La théorie des perspectives - finance comportementale

La théorie des perspectives

Traditionnellement, on pense que les effets nets des pertes et des bénéfices impliqués dans chaque choix sont combinés pour présenter une évaluation globale qui détermine si un choix est souhaitable. Les universitaires ont tendance à utiliser "l'utilité" pour décrire le plaisir et prétendre que nous préférons les cas qui maximisent notre utilité.

Cependant, la recherche a montré que nous ne traitons pas l'information de manière rationnelle. En 1979, Kahneman et Tversky ont présenté une idée appelée la théorie des perspectives qui soutient le fait que les gens apprécient les gains et les pertes différemment. Ils fondent principalement leurs décisions sur les probabilités de gains plutôt que sur les éventuelles pertes, même quand ils obtiennent le même résultat économique.

Selon la théorie des perspectives, les pertes ont un impact plus important sur les émotions des traders qu'une quantité équivalente de bénéfices. Par exemple, dans un mode de pensée traditionnelle, le montant d'utilité gagnée avec un bénéfice de 50 € doit être égale à une situation dans laquelle un trader gagne 100 € et perd 50 €. Dans les deux cas, le résultat final est un bénéfice net de 50 €.

Malgré le fait que les traders se retrouvent toujours avec un gain de 50 €, la plupart considèrent qu'un seul gain de 50 € et plus favorable que de gagner 100 € et de perdre 50 €. C'est une preuve d'un comportement irrationnel.

Kahneman et Tversky ont mené une série d'études dans lesquelles les sujets ont répondu à des questions qui impliquaient des jugements entre deux décisions monétaires avec des pertes et des gains potentiels. Par exemple, les questions suivantes ont été utilisées dans leur étude :

Vous avez 1000 € et vous devez choisir une des options suivantes:

  • Choix A: Vous avez 50 % de chance de gagner 1000 €, et 50 % de chance de gagner 0 €
  • Choix B: Vous avez 100 % de chance de gagner 500 €.

Vous avez 2000 € et vous devez choisir une des options suivantes:

  • Choix A: Vous avez 50 % de chance de perdre 1000 €, et 50% de perdre 0 $
  • Choix B: Vous avez 100 % de chance de perdre 500 €.

Les gens qui choisissent "B" sont plus réfractaires au risque que ceux qui choisissent "A". Cependant, les résultats de cette étude ont montré que l'écrasante majorité des gens ont choisi "B" à la question 1 et "A" à la question 2. Les gens sont donc sont plus disposés à choisir un niveau raisonnable de gains (même s'ils ont une chance raisonnable de gagner plus), mais sont prêts à s'engager dans des comportements à risque pour limiter leurs pertes. En d'autres termes, les pertes ont plus de poids qu'une quantité équivalente de bénéfices.

Cette ligne de pensée a créé la fonction de valeur asymétrique :

Cette fonction est une représentation de la différence de l'utilité (quantité de douleur ou de plaisir) qui est obtenue à la suite d'une certaine quantité de bénéfices ou de pertes. Il est essentiel de noter que tout le monde n'a pas forcement une fonction de valeur qui ressemble exactement à cela ; c'est la tendance générale. La caractéristique la plus évidente est de savoir comment une perte crée un plus grand sentiment de la douleur par rapport au plaisir créé par un gain équivalent. Par exemple, la quantité de plaisir générée par un bénéfice de 50 € est inférieur à la quantité de douleur causée par une perte de 50 €.

Par conséquent, lorsque plusieurs événements de gains et de pertes se produisent, chaque événement est évalué séparément et combinés pour créer un sentiment cumulatif. Selon la fonction de valeur, si vous gagnez 50 €, mais que vous les perdez ensuite peu de temps après, cela provoque un effet global de -40 unités d'utilité (un gain de 50 € donne 10 points de plaisir, mais une perte de 50 € donne -50 points).

 

Pertinence financière

La théorie de la perspective peut être utilisée pour expliquer quelques comportements financiers illogiques. Par exemple, il y a des gens qui ne veulent pas mettre leur argent à la banque pour gagner un intérêt ou qui refusent de faire des heures supplémentaires parce qu'ils ne veulent pas payer plus d'impôts. Ces personnes pourraient bénéficier de fonds supplémentaires après impôt, mais la théorie de la perspective suggère que l'avantage (ou l'utilité gagnée) de l'argent supplémentaire n'est pas suffisante pour surmonter le sentiment de perte encourus par le paiement des impôts.

La théorie des perspectives explique également l'apparition de l'effet de disposition qui est une tendance à conserver des positions perdantes trop longtemps et à vendre les titres gagnants trop tôt. La logique serait de conserver les titres gagnants afin de favoriser les gains et de vendre les actions perdantes afin d'éviter l'escalade des pertes. Cela représente le comportement typique d'aversion pour le risque.

Le revers de la médaille est que comme les investisseurs détiennent leurs pertes trop longtemps, ils sont donc prêts à assumer un niveau de risque plus élevé afin d'éviter l'utilité négative d'une perte éventuelle. Malheureusement, de nombreuses actions perdantes ne guérissent jamais et les pertes augmentent avec des résultats souvent désastreux.

 

Éviter l'effet de disposition

Il est possible de minimiser l'effet de disposition en utilisant un concept appelé le cadrage hédonique pour changer votre approche mentale.

Par exemple, dans des situations où vous avez le choix de penser à un grand bénéfice ou à plusieurs petits bénéfices (comme la recherche de 100 € par rapport à la recherche de deux billets de 50 €), la pensée de ce dernier peut maximiser la quantité d'utilitaires positifs.

Et inversement, pour les situations où vous avez le choix de penser à une grande perte ou à plusieurs petites pertes, la situation d'une grande perte créerait un utilitaire moins négatif.

Pour les situations où vous avez le choix de penser à un gain important avec une petit perte, créant un petit bénéfice (100 € et - 55 € = + 45 €), vous recevrez une utilité plus positive du petit bénéfice.

Enfin, pour les situations où vous avez le choix de penser à une grande perte avec un petit bénéfice, créant une petite perte (- 100 $ et + 55 $ = - 45 €), il serait préférable d'essayer d'encadrer la situation en séparant les gains et les pertes.

Essayer ces méthodes pour cadrer vos pensées et rendre votre expérience plus positive et minimiser l'effet de disposition.

Sommaire - théorie de la finance comportementale