Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 30-06-2020 13:13:04

Climax
Administrateur
Inscription : 30-08-2008
Messages : 5 073

Covid-19 : la crise va durer "des années"

Covid-19 : la crise va durer "des années"

coronavirus.jpg

"Le nombre de décès dus aux coronavirus a dépassé les 500 000 dans le monde", tel est le titre de la nouvelle qui a retenu l'attention des investisseurs ce matin. La mission n'a pas été accomplie, le virus continue de gagner le combat dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis, au Brésil et en Inde.

Les espoirs d'une reprise économique solide après la pandémie sont maintenant anéantis. Les risques de voir les gouvernements réimposer des blocus sont élevés, et les politiques de relance monétaire qui expliquent l'essentiel de la reprise des prix des actifs depuis les creux de mars seront moins efficaces à l'avenir si elles ne se traduisent pas par un rebond de l'activité économique et de meilleures perspectives de bénéfices pour les entreprises. Les évaluations des actifs à risque restent élevées et les prochaines semaines nous diront s'ils continueront à être détenus ou s'ils seront affectés.

À ce stade, il y a un manque de clarté, car même les indicateurs techniques partagent un point de vue similaire. Le S&P 500 a clôturé vendredi à 11 points en dessous de sa moyenne mobile 200 jours et oscille autour du niveau psychologique de 3 000. Si l'indice évolue pendant deux ou trois jours en dessous de ces deux points de référence, il attirera davantage de vendeurs et pourrait faire passer l'indice de 5 à 10 % en dessous des niveaux actuels. Toutefois, si l'indice reste à la hausse, cela pourrait avoir l'impact inverse, mais cela conduira à une divergence supplémentaire des fondamentaux, qui en théorie ne devrait pas se maintenir longtemps, à moins que les gouvernements ne fournissent de nouveaux plans de relance budgétaire.

La divergence n'est pas seulement entre les prix des actifs et les fondamentaux, mais aussi au sein des actifs. Les rendements des obligations du Trésor américain à 10 et 30 ans sont à leur plus bas niveau sur un mois, soit 1,37 % et 0,64 % respectivement, ce qui indique qu'il existe toujours une forte demande pour la sécurité que procurent les obligations du gouvernement américain. Si les rendements sur les échéances à long terme continuent de baisser, cela signifierait que les grands investisseurs réduisent leur exposition au risque avant le troisième trimestre.

Si la trajectoire des infections et des décès dus au Covid-19 reste le baromètre du risque le plus efficace, les investisseurs doivent garder un œil sur d'autres facteurs cette semaine.

Le rapport sur le travail aux États-Unis sera publié jeudi au lieu de vendredi en raison du jour férié de la fête de l'indépendance. Les marchés prévoient que l'économie américaine ajoutera 3 millions d'emplois en juin, après les 2,5 millions ajoutés en mai. Compte tenu de la volatilité des données sur l'emploi, nous pourrions avoir une autre surprise, bien qu'un résultat positif soit nécessaire pour montrer que l'activité économique augmente à un rythme plus rapide. Les investisseurs se concentreront également sur le président de la Fed, Jerome Powell, lorsqu'il témoignera demain devant la commission des services financiers de la Chambre des représentants pour obtenir des indications sur les nouvelles mesures de politique monétaire, mais ils devront également examiner de près le procès-verbal du FOMC qui sera publié mercredi.

À plus long terme, les acteurs du marché devraient garder un œil sur les sondages électoraux américains. Jusqu'à présent, Joe Biden est en tête par une marge significative et le marché ne semble pas encore en avoir tenu compte. M. Biden a clairement indiqué qu'il allait abroger les réformes de l'impôt sur les sociétés de M. Trump, ce qui nécessite une révision substantielle des prévisions de bénéfices pour 2021. S'il continue à mener dans les sondages, nous pouvons nous attendre à un nouveau recul des marchés boursiers.

Le S&P 500 reste toujours au-dessus de 3000 points

Les actions américaines sont sur le point de se remettre de certaines des pertes subies vendredi dernier, les contrats à terme sur actions entrant en territoire positif au début de la semaine. Cependant, les actions asiatiques sont en baisse au moment où nous écrivons ces lignes, malgré le fait que les bénéfices industriels de mai en Chine ont été une surprise positive avec une croissance de 6% en glissement annuel.

Les craintes relatives à la pandémie mondiale de coronavirus conservent leur place de principal moteur du sentiment du marché mondial. Au cours du week-end, le nombre de cas dans le monde a dépassé les 10 millions, avec un nombre de décès avoisinant les 500 000 personnes.

Les chiffres contredisent largement l'optimisme qui a dominé les marchés boursiers ces derniers mois, qui ont connu une hausse surprenante depuis mars. Cependant, au milieu de ces doutes, le S&P 500 reste toujours au-dessus du niveau des 3 000, ce qui indique que les marchés attendent toujours de voir ce qui va se passer.

Le nombre moyen de cas détectés par jour était de 150 000 en juin. Ces chiffres alarmants tempèrent l'optimisme quant à la fin du pire de la pandémie. On craint maintenant de plus en plus que la reprise économique des États-Unis s'avère être une tâche plus longue que prévue, certains États de ce pays ayant révoqué leurs plans de réouverture respectifs.

Tout nouveau revers de la reprise économique américaine pourrait réduire les gains observés au niveau des actions ces derniers mois. Une nouvelle capitulation violente sur les marchés ne peut pas encore être exclue, d'autant plus si la pandémie mondiale s'aggrave fortement et que les marchés adoptent rapidement une attitude d'aversion au risque. Les investisseurs mondiaux feraient bien d'agir avec prudence en ces temps incertains, d'autant plus que la dynamique de hausse des actifs risqués s'est essoufflée et que les gains à court terme ne sont pas garantis.

Brexit : le GBP/USD pourrait chuter encore davantage

La livre sterling se retrouve une fois de plus face à un ennemi familier, alors que les négociations du Brexit reprennent cette semaine. Au cours du week-end, le Premier ministre britannique Boris Johnson a réitéré sa volonté de se retirer des négociations si des progrès suffisants ne sont pas réalisés pour parvenir à un accord.

Quatre années se sont écoulées depuis le référendum sur le Brexit, et la monnaie ne peut toujours pas échapper aux problèmes qui ont accompagné les projets du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne. Après avoir chuté de près de 17 % depuis le référendum du Brexit le 23 juin 2016, le GBP/USD pourrait chuter encore davantage pour atteindre le niveau psychologiquement important de 1,20 si les investisseurs estiment que le Royaume-Uni est plus susceptible de quitter l'UE sans accord.

Les cambistes s'attendent à un pic de volatilité à mesure que les négociations s'intensifieront dans les semaines à venir, laissant la monnaie sensible aux questions liées au Brexit au cours du second semestre de l'année en l'absence d'un accord commercial. De telles préoccupations ne feraient qu'exacerber les craintes concernant la réaction du Royaume-Uni à la pandémie, ainsi que les perspectives de voir la BOE adopter des taux d'intérêt négatifs. Tous ces facteurs pourraient se combiner pour exercer une pression à la baisse sur la livre.

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Pied de page des forums