Menu

#1 01-02-2019 15:35:54

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4882
Site web

Retour de la confiance pour les brokers cotés en bourse

Les actions des brokers forex ont atteint un point bas, la confiance est de retour


Cela fait six mois que le secteur du courtage est confronté au marasme des nouvelles réglementations de l'ESMA dans l'UE. L'industrie a été durement touchée, comme on pouvait s'y attendre, principalement en raison de la hausse des coûts d'acquisition et d'une forte baisse des volumes de trading.

Après une brève période de choc et de dégradation des perspectives des grands cabinets de courtage, le marché semble avoir pleinement pris en compte l'impact de la nouvelle réglementation au début du mois de décembre.

À peu près à la même époque, l'industrie a appris que les régulateurs européens avaient l'intention de rendre permanentes les mesures d'intervention qui étaient à l'origine temporaires. L'incertitude qui domine sur le marché a donc enfin disparu et les brokers ont accepté le nouveau statu quo sur le marché de l'UE.


Les brokers cotés en bourse

Mercredi, le marché de Londres a suscité une reprise du secteur lorsque June Felix a acheté un deuxième lot de 17 000 actions d'IG Group d'une valeur d'environ 100 000 £. Les investisseurs ont interprété cette décision comme un signe de retour de la confiance.

De nombreux dirigeants du secteur pensent que le pire est maintenant derrière nous. La plupart des entreprises semblent s'être adaptées au nouvel environnement d'une manière ou d'une autre.

Les brokers cotés en bourse, qui ne disposent pas de la flexibilité dont disposent les acteurs plus petits, ont adopté leur propre approche du marché. Transformer les clients particuliers en professionnels est l'un des thèmes qui ont atténué l'impact de la nouvelle réglementation de l'ESMA.

En examinant les performances des brokers cotés en bourse d'une année sur l'autre, nous identifions une valeur aberrante : Plus500. L'excellent parcours de la société dans l'espace cryptographique de l'année dernière lui a permis de se maintenir malgré la faible volatilité en 2018.

Le marché boursier tumultueux au dernier trimestre a incité Plus500 à améliorer ses prévisions pour le second semestre. En conséquence, les actions de la société ont progressé d'environ 35% d'une année sur l'autre.

CMC Markets se situe au dernier rang en ce qui concerne le rendement brut du cours de l'action. Les actions de la société se négocient à 25% de moins qu'en février dernier. La performance du IG Group est un peu meilleure avec une baisse de seulement 18% sur la même période. Le programme de rachat de GAIN Capital a stabilisé les actions de l'entreprise, qui n'a enregistré qu'une baisse de 8,5% par rapport à l'année précédente.

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/brokers-cotes-en-bourse.JPG
Évolution des actions des courtiers cotés en bourse


Le dénominateur commun de toutes les sociétés est toutefois qu'elles sont toutes négociées à des niveaux supérieurs à ceux des derniers mois de 2018. Si l'on en juge par le rendement cumulatif de ces sociétés, tous les brokers cotés en bourse enregistrent une performance régulière.

CMC est en hausse de 13,7% en 2019, suivi de Plus500 à 12,8% et d'IG Group à 12,1%. La performance annuelle de GAIN Capital est légèrement plus faible, les actions de la société n'ayant augmenté que de 7,8% jusqu'à présent.

Parallèlement à la hausse des coûts d'acquisition en Europe, les entreprises ont également doublé leurs efforts pour attirer des clients extérieurs à l'UE. Alors que les sociétés cotées en bourse se sont concentrées sur les marchés réglementés, les autres acteurs du marché ont adopté une approche plus flexible.


Succursales et marques offshores

Un certain nombre de brokers ont choisi différentes tactiques de diversification afin d'atténuer l'impact. Les brokers cotés en bourse se sont strictement concentrés sur les marchés réglementés, et d'autres sociétés ont profité des opportunités d'arbitrage réglementaire.

Certains brokers forex ont ouvert des succursales à l'étranger, tandis que d'autres ont créé de nouvelles marques pour leurs filiales situées dans des régions insulaires éloignées. Les sociétés détentrices de licences australiennes ont énormément capitalisé, tandis que les petits brokers se sont tournées vers des territoires insulaires tels que les Bahamas, le Vanuatu et les Seychelles.

Malgré les difficultés de dépôt par carte, les nouvelles filiales ont trouvé différents moyens de traiter les dépôts et les retraits. Cette partie du secteur semble s'être éloignée de pays comme Chypre et même de la FCA pour ouvrir des filiales capables de rester compétitives sur le marché actuel.


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums