Menu

Les broker de devises et la réglementation du trading en Thaïlande

trading en Thaïlande

Anciennement connu sous le nom de Siam, le royaume de Thaïlande est situé en Asie du Sud-Est et compte 69,6 millions d'habitants en 2019. Le pays est surtout connu pour ses plages luxuriantes, ses ruines anciennes et ses temples bouddhistes décorés.

La Thaïlande est l'une des plus grandes économies de la région de l'Asie du Sud-Est, se classant à la deuxième place juste après l'Indonésie. Avec un produit intérieur brut de 504,9 millions de dollars en 2018, le pays peut se targuer d'une économie en pleine croissance, ce qui en fait une destination attrayante pour les brokers de devises internationaux.

Le trading du forex est légal en Thaïlande où il relève du champ d'application réglementaire de la Banque de Thaïlande et de la Commission des valeurs mobilières de Thaïlande, autrement connue sous le nom de SEC.

Avant de commencer à négocier sur les marchés des changes, les ressortissants thaïlandais doivent être informés de plusieurs choses, notamment des réglementations et des restrictions locales en matière de trading forex, des méthodes pour alimenter un compte de trading et des plateformes disponibles pour les traders thaïlandais.

Réglementation du forex en Thaïlande

Le trading du forex a été légalisé en Thaïlande en 2017, les autorités locales ayant élaboré des réglementations plus souples pour les investissements dans des instruments financiers tels que les titres et les produits dérivés. Ces assouplissements réglementaires visaient à faciliter les flux de capitaux à l'entrée et à la sortie du pays ainsi qu'à traiter le renforcement de la monnaie locale, le baht thaïlandais (THB).

Les amendements sont officiellement entrés en vigueur en novembre 2019 et ont été introduits par l'institution financière centrale du pays, la Banque de Thaïlande (BOT). Les petits investisseurs thaïlandais ont désormais la possibilité de transférer des fonds à l'étranger pour négocier directement différents instruments financiers.

Avant l'introduction du nouveau cadre réglementaire, seules certaines personnes étaient autorisées à effectuer des investissements directs dans des instruments financiers étrangers. Il s'agissait notamment des investisseurs institutionnels, des investisseurs qui se situent à l'extrémité supérieure de l'échelle de la valeur nette, et des investisseurs qualifiés, c'est-à-dire des entités ou des personnes physiques ayant des investissements de ฿50 millions ou plus.

Le nouveau cadre a élargi la liste des instruments dans lesquels les ressortissants thaïlandais peuvent investir pour y inclure les produits dérivés de gré à gré. Il a également levé les restrictions concernant les pays dans lesquels les investisseurs qualifiés sont autorisés à investir.

Les changements ont également touché les investisseurs particuliers. Auparavant, ils pouvaient seulement négocier des devises et d'autres instruments par l'intermédiaire de la Thaïlande. Désormais, ils ont la possibilité de négocier des instruments financiers directement, mais doivent respecter un plafond annuel de 200 000 dollars par trader.

Les instruments qu'ils peuvent choisir sont similaires à ceux des investisseurs qualifiés. Les traders particuliers doivent d'abord remplir un formulaire d'inscription unique sur le site officiel de la Banque de Thaïlande. La BOT a également augmenté la limite agrégée des investissements de 100 à 150 milliards de dollars. Cette limite s'applique cumulativement à tous les traders dont les investissements relèvent de la réglementation de la Commission des opérations de bourse du pays.

Les investisseurs thaïlandais ont désormais la possibilité de négocier des métaux précieux comme l'or en devises étrangères. Cependant, ils peuvent uniquement le faire qu'avec des sociétés agréées par la Banque de Thaïlande. Avant les modifications de la réglementation, ces transactions ne pouvaient être effectuées qu'en monnaie locale, le baht thaïlandais. Les traders particuliers peuvent se protéger contre les risques du marché en couvrant leurs positions en devises.

Il est également important de garder à l'esprit que le trading avec le baht thaïlandais est strictement interdite par les lois du Pays. La Banque de Thaïlande a pris diverses mesures pour freiner les activités spéculatives avec la monnaie locale. La banque centrale a annoncé son intention d'adopter une approche plus stricte dans le suivi des transactions de change après que le baht ait atteint en juin 2019 son plus haut niveau depuis plus de 6 ans.

