Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 10-06-2020 19:22:10

Climax
Administrateur
Inscription : 30-08-2008
Messages : 5 073

Comment la réglementation sera-t-elle influencée par le COVID-19 ?

Comment la réglementation sera-t-elle influencée par le COVID-19 ?

coronavirus.jpg

La pandémie de coronavirus a eu un impact étendu - sur notre façon de vivre, de faire des affaires et plus encore. En fait, il y a peu d'aspects de la vie que le virus n'a pas influencés d'une manière ou d'une autre.

Les effets sont également clairement visibles sur les marchés des changes (forex). En effet, le COVID-19 a ramené une vague de volatilité sur les marchés, la période la plus intense s'étant déroulée en février et mars.

La volatilité accrue a rendu les marchés des changes et du trading plus attrayants que jamais, et une nouvelle vague de traders a afflué dans l'espace. Il s'agit aussi bien d'opérateurs débutants que d'opérateurs dormants ayant un intérêt renouvelé pour leur portefeuille d'investissement.

Si, dans l'ensemble, la pandémie a donné un coup de fouet aux marchés et aux brokers qui opèrent dans cet espace, elle n'a pas été sans poser de problèmes. De nombreuses plateformes de trading et bourses ont dû faire face à l'augmentation de l'activité de trading, une vague d'escroqueries liées au COVID-19 a fait surface et les systèmes de sécurité ont été testés alors que les pirates informatiques essayaient de tirer profit du personnel travaillant à distance.

Influence sur la réglementation

Tout cela soulève la question suivante : comment la réglementation sera-t-elle influencée par cet événement sans précédent ? Avec l'arrivée des traders dans le secteur, les régulateurs du monde entier vont-ils renforcer la protection du trading pour les investisseurs particuliers ?

Dans un discours récent, Megan Butler, directrice exécutive de la supervision - investissement, commerce de gros et spécialistes à l'Autorité des conduites financières (FCA) a déclaré que les régulateurs doivent être agiles en période de changement.

"Nous tirerons les leçons de cette urgence pour ce qui est de la rapidité d'exécution. Mais nous devons également examiner l'ensemble de notre système, depuis les données et les renseignements que nous recueillons, la manière dont nous décidons quelles entreprises et quels individus doivent être autorisés à opérer et comment nous les supervisons, jusqu'à la manière dont nous nous assurons que les entreprises et les individus inacceptables sont arrêtés et retirés du secteur réglementé le plus rapidement possible", a ajouté M. Butler.

L'ESMA va se concentrer sur la continuité des activités et la résilience des systèmes

Alexandros Constantinou, le directeur de MAP S.Platis a déclaré "Alors que l'ESMA et d'autres régulateurs ont décidé d'étendre quelques obligations de déclaration à venir ou ont proposé des amendements aux règlements à venir en tenant compte de l'incertitude économique et des perturbations commerciales, jusqu'à présent, rien n'indique qu'une réglementation supplémentaire est proposée en réponse au COVID-19.

"L'ESMA a reconnu dans sa publication "Quarterly Risk Dashboard" que l'activité de trading induite par le COVID-19 n'a pas eu d'impact significatif sur les infrastructures de l'UE alors qu'elle a exacerbé les problèmes de sécurité des systèmes, notamment pour le trading en ligne, les tentatives d'infiltration des systèmes de trading par des pirates informatiques restant élevées.

"Sur la base de ce qui précède, nous estimons qu'actuellement, l'attention des régulateurs est de se concentrer sur la continuité des activités et la résilience des systèmes, la gestion des risques et le respect des principes de la MiFID II plutôt que d'introduire une nouvelle réglementation. Néanmoins, nous espérons qu'après la fin de la pandémie, les régulateurs tireront des leçons et, le cas échéant, adapteront le cadre réglementaire existant".

L'ASIC reste concentré sur les CFD

En Australie, les acteurs des marchés des changes et des CFD attendent avec impatience. L'Australian Securities and Investments Commission (ASIC) a publié son document de consultation qui propose d'interdire les options binaires et de restreindre l'effet de levier des CFD.

