#1 03-01-2018 17:20:49

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4593
Site web

MiFID II : extensions de dernière minute accordées aux grands sites

MiFID II : extensions de dernière minute accordées aux grands sites, les petits courtiers seront-ils une cible ?

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/mifid-2.jpg


Comme prévu avec une mise en œuvre transfrontalière à grande échelle, la directive MiFID II qui constitue l'architecture de l'autorité européenne des marchés financiers (ESMA) a connu un obstacle majeur le jour de son entrée en vigueur.

À Londres aujourd'hui, les grands sites d'exécution bien établis ont fait l'objet de discussions, car leur obligation de se conformer à la nouvelle législation européenne MiFID II est prise très au sérieux.

Soulignant la complexité des réformes MiFID II qui touchent à tout, du coût de la recherche des analystes au trading des actions, la London’s Liffe derivatives exchange et la London Metal Exchange ont reçu 30 mois de plus pour se conformer aux nouvelles règles de compensation.

Eurex et la bourse des contrats à terme de Francfort ont également obtenu mardi dernier un sursis de la part du régulateur national allemand, BaFin.

La Financial Conduct Authority du Royaume-Uni a accordé une prolongation pour assurer la "fonction ordonnée" du marché de compensation.

Les banques et les courtiers ont cherché à mettre à niveau leurs systèmes informatiques avant la Mifid II, ce qui nécessite des rapports beaucoup plus détaillés sur les transactions. La Mifid II devrait coûter à l'industrie financière plus de 2,5 milliards d'euros pour être mise en œuvre, les plus grandes banques dépensant chacune plus de 40 millions d'euros en conformité.

Eurex a soutenu que la sortie du Royaume-Uni - le plus grand marché européen pour la compensation des produits dérivés - de l'UE introduit trop d'incertitude étant donné que la Grande-Bretagne pourrait ne pas être liée par les nouvelles règles.

Les changements proposés augmenteraient aussi potentiellement les liens entre les chambres de compensation à un moment où la forme des relations du Royaume-Uni avec l'UE n'est pas claire.

De nombreuses institutions londoniennes ont fait pression sur les changements, en particulier le London Stock Exchange Group, qui possède la chambre de compensation LCH.

Suite à la décision de la BaFin, Eurex a déclaré : "Le Brexit change la donne. Nous partageons les préoccupations de l'industrie concernant la stabilité financière en ce qui concerne les dispositions d'accès ouvert de la Mifid II. Eurex devra appliquer les règles qu'à partir du 3 juillet 2020. "

Les régulateurs prolongent le délai afin que des bourses très bien organisées et dignes de confiance comme LIFFE et LME puissent assurer une conformité totale, et pas parce que c'est un problème, comme l'ont perçu certaines personnalités au sein des grands médias londoniens. En effet, l'ESMA et la FCA comprennent que des sites bien établis et bien organisés se conformeront aux règles et veilleront à ce que leur infrastructure commerciale soit parfaitement conforme aux décisions, en travaillant en étroite collaboration avec les autorités et leurs équipes internes de R & D et d'informatique.

Même si des extensions seront probablement accordées aux grands sites britanniques publiquement connus qui sont les piliers de l'écosystème financier et technologique institutionnel mondial, cette coopération ne s'appliquera peut-être pas aux petites entreprises dans d'autres régions relevant de la directive MiFID II, comme Malte et Chypre.

Il y a eu un exode d'entreprises de Chypre, relevant de la MiFID II, vers des îles offshore comme le Vanuatu , avec un grand nombre d'entreprises juridiques spécialisées dans l'industrie des changes qui ont déjà été créées pour les aider à le faire, ce qui signifie que les brokers qui ont acquis des clients européens (bien que ce ne soit pas leur cœur de métier) sont capables de servir ces mêmes clients sans adhérer à la MiFID II, car ils peuvent le faire à partir d'une île dans le Pacifique sans structure réglementaire.

Cela signifie qu'ils peuvent glisser les transactions de leurs clients, attirer des clients dans des entités offshore, fournir un effet de levier massif , blanchir les commissions des IB avec des comptes de faux représentants, tout en évitant les règlements. La MiFID II fixe simplement les règles à ceux qui sont dans les zones réglementées.

Les services éducatifs ne sont pas couverts par la réglementations britannique ou européenne, à moins que leur contenu n'indique réellement aux clients où ils peuvent placer leurs trades.

Le trading social va probablement disparaître à cause de son manque de transparence, sa légitimité n'est pas garantie, car les traders débutant peuvent devenir des fournisseurs de signaux de trading. La FCA catégorise le trading social comme un conseil d'investissement, et les traders leaders dans le trading social devraient, s'ils respectent les réglementations, s'inscrire comme conseillers financiers et passer les examens pour obtenir une licence.

Les services "éducatifs" qui bousculent les attributions réglementaires sont ceux qui promettent de donner aux investisseurs novices une solution magique qui les rendra immédiatement riches. Ceux qui en font la promotion offrent non seulement des conseils financiers totalement non fondés, mais ils le font d'une manière qui représente un conflit d'intérêts complet avec le client final. Souvent, ces services sont parrainés par des courtiers non réglementés, le "formateur" vend un logiciel qui n'a pas de réelle valeur prouvée, un cours qui est souvent réalisé sur un compte démo et qui n'a pas de résultats prouvés. Les clients sont ensuite contactés à nouveau par des équipes de vente agressives pour déposer plus.

Où en sont les décisions de la FCA et de la MiFID à ce sujet ?

La FCA s'est récemment efforcée de sévir contre des brokers CFD bien établis, parfois cotés sur les marchés boursiers britanniques, et jouissant d'une excellente réputation. Les clients fidèles de ces entreprises témoignent de leur propre position élevée dans le monde du trading électronique, mais la FCA a tenté d'attaquer leurs activités de trading, tandis que, entre-temps, plusieurs entités de "formations" bidons comme décrit ci-dessus, fonctionnent sous le nez de la FCA depuis plus de dix ans.

Dix ans sont suffisants pour que les régulateurs leur rendent visite afin de contrôler leur modus operandi. Surtout compte tenu de la manière flamboyante dont ils se font connaître. Il est clair que cela relève de l'infrastructure financière, et c'est exactement le but de la MiFID II.

Ce type d'établissement tombera sous le coup de la MiFID II et ne sera pas laissé libre, d'où l'extension accordée aux bourses de Londres qui témoigne de leur approche professionnelle.

Une étude, menée par des spécialistes de la conformité a révélé que :

fleche 53% des responsables informatiques des institutions financières et des responsables de la conformité ne connaissent pas la date de mise en œuvre.
fleche 1 sur 5 (21%) n'est toujours pas entièrement au courant des règlements qui entreront en vigueur
fleche Seulement 15% affirment avoir des connaissances complètes
fleche 43% n'étaient pas pleinement conscients des exigences relatives aux communications avec les clients ou de la durée de leur conservation

Il est clair que l'ESMA est bien consciente de ces problèmes.


Le trading du forex et des CFD est réservé aux traders professionnels. Les compétences requises pour gérer les risques sont trop complexes pour les traders amateurs. Les pertes peuvent être supérieures au dépôt initial.

Hors ligne

 

Pied de page des forums