Selon la BOT, une surveillance plus stricte est nécessaire pour empêcher la spéculation avec la monnaie locale pour des gains à court terme. Les institutions bancaires qui facilitent les entreprises qui contredisent les mesures de la BOT contre la spéculation sur le baht s'exposent à diverses sanctions, notamment des avertissements formels, des amendes et même la fermeture de leurs opérations.

Régulateurs financiers thaïlandais

Le secteur du trading de devises en Thaïlande est actuellement supervisé par deux entités, l'institution financière centrale du pays, la Banque de Thaïlande (BOT), et la Commission thaïlandaise des valeurs mobilières (SEC).

La banque centrale a plusieurs objectifs, à savoir centraliser le secteur des devises en Thaïlande, surveiller les flux de capitaux vers et depuis le pays, et maintenir la stabilité de la monnaie locale, le baht thaïlandais.

Pour atteindre ce dernier objectif, la banque centrale limite les transactions en THB des non-résidents du pays. Elle délivre actuellement des licences aux banques commerciales et aux entreprises qui sont établies en vertu de lois spécifiques et qui sont autorisées à exercer des activités liées aux moyens de paiement étrangers.

La Commission thaïlandaise des opérations de bourse (SEC) a pour mission de réglementer le trading des capitaux et des valeurs mobilières du pays. Néanmoins, c'est la banque centrale qui délivre les licences aux entités engagées dans des activités de trading.

La SEC est un régulateur indépendant qui a été créée en 1992 après l'application de la loi sur les valeurs mobilières B. E. 2535 (SEA). L'un des principaux objectifs de cette entité est de veiller à ce que le marché des capitaux en Thaïlande soit équitable, transparent et efficace.

Dans cette optique, de nombreuses sociétés de courtage offshore accueillent les clients du Pays sous la surveillance d'organismes de réglementation étrangers comme la Commission chypriote des valeurs mobilières et des changes (CySEC) et la Commission australienne des valeurs mobilières et des investissements (ASIC).

Brokers Réglementation Plateformes de Trading Site officiel
FCA, ASIC, CySEC MetaTrader 4 et 5 Site Admiral Markets
FCA, CySEC, DFSA, FSCA, FSA MetaTrader 4 Site HF Markets
CNMV, FCA, KNF, CySEC, BIFSC MetaTrader 4
XStation
Site XTB
CySEC, ASIC, BIFSC MetaTrader 4 et 5 Site XM
CNMV : Espagne, FCA : Royaume-Uni, FRSA : Abu Dhabi, DFSA: Dubaï, KNF : Pologne, CySEC : Chypre, BIFSC : Belize, ASIC : Australie, FSA : Seychelles, FSCA : Afrique du Sud
Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Méthodes pour alimenter un compte de trading en Thaïlande

Tous les brokers forex offrent aux traders la possibilité d'ouvrir des comptes de démonstration gratuits avec une certaine quantité d'argent virtuel. Ces comptes peuvent être utilisés pour s'entraîner au trading ou tester des stratégies.

Pour alimenter un compte réel, les brokers travaillent avec une gamme de solutions de paiement sécurisées qui permettent d'effectuer des dépôts et des retraits de manière rapide et pratique. L'une des options les plus courantes consiste à effectuer un virement bancaire, mais vous devez garder à l'esprit que cette méthode nécessite plus de temps pour les paiements, généralement entre trois et cinq jours ouvrables. Malgré ce léger inconvénient, le virement bancaire est le mode de paiement le plus courant en Thaïlande. Les traders peuvent effectuer leurs paiements en personne ou via le système bancaire en ligne de leur banque.

Une autre option consiste à utiliser une carte de crédit ou de débit pour alimenter votre compte de trading. La plupart des brokers travaillent avec les cartes Visa et Mastercard. Les cartes UnionPay sont également une alternative. UnionPay est une société de services financiers basée à Shanghai qui offre des services de cartes bancaires dans toute la Chine continentale. Elle prend en charge les paiements en ligne et sur téléphone portable. Certaines institutions bancaires étrangères, principalement dans d'autres pays asiatiques, ont également le droit d'émettre des cartes UnionPay. En Thaïlande, en particulier, les traders peuvent demander une carte de ce type à la Kasikornbank, à la Bangkok Bank et à la Krung Thai Bank.

Les traders thaïlandais qui hésitent à payer par carte ont généralement la possibilité de financer leurs comptes courants via Perfect Money. Cette méthode est soutenue par de nombreuses sociétés de courtage thaïlandaises et fonctionne de manière similaire à PayPal. Ce dernier est également disponible pour les résidents thaïlandais, mais ne jouit pas d'une grande popularité, puisque seulement 4,8 % des acheteurs en ligne l'utilisent. Le site web de Perfect Money est disponible en langue thaïlandaise, ce qui constitue un autre avantage pour les utilisateurs du pays. Perfect Money permet des paiements plus anonymes, car les transferts d'argent se font par le biais de la plateforme, sans qu'il soit nécessaire de révéler ses coordonnées bancaires.

Les logiciels de trading les plus populaires en Thaïlande

Les brokers forex qui desservent les clients Thaïlandais utilisent soit des logiciels propriétaires, soit des plateformes tierces. Certains sites web proposent une combinaison des deux, offrant à leurs clients le choix entre plusieurs plateformes de trading. C'est toujours un avantage pour ceux qui insistent sur la flexibilité.

La société chypriote MetaQuotes est responsable du développement et de la fourniture du logiciel de trading le plus populaire au monde, MetaTrader 4 (MT4). Son interface semble un peu dépassée en termes de conception, mais elle est incroyablement facile à utiliser. Ce logiciel est une excellente alternative pour ceux qui viennent de commencer le trading avec des courtiers en ligne. De nombreux traders chevronnés préfèrent également utiliser MT4, car La plateforme est dotée d'excellents outils d'analyse technique, notamment des indicateurs techniques et des graphiques interactifs personnalisables.

En 2010, MetaQuotes a lancé une version plus récente de son logiciel de bourse, connue sous le nom de MetaTrader 5 (MT5). Diverses améliorations ont été apportées, notamment un nombre plus élevé de types d'ordres en attente (6 dans MT5 contre 4 dans MT4). Il y a également plus d'indicateurs techniques, plus d'objets graphiques. MT5 est équipé d'un testeur de stratégie multi-threads, d'un système de courrier électronique intégré qui prend en charge les pièces jointes, et d'un calendrier économique qui présente les nouvelles économiques importantes des principaux marchés tels que les États-Unis, l'Europe et le Japon.

MT4 et MT5 prennent en charge plus de trente langues, dont le thaï, ce qui est idéal pour les traders thaïlandais qui ont du mal à maîtriser l'anglais.

Certains brokers forex qui desservent le marché thaïlandais utilisent le logiciel cTrader, fourni par une autre société basée à Chypre, Spotware Systems. Bien que cette plateforme ne jouisse pas de la popularité de MT4 ou MT5, elle ne manque pas de mérites. La plateforme cTrader a été conçue pour être utilisée avec les brokers ECN. Elle possède une interface très propre et visuellement attrayante qui remplit deux fonctions essentielles, à savoir l'exécution transparente des transactions et la création de graphiques. Il y a respectivement deux mises en page, l'une par défaut et l'autre graphique.

Le trading mobile en Thaïlande

Un nombre croissant de ressortissants thaïlandais ont tendance à renoncer aux ordinateurs de bureau et préfèrent utiliser des appareils mobiles, tels que les smartphones et les tablettes. Le pays a déjà adopté la mentalité "mobile d'abord", une affirmation qui est encore étayée par des chiffres statistiques.

En 2017, plus de 26 millions de citoyens thaïlandais utilisaient leur téléphone portable pour accéder à l'internet. L'accès des smartphones au web devrait dépasser les 32 millions d'utilisateurs de téléphones portables d'ici 2023. La Thaïlande est également le pays d'Asie du Sud-Est où l'utilisation des téléphones portables est la plus élevée, les habitants passant en moyenne 4,2 heures par jour à naviguer sur le web sur leurs appareils mobiles.

Il est donc logique que de nombreux traders du pays préfèrent utiliser un appareil mobile pour le trading. La bonne nouvelle, c'est que toutes les sociétés de courtage thaïlandaises réputées offrent une compatibilité totale avec les téléphones portables. L'accès est généralement possible via des applications natives intuitives. Les clients thaïlandais peuvent les télécharger gratuitement à partir des deux principales plateformes de distribution numérique, Google Play et l'App Store, ou directement à partir des sites web des brokers.

