Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 14-02-2021 19:04:19

Climax
Administrateur
Inscription : 30-08-2008
Messages : 5 192

Les principes fondamentaux de la comptabilité mentale dans le trading

Les principes fondamentaux de la comptabilité mentale dans le trading

comptabilite-mentale-et-trading.png

La grande majorité des agents impliqués dans les marchés financiers connaissent le terme de comptabilité. Nous connaissons également les différentes catégories du concept générique : comptabilité financière, comptabilité d'entreprise, analytique, de gestion, bancaire, etc. Mais que savons-nous de la comptabilité mentale ? Vous êtes-vous déjà interrogé sur les processus internes que notre esprit suit lorsque nous ouvrons ou fermons un trade ? Pourquoi n'est-il pas facile pour nous de fermer une trade perdant ? Pourquoi nous précipitons-nous pour vendre les trades gagnants, même en sachant qu'ils pourraient être encore plus rentables ?

De la même manière qu'une entreprise doit identifier, évaluer et enregistrer les faits comptables pertinents, les individus sont confrontés au même problème. Lorsqu'une institution fournit un service ou vend un produit, elle doit enregistrer ce fait. Lorsque nous ouvrons une position sur le marché, nous ouvrons un compte mental qui évoluera avec les fluctuations du marché, même si nous le faisons inconsciemment.

La comptabilité mentale cherche des réponses à des questions telles que celles que je viens de poser et le but de cet article est de montrer que la comptabilité mentale influence les décisions dont le résultat final est incertain, c'est-à-dire la décision sous incertitude, et que son étude et sa connaissance peuvent nous apporter une plus grande stabilité mentale pour faire face à des activités telles que l'investissement ou le trading. La comptabilité mentale est l'ensemble des opérations cognitives développées par les individus pour organiser, évaluer et suivre les activités financières.

Principes fondamentaux de la comptabilité mentale

La comptabilité financière est composée d'un ensemble de règles qui ont été codifiées au fil des ans, que l'on trouve dans un grand nombre de manuels et qui n'ont malheureusement pas d'équivalent dans la comptabilité mentale. Nous pouvons les apprendre en observant le comportement humain dont nous pouvons déduire des règles de conduite. Dans cet article, nous allons essayer de voir trois composantes de la comptabilité mentale :

- La première se rapporte à la façon dont nous percevons les événements réels et à la façon dont nous prenons des décisions basées sur ces événements. Dans le schéma ci-dessous, l'individu ou le trader est lié aux événements réels.

- La deuxième composante est l'affectation de chaque activité dans votre compte mental spécifique. La comptabilité financière nous apprend qu'il existe une classification des dépenses et des recettes qui s'inscrivent dans un budget.

- La troisième composante nous renseigne sur la fréquence à laquelle nous évaluons les comptes, nous pouvons vérifier nos comptes financiers annuellement, mensuellement, ou quotidiennement si nous le considérons, qu'en est-il de nos comptes mentaux ?

Une étude plus détaillée de notre structure mentale montre qu'il n'est pas conseillé de compter l'argent dans des situations qui nécessitent une prise de décision dans une atmosphère d'incertitude comme au poker, au black-jack ou dans le cadre d'opérations de trading ; ainsi, l'audit de nos comptes doit être effectué avec suffisamment de temps pour ne pas affecter notre prise de décision, cet espace-temps sera différent pour chaque trader, qui, par un processus d'essais et d'erreurs, doit trouver sa fréquence de révision optimale.

L'environnement des profits et pertes

Pour nous introduire dans le processus décisionnel de chaque individu, nous devons déduire une fonction d'utilité qui nous offre une valeur de sortie pour chacune des décisions et ainsi pouvoir décider entre notre éventail de possibilités dans des questions telles que "Quand acheter ? À quel prix acheter ? Combien acheter ? Pour cela, nous utiliserons la fonction de Kahneman et Tversky qui comporte trois éléments essentiels :

- Les transactions traitées par la comptabilité mentale sont principalement évaluées une par une et non pas par rapport à d'autres transactions.

- La fonction de perte et la fonction de profit présentent toutes deux une sensibilité décroissante, ce qui implique que la différence entre 20 et 30 euros peut sembler plus importante que la différence entre 1 000 et 1 010 euros.

- Aversion pour le risque. La perte de 100€ nous cause plus de peine que la satisfaction qui procure un profit de 100€. L'influence de cette aversion pour le risque sur notre esprit est considérable, comme nous le verrons plus tard.

Nous passerons en revue ci-dessous, à l'aide de quelques exemples, les caractéristiques de la fonction exposée. Supposons que nous voulions acheter une cravate et un costume pour 10€ et 120€ respectivement, et que lorsque nous arrivons au magasin, le vendeur nous informe que dans le magasin situé à 20 kilomètres du magasin où nous sommes, il a baissé les prix des deux produits de 5€, les laissant à 5€ et 115€ respectivement. Compte tenu de cette circonstance, la plupart des personnes préféreront parcourir la distance pour bénéficier de la réduction de la cravate, mais ne feront pas de même pour le costume, bien que la réduction soit la même dans les deux cas. Dans ce cas, notre comptabilité mentale est basée sur des perceptions relatives plutôt qu'absolues.

