Menu

#1 08-10-2019 15:13:57

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4942
Site web

Comment la crypto-monnaie Libra va changer le système financier

Comment la crypto-monnaie Libra va changer le système financier mondial

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/libra-facebook.PNG


Les crypto-monnaies existent depuis plus d'une décennie, mais aucune n'a reçu autant d'attention que la Libra. Ce stablecoin a été créé par Facebook pour faire une monnaie mondiale, tout comme le Bitcoin (BTC) était censé l'être. Contrairement au BTC, les régulateurs et même les législateurs semblent plus préoccupés par la Libra que par les autres crypto-monnaies. Cela est peut-être dû au soutien de Facebook, qui, avec ses filiales WhatsApp et Instagram, compte plus de 2 milliards d'utilisateurs.

Tout ce que vous devez savoir sur la Libra

Facebook n'a jamais été concerné par les crypto-monnaies. En fait, ce n'est qu'en mai 2018 que les rumeurs ont commencé à circuler sur l'intérêt de FB de créer un stablecoin. Dans la plupart des cas, la Libra fonctionnera comme une crypto-monnaie normale sur la base d'une blockchain, qui est l'épine dorsale de l'ensemble du réseau. Une blockchain est gérée par un réseau de nœuds qui disposent tous d'une copie d'un ledger affichant un enregistrement de toutes les transactions. Par exemple, sur le réseau BTC, ces nœuds sont appelés des mineurs, car ils sont responsables de la gestion du ledger. Le grand livre demeure public pour tout le monde, mais seuls les mineurs ont une copie complète de toutes les transactions.

Avec Libra, la structure est très similaire, il y a également une blockchain qui a été rendue open-source, mais elle a été créée en utilisant un langage de programmation différent appelé Move. Ce nouveau langage a été développé par FB en utilisant le langage de programmation Rust déjà connu pour sa sécurité accrue. Avec le temps, FB permettra de créer des contrats intelligents sur la blockchain. Les développeurs devront donc se familiariser avec le nouveau langage de programmation s'ils souhaitent utiliser le réseau.

Contrairement à la plupart des crypto-monnaies, la blockchain de la Libra est un réseau autorisé et non un réseau public. Cela signifie que les personnes responsables de la maintenance du réseau doivent être autorisées à y accéder par le propriétaire du réseau. Pour l'instant, seules les entreprises qui ont contribué 10 millions de dollars au développement du réseau y ont accès. Certaines de ces sociétés comprennent Visa, Uber, Vodafone, etc., qui ont toutes reçu un jeton de Libra Investment pour leur accès. Ce sont ces entreprises qui assureront la maintenance des différents nœuds qui seront utilisés par le réseau Libra.

D'ici cinq ans, le réseau Libra passera à un système de preuve de participation (Proof-of-stake) et cessera d'être un réseau autorisé. La preuve de participation est un nouveau type de système de validation qui est utilisé par des crypto-monnaies récemment mises en circulation, comme le Cosmos. Il s'agit d'un meilleur système que la preuve de travail (proof-of-work) utilisée par le Bitcoin parce qu'il n'est pas nécessaire d'utiliser à grande échelle la puissance de traitement pour résoudre des problèmes mathématiques. Cela rend le système plus rapide et plus efficace. Dans le livre blanc du projet, toute personne souhaitant exploiter un nœud pour le réseau doit disposer d'une connexion Internet à 40 Mbps, d'une unité centrale de traitement de base et d'un SSD 16 To. Tout cela est raisonnable et faisable, il semble donc possible de passer à un système sans permission.

Calibra est la filiale de FB chargée du développement de la Libra. Afin de créer une certaine distance entre la Libra et FB, l'organisation à but non-lucratif appelée Libra Association, basée à Genève en Suisse, a également été créée. C'est dans la Libra Association que les partenaires de FB ont fait leur investissement dans le réseau et non directement à FB.

Une autre similitude avec d'autres crypto-monnaies est que la Libra aura également besoin d'un portefeuille numérique pour le stockage. Dans ce cas, le portefeuille s'appellera Calibra, tout comme la filiale. Dans un premier temps, le portefeuille sera uniquement disponible via WhatsApp et FB Messenger, puis peut-être sur un portefeuille externe. Comme les services de FB sont utilisés par des milliards de personnes dans le monde entier, le portefeuille Calibra sera facilement accessible par plus de 30% de la population mondiale.

L'un des principaux défis auxquels font face les crypto-monnaies, et la raison pour laquelle de nombreuses banques et institutions s'y sont refusées est l'extrême volatilité. Le réseau de l'Ethereum (ETH) a déjà connu plusieurs krachs soudains (quand les prix chutent rapidement en quelques secondes). Pour résoudre ce problème commun, la Réserve de la Libra a été créée afin d'assurer que chaque pièce de Libra ait une valeur d'actif équivalente dans le monde réel. Ces actifs seront basés sur différentes devises et seront répartis dans différentes classes, toutes gérées par la Libra Association. En étant adossée à la valeur de devises comme l'euro ou le dollar, la Libra sera moins sensible aux variations rapides des prix, ce qui donnerait aux commerçants la confiance nécessaire pour accepter la Libra comme une forme de monnaie.

Cela soulève également la question du nombre de pièces de la Libra qu'il y aura. Selon le livre blanc, la Libra Association sera chargée de créer de nouvelles pièces et de détruire les pièces existantes en fonction de la demande. Lorsqu'il y aura une demande accrue de la part des revendeurs autorisés, l'association sera en mesure de frapper de nouvelles pièces et de les détruire lorsque la demande sera réduite. Mais comme chaque pièce de Libra possédera un actif de valeur équivalente dans le monde réel, il ne faudra pas craindre l'inflation.

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/cryptotab-468-60.png


En quoi la Libra est-elle différente des autres crypto-monnaies ?

Il existe plusieurs différences frappantes entre la Libra et les crypto-monnaies les plus populaires. La principale est qu'il ne s'agira pas d'un réseau public comme le BTC. Pour la plupart des crypto-monnaies, n'importe qui peut devenir mineur gratuitement en téléchargeant simplement le logiciel et le registre complet. Avec la Libra, il sera impossible de faire fonctionner un nœud dans le réseau, et après la période de 5 ans déclarée par l'entreprise, devenir mineur sera toujours très difficile à moins d'avoir une quantité importante de pièces de Libra pour participer au système de preuve d'intérêt. Pour FB, l'objectif principal est de s'assurer que leur réseau reste rapide, stable et sécurisé, ce qui signifie qu'il sera très sélectif dans l'attribution des autorisations. De plus, il n'y a pas encore de récompenses pour les mineurs, et il n'y a pas d'incitation pour le devenir.

De plus, Calibra sera une sorte de banque centrale de facto pour la Libra, ce qui signifie que ce ne sera pas vraiment un réseau décentralisé. C'est essentiel pour FB parce qu'il souhaite être réglementé par les autorités, mais en retour, cela dérangera certains enthousiastes et utilisateurs qui attachent de l'importance à la protection de la vie privée. Couplé avec le passé de FB d'empiéter sur les données des utilisateurs, il y a beaucoup de gens qui auront peur d'envoyer de l'argent et de faire des transactions avec la Libra.

Faire de la Libra un stablecoin n'est pas complètement nouveau, car il existe déjà quelques pièces stables à succès comme le Tether. Pour se démarquer du reste des stablecoins, FB compte sur sa popularité et sa confiance. Tether, par exemple, est très controversé parce que certains experts ne croient pas que tous les jetons de Tether sont soutenus par un montant en dollars dans le monde réel. Récemment, cette crainte a été confirmée et le Tether est maintenant considéré comme une crypto-monnaie comme une autre. Une telle peur et un tel manque de confiance dans d'autres organisations pourraient offrir à FB un avantage en raison de sa taille et de sa réputation ; en plus de certains partenariats très significatifs avec d'autres sociétés.