L'expérience de trading est assez similaire à celle des ordinateurs de bureau, la principale différence étant que les traders bénéficient d'une plus grande flexibilité et d'un accès instantané aux marchés 24 heures sur 24. Les applications sont dotées de diverses fonctionnalités utiles, mais qui diffèrent selon les brokers.

Avec les applications MetaTrader, en particulier, les traders sur smartphone peuvent ajouter manuellement des indicateurs techniques et des objets graphiques. Il peuvent consulter l'historique détaillé des transactions et exécuter des ordres de trading à condition d'avoir une connexion mobile soit suffisamment stable. Dans cette optique, les enquêtes menées par la société indépendante d'analyse de téléphonie mobile Opensignal indiquent que le pays possède l'une des connexions 4G les plus lentes au monde. La vitesse moyenne de la 4G en Thaïlande n'était que de 9,6 Mbps en 2017, alors que la moyenne mondiale s'élevait à 16,9 Mbps.

F.A.Q.

1. Puis-je ouvrir un compte sans swap ?
Les musulmans constituent la plus grande minorité religieuse en Thaïlande et habitent principalement les provinces du sud du pays. Pas moins de 4,94 % de la population locale s'est identifiée comme musulmane en 2018. La foi musulmane ne permet pas à ceux qui la professent de gagner ou de payer des intérêts. De nombreux brokers s'adressent aux clients musulmans en leur proposant des comptes islamiques ou sans swap qui n'ont pas d'intérêt sur les positions au jour le jour.

2. Que faut-il rechercher lorsque l'on cherche un bon broker forex adapté aux besoins des Thaïlandais ?
Avant tout, vous devez vous assurer que vous rejoignez un broker correctement réglementée. Ces sociétés sont normalement tenues par leurs autorités de régulation de stocker les fonds de leurs clients sur des comptes séparés et d'adhérer aux normes les plus élevées de sécurité et de transparence. Un bon broker offre également des spreads serrés, des méthodes de paiement localisées et un service clientèle efficace en langue thaïe.

3. Quels instruments financiers peuvent être utilisés par les thaïlandais ?
Les traders thaïlandais peuvent négocier une variété d'instruments financiers, y compris des paires de devises, des actions et des indices boursiers, ainsi que des produits de base tels que les métaux précieux, les sources d'énergie exploitées et les produits agricoles comme le maïs, le blé et le sucre.

4. Les spreads proposés par les brokers thaïlandais sont-ils compétitifs ?
Il n'y a pas de réponse unique à cette question, car les spreads peuvent varier énormément en fonction d'un broker à l'autre. Avant de choisir un broker, nous vous recommandons de vérifier les spreads moyens qu'il propose pour les différents instruments disponibles. Il serait préférable de les comparer aux spreads fournis par d'autres brokers (voir notre comparateur des meilleurs brokers).

5. Quelles devises les clients thaïlandais peuvent-ils négocier ?
Les plus grands brokers de devises offrent des tonnes d'options pour le trading sur le Forex, avec une couverture de plus de quatre-vingts paires de devises dans certains cas. Bien sûr, les devises disponibles diffèrent d'un broker à l'autre, mais vous êtes généralement confronté à un large éventail de paires de devises majeures, mineures et exotiques. N'oubliez pas que la spéculation avec le baht est interdite en Thaïlande.

Brokers Réglementation Plateformes de Trading Site officiel
FCA, ASIC, CySEC MetaTrader 4 et 5 Site Admiral Markets
FCA, CySEC, DFSA, FSCA, FSA MetaTrader 4 Site HF Markets
CNMV, FCA, KNF, CySEC, BIFSC MetaTrader 4
XStation
Site XTB
CySEC, ASIC, BIFSC MetaTrader 4 et 5 Site XM
CNMV : Espagne, FCA : Royaume-Uni, FRSA : Abu Dhabi, DFSA: Dubaï, KNF : Pologne, CySEC : Chypre, BIFSC : Belize, ASIC : Australie, FSA : Seychelles, FSCA : Afrique du Sud
Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.