Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 13-06-2021 19:18:26

Climax
Administrateur
Inscription : 30-08-2008
Messages : 5 310

Mythes de la vente à découvert : Distinguer la réalité de la fiction

Mythes de la vente à découvert : Distinguer la réalité de la fiction

vente-a-decouvert.png

De temps en temps, la vente à découvert est au centre des préoccupations des médias financiers, que ce soit parce que certaines personnes gagnent de l'argent lors d'une mauvaise baisse du marché, parce que les équipes de direction se plaignent des vendeurs à découvert (par exemple, Tesla/Elon Musk) ou parce que des actions comme Gamestop et AMC font l'objet de manies spéculatives.

Il existe de nombreuses idées fausses très répandues sur la vente à découvert et des mythes/conspirations qui ont été mis en évidence lors des sagas des actions Gamestop et AMC.

Nous allons les passer en revue brièvement.

Mythe n° 1 : Il est illégal de vendre à découvert plus de 100 % du flottant.

Ce n'est pas le cas. Une seule action peut être prêtée plusieurs fois. Chaque action vendue à découvert crée une action longue compensatoire dans le flottant (pour chaque vendeur, il y a un acheteur).

Par exemple, disons qu'une entreprise a 100 actions en circulation. A en possède 90, B en possède 10.

A prête ses 90 actions à C, qui les vend à découvert ensuite à D (c'est-à-dire que D achète). A possède 90 actions, B en possède 10, et D en possède 90.

En additionnant toutes ces actions (90+10+90), 190 actions apparaissent en termes de propriété totale et 100 actions sont en circulation. En d'autres termes, le flottant augmente et le nombre d'actions en circulation reste le même.

Cela s'équilibre parce qu'il y a 90 actions prêtées - c'est-à-dire que C doit 90 actions à A à un moment donné dans le futur. Ce n'est pas différent d'un prêt - la dette est une position "à court terme". Elle doit finalement être remboursée, généralement avec des intérêts, tout comme dans le cas d'un prêt d'actions.

La position courte nominale est exprimée par 90/100 (90%), bien qu'en réalité, elle soit plutôt de 47 %, car il s'agit de 90 actions sur les 190 que compte le flottant.

D peut prêter 90 actions à E. E les vend à découvert à F.

Maintenant, nous avons A qui possède 90, B 10, D 90, et F 90, pour un flottant de 280. La participation à découvert est de 180 sur 100 actions en circulation, soit ostensiblement 180 %. Mais c'est en fait 64% (180 divisé par 280).

En d'autres termes, les actions peuvent simplement être réempruntées encore et encore. F peut prêter à G, et ainsi de suite.

Il n'y a rien d'illégal ou d'infâme lorsque le flottant nominal à découvert est supérieur à 100 %.

Mythe n° 2 : la vente à découvert à nu est contraire à l'éthique et/ou illégale.

La vente à découvert à nu se produit lorsqu'une personne qui est à découvert sur une action ne remplit pas son obligation envers l'acheteur. Il est illégal de le faire intentionnellement, mais c'est rare.

En cas de défaut de livraison, le courtier lui dira de remédier à la situation. Il y a beaucoup de risques juridiques pour aucun gain.

Mythe n° 3 : C'était David contre Goliath, Main Street contre Wall Street.

Non, il a été initialement alimenté par les médias sociaux. Il est devenu virale et a dépassé Reddit et les autres médias sociaux pour atteindre la presse grand public. Il y a eu quelques couvertures à découvert par des fonds spéculatifs, mais seulement quelques-unes.

Les fonds spéculatifs ne représentent pas une part importante du secteur de la gestion d'actifs, soit environ 3 000 milliards de dollars seulement. Le secteur de la gestion d'actifs représente plus de 40 000 milliards de dollars, rien qu'aux États-Unis.

"Wall Street" - qui est généralement utilisé comme métonymie pour désigner l'industrie financière dans son ensemble - comprend également les banques d'investissement, les courtiers, les prêteurs, les autres sociétés de gestion d'actifs (par exemple, les fonds communs de placement, les gestionnaires passifs) et d'autres types de sociétés financières.

Beaucoup de ces sociétés ont gagné beaucoup d'argent en étant longues sur ces actions, en vendant de la volatilité, en faisant ces marchés (en réduisant les écarts entre les offres et les demandes), en prêtant, en percevant des commissions et autres activités similaires.

Certaines personnes ont pu perdre beaucoup et gagner beaucoup de chaque côté de la transaction et de toutes les stratégies intermédiaires. Mais cela arrive tout le temps, tous les jours, sur toutes sortes de marchés. Les "shorts" peuvent avoir perdu à court terme et les "longs" qui ont acheté les actions à des niveaux élevés, notamment avec un effet de levier, perdront également beaucoup.

L'histoire du petit gars contre le grand gars se vend bien, mais c'est un mythe.

Mythe n° 4 : la vente à découvert nuit à une entreprise et peut la conduire à la faillite.

Les entreprises font faillite parce qu'elles ne peuvent pas payer leurs dettes. Ce n'est jamais parce que les vendeurs à découvert ont fait chuter le prix de l'action.

L'actif et le passif d'un bilan n'ont pas grand-chose à voir avec l'évaluation des actions par les marchés publics sur la base du marché.

Le prix de l'action est en grande partie insignifiant pour la plupart des sociétés publiques la grande majorité du temps. La plupart des entreprises du monde ne sont pas non plus publiques, mais privées. Leurs actions ne sont pas cotées en continu pendant certaines heures de la semaine. Pourtant, elles continuent à fonctionner sans problème.

Les équipes de direction des sociétés publiques ont tendance à se préoccuper beaucoup du cours de leurs actions, car il est souvent lié à leur mode de rémunération. Ainsi, bien qu'il soit encore assez rare que les équipes de direction se plaignent publiquement des vendeurs à découvert, cela arrive.

Le PDG de Tesla, Elon Musk, s'est souvent plaint des vendeurs à découvert, allant même jusqu'à menacer de poursuites judiciaires un blogueur de Seeking Alpha sous le pseudonyme de Montana Skeptic s'il ne cessait pas d'écrire des commentaires négatifs sur la société.

Wirecard et Enron ont souvent imputé leurs problèmes aux vendeurs à découvert et à la "peur, l'incertitude et le doute" (FUD) qu'ils suscitent. Mais il s'agissait d'entreprises fondamentalement faibles qui ne valaient finalement rien.

Qu'en est-il de la collecte de fonds ?

Si la vente à découvert créait réellement un prix d'action sous-évalué, les investisseurs viendraient l'acheter.

De nombreuses entreprises peuvent lever des fonds par emprunt plutôt que par actions. C'est moins cher, car la dette est prioritaire dans la structure du capital et les prêteurs sont payés avant les actionnaires. Et la dette ne dilue pas la propriété.

Les prêteurs examinent l'actif, le passif, les revenus et les dépenses pour déterminer si une entité vaut la peine d'être prêtée. Les actionnaires se soucient des mêmes choses. Mais ils peuvent ne pas se soucier des flux de trésorerie à court terme comme le ferait un prêteur. En effet, les actionnaires s'attendent à un retour plus important dans le temps.

Les vendeurs à découvert qui ont des raisons basées sur les fondamentaux pour vendre à découvert une action ne vont pas non plus vendre à découvert des sociétés en bonne santé et dont le prix est juste (ou sous-évalué).

Mythe n°5 : Robinhood et d'autres courtiers ont cessé d'accepter des ordres pour protéger les fonds spéculatifs.

Non. Les actions américaines sont réglées sur ce que l'on appelle une base T+2. Cela signifie qu'elles sont réglées deux jours après que la transaction a été effectuée.

Pour cette raison, il existe une série d'échanges de crédits entre les acheteurs et les vendeurs, leurs courtiers et la chambre de compensation centrale (dans ce cas, la DTCC), qui est essentiellement le courtier du courtier.

La DTCC fixe une exigence de marge pour les courtiers qu'elle chapeaute. La marge est partiellement basée sur la volatilité implicite de la valeur sous-jacente. Gamestop (GME) avait une volatilité implicite de plus de 500 % au plus fort de sa frénésie, ce qui est énorme. La DTCC a donc dû augmenter sa marge sur ce titre à 100 %.

Les courtiers, à leur tour, ont dû réduire leur risque de façon spectaculaire.

Mythe n°6 : La DTCC n'a augmenté les exigences de marge que pour Robinhood.

Non, elles ont été augmentées pour tous les clients de la DTCC qui avaient des transactions à régler pour les actions concernées.

Interactive Brokers et E-trade sont deux autres sociétés (parmi beaucoup d'autres) qui ont été forcées de limiter GME aux ordres de clôture uniquement pendant le pic de volatilité.

Robinhood a été le plus touché en raison du volume négocié sur ces titres.

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Pied de page des forums