La Libra est également fondamentalement différente des autres crypto-monnaies dans la façon dont elle a été conçu. En utilisant Rust, Calibra a réussi à créer un langage de programmation entièrement différent, Move, qui est destiné à augmenter la vitesse, l'évolutivité et la sécurité. Après le lancement initial, le réseau Libra pourra traiter jusqu'à 1 000 transactions par seconde - beaucoup plus rapidement que les crypto-monnaies les plus populaires. De plus, il faudra seulement 10 secondes pour qu'une transaction soit engagée dans la blockchain et finalisée. C'est aussi beaucoup plus rapide que, disons, ce que vous voyez sur le graphique en direct du BTC.

Les transactions sont vérifiées par les nœuds via un système appelé LibraBFT (Byzantine Fault Tolerance) selon le livre blanc du projet. Lorsqu'un validateur reçoit une donne, il traite la donne et envoie une signature du nouvel état de la base de données aux autres validateurs. Ceci facilite l'ajout de nouveaux validateurs, car ils n'auront pas à télécharger la base de données entière tant que les validateurs précédents seront tous fiables.

http://www.broker-forex.fr/img/bannieres/binance-728-90.jpg


La controverse autour de la Libra

Au cours de la période de plus de dix ans pendant laquelle les crypto-monnaies ont été sous les feux de la rampe, l'avenir des crypto-monnaies et des systèmes financiers a suscité beaucoup de questions. Mais aucune autre crypto-monnaie n'a suscité autant de controverse dans les mois qui ont suivi son annonce. Découvrez pourquoi.

Pression réglementaire

Jusqu'à présent, le plus grand défi pour la Libra a été la réglementation puisque de nombreux législateurs sont sceptiques au sujet de la Libra et quelques-uns s'inquiètent de la perturbation des systèmes monétaires. La Libra a été officiellement annoncée par FB le 18 juin 2019, citant David Marcus à la tête de la division et l'un des créateurs de la pièce.

Moins d'un mois plus tard, le 2 juillet, les démocrates du House Financial Services Committee (HFSC) ont envoyé une lettre à FB lui demandant d'arrêter de développer la pièce. Le 17 juillet, Marcus a été convoqué par le HFSC pour une audience afin de discuter de la Libra. La principale préoccupation des sénateurs était la protection de la vie privée, à la suite de l'inconduite antérieure de FB dans son association avec Cambridge Analytica. Il est intéressant de noter que les républicains du HFSC ont plutôt demandé des éclaircissements sur les actifs numériques. Leur argument était que la réduction des entreprises de technologie retarderait le développement technologique et obligerait les entreprises à se délocaliser. Ils ont en outre fait valoir que d'autres pays comme la Suisse, Singapour et le Royaume-Uni disposaient déjà de réglementations claires alors que les États-Unis étaient encore indécis sur les crypto-monnaies.

Le scandale a montré comment Cambridge Analytica a obtenu des informations personnelles sur des individus pour les aider dans le cadre des élections présidentielles américaines de 2016. Par conséquent, FB a été critiqué pour son rôle et le fondateur et PDG Mark Zuckerberg a comparu devant le Congrès et s'est excusé pour son rôle. Jusqu'à présent, de nombreux experts techniques évitent de travailler pour FB et l'entreprise a été perçue comme n'étant pas prudente avec les données personnelles des utilisateurs.

Maintenant que la même société envisage de lancer une monnaie mondiale basée sur une blockchain, il était tout naturel que les législateurs s'inquiètent de la même chose. Cette fois-ci, ce serait encore plus personnel puisqu'il s'agirait de finances personnelles. La présidente du CSRP, Maxine Waters, s'est particulièrement prononcée contre la Libra en affirmant que ce serait une menace pour la vie privée et la sécurité nationale. Sherrod Brown, membre du Comité bancaire américain, estime quant à lui que FB est déjà trop grand et trop puissant pour être introduit dans les finances publiques.

