Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 13-07-2020 11:16:48

Climax
Administrateur
Inscription : 30-08-2008
Messages : 5 077

Pourquoi les brokers reviennent-ils à la CySEC ?

Une tendance émergente : pourquoi les brokers reviennent-ils à la CySEC ?

cysec.jpg

Chypre est une plaque tournante pour les devises étrangères (forex) dans la région. Cependant, au cours de la dernière décennie, le pays a perdu certains de ses principaux acteurs sur le marché des changes. Mais assistons-nous aujourd'hui à un retour à la juridiction réglementée par la Commission chypriote des opérations de bourse (CySEC) ?

Ces dernières semaines, deux brokers ont demandé des licences à la CySEC. Cela a suscité la question suivante : cela fait-il partie d'une tendance plus large de brokers cherchant à obtenir une licence de la CySEC ?

L'ESMA chasse les brokers hors d'Europe

En 2018, le secteur des changes en Europe et au Royaume-Uni a subi un grand bouleversement, avec la mise en place de restrictions de l'effet de levier, qui ont conduit les brokers et les clients à l'étranger.

En août 2018, l'Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) a mis en œuvre ses mesures temporaires d'intervention sur les produits. Elle a ainsi introduit des restrictions sur l'effet de levier des paires de devises, des contrats pour différence (CFD), des matières premières et bien d'autres choses encore.

Les options binaires ont été interdites, les pratiques de commercialisation ont été restreintes et d'autres conditions ont été mises en place. Ces mesures, qui ont depuis été rendues permanentes dans une certaine mesure dans toute l'Europe, ont entraîné une migration hors d'Europe des traders et des brokers, à la recherche de conditions de trading plus favorables. Alors pourquoi les brokers se dirigent-ils plutôt vers Chypre ?

Le Brexit est-il le moteur de cette nouvelle tendance ?

Avec l'arrivée du Brexit, de nombreux brokers tentent d'obtenir des licences tant au Royaume-Uni, sous l'égide de la Financial Conduct Authority (FCA), que dans les pays européens, sous l'égide de l'ESMA, afin de s'assurer que leurs activités ne seront pas perturbées après le départ du Royaume-Uni.

En particulier, Pepperstone, un broker basé en Australie a annoncé qu'il est en train d'obtenir une licence dans le cadre de son plan Brexit. Actuellement, le broker est réglementé par la FCA et le groupe offre actuellement ses services en Europe via cette licence qui, grâce à la période de transition du Brexit, est toujours applicable en Europe.

GAIN Capital, a également révélé qu'il cherche à obtenir une licence CySEC dans le cadre de son plan d'expansion européenne, ainsi que de la planification en cours du Brexit. La société est également déjà réglementée par la FCA.

Si le Brexit s'inscrit incontestablement dans cette tendance, ce n'est en aucun cas la raison principale de l'intérêt croissant pour les licences CySEC. En fait, l'augmentation du nombre de brokers essayant d'obtenir des licences européennes est une tendance de ces dernières années, bien qu'il s'agisse "plus d'un filet régulier que d'une ruée soudaine". Cela est également dû aux limitations imposées par d'autres réglementations (par exemple l'Australie).

Pourquoi la CySEC ?

Quant à savoir pourquoi Chypre est la destination choisie, il y a plusieurs raisons à cela. Chypre a une base de travailleurs relativement bon marché et bien formés, car le Forex est une industrie majeure dans le pays, il est beaucoup plus facile et moins cher d'installer et de doter un bureau ici qu'à Londres ou à Sydney.

Certains brokers peuvent fournir un support pour les clients en dehors des heures normales de travail en Asie, car il est plus facile pour un broker australien d'avoir du personnel à Chypre que de faire travailler l'équipe locale en pleine nuit à Sydney.

Le mode de vie pourrait également jouer un rôle. Certains propriétaires de sociétés de CFD s'installent à Chypre pour le beau temps et le style de vie décontracté qui peut être l'antidote parfait pour les emplois stressants.

Le scénario typique aujourd'hui pour un broker de taille moyenne est une branche réglementée par l'UE ou le Royaume-Uni, une branche réglementée offshore (Vanuatu ou les Seychelles), et une branche auto-réglementée (Saint-Vincent-et-les-Grenadines - jusqu'à ce que la réglementation y soit introduite, ou les îles Marshall). Les banques et les prestataires de services de paiement sont généralement basés à Singapour, en Allemagne, au Royaume-Uni et dans les pays baltes.

Les clients reviennent dans les juridictions de niveau 1

La tendance va revenir dans les juridictions de niveau 1 simplement parce que l'infrastructure est là et que les clients vont se rendre compte que c'est là que leur argent est en sécurité.

Avec l'échéance du Brexit qui approche à grands pas, et l'ASIC en Australie qui s'apprête à mettre en place son propre ensemble de mesures d'intervention sur les produits, il sera intéressant de voir quels autres acteurs se dirigeront vers Chypre, et comment la popularité croissante de cette juridiction va changer le paysage du pays réglementé par la CySEC.

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Pied de page des forums