#1 13-02-2019 12:13:01

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4770
Site web

Les 3 stratégies des brokers pour survivre à la réglementation

Trois stratégies que les brokers adoptent pour survivre à la réglementation

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/reglementation-brokers-forex.PNG


Je sais que la majorité des acteurs de l'industrie en ont assez de parler de l'ESMA et de "la nouvelle norme" pour l'industrie du trading en Europe. Cela dit, il est essentiel de garder à l'esprit que les brokers ont choisi différentes stratégies pour faire face à la nouvelle réglementation et qu'en tant que journalistes, notre tâche est de tenir l'industrie informée.

Après avoir interrogé plusieurs dirigeants de l'industrie et échangé des points de vue sur l'état du marché, on constate une différence importante entre les différents acteurs du marché. Les objectifs des brokers forex au cours de l'année écoulée ont été largement alignés sur un seul point : la survie.

Les changements radicaux apportés au modèle de revenu des brokers dans l'UE les ont incités à chercher des moyens de rester en activité. Alors que certains prévoyaient qu'ils ne seraient pas en mesure d'affronter la concurrence sur ce nouveau marché, ceux qui restent ont finalement été forcés de devenir créatifs.

Après une phase de consolidation attendue depuis longtemps, les acteurs du marché ont de nouvelles idées pour survivre et dans les lignes qui suivent, nous allons examiner les différentes stratégies qu'ils ont adoptées.


Arbitrage réglementaire

Depuis longtemps, nous savons que des brokers de toute l'Europe se préparent à transférer certains de leurs clients de l'UE vers des filiales hors UE. Cela a été particulièrement important pour les brokers qui ont une large clientèle qui n'est pas nécessairement composée de résidents de l'UE.

Ces entreprises ont adopté une tactique très juridique consistant à accueillir de nouveaux clients de l'extérieur de l'UE par l'intermédiaire d'une filiale australienne. Pour les clients de l'UE qui souhaitent explicitement négocier avec un effet de levier plus important et demander à leur courtier s'ils peuvent s'installer en Australie, la réponse a été positive.

En tant que citoyen de l'UE, chaque client peut s'inscrire auprès de la filiale australienne du courtier de son choix, à condition que la décision soit prise à sa propre discrétion.

L'inconvénient de cette approche est que les autorités australiennes accordent de nouvelles licences depuis un certain temps déjà. On ne sait pas non plus combien de temps durera l'attrait de cette licence.

Si l'on laisse de côté l'Australie, la même tactique peut s'appliquer aux filiales de courtage dans des juridictions comme les Bahamas, Vanuatu, les Seychelles, Belize.

Deux problèmes majeurs se posent pour les brokers qui choisissent cette voie : le traitement des paiements par carte peut s'avérer très difficile et mettre en péril la réputation de leur marque. C'est pourquoi de nombreuses entreprises ont commencé à aborder le marché d'une manière différente : ouvrir une nouvelle marque sous une filiale offshore.


Annonces agressives pour les clients professionnels

Depuis quelques mois, j'ai commencé à observer une forte augmentation de la publicité des brokers. Contrairement aux messages traditionnels à l'intention des clients particuliers, Google Adwords envoie des messages à caractère professionnel, ce qui n'était pas le cas avant.

Du simple "Devenir trader professionnel" à l'appétissant "Trader professionnel à haute fréquence", les entreprises ont trouvé le moyen de contourner l'interdiction légale de faire de la publicité auprès de leurs clients particuliers.

Il n'y a pas de mal à cela, après tout, nous connaissons l'éternel jeu du chat et de la souris entre les régulateurs et les brokers depuis longtemps.

Cependant, la semaine dernière, l'ESMA a communiqué un message pour informer qu'elle examine actuellement de près les pratiques publicitaires des brokers. L'organisme de réglementation a également mis l'accent sur la migration des clients dans d'autres territoires, mais il s'est montré particulièrement attentif à la commercialisation.


Le statu quo (presque) comme d'habitude

Le dernier groupe est composé des plus grands acteurs du marché. Ces brokers sont également les plus étroitement surveillés par les régulateurs. Ils ont donc choisi d'être très subtils dans l'élaboration d'une stratégie pour survivre dans le nouvel environnement.

Beaucoup d'entre eux ont des filiales situées en dehors de l'UE, mais ne se donnent pas la peine de le communiquer directement à leurs clients. D'autres ont mentionné qu'ils ont des bureaux dans le monde entier, mais ils ont été très prudents dans leurs messages.

Certains ont choisi d'introduire de nouveaux produits et d'aller au-delà du trading traditionnel sur le forex et les CFDs. Le dénominateur commun de tous est qu'ils ont choisi d'éviter de communiquer agressivement sur le statut de client professionnel et d'ouvrir des filiales offshores.

C'est logique, surtout pour les grandes entreprises qui disposent de réserves importantes. Ils ont choisi d'attendre la fin de la tempête et de compter sur le déroulement du même scénario qui s'est déjà produit au Japon il y a 10 ans.

Les traders particuliers dans le pays du soleil levant ont accès à un effet de levier maximum de 25:1. Cela n'a pas empêché les brokers japonais de déclarer les plus gros volumes de transactions au monde seulement cinq ans plus tard.

Les nouvelles réglementations sont là pour rester et le marché s'adaptera toujours, quelle que soit la sévérité des mesures. Le plus important, en fin de compte, c'est d'avoir un modèle d'entreprise durable.

http://www.broker-forex.fr/img/bannieres/admiral-markets-728-90.png


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums