Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 10-11-2023 14:39:09

Climax
Administrateur
Inscription: 30-08-2008
Messages: 6 131
Windows 10Firefox 119.0

Portrait des nouveaux investisseurs français : étude de l'OCDE pour l'AMF


investisseurs-francais.jpg

L'étude de l'OCDE pour l'AMF, financée par l'Union européenne, révèle une poussée post-pandémique des investisseurs particuliers français, avec une importante population jeune attirée par les crypto-actifs, faisant preuve d'une confiance excessive dans les connaissances financières, et fortement influencée par les médias sociaux.

L'étude de l'OCDE commandée par l'AMF a mis en évidence un changement important dans le paysage français de l'investissement, révélant que près de 25 % des citoyens français sont désormais engagés dans des instruments financiers ou des crypto-actifs. Cette évolution est particulièrement prononcée chez les nouveaux investisseurs, soit 12 % de la population adulte, qui ont commencé leur parcours d'investissement après la pandémie.

L'évolution démographique est évidente : 64 % des investisseurs sont des hommes, mais le nombre de femmes augmente par rapport aux cercles d'investissement traditionnels, et 56 % ont moins de 35 ans, contre 21 % seulement pour les investisseurs traditionnels.

Ces nouveaux acteurs du marché se situent dans des sphères aisées et appartiennent à différentes classes sociales, y compris les employés, les ouvriers et les étudiants, ce qui témoigne d'une plus grande attractivité des opportunités d'investissement.

Les comportements d'investissement de ces personnes sont multiples. Alors que les trois quarts d'entre eux ont diversifié leurs portefeuilles en utilisant plusieurs produits, la moitié s'est aventurée dans le domaine volatile des crypto-actifs, ce qui témoigne d'un solide appétit pour les technologies financières émergentes. Cette proportion est deux fois plus élevée que celle des investisseurs traditionnels détenant des crypto-actifs. Les véhicules d'investissement traditionnels conservent également leur attrait : 33 % détiennent des polices d'assurance-vie en euros, 29 % contribuent à des plans d'épargne-retraite et 24 % investissent dans des actions de sociétés cotées en bourse.

Leurs horizons d'investissement sont plus courts, les deux tiers d'entre eux se projetant à moins de dix ans. Les raisons qui les poussent à investir sont diverses, allant de la recherche de rentabilité et de diversification à la satisfaction de la curiosité ou au plaisir d'investir. La prédominance des jeux d'argent parmi ces nouveaux investisseurs (89 %) témoigne d'une volonté de prendre des risques, bien que cela s'accompagne d'un intérêt pour les options d'investissement durable, en particulier dans la tranche d'âge la plus jeune.

Il y a une évolution notable vers les plateformes modernes en ce qui concerne la recherche d'informations pour les décisions d'investissement. Les jeunes adultes, en particulier, se tournent vers les médias sociaux et les influenceurs, 41 % des 18-24 ans s'appuyant sur ces canaux. Néanmoins, une minorité de 7 % se lance dans des investissements sans recherches ni conseils préalables, une tendance plus fréquente dans les milieux moins aisés.

Malgré le recours à des sources d'information moins traditionnelles, ces investisseurs font preuve d'un excès de confiance palpable dans leurs connaissances financières. Une majorité substantielle de jeunes investisseurs pense posséder un niveau élevé de compréhension financière, alors que leur capacité réelle, testée sur des principes économiques de base, ne correspond que parfois à cette auto-évaluation.

À partir de ces données, l'OCDE a dégagé quatre profils d'investisseurs :

Néophytes : Il s'agit généralement de nouveaux investisseurs enthousiastes, mais qui ont besoin de connaissances plus approfondies. Ils peuvent s'engager dans l'investissement en raison d'une tendance ou d'un désir fondamental de faire fructifier leur épargne, sans avoir une compréhension approfondie des instruments financiers qu'ils utilisent.

Non informés : Les investisseurs de ce groupe peuvent prendre des décisions avec un minimum de recherche, souvent influencés par les médias sociaux ou les recommandations de leurs pairs. Ils ne consultent pas les conseils financiers traditionnels et n'analysent pas en profondeur leurs choix d'investissement.

Dynamique : Ce profil décrit les investisseurs qui recherchent activement de nouvelles opportunités d'investissement, y compris les crypto-actifs et les actions. Ils sont prêts à prendre des risques pour obtenir des rendements potentiellement élevés et sont souvent motivés par les aspects sociaux et expérientiels de l'investissement.

Consciencieux : ces investisseurs sont plus réfléchis et cherchent à équilibrer le risque avec des gains durables et à long terme. Ils sont plus enclins à s'intéresser à diverses sources d'information et peuvent mieux comprendre les concepts financiers.

L'élucidation de ces profils est cruciale pour les futures initiatives éducatives de l'AMF. Elle permet d'élaborer des stratégies ciblées qui répondent aux besoins spécifiques de chaque type d'investisseur et à ses lacunes en matière de connaissances. Comme l'a souligné Marie-Anne Barbat-Layani, présidente de l'AMF, cette approche personnalisée fait partie intégrante de la mission de protection des investisseurs de l'AMF, en veillant à ce que les ressources pédagogiques soient informatives et répondent aux diverses expériences et attentes des nouveaux investisseurs particuliers français.

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Utilisateurs enregistrés en ligne dans ce sujet: 0, invités: 1
[Bot] CCBot

Pied de page des forums