaît de la même manière. Si le propriétaire du supermarché pense que vous et d'autres personnes ne paieront pas la société émettrice de la carte de crédit, et que la société émettrice de la carte de crédit ne paiera pas le magasin, alors le propriétaire perçoit correctement que l'"actif" de crédit qu'il possède n'existe pas réellement.

Il ne s'est pas déplacé ailleurs. Il a simplement disparu.

Le désendettement implique la prise de conscience qu'une grande partie de la richesse n'existe pas en réalité

Une partie importante du processus de désendettement consiste pour les individus à réaliser qu'une grande partie de ce qu'ils croyaient être leur richesse n'était qu'une promesse d'autres personnes de leur fournir de l'argent.

Maintenant que ces engagements ne sont plus honorés, cette richesse n'existe plus.

Lorsque les investisseurs tentent de convertir leurs investissements en liquidités pour générer des fonds, ils mettent à l'épreuve leur capacité à recevoir des paiements.

S'ils ne sont pas en mesure de recevoir un paiement, ils sont pris de panique et vendent leurs titres.

Naturellement, ceux qui subissent des ruées, en particulier les banques (bien que cela s'applique à la plupart des entités qui dépendent d'un financement à court terme), éprouvent des difficultés à obtenir de l'argent et des crédits pour satisfaire leurs besoins, ce qui entraîne une cascade de défauts de paiement.

Crises de liquidité

Lorsque des défauts de paiement et des restructurations se produisent, ils ont un impact sur les individus, en particulier sur les prêteurs à effet de levier - les banques étant les plus notables - et déclenchent une réaction en chaîne dans l'ensemble du système.

Ces appréhensions s'intensifient et se traduisent par une ruée vers les liquidités, provoquant une pénurie (c'est-à-dire une crise de liquidité).

Le processus fonctionne de la manière suivante :

Dans un premier temps, l'argent qui entre dans les caisses des débiteurs par le biais des revenus et des emprunts est insuffisant pour leur permettre de remplir leurs obligations. Il faut alors vendre des actifs et réduire les dépenses pour obtenir des liquidités.

Cette situation entraîne une baisse de la valeur des actifs, ce qui réduit la valeur des garanties et, par conséquent, les revenus.

Étant donné que la solvabilité des emprunteurs est évaluée sur la base des deux :

  • la valeur de leurs actifs/garanties par rapport à leurs dettes (c'est-à-dire leur valeur nette) et

  • l'importance de leurs revenus par rapport au service de la dette.

Et puisque...

  • leur valeur nette et leurs revenus diminuent plus rapidement que leurs dettes...

  • les emprunteurs deviennent moins solvables et...

  • les prêteurs hésitent davantage à prêter...

...ce processus se poursuit de manière auto-entretenue.

Les forces déflationnistes dominent dans un premier temps

Pendant la phase de contraction, les forces dominantes sont de nature déflationniste, causées par la réduction de la dette (c'est-à-dire les défauts et les restructurations) et les mesures d'austérité (c'est-à-dire la réduction des dépenses) sans efforts significatifs pour réduire le fardeau de la dette par l'impression de monnaie.

Les dettes des uns étant les actifs des autres, une réduction agressive de la valeur de ces actifs peut réduire de manière significative la demande de biens, de services et d'actifs d'investissement, ce qui nuit aux marchés et aux économies.

Pour que les réductions de valeur soient efficaces

Pour qu'une réduction de valeur soit effective, elle doit être suffisamment importante pour permettre au débiteur d'assurer le service du prêt restructuré.

Si la réduction de valeur est de 40 %, les actifs du créancier sont réduits d'autant.

Pourquoi les réductions de valeur sont-elles plus importantes qu'annoncé ?

Si une réduction de 40 % peut sembler importante, elle l'est en réalité beaucoup plus.

Étant donné que la plupart des prêteurs sont endettés (c'est-à-dire qu'ils empruntent pour acheter des actifs), l'impact d'une dépréciation de 40 % sur leur valeur nette peut être beaucoup plus important.

Par exemple, un créancier qui a un ratio d'endettement de 2:1 subira une baisse de 80 % de sa valeur nette. Comme ses actifs représentent le double de sa valeur nette, la baisse de la valeur des actifs a un impact deux fois plus important.

Étant donné que les banques sont souvent endettées à des ratios d'environ 10:1 ou 15:1, les conséquences peuvent être catastrophiques à la fois pour les banques et pour l'économie dans son ensemble lorsque ces risques ne sont pas bien gérés.

Comment fonctionnent les mathématiques

Si vous avez un effet de levier de 2:1, la valeur de vos actifs est le double de votre valeur nette.

Pour donner un exemple, disons que vous possédez 1 000 $ d'actifs et que vos dettes s'élèvent à 500 $. Dans ce cas, votre valeur nette est de 500 $.

Si la valeur de vos actifs diminue de 40 %, il vous reste 600 $ d'actifs et 500 $ de dettes.

Votre valeur nette est alors de 100 $.

C'est 80 % de moins que la valeur nette de 500 $ avec laquelle vous avez commencé, même si la valeur de vos actifs n'a baissé que de 40 %.

Un effet de levier de 2:1 double l'impact de la baisse du prix des actifs sur votre valeur nette (de même, un effet de levier de 3:1 le triple, et ainsi de suite).

Et, par exemple, si vous avez un effet de levier de 5:1 et que vos actifs chutent de plus de 20 %, vous êtes "sous l'eau" (c'est-à-dire que votre valeur nette est négative).

Le fardeau de la dette s'alourdit

Malgré les réductions de dettes, le fardeau de la dette continue d'augmenter à mesure que les dépenses et les revenus diminuent.

En outre, les niveaux d'endettement augmentent, ce qui pèse sur la valeur nette.

Comme les ratios dette/revenu et dette/valeur nette augmentent et que la disponibilité du crédit diminue, la contraction du crédit se perpétue naturellement.

Implications sociales

Pendant les dépressions, la classe des capitalistes/investisseurs est confrontée à une baisse significative de la richesse "réelle" en raison de l'effondrement de la valeur de leurs portefeuilles d'investissement (les prix des actions chutant généralement d'environ 50 %), de la baisse des revenus du travail et de l'augmentation des taux d'imposition.

En conséquence, ils deviennent extrêmement défensifs.

Souvent, ils sont contraints de transférer leur argent (et parfois eux-mêmes) hors du pays (ce qui contribue à la faiblesse de la monnaie), d'éviter les impôts et de chercher à placer leur argent dans des investissements liquides et non dépendants du crédit (tels que l'or ou des obligations d'État à faible risque ou des liquidités dans des pays qui ne souffrent pas de ces problèmes) afin de garantir leur sécurité financière.

L'économie réelle et l'économie financière souffrent toutes deux durant ces phases.

Avec les limites de la politique monétaire, la contraction du crédit entraîne de mauvais résultats économiques et sociaux.

Les travailleurs sont confrontés à d'importantes difficultés au fur et à mesure que les pertes d'emploi s'intensifient.

Si les décideurs politiques ne contrecarrent pas les forces déflationnistes de la dépression par une stimulation monétaire suffisante sous une nouvelle forme, ces circonstances peuvent persister pendant de nombreuses années.

Dans les cas où il existe déjà des conditions inflationnistes, celles-ci sont encore plus limitées, ce qui peut conduire à des récessions plus longues.

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Utilisateurs enregistrés en ligne dans ce sujet: 0, invités: 1
[Bot] CCBot

Pied de page des forums