#1 05-02-2019 11:22:56

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4770
Site web

L'ESMA et les régulateurs nationaux examinent les données des brokers

L'ESMA et les régulateurs nationaux examinent les données des brokers

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/ESMA-1.png


Les reclassements des clients en traders professionnels et les transferts vers des filiales de pays tiers incitent à la vigilance réglementaire.

Six mois après l'entrée en vigueur du nouveau régime réglementaire en Europe, la semaine dernière, l'ESMA a prorogé les dispositions temporaires de trois mois supplémentaires. Les restrictions imposées aux traders particuliers qui sont entrées en vigueur en août sont toujours en vigueur et ne devraient pas disparaître de sitôt.

En attendant, les régulateurs s'activent. En novembre, la FCA a demandé des données aux brokers pour comparer les clients particuliers et les clients professionnels. L'important échantillon acquis par le régulateur britannique a permis d'évaluer la part des clients qui ont été incités à se reclasser dans la catégorie des professionnels.

Ce n'est pas nécessairement un problème en soi, mais les autorités de l'UE pourraient faire beaucoup d'efforts pour enquêter sur la communication des brokers pour inciter les clients à se reclasser.


Reclassification en client professionnel

Les traders qui souhaitent ouvrir un compte professionnel doivent satisfaire à deux des trois critères suivants :

fleche Avoir effectué des transactions de taille significative en moyenne 10 fois par trimestre au cours des quatre trimestres précédents.
fleche Détenir un portefeuille d'instruments financiers, incluant des dépôts en espèces et des instruments financiers, qui dépasse 500 000 EUR;
fleche Avoir travaillé dans le secteur financier pendant au moins un an dans un poste professionnel qui nécessite une connaissance du trading.

La reclassification en client professionnel peut être à la fois facile et difficile. Certains brokers examinent les demandes avec beaucoup de diligence en demandant des preuves, d'autres redirigent simplement vers une page sur laquelle il faut cocher deux des trois exigences pour devenir un client professionnel.

Les données recueillies par les régulateurs de l'UE et la FCA (nous les considérons toujours comme dans l'UE) l'année dernière devraient être indicatifs des différentes pratiques utilisées par les brokers.

Maintenant que l'industrie est soumise à un examen minutieux, les acteurs actifs examinent de près leurs concurrents. Si l'on se fie à l'histoire, les organismes de réglementation ont été lents pour répondre aux plaintes des brokers au sujet de leurs pratiques respectives, mais ils le font.

La racine de ce problème réside dans le fait que les exigences pour devenir professionnel telles qu'elles sont définies par la directive MIF sont assez vagues. Les experts en conformité n'ont pas tous la même interprétation de la directive, et cela a produit des stratégies différentes pour reclasser les clients.

L'ESMA devrait donc publier des lignes directrices strictes sur la façon de reclasser les professionnels. La définition de la MiFID II et très vague sur la "taille significative" des transactions et avec la question de savoir si les courtiers doivent demander aux clients une preuve d'emploi dans le secteur financier.


Transfère des clients dans des pays tiers

L'ESMA est consciente que certains brokers ont transféré des clients dans des pays tiers. Mais les règles actuelles permettent un tel transfert uniquement si le client en fait explicitement la demande.

Dans des conversations privées, certains brokers ont exprimé leur inquiétude au sujet des pratiques de leurs concurrents à cet égard. Une mention occasionnelle des bureaux de la société à travers le monde est perçue par les concurrents comme une suggestion de transférer des comptes dans des pays tiers.

Que ce contenu soit intentionnel ou non, les organismes de réglementation devraient examiner de près les plaintes des courtiers au sujet de leurs pairs. Les enquêtes sur les pratiques de transfert de clients vers d'autres juridictions seront également facilitées par la coopération avec les organismes de réglementation.


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums