Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 10-03-2020 16:04:51

Climax
Administrateur
Inscription : 30-08-2008
Messages : 5 021

Après le lundi noir, la volatilité du Forex est-elle là pour rester ?

Après le lundi noir, la volatilité du Forex est-elle là pour rester ?

crash-boursier.jpg


Le début de cette semaine a commencé par un flash, un crash et un bang, avec le soi-disant "lundi noir" qui a fait des ravages sur les marchés des devises. Bien que la journée d'hier ait ramené sur les marchés des changes une volatilité jamais vue depuis des années - est-elle là pour rester ?

2019 a été une année difficile pour les brokers, la faiblesse des volumes de transactions pesant lourdement sur les brokers. En fait, les niveaux faibles de volatilité sévissent sur le forex depuis un certain temps déjà, le secteur n'ayant pas connu de niveaux de volatilité importants depuis des années.

Avant les événements d'hier, la volatilité s'est accrue en février, le coronavirus y contribuant, aux côtés d'autres facteurs. C'est pourquoi de nombreux brokers ont fait état de volumes d'échanges solides, voire records, en février.

Le week-end dernier, la situation des coronavirus s'est aggravée, avec un nombre de cas et d'épidémies trop important pour être comptabilisés. Cette situation, combinée à la guerre pétrolière actuelle entre l'Arabie saoudite et la Russie, qui a entraîné une chute des prix du pétrole, a créé les énormes fluctuations de prix de lundi.

L'année 2020 offrira-t-elle plus d'opportunités de trading que 2019 ?

Bien que les mouvements d'hier ne soient pas susceptibles de se maintenir, ils ont suscité l'espoir d'un retour de la volatilité sur le marché des changes, et donc d'une augmentation de l'activité des clients et, par conséquent, des volumes de transactions plus importants. Mais peut-on compter sur cela à long terme ?

Filip Kaczmarzyk, membre du conseil d'administration et directeur du département des opérations de XTB, estime que nous ne devrions pas nous emballer.

Il n'y a pas eu de volatilité "sérieuse" sur les marchés des changes depuis quelques années maintenant. Je crains que ce que nous constatons actuellement ne soit qu'une exception à court terme et qu'il ne revienne aux niveaux moyens dans les mois à venir", a-t-il expliqué.

M. Kaczmarzyk a expliqué que la volatilité s'éloignera du marché des changes pour se tourner vers des instruments plus "excitants", qui offrent un meilleur rendement par rapport au risque pour les traders. Cela s'explique par le fait que les marchés des changes n'ont pas produit de mouvements aussi importants qu'auparavant. Par exemple, les annonces de salaires non agricoles n'ont pas été aussi actives sur les marchés des changes que par le passé.

La volatilité va durer quelques mois

Wei Qiang Zhang, directeur général d'ATFX (Royaume-Uni), estime toutefois que la volatilité accrue actuelle durera, au moins quelques mois.

"Ces conditions devraient prévaloir, au moins pendant quelques mois, d'autant plus qu'elles ont été déclenchées par des événements qui n'ont pas encore été résolus. L'épidémie mondiale de coronavirus signifie que de nombreux pays luttent actuellement contre le virus et cela a rendu les investisseurs nerveux, d'où la volatilité actuelle du marché".

Charalambos Pissouros, l'analyste de marché senior du groupe JFD, a déclaré que cette année pourrait être plus excitante que 2019.

"Oui, l'augmentation de la volatilité est bonne pour le monde du forex, mais je ne qualifierais pas de niveaux exceptionnellement élevés l'amélioration des conditions du marché, car des fluctuations extrêmement volatiles peuvent facilement anéantir les positions des traders. Mais de manière générale, je pense que 2020 pourrait être une année plus volatile que 2019, offrant plus d'opportunités de trading".

Peut-on éviter une accalmie estivale ?