Depuis lors, l'autorité de régulation australienne a reçu une large réponse et doit encore mettre en œuvre les changements proposés, même si dix mois se sont écoulés. Ces derniers mois, l'agence a réajusté ses priorités à la suite du COVID-19, dans laquelle le chien de garde a déclaré qu'il reporterait certains de ses plans pour se concentrer sur les questions qui nécessitent son attention immédiate.

Cependant, comme l'a souligné Sophie Gerber, co-directrice générale de TRAction Fintech et directrice du cabinet d'avocats Sophie Grace, le régulateur a omis de mentionner son document de consultation sur les restrictions des CFD. Plus que cela, l'ASIC a publié un rapport en mai, qui a souligné que les traders particuliers ont affiché des pertes nettes de 234 millions de dollars australiens avec le trading de CFD du 16 au 22 mars 2020.

La réglementation pourrait arriver en Australie avant la fin de l'année

Bien que le régulateur n'ait pas encore annoncé de nouvelles mesures d'intervention sur les produits, les pertes de clients et la protection des petits investisseurs avec le trading de CFD restent au premier plan des préoccupations de l'autorité. C'est pourquoi, selon M. Gerber, nous pourrions voir la mise en œuvre de ces mesures dans le courant de l'année.

"Nous prévoyons donc qu'une version de l'intervention sur les produits contre les CFD sera publiée avant la fin de 2020", a expliqué M. Gerber. "Nous encourageons nos clients à commencer à prendre des mesures pour examiner le projet d'ordonnance et à faire les préparatifs nécessaires pour pouvoir remplir les conditions une fois qu'elles seront en vigueur, car le délai pour certaines des exigences est assez court.

"Nous attendons également de l'ASIC qu'elle renforce son application des règles relatives à l'argent des clients particuliers, car les récents audits ont montré des lacunes dans la rédaction actuelle qui ont permis une variété d'interprétations et de mises en œuvre. De même, la quantité accrue d'informations fournies à l'ASIC au moins une fois par mois dans les rapprochements de fonds des clients nécessite qu'elle examine et analyse la signification et les implications de ce qu'elle reçoit.

"La nature même des informations fournies s'ouvre à la manipulation par des participants malhonnêtes qui veulent feindre la conformité et ne passent probablement pas vraiment un test de probité".

Europe : des changements pourraient survenir au quatrième trimestre

En Europe, M. Constantinou pense que nous pourrions ne pas voir de changements réglementaires avant le dernier trimestre de cette année, car la MiFID II en est actuellement à sa troisième année de mise en œuvre.

"La Commission européenne a publié une étude d'impact sur la MiFID II en février 2020 et a invité les acteurs du marché à lui faire part de leurs commentaires sur divers aspects de la MiFID II. La phase de retour d'information s'est achevée le 18 mai 2020. Toutefois, la Commission ne prévoit pas de proposer de nouvelles règles avant le 4ème trimestre 2020. Nous ne prévoyons donc pas de réglementation supplémentaire à moyen terme, mais plutôt un renforcement de la surveillance et des orientations sous la forme de lignes directrices, de circulaires dans le cadre réglementaire existant".

COVID-19 met en évidence les faiblesses de la gestion des risques

La pandémie de coronavirus a mis en lumière de nombreux problèmes, notamment la résilience des infrastructures, la sécurité et la gestion des risques, qui, comme l'a souligné Gerber, ont été identifiés comme le principal domaine à améliorer dans de nombreuses entreprises.

"La nature des exigences telles que la préparation de registres des risques qui analysent la probabilité, l'impact, les traitements et les contrôles pour une variété de risques (par exemple les ressources financières et humaines) sont difficiles à envisager lorsque l'on essaie de gérer une petite entreprise et ont donc été largement ignorées par de nombreux fournisseurs"

"Cela s'applique également aux conflits d'intérêts et aux exigences de continuité des activités qui s'appliquent aux titulaires de licences. Par exemple, nous constatons un intérêt accru de la part des auditeurs pour la viabilité des entreprises qui dépendent fortement d'entités étrangères liées pour la continuité du capital et des ressources. L'attention est portée sur les entreprises qui ne réalisent pas de bénéfices en Australie ou dont les bénéfices sont régulièrement envoyés à une société mère, laissant l'AFSL sans capital tampon suffisant pour résister aux chocs économiques qui, en théorie, pourraient laisser les clients de l'AFSL très exposés".

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Pied de page des forums