Un exemple de cela a été écrit dans le Washington Post avec l'exemple de WhatsApp. Le message fait référence à la promesse de FB de garder les données sur leur site Web et l'application séparées et sécurisées. Cependant, l'entreprise a déjà été poursuivie en Europe en vertu de la réglementation du GDPR pour ne pas avoir tenu ses promesses. Si l'on permettait à la Libra de fonctionner, FB aurait une connaissance approfondie de la vie quotidienne de ses utilisateurs et pourrait l'utiliser pour faire de l'argent. Le terme capitalisme de surveillance a été utilisé pour expliquer ce modèle d'affaires utilisé par l'entreprise.

Cette préoccupation s'étend au-delà des États-Unis, soit dit en passant, en Europe et dans d'autres pays du monde. En Allemagne, le président de Finanzwende, Gerhard Schick, estime que la domination de FB dans le monde entier, si elle s'étendait à la finance, tiendrait le monde en otage. De plus, il ne croit pas qu'on puisse faire confiance à FB pour assurer la sécurité des données des gens, encore une fois en raison de leurs antécédents. Même un analyste de la Banque des règlements internationaux (BRI), Hyun Song Shin, a dit craindre que la Libra ne compromette la stabilité financière dans le monde.

Absurdement, certains s'inquiètent du contraire. Alors que de nombreux législateurs s'inquiètent du manque de vie privée de FB, certains pensent que la Libra peut en fait causer trop de vie privée. Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, estime que FB pourrait devenir une banque fantôme pour le blanchiment d'argent et le terrorisme. Ce sentiment est également partagé par Gerhard Schick mentionné précédemment, ce qui montre à quel point la Libra suscite la controverse dans le monde entier.

La dernière audition de la HFSC n'a pas non plus abouti à une conclusion spécifique. Lors de cette réunion, on a demandé à la SEC si la Libra devrait être considérée comme un titre et il semble que ce sera le cas. Par conséquent, la Libra pourrait être réglementée par la SEC, mais le président de la SEC, Jay Clayton, s'est dit préoccupé par la possibilité d'utiliser la Libra pour "échapper aux règlements". M. Clayton a poursuivi en disant qu'il existe un groupe de travail à la SEC spécialement chargé d'évaluer les actifs numériques.

FB a affirmé qu'il ne lancera pas Libra tant qu'il n'aura pas reçu une réglementation adéquate aux États-Unis, ce qui s'avère être un peu problématique. Il y a cependant de l'espoir, et il est possible que la SEC permette à la Libra d'entrer en service en 2020 comme prévu. En ce qui concerne l'intention de FB d'être utilisé dans le monde entier, c'est une toute autre affaire.

Experts

Il n'y a pas que les législateurs qui s'inquiètent de la Libra, même les experts et les passionnés de crypto-monnaies le sont aussi. L'une des principales préoccupations vient du fait que la Libra sera une blockchain privée et non pas décentralisée comme le BTC. Elle ne sera donc pas validée par de nombreux nœuds anonymes dans le monde mais par un seul nœud contrôlé par FB. Non seulement cela va à l'encontre du concept de réseau décentralisé, mais cela facilite également le piratage informatique.

Les blockchains sont très difficile à pirater ou à contrôler parce que le réseau est autosuffisant et qu'il n'y a personne en charge. Les transactions sont vérifiées par de nombreux nœuds différents, et il est impossible de les pirater tous simultanément. Même lorsqu'une mise à jour du réseau est nécessaire, tous les grands mineurs (qui contrôlent les principaux nœuds) doivent se mettre d'accord sur la marche à suivre afin de parvenir à un consensus majoritaire. Sans ce consensus, une bifurcation se produit et il y a deux chaînes de blocs différentes.

Cependant, la Libra sera une blockchain privée sous le contrôle exclusif de FB... ok, peut-être Libra Association mais vous voyez ce que nous voulons dire. Si un pirate voulait prendre le contrôle de ce réseau, tout ce qu'il aurait à faire est de pirater FB pour prendre le contrôle. Il ne serait pas nécessaire de tenter une attaque à 51% ou quoi que ce soit d'autre.

A cet égard, la Libra n'est pas une crypto-monnaie véritablement décentralisée, ce qui a inquiété certains experts car il n'y a aucun moyen de vérifier les transactions sur une blockchain publics.

Escroqueries

Il n'est pas surprenant que les escrocs aient déjà repéré une nouvelle occasion et en profitent. De plus, ces arnaqueurs sont tellement effrontés qu'ils placent même leurs publicités sur FB après avoir créé des pages FB. Certains paient même pour des publicités sponsorisées afin d'atteindre plus de gens, ce qui signifie que FB reçoit de l'argent de fraudeurs qui mentent sur leurs produits.

Ces escrocs ont également créé des sites Web élaborés pour attirer encore plus de victimes. Dans un rapport de recherche de Digital Shadows du 19 juin dernier, après l'annonce officielle de la Libra, il y avait déjà plus de 100 domaines associés Libra. Maintenant, vous pouvez parier que le nombre a augmenté de façon exponentielle. Plusieurs de ces sites Web utilisent même la police de caractères du site Web de la Libra et une excellente conception Web avec d'excellents graphiques pour paraître légitimes. Heureusement, contrairement au débat en cours sur la régulation de la Libra, les escroqueries sont une chose facile à éviter tant que vous savez que la Libra n'est pas encore lancée.

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/skrill-728-90.jpg


La Libra peut-elle réellement atteindre ses nobles objectifs pour changer la finance mondiale ?

C'est la question principale dans l'esprit de tout le monde puisque FB a fait des déclarations assez audacieuses sur l'avenir de la Libra. FB a des objectifs ambitieux, David Marcus a prétendu que l'objectif était de changer la façon dont les gens accèdent et utilisent l'argent de la même façon que l'Internet a révolutionné la communication et le partage de l'information.

L'un des atouts de l'entreprise est qu'elle a déjà une base d'utilisateurs très large de plus de 2 milliards d'utilisateurs, soit environ un tiers de la population mondiale. La plupart de ces clients utilisent les produits Messenger et WhatsApp de FB, et c'est précisément là que le portefeuille Calibra sera placé en premier. Un pays comme l'Inde, par exemple, a 200 millions d'habitants qui utilisent WhatsApp. La deuxième chose, c'est que l'entreprise espère atteindre les personnes qui n'ont pas accès aux services bancaires conventionnels.

Dans le dernier rapport de Global Findex, la Banque mondiale indique qu'environ 1,7 milliards d'adultes n'ont toujours pas accès aux services bancaires en 2017. La moitié de cette population comprend des personnes originaires de pays comme le Nigeria, l'Inde, le Mexique, le Pakistan, etc. Bien que ces personnes n'aient pas de compte bancaire, elles utilisent des comptes d'argent mobile pour les services financiers et la plupart d'entre elles ont des smartphones. Ces statistiques montrent que, bien que d'autres crypto-monnaies comme le Litecoin n'aient pas pu attirer beaucoup d'utilisateurs, la Libra pourrait avoir un avantage grâce à la portée de FB.

Mais ce n'est pas seulement la population non bancarisée qui pourrait avoir besoin de la Libra. Le livre blanc affirme que les transactions seront gratuites sur le réseau Libra, et les commerçants seront facturés d'une commission très basse pour les transactions. Avoir un moyen aussi bon marché d'envoyer et de recevoir de l'argent serait bénéfique pour tout le monde. Et si l'on ajoute à cela la rapidité promise, il est probable que tout le monde s'y intéressera.

Pour que la Libra fonctionne, les gens devraient également mettre la main dessus, et ici aussi FB a tout compris. Les utilisateurs pourront échanger de la monnaie fiduciaire contre de la monnaie Libra et vice-versa en utilisant des marchands vérifiés par l'entreprise. Ces marchands seront très probablement basés dans plusieurs endroits dans le monde pour permettre à plus d'utilisateurs d'acquérir la pièce en utilisant leur monnaie locale. La Libra Association a également établi des partenariats avec des sociétés financières comme Visa et MasterCard, de sorte qu'il sera également possible d'acheter des pièces Libra en utilisant une carte de crédit. La capacité d'acquérir la pièce facilement et d'une source fiable la placera certainement au-dessus des autres.

Ces partenariats seront également très utiles à la Libra en lui faisant confiance. Il y a actuellement 27 partenaires au sein de la Libra Association qui couvrent différentes industries. Certaines des plus notables ont déjà été mentionnées ainsi que Lyft, Uber, eBay, Vodafone, Coinbase, Andreessen Horowitz, Women's World Banking, etc. Pour être clair, ces entreprises ont promis de contribuer 10 millions de dollars chacune au projet, mais elles ne l'ont pas encore fait, car elles attendent de voir comment les choses se passent avec les organismes de réglementation et les législateurs. Et Vendredi, Bloomberg a rapporté que Paypal se retirait officiellement du projet. PayPal n'a pas expliqué exactement les raisons de son départ, mais un porte-parole de l'entreprise a déclaré que "nous devons continuer à nous concentrer sur l'avancement de notre mission actuelle et sur les professionnels du monde des affaires dans nos efforts pour démocratiser l'accès aux services financiers pour les populations mal servies ". De plus, Paypal a également déclaré qu'il était ouvert à de futures collaborations avec LIbra : "Nous nous réjouissons de poursuivre le dialogue sur les moyens de travailler ensemble à l'avenir ".

Et ce sera le dernier point d'achoppement pour le succès de la Libra. FB a clairement indiqué qu'il n'allait pas lancer le projet tant qu'il n'aura pas reçu l'autorisation d'aller de l'avant de la part des organismes de réglementation américains. Les législateurs ont déjà exprimé leurs réserves à l'égard de la Libra, comme en témoignent les trois auditions tenues par la Commission des services financiers de la Chambre (HFSC). Si la SEC refuse la Libra comme garantie, alors FB devra soit gratter l'ensemble du projet, soit le lancer d'un autre endroit. Ce dernier point semble plus plausible car une telle entreprise ne voudrait pas gaspiller toutes les ressources déjà engagées.

Pour en revenir à la question, de nombreux facteurs sont en jeu pour que le rêve de FB devienne réalité. L'entreprise est déjà un monstre, ce qui signifie qu'elle dispose des ressources nécessaires pour mettre en œuvre ce projet et le faire avancer. La plupart des startups ont du mal à se faire connaître des gens, mais tout le monde connaît FB et a probablement une de leurs applications sur leur téléphone. C'est un plus pour toute entreprise qui veut promouvoir de nouveaux produits, en particulier pour FB.

Par conséquent, à l'exception de la réglementation de la SEC, des autres organismes de réglementation et des banques centrales du monde entier, rien n'indique que la Libra ne pourrait pas devenir une réalité. Mais il est aussi trop tôt dans le développement du projet. Certains développeurs ont déjà essayé de tester le code Libra qui est open source, mais il n'a pas fonctionné aussi bien que prévu. Cela montre qu'il reste encore beaucoup de choses à régler avant le déploiement en 2020.

Est-il possible d'investir dans la Libra ?

Malheureusement, il ne sera pas possible d'investir dans la Libra parce qu'elle est destinée à être une pièce stable. Étant une pièce stable, la valeur de la Libra restera équivalente à 1 $ tout au long de l'année de façon à représenter la valeur des actifs du monde réel. Les spéculateurs peuvent donc oublier la Libra, parce que sa valeur sera principalement celle de la monnaie ayant cours légal et non celle des variations de prix.

http://www.broker-forex.fr/img/bannieres/compte-demo.png


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

En ligne

 

Pied de page des forums