Historiquement, c'est pendant les mois d'été que la volatilité des taux de change disparaît, de nombreuses personnes partant en vacances au milieu de l'année. De nombreux prestataires de services de trading et les bourses connaissent une baisse des volumes de transactions, en particulier en juin et juillet, pendant l'accalmie estivale. Mais comme le coronavirus ne semble pas vouloir disparaître de sitôt, pourrait-on éviter une tendance à la baisse similaire cette année ?

"Il est difficile de prévoir ce que l'été nous réserve, d'autant plus que nous n'avons aucune idée de la direction que prendra l'épidémie de coronavirus. En fait, nous n'avons aucune idée de ce que demain apportera. Je suppose qu'en raison du virus, l'été et l'ensemble de l'année 2020 pourraient être intéressants pour le trading", a proposé M. Kaczmarzyk.

La panique du marché risque de se poursuivre

M. Pissouros a ajouté qu'il pense que la panique du marché pourrait se poursuivre pendant quelques mois encore, ce qui pourrait compenser l'accalmie de l'été, car rien ne laisse présager que le virus pourrait être contenu prochainement et qu'aucun vaccin ne se profile à l'horizon.

"Il y a une incertitude accrue quant à la gravité des blessures économiques qui pourraient se produire et, à mon avis, il serait prématuré de supposer que tout est déjà pris en compte", a-t-il poursuivi. "Cela dit, je m'attends à ce que la volatilité soit plus faible que maintenant. Même avec les interdictions de voyager et les restrictions au niveau national, certains investisseurs et traders peuvent encore opter pour les vacances d'été, même si cela signifie rester chez soi. Donc, la volatilité pourrait être plus élevée que l'année dernière, mais pas autant qu'elle ne l'est maintenant".

Wei Qiang Zhang, d'ATFX, estime cependant que la réponse à cette question est un oui.

La réponse est oui, les conditions de marché auxquelles nous assistons actuellement ne sont pas normales, les gestionnaires de fonds vont vouloir profiter de cette forte volatilité."

"Nous voyons rarement un tel mélange d'événements majeurs se dérouler en même temps, le nombre d'opportunités va augmenter pour le Forex et les traders d'actions. Par conséquent, je ne m'attends pas à voir le traditionnel effondrement de l'été. De plus, c'est l'année des élections aux États-Unis, la volatilité persistera probablement jusqu'en novembre même si d'autres événements majeurs sont résolus".

La volatilité est peut-être plus une ennemie qu'une amie

À long terme, quels types d'événements sont susceptibles de maintenir les marchés des changes actifs ? Selon Denis Golomedov, directeur général de RoboForex, le coronavirus va maintenir les traders en alerte pendant un certain temps.

"...les marchés ont été affectés par le coronavirus, et nous devons admettre que l'histoire n'est pas terminée : il faudra au moins six mois pour que les pays le maîtrisent. Six mois plus tard, l'influence du virus sur l'économie deviendra également évidente, et ce ne sera pas agréable", a souligné M. Golomedov.

"On ne peut donc pas du tout dire que les conditions du marché sont confortables. Si les économies mondiales, reflètent la baisse du PIB et d'autres paramètres macroéconomiques clés (ce qui est vraiment probable), les indices et les actifs vont s'effondrer dans une longue tendance à la baisse. La volatilité sera ici plus une ennemie qu'une amie".

2020 sera une année chargée

En parlant de ce à quoi nous pouvons nous attendre pour cette année, M. Pissouros a résumé la situation en disant que 2020 sera une année chargée avec le coronavirus, le Brexit, les Jeux olympiques, les élections américaines et plus encore, qui risquent de provoquer des vagues sur le forex.

"Nous faisons face à la situation du virus en ce moment, personne ne sait comment et dans combien de temps il sera traité. Bien sûr, une fois que nous aurons maîtrisé l'épidémie, il y aura certainement les conséquences, qui apporteront probablement plus de volatilité. Enfin, mais ce n'est pas le moins important, nous avons les élections américaines de novembre et nous nous souvenons tous de la réaction des marchés la dernière fois".

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Pied de page des forums