L'exemple de la cravate et du costume nous montre que nous sommes prêts à parcourir une certaine distance pour économiser de l'argent sur le produit le moins cher et non pour réaliser les mêmes économies sur le produit le plus cher ; nous en déduisons donc que l'utilité qui permet de réaliser des économies est associée aux différences de valeur et non à la valeur de la différence. Cela nous aide à modéliser la façon dont les différents processus de combinaison d'événements maximisent leur utilité. Nous devons savoir si pour deux événements, X et Y, leur fonction d'utilité conjointe F(X+Y) est supérieure à la somme des fonctions individuelles F(X) + F(Y), et la fonction d'utilité que nous avons mentionnée précédemment aurait les caractéristiques suivantes :

- Séparation des gains.

- Regroupement des pertes.

- Regroupement des petites pertes avec des bénéfices plus importants (pour surmonter l'aversion au risque).

- Séparation des petits gains des pertes plus importantes (le bénéfice d'un petit gain dépasse le bénéfice de la réduction d'une grande perte d'un petit montant).

Un exemple de la première règle est la possibilité de gagner une cagnotte de 75 000 euros, contre deux cagnottes de 50 000 et 25 000 euros respectivement. Selon les travaux de Richard H. Thaler, 64% de la population interrogée préfère la seconde option. Les exemples pour les autres règles sont aussi intuitifs que celui qui a été mentionné. En ce qui concerne la deuxième partie, nous préférons payer un achat de 50 € avec une carte de crédit dans laquelle nous regrouperons tous les achats du mois et qui sera incluse dans la facture totale de 790 €, en supposant que les 50 € soient payés en liquide au moment de l'achat.

Ouverture et clôture des positions

Considérons l'achat de 1 000 actions à 10€, l'investissement initial est de 10 000€, mais la valeur de celui-ci fluctuera avec les mouvements du marché, produisant des gains ou des pertes latentes jusqu'à ce que nous vendions les titres. La comptabilité mentale de ces pertes et gains est trompeuse et dépend de la variable temporelle, une des intuitions de base est qu'une perte effective produit plus de douleur qu'une perte latente et parce que la fermeture d'une position avec des pertes produit de la douleur, la comptabilité mentale nous incite à retarder la décision de fermer les transactions perdantes et à avancer la décision de fermer les transactions gagnantes pour nourrir notre ego.

Prise de décision : regroupement et événements passés

Lorsque nous considérons les processus décisionnels comme un ensemble d'événements que nous pouvons regrouper ou dissocier, nous devons tenir compte de l'importance de la localisation des parenthèses pour regrouper ces événements, car la douleur produite par une perte est moindre si nous pouvons combiner cette perte avec un gain plus élevé, ce qui brouille son effet total.

Tout aussi importants sont les événements passés pour la prise de décision, si nous opérons sur le marché et que nous allons ouvrir une position, les résultats des décisions passées affecteront toujours le processus mental de la nouvelle position. Je voudrais insister sur l'importance de l'argent réel, ce n'est pas la même chose de faire ce test assis dans le salon pendant que nous prenons un café, que d'opérer sur le marché pendant que nous jouons nos économies.

Un gain peut nous stimuler à rechercher plus de risques, ce compte mental de notre argent est remis à zéro chaque jour si nous nous consacrons à une opération intrajournalière. Dans ce cas, nous avons un exemple clair de la façon dont la comptabilité mentale est un problème pour notre opération puisque nous devrions traiter de la même façon l'argent avec lequel nous démarrons l'opération de l'argent pris sur le marché, qui devrait être traité comme notre argent et ne pas vous faire courir de plus grands risques.

Les pertes passées ne stimulent pas la recherche du risque, à moins que la nouvelle opération nous offre la possibilité de compenser la perte précédente (seuil de rentabilité), tout trader, qu'il soit professionnel ou amateur, peut corroborer cette conclusion par son expérience personnelle.

Conclusion

Lors de la présentation des exemples et des travaux réalisés dans le domaine de la comptabilité mentale, il a été tenté de démontrer l'importance que les processus de calcul mental ont dans notre fonctionnement réel, à partir de la grande ignorance qui existe sur cette question. Plus nous connaissons ces processus, plus notre capacité à lutter contre le marché et son plus grand ennemi, qui est en chacun de nous, est grande.

L'industrie du trading sait que la structure mentale des futurs traders leur permet de perdre de l'argent, la différence de perte d'argent entre les traders novices sera définie par le temps qu'il faut au trader pour réaliser que l'ennemi est chez lui et qu'il doit essayer de changer ses croyances, la prochaine chose est d'avoir un bon système de trading, des règles stables de gestion du risque et surtout, d'être bien capitalisé, beaucoup de discipline et une grande dose de patience.

À partir de maintenant, lorsque vous ouvrez un trade, pensez à ce qui a été développé dans l'article et essayez de déchiffrer les registres mentaux qui se créent pendant que vous êtes sur le marché et adoptez les règles suivantes :

- Évitez de compter l'argent tant que vous n'avez pas fermé la position.

- Traitez de la même manière l'argent avec lequel vous démarrez un trade et l'argent pris sur le marché précédemment pour ne pas augmenter la prise de risque.

- N'oubliez jamais l'influence que les trades précédents ont sur le processus de décision des trades actuels.

- L'aversion pour le risque nous conduit à faire en sorte que la souffrance causée par une perte soit plus grande que la satisfaction causée par un gain d'un montant équivalent à celui de la perte.

- Ne vous laissez pas emporter par l'illusion de mesurer l'argent en termes relatifs.

- Ne laissez pas votre ego gagner la partie en retardant la clôture des trades perdants et en accélérant la fermeture des trades gagnants.

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Pied de page des forums