Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 04-05-2021 19:50:46

Climax
Administrateur
Inscription : 30-08-2008
Messages : 5 255

Risque et volatilité sont-ils indissociables ?

Risque et volatilité sont-ils indissociables ?

risque-et-volatilite.png

Selon le dictionnaire, une personne ou une chose est volatile lorsqu'elle change ou varie facilement et de manière imprévisible. S'agissant d'un actif financier, sa volatilité ou son écart-type est une statistique qui décrit simplement, à l'aide d'un chiffre, l'ampleur des variations du prix dans le temps. Autrement dit, plus un actif est volatil, plus ses fluctuations imprévisibles sont rapides et extrêmes.

"Ce matin-là, personne ne pouvait imaginer que John Appleseed déciderait, au lieu de se rendre à son bureau, de se rendre au centre commercial avec son AK-47 et d'assassiner sans raison apparente une douzaine de ses voisins. Plus tard, un de ses amis a commenté en larmes à la chaîne d'information : Nous ne comprenons pas ce qui lui est arrivé, il semblait si normal, si peu volatile..."

L'adjectif "descriptif" est ici essentiel, car la volatilité ne nous donne que des informations observables sur les variations de prix passées. Elle ne nous dit rien sur la nature et le risque du processus sous-jacent qui la produit. Cette distinction est essentielle et est souvent ignorée, identifiant à tort le risque à la volatilité. L'adjectif "descriptif" est ici essentiel, car la volatilité ne nous donne que des informations observables sur les variations de prix passées. (Voir notre article sur le VIX : Indice de volatilité)

Le risque est un concept difficile, complexe et multidimensionnel. En revanche, la volatilité et les autres statistiques descriptives sont une tentative confortable de réduire ses nombreux visages à un simple chiffre. Comme si le compteur de vitesse de la voiture nous donnait toutes les informations nécessaires concernant le risque de conduire. Même la AMF utilise une échelle de risque entre 1 et 7 en fonction de la volatilité pour classer les FP. Ainsi, un fonds "1" ne présente pratiquement aucun risque, et un fonds "7" est très risqué.

"Même l'AMF utilise une échelle de risque entre 1 et 7 selon la volatilité pour classer les fonds d'investissement... Cela n'a aucun sens."

Cela n'a pas de sens. Si nous imaginons un fonds qui perd exactement -2,00% chaque mois, sa volatilité selon la formule de l'écart-type serait nulle (il n'a pas de volatilité) et pourrait être considéré comme "risque 1" sur l'échelle. Peut-être en évitant ces contradictions, sur le site de l'AMF ils se salissent et se cachent en disant que même si un fonds est classé "1", cela ne signifie pas qu'il n'a pas de risque. Mais ils n'expliquent pas pourquoi.

La volatilité du crocodile

Les investisseurs se sont emparés d'un produit financier à faible volatilité. Pour mieux comprendre pourquoi c'est une erreur de faire équivaloir risque et volatilité, reprenons l'exemple du pélican et du crocodile. Si nous observons pendant longtemps le mouvement tranquille d'un crocodile au bord de la rivière, il nous transmet l'information qu'il n'y a pas de danger, que ses mouvements sont lents (peu volatils) et que nous pouvons les prévoir et nous y adapter facilement.

Ainsi, notre sympathique pélican peut demander au crocodile de l'emmener à l'autre bout de la rive et espérer qu'il continuera à se comporter comme il l'a fait jusqu'à présent. Dans cet exemple, le pélican assimile la très faible volatilité observable du crocodile à un risque très faible.

Pourquoi le pélican pense-t-il qu'il n'y a pas de danger ? Parce que si nous ne connaissons pas sa nature profonde et ne connaissons que sa volatilité (qui est observable), le risque de ne pas arriver sain et sauf sur l'autre rive devrait être minime. Mais tous ceux qui connaissent la nature du crocodile savent qu'il y a un grand et silencieux danger (inobservable).

"Pourquoi le pélican croit-il qu'il n'y a pas de danger ? Parce que si nous ne connaissons pas sa nature profonde et ne connaissons que sa volatilité (qui est observable), le risque de ne pas arriver sain et sauf sur l'autre rive devrait être minime."

Les crocodiles se déplacent la plupart du temps très lentement (ils sont très peu volatils), mais occasionnellement et de manière imprévisible, leur comportement change radicalement : ils se déplacent extraordinairement vite (beaucoup plus vite que leur volatilité passée ne pourrait même pas nous le faire imaginer) pour piéger dans ses mâchoires sa victime confiante. Par conséquent, la simple observation empirique du comportement d'un actif, d'un produit ou d'une stratégie (son historique) n'est pas suffisante pour connaître les risques auxquels nous sommes confrontés lorsque nous investissons.

La volatilité d'un fonds ou d'un produit n'est pas une bonne mesure du risque, car elle ne nous renseigne que sur l'ampleur de ses mouvements dans le temps, et non sur la nature et les risques de ces mouvements ou sur la direction que peut prendre la stratégie sous-jacente. Le risque est un concept trop complexe et profond pour être réduit à un chiffre simple et confortable (pour les clients et les analystes quantitatifs).

La volatilité d'un fonds ou d'un produit n'est pas une bonne mesure du risque, car elle nous indique uniquement l'ampleur des mouvements dans le temps. C'est dans la nature de la stratégie sous-jacente que réside le risque des fonds et produits d'investissement, et non dans leur volatilité. Il existe des stratégies très risquées et non volatiles (crocodiles d'investissement). Un exemple extrême est la vente d'options hors de la monnaie.

Cette stratégie de trading d'options produit des rendements mensuels positifs sur de longues périodes avec une volatilité quasi nulle, ce qui les rend très faciles à emballer et à commercialiser (son historique d'augmentations continues sans volatilité, par exemple d'environ +1% par mois, se vend très bien). Finalement, un krach se produit sur les marchés, faisant perdre à l'investisseur, si ce n'est la totalité, pratiquement tout ce qu'il avait précédemment investi et gagné dans le fonds.

Un investissement boursier à forte volatilité, mais inoffensif à long terme. D'autre part, il existe des stratégies très volatiles et peu risquées, que nous pourrions appeler l'investissement Chihuahua dans notre zoo : Ils bougent beaucoup et font beaucoup de bruit, mais ils sont totalement inoffensifs.

L'exemple le plus banal est l'investissement dans des bourses diversifiées à l'échelle mondiale par le biais d'ETF ou de fonds à faible coût, considéré comme très risqué en raison de sa volatilité élevée (nous pouvons perdre temporairement la moitié de l'investissement), mais qui, à long terme, nous rapportera environ le double de la croissance du PIB mondial. Paradoxalement, ce sont les investisseurs averses au risque qui renoncent aux investissements rentables et peu risqués à long terme, préférant les produits à faible volatilité qui cachent parfois des crocodiles.

La raison est plus psychologique que rationnelle : ils ne supportent pas de voir qu'ils perdent de l'argent pendant un certain temps. L'industrie le sait et donne au client ce qu'il demande, même si ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour lui. C'est-à-dire des crocodiles à faible volatilité plutôt que des chihuahuas (bruyants) à forte rentabilité.

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Pied de page des forums