#1 27-04-2018 20:03:27

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4612
Site web

Analyse : conséquences inattendues des nouvelles mesures de l'ESMA

Analyse : conséquences inattendues des nouvelles mesures de l'ESMA

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/ESMA-1.png


L'Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) a décidé de mettre en place une protection contre le solde négatif, parmi d'autres éléments que nous examinerons.

La protection contre le solde négatif vise à protéger les clients de détail qui font des transactions sur marge, sans doute pour éviter que ces clients soient mal positionnés en cas de mouvement de marché soudain et violent avec un manque de liquidités.

Sans effet de levier, les traders ne prennent pas le risque de devoir de l'argent à leur courtier. Cependant, sans effet de levier, la grande majorité des traders de détail ne peuvent pas se permettre de faire du trading.

L'effet de levier crée donc le risque de devoir de l'argent aux courtiers, mais il est également essentiel aux traders.

L'ESMA pourrait créer une relation risque / rendement asymétrique qui représente à la fois un aléa moral et, très probablement, pourrait causer davantage de problèmes.

Risque moral

La menace des soldes négatifs ne disparaîtra pas, le risque va simplement se déplacer vers quelqu'un d'autre. Le compte d'un client avec un solde négatif sera remis à zéro avec l'argent du courtier, et le trader pourra recommencer, n'ayant perdu que le dépôt initial. Et pour les brokers qui transmettent les opérations de leurs clients directement sur les marchés en mode STP, il y aura encore un trou à combler, car les fournisseurs de liquidités réclameront l'argent au courtier.

La première conséquence involontaire

Les marchés financiers sont sensibles aux événements importants, le Brexit est un bon exemple - nous savions que le vote se déroulait, nous ne savions pas qui gagnerait, et nous ne savions pas comment le marché se comporterait. Cependant, nous avons tous soupçonné que ça allait être grand.

Un trader ingénieux, avec la confiance d'avoir derrière lui une protection contre le solde négatif, pourrait décider d'investir dans un marché qui risque d'être fortement impacté par un événement majeur. En utilisant deux brokers, il pourrait prendre un trade long avec un effet de levier de 1:30 auprès du courtier A, et un trade court avec le courtier B.

Après l'événement majeur, le compte de trading détenu par le courtier A pourrait tomber à zéro, car il est protégé contre la balance négative. Tandis, que le compte de trading détenu par le courtier B pourrait afficher un bénéfice important. La protection contre le solde négatif servirait donc de stop-loss garanti pour exploiter une situation à risque asymétrique.

Comme le dit l'ESMA, 74 à 89% des comptes de détail perdent généralement de l'argent sur leurs investissements, la perte moyenne par client étant comprise entre 1 600 et 29 000 euros. Allons-nous voir un comportement plus risqué lorsque les traders se rendront compte que l'inconvénient est plafonné ?

La deuxième conséquence involontaire

Les traders ne sont pas rassurés lorsque leur broker prend l'autre côté de leurs trades, une occurrence commune dans un marché OTC (Over The Counter) comme le forex. Si le broker prend l'autre côté, il y a un conflit d'intérêts - la perte du trader est un bénéfice pour le broker.

Les traders optent donc pour des brokers offrant des comptes "STP / ECN", dans lesquels les transactions sont directement envoyées sur les marchés (ou du moins, vers les fournisseurs de liquidités du broker). C'est donc le fournisseur de liquidité qui prend l'autre côté des trades. Les traders estiment que ces brokers veulent voir leurs clients gagner de l'argent, car ils gagnent seulement une commission sur chaque trade.

Comme la protection contre le solde négatif va devenir obligatoire, les courtiers vont majoritairement se concentrer sur le modèle B-Book.

Quand un courtier prend l'autre côté de la position de son client, et que ce client perd son argent ou qu'il se retrouve avec un solde négatif, le courtier ne doit rien à personne, car les transactions restent en interne dans le B-Book. En déplaçant leurs clients vers le modèle B-Book, les brokers market makers ne prennent donc pas le risque de devoir des sommes importantes à leurs fournisseurs de liquidités

Les courtiers ont toujours su cela

En janvier 2015, quand la banque centrale suisse (BNS) a abandonné le taux plancher de l'EUR CHF, le franc suisse s'est apprécié de 40% en quelques minutes.

De nombreux clients du broker FXCM coté au NYSE, ont subi des soldes négatifs à combler à hauteur de 300 millions de dollars. Qu'est-ce que FXCM a fait ? Il a demandé un renflouement par un tiers.

FXCM s'est rendu compte que la perception négative du marché qu'ils auraient à subir s'ils demandaient de l'argent à ses clients signifierait la fin de l'entreprise. En outre, les coûts logistiques et juridiques liés à des milliers de clients dispersés à l'échelle mondiale, dont beaucoup avec de petits comptes de quelques milliers de dollars, auraient été pratiquement impossibles.

Comme le dit Karolina Stoklosa de XBT : "Les changements proposés par l'ESMA sont perçus par une grande partie de l'industrie comme un obstacle [...], chez XTB nous le pensons aussi dans une certaine mesure, mais nous considérons ces propositions comme une opportunité. Nous pensons que cela pourrait être le début d'une consolidation du marché où seuls les meilleurs resteront. "

Kim Fournais, PDG de Saxo Bank, partage le même sentiment : "Saxo se félicite vivement et soutient les mesures proposées par l'ESMA et estime qu'une réglementation cohérente et harmonisée au niveau européen sera positive pour les clients et l'industrie dans son ensemble."

La troisième conséquence involontaire

L'effet de levier disponible pour les traders forex sur les principales paires de devises va être limité à 30:1, 20:1 pour les paires mineures et 10:1 pour les matières premières.

XBT a déclaré : "A notre avis, la proposition de l'ESMA est trop sévère et, surtout, manque de preuves basées sur des données montrant l'impact de l'effet de levier sur la rentabilité des clients. Nos données et les données de marché disponibles ne prouvent pas que l'effet de levier influence la rentabilité. La réduction de l'effet de levier aux ratios proposés augmentera les coûts de transaction pour les clients de détail, car ils devront maintenir une marge plus élevée par position, ce qui exposera davantage de fonds à des risques de perte.

D'autre part, après la mise en œuvre des plafonds proposés, nous prévoyons que de nombreux clients de l'UE qui recherchent un effet de levier plus élevé envisageront de négocier avec des courtiers offshore dans des régions nettement moins réglementées, bénéficiant ainsi d'une mauvaise protection. Ils devront faire le choix entre un levier plus important avec une sécurité moindre ou un effet de levier plus faible avec une sécurité accrue, et nous espérons que les investisseurs choisiront ce dernier."


Est-ce qu'une réduction de l'effet de levier produit automatiquement un trading plus responsable pour le trader au détail moyen ? Les traders au détail vont devoir risquer plus d'argent pour prendre les mêmes trades qui étaient auparavant dix fois moins chers. Avec plus d'argent en jeu, est-ce que le trader au détail moyen aura de meilleures performances ?

Marge, marketing et avertissements sur les risques

L'ESMA a également introduit une règle de liquidation des marges quand l'équité descend en dessous de 50% de la marge requise, les brokers devront fermer une ou plusieurs positions quand le seuil est atteint, ce mouvement est soutenu par presque tous les brokers européens.

Cependant, les restrictions de l'ESMA concernant le marketing et les incitations des clients doivent être clarifiées. Par exemple, les incitations qui pourraient être considérées comme étant dans le meilleur intérêt du client sont-elles encore restreintes, comme les rabais sur les transactions qui réduisent le coût du trading ? La réponse n'est pas claire.

Enfin, les exigences de l'ESMA en matière d'avertissement sur les risques stipulent que les courtiers devront fournir un avertissement de risque normalisé, avec le pourcentage de pertes sur les comptes des investisseurs de détail. XBT publie déjà ces données depuis 2016 (comme requis par l'autorité de surveillance polonaise). Une transparence accrue est, en effet, bienvenue dans l'industrie.

Conclusion : l'industrie fait des changements subtils

En réponse à l'ESMA, nous pouvons nous attendre à une plus grande poussée vers le modèle des teneurs de marché.

Les courtiers seront également obligés de trouver d'autres moyens que l'effet de levier pour se démarquer de la concurrence. Ils mettront probablement l'accent sur la qualité de la plateforme, des prix, des produits et de la formation des traders.

Éduquer les clients sur les avantages de la protection offerte par l'ESMA sera essentiel pour s'assurer que les traders ne tentent pas simplement de fuir vers des juridictions moins réglementées. La protection contre le solde négatif et les rapports transparents sont des avantages significatifs qui permettent de rester attractif par rapport aux courtiers non-membres de l'UE.

Quand les pourcentages des clients gagnants et perdants seront publiés, l'impact de la réglementation de l'ESMA deviendra connu et pourra être jugé objectivement. Les modifications de l'ESMA auront-elles l'effet souhaité ? Le temps nous le dira.


Le trading du forex et des CFD est réservé aux traders professionnels. Les compétences requises pour gérer les risques sont trop complexes pour les traders amateurs. Les pertes peuvent être supérieures au dépôt initial.

Hors ligne

 

Pied de page des forums