Menu

#1 07-06-2019 10:55:49

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4928
Site web

L'industrie du forex en Afrique profite de la réglementation de l'ESMA

L'industrie du forex en Afrique profite de la réglementation de l'ESMA


L'Afrique est un continent diversifié, composé de 54 pays et de 41 monnaies, il n'est donc pas surprenant que son industrie des changes (forex) soit tout aussi diversifiée et à différents stades de développement, variant d'un pays à l'autre.

Quels sont les pays qui dominent le continent en termes de sophistication des marchés, quels sont les actifs les plus populaires et, ce qui est plus intéressant, quel est l'avenir du secteur des changes sur le continent ?

Le forex aide au développement de l'Afrique

Parmi les 41 devises du continent, beaucoup se caractérisent par leur statut illiquide et rarement négocié sur le marché financier mondial, ainsi que par leur volatilité.

Cela constitue un véritable obstacle pour ceux qui veulent faire des affaires en Afrique et, selon la banque mondiale, les préoccupations monétaires constituent l'un des principaux obstacles au développement du continent africain.

Cependant, les plateformes de trading forex aident à combler le fossé pour les monnaies locales africaines. Cela s'explique par le fait que les technologies de trading modernes fournissent une plus grande liquidité pour les devises à des prix plus compétitifs.

David Bee, chef des marchés mondiaux à la Crown Agents Bank et membre du Comité exécutif de la banque mondiale, a écrit en août 2018 : "des solutions innovantes en matière de conformité, une nouvelle technologie de trading des devises et une expertise sectorielle pourraient commencer à compenser les inconvénients d'un marché des changes illiquide et - en fin de compte - contribuer à assurer un accès rapide et efficace aux fonds locaux sur l'ensemble du continent africain".

L'Afrique du Sud et le Nigeria dominent le marché des changes en Afrique

En Afrique, les deux premières économies sont le Nigeria et l'Afrique du Sud. Les deux pays ont également les secteurs financiers les plus établis et les plus anciens d'Afrique.

De ces deux pays, l'Afrique du Sud est la destination la plus populaire pour les brokers grâce à ses opinions politiques libérales, sa situation géographique et ses relations avec les grandes économies.

Cependant, pour le forex, l'une des raisons les plus attrayantes est le régulateur local du pays - la Financial Services Conduct Authority (FSCA), anciennement connue sous le nom de Financial Services Board.

La FSCA d'Afrique du Sud

La FSCA est une composante indépendante du gouvernement sud-africain qui agit en tant que régulateur du pays pour toutes les sociétés financières non-bancaires. Le régulateur aide les brokers forex à s'établir dans le pays et à gagner la confiance d'investisseurs de premier plan.

Les exigences réglementaires de la FSCA sont moins strictes que celles de l'autorité européenne des marchés financiers (ESMA) et de la Financial Conduct Authority (FCA) du Royaume-Uni, ce qui peut se traduire par des coûts opérationnels moins élevés et donc des revenus plus élevés.

L'Afrique est une zone prometteuse pour les brokers forex à la recherche d'un plus grand nombre de clients avec un capital de trading modeste, mais aussi pour les grands investisseurs et les traders de haut niveau.

L'industrie du forex en Afrique est en train de devenir l'une des industries les plus populaires dans le secteur financier. Par exemple, en Afrique du Sud, la Banque des Règlements Internationaux a montré que le volume des opérations de change des traders particuliers était de 14 milliards de dollars en 2013 contre 21 milliards de dollars en 2016, avec des chiffres qui devraient augmenter au cours des deux prochaines années.

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/depot-moyen-afrique-2019.PNG


L'ESMA est le moteur de l'industrie africaine

L'année dernière, l'ESMA a mis en œuvre des mesures d'intervention pour imposer des restrictions sur l'effet de levier des contrats pour différence (CFD), des instruments de change, des crypto-monnaies, et plus.

Cela a conduit de nombreux brokers et traders à se tourner vers l'extérieur de l'Europe à la recherche de zones géographiques avec des réglementations plus souples afin de pouvoir offrir des produits avec un effet de levier plus important.

Le Vanuatu et d'autres juridictions offshores ont bénéficié de ce mouvement. Cependant, l'Afrique aussi. La croissance économique de l'Afrique et des lois moins restrictives ont fait du continent une destination intéressante pour les brokers.

La demande sur le marché des changes augmente en Afrique

Les traders de devises africains ne sont pas différents de ceux des autres zones géographiques. En général, ils affluent vers les principales devises comme l'EUR/USD. Les actions, le West Texas Intermediate (WTI) et les métaux sont également populaires dans la région.

Bien que l'Afrique du Sud et le Nigeria dominent la région, d'autres pays commencent à montrer une augmentation de la demande comme le Kenya, le Ghana et la Tanzanie.

Les marchés des changes en Afrique du Sud et au Nigeria ont le plus grand potentiel du continent africain, mais la Namibie, le Botswana, le Lesotho, l'Ouganda, le Cameroun, le Rwanda et le Zimbabwe sont également très prometteurs, car ils montrent maintenant un intérêt accru dans l'industrie du forex.

Le plus grand obstacle de l'Afrique : la réglementation

Bien que la région africaine soit très prometteuse, elle présente quelques faiblesses majeures. L'une des principales épines de la région est le manque de régulateurs, l'Afrique du Sud est le seul pays avec un organisme de réglementation relativement efficace.

Le Kenya est un autre pays qui tente de surveiller le secteur avec la Capital Markets Authority (CMA) contrôlée par la Banque centrale. Toutefois, l'absence générale d'organismes de réglementation solides dans l'industrie du forex a entraîné une augmentation des escroqueries, un manque d'éducation en matière de trading et un manque de sensibilisation au risque.

Cependant, il y a encore de l'espoir pour l'industrie du forex en Afrique, car la demande pour le trading des devises augmente - et pas seulement en Afrique du Sud et au Nigeria, mais aussi dans d'autres petits pays, car de plus en plus de personnes voient les opérations de change comme un moyen d'atteindre la liberté financière.

Les brokers commencent à offrir du matériel éducatif gratuit par le biais de webinaires et de séminaires pour accroître les connaissances de leurs clients. Ils dépensent également de plus en plus d'argent en marketing pour accroître la notoriété de leur marque et, par conséquent, la notoriété de l'industrie du forex en général. Ceci, couplé à l'Internet qui permet à de plus en plus de personnes de négocier sur le forex, conduit à une plus grande acceptation et un plus grand intérêt du public pour le secteur.

Enfin, le fait que de nombreux brokers se dirigent vers le marché africain depuis la nouvelle réglementation de l'ESMA est également très important, car cela se traduira par des campagnes de marketing plus agressives qui rendront le FX encore plus connu et populaire parmi les Africains.

http://www.broker-forex.fr/img/bannieres/XTB-728-90.gif


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums