#1 28-07-2018 15:48:54

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4667
Site web

Analyse : ESMA et la professionnalisation du trading au détail

Analyse : ESMA et la professionnalisation du trading au détail

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/professionnalisation-du-trading.PNG


Cela fait moins de quatre mois que l'Autorité européenne des marchés financiers (ESMA), un organisme de réglementation dont le nom risque de faire frémir les brokers forex, a annoncé de nouvelles restrictions sur les contrats pour différences (CFD) et les options binaires.

Les options binaires sont désormais interdites. L'ESMA a décidé d'en interdire la commercialisation, la distribution et la vente. Cette mesure est compréhensible étant donné le comportement de certains acteurs du marché qui ont utilisé des techniques commerciales très agressives et parfois malhonnêtes.

Moins compréhensibles, du moins du point de vue de nombreux acteurs de l'industrie, sont les restrictions de l'ESMA sur le trading des CFD. À partir du 1er août, l'effet de levier sera plafonné à 30:1 pour les principales paires de devises, 20:1 pour les indices, les paires de devises non majeures et l'or et 2:1 pour les crypto-monnaies.

Certains brokers ont décidé de partir à l'étranger, tandis que d'autres ont complètement cessé leurs activités.

Le règlement n'est pas seulement un problème pour les plus petits joueurs. Les plus grandes entreprises du secteur du courtage au détail ont admises que la nouvelle réglementation devrait entraîner une baisse de leurs revenus.

En plus de fuir l'Europe et de s'installer, pour le dire gentiment, dans un pays plus favorable aux courtiers quelque part dans le Pacifique ou au milieu des Caraïbes, les courtiers ont un autre moyen de limiter l'impact de la réglementation - la reclassification.

La réglementation de l'ESMA ne s'applique qu'aux traders de détail. Cela signifie que si un client décide d'être reclassé comme un professionnel, aucune des restrictions de levier ne s'appliquera.

Même si cela va radicalement remodeler l'industrie, la réglementation de l'ESMA pourrait ne pas nuire aux revenus des courtiers.

Attirer et retenir des clients professionnels

Il y a deux semaines, Plus500, l'un des leaders sur le marché du trading au détail de CFD, a déclaré qu'il devrait connaître une excellente performance au deuxième trimestre de l'exercice en cours. Le broker CFD a noté que 12% de ses clients seraient probablement en mesure d'être reclassés en tant que clients professionnels éligibles. De manière significative, ces 12% de traders sont responsables de 75% des revenus de Plus500.

Plus500 a déclaré que l'offre pour les clients professionnels le place dans une position favorable pour maintenir les revenus de ses clients suite à la mise en œuvre des nouvelles règles de l'ESMA. Plus500 n'est pas la seule firme à avoir un petit segment de sa clientèle qui lui fournit l'essentiel de son chiffre d'affaires. D'autres brokers ont une proportion similaire de traders qui génèrent l'écrasante majorité de leurs revenus.

"L'industrie a une sorte de règle 90/10", a déclaré Graeme Watkins, PDG de Valutraders , "10% des clients génèrent 90% des revenus. Je dirais que presque tous les courtiers, génèrent la plupart de leurs revenus de la partie supérieure de leur entreprise."

OctaFX et InterTrader, bien qu'ils n'aient pas révélé leurs propres chiffres, ont tous deux déclaré que les courtiers pouvaient s'attendre à ce que 20% des clients génèrent 80% des revenus.

Dans une annonce récente, IG Group a également noté que 3800 clients, qui sont classés comme professionnels, ont contribué à 35 % des revenus au trimestre précédent. Le broker a ajouté qu'il passe maintenant en revue 15 000 demandes de clients qui souhaitent être reclassés en tant que professionnels.

De même, dans son rapport annuel, CMC Markets a déclaré qu'il est en train d'examiner les demandes des clients qui souhaitent être reclassés en tant que professionnels. CMC a ajouté qu'il a une stratégie visant à attirer et retenir des clients professionnels.

Thermes et conditions d'application

Afin de reclasser un client en tant que professionnel, les brokers doivent passer par un certain nombre d'obstacles réglementaires. Les clients doivent d'abord déclarer, par écrit, qu'ils souhaitent être considérés comme des professionnels.

Un courtier recevant une telle demande doit alors clairement indiquer au client qu'il perdra toutes les protections réglementaires et tous les droits aux indemnisations. Le client doit ensuite déclarer par écrit, dans un nouveau document, qu'il est conscient des conséquences de la perte de ces protections.

Les clients potentiels qui souhaitent ouvrir un compte professionnel doivent remplir au moins deux des trois critères suivants :

fleche Avoir effectué des transactions de taille significative en moyenne 10 fois par trimestre au cours des quatre trimestres précédents.
fleche Détenir un portefeuille d'instruments financiers, incluant les dépôts en espèces et les instruments financiers, qui dépasse 500 000 EUR;
fleche Avoir travaillé dans le secteur financier pendant au moins un an dans un poste professionnel qui nécessite une connaissance du trading.

Ces critères laissent une marge de manœuvre pour un comportement sans scrupules - quelle est la taille d'une transaction significative par exemple ? - et certains courtiers semblent déjà en profiter.

Simple, non? Sauf que le processus ne s'arrête pas là. Après cela, le broker doit faire passer un test au client qui démontre qu'il est capable de prendre ses propres décisions d'investissement et qu'il comprend les risques encourus. L'élaboration de ce test semble être à la discrétion du courtier.

Changement de tactique

De nombreux courtiers encouragent leurs clients à être reclassé comme professionnel.

"Nous n'encouragerons pas seulement les traders les plus importants qui sont éligibles à la reclassification", a déclaré George Pantzis, directeur de la division de recherche d'OctaFX, "mais aussi les traders qui souhaitent devenir plus professionnels en s'inscrivant à notre formation et en rejoignant une académie de trading. "

D'autres entreprises ne sont pas aussi explicites que Pantzis, mais les actions qu'elles mènent impliquent toujours des mesures similaires.

CMC Markets a même lancé un nouveau service pour répondre aux besoins d'une clientèle plus haut de gamme. En avril, le broker a lancé CMC Pro, un nouveau service conçu pour maintenir une base de clients qui négocient avec un effet de levier élevé.

Un autre courtier, ActivTrades, a fait la même chose. Le courtier a confirmé qu'il allait commencer à fournir un service dédié aux traders professionnels.

Professionnalisation

"Il y a souvent une idée fausse selon laquelle le marché est fortement saturé, mais ce n'est pas du tout le cas", a déclaré Alex Pusco, PDG d'ActivTrades, " Nous n'en sommes qu'au début".

Il semble y avoir deux significations à cette affirmation, l'une est vraie et l'autre ne l'est pas. Le secteur du trading au détail ne fait pas que commencer, comme la plupart des gens qui lisent cet article le savent, il existe depuis des décennies. D'un autre côté, nous pouvons en effet être au début d'une nouvelle étape dans le cycle de vie de l'industrie.

Le comportement des brokers jusqu'à présent indique que la réglementation de l'ESMA les a poussés à se concentrer sur des clients professionnels plus riches. Ceci est illustré par leur concentration sur le développement de produits professionnels au cours des six derniers mois et leurs efforts pour reclasser les professionnels qui génèrent en grande part de leurs revenus.

Beaucoup dans l'industrie ont prédit que la réglementation de l'ESMA repousserait les petits brokers moins professionnels, mais la même chose pourrait être vraie pour les clients des brokers. Si ces brokers ne consacrent plus d'énergie au maintien ou à l'intégration de clients qui ne sont pas professionnels, le nombre de clients pourrait diminuer considérablement.


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums