Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 28-02-2020 15:41:16

Climax
Administrateur
Inscription : 30-08-2008
Messages : 5 021

5 raisons pour lesquelles l'euro/dollar pourrait continuer à baisser

5 raisons pour lesquelles l'euro/dollar pourrait continuer à baisser

baisse-eur-usd.jpg


La paire EUR/USD a été soumise à une forte pression jusqu'à présent en 2020. Nous l'avons vu s'effondrer à cause du soutien apporté en septembre dernier aux échanges sur des niveaux qui n'ont pas été atteints depuis 2017. Cela a amené certains commentateurs à se demander si l'euro pourrait continuer à baisser par rapport au billet vert, peut-être même jusqu'à atteindre la parité.

Il semble que l'Europe soit actuellement assaillie par une myriade de facteurs tant internes que géopolitiques. Nombre d'entre eux font partie de l'héritage de l'approche adoptée par la BCE pour sauver l'euro au lendemain de la dernière crise.

Certains facteurs, comme le Brexit et la montée du nationalisme parmi ses États membres, sont profondément ancrés dans l'histoire même de l'Union. D'autres facteurs, comme le ralentissement mondial, les retombées de la guerre commerciale de Trump et maintenant le coronavirus, font que l'UE subit des dommages collatéraux alors qu'elle est déjà affaiblie. Nous examinerons ci-dessous cinq raisons pour lesquelles un affaiblissement supplémentaire pourrait se produire et pourquoi tous les traders, sauf les plus agressifs, pourraient vouloir faire une pause avant d'acheter sur les creux.

1. Le carry trade de l'euro

Le carry trade consiste à emprunter une monnaie à faible taux d'intérêt et à l'utiliser pour acheter une autre monnaie à taux d'intérêt plus élevé. Il s'agit essentiellement d'un arbitrage de taux d'intérêt qui devient encore plus intéressant lorsque la volatilité des devises est faible et qu'il existe une différence de taux d'intérêt que les opérateurs s'attendent à voir se maintenir. Ce sont précisément ces facteurs qui ont convergé pour faire du carry trade sur l'euro un pari si attrayant pour les investisseurs ces derniers temps.

À la fin de l'année 2019, la volatilité des devises a atteint des niveaux records, ce qui a poussé les cambistes à faire des carry trades en raison de la réduction des opportunités sur les autres marchés des changes. La volatilité a peut-être contribué à ces creux, mais on s'attend à ce qu'elle se poursuive en 2020. L'euro reste une monnaie de financement particulièrement attrayante pour les carry traders en raison de son taux d'intérêt de 0 %. De plus, les États-Unis maintenant leurs propres taux à 1,75 %, vous pouvez comprendre pourquoi il y a actuellement un tel penchant pour la force du dollar et la faiblesse de l'euro.

Bien sûr, les stratégies de carry sont vulnérables aux chocs des taux d'intérêt, mais il ne semble pas non plus que la BCE soit en mesure de générer le type d'inflation qui nécessiterait une hausse des taux à court terme. Les mesures de relance budgétaire pourraient produire l'effet souhaité, mais nous sommes encore loin d'une coordination des dépenses à l'échelle de l'UE qui permettrait de modifier la politique des taux d'intérêt.

Les récentes baisses de l'euro sont également susceptibles d'exacerber la pression de vente sur la monnaie unique en augmentant la rentabilité des positions courtes existantes. Cela pourrait avoir un effet de retour qui pourrait entraîner d'autres risques de baisse.

2. Faiblesse de l'Allemagne

La salle des machines de l'Europe montre des signes de stagnation depuis un certain temps et sa croissance inexistante au quatrième trimestre n'a rien arrangé. L'économie allemande s'est effondrée au quatrième trimestre de 2019, avec des chiffres préliminaires du PIB à 0%. Elle a évité de justesse d'entrer en récession pour l'année, avec un maigre taux de croissance du PIB de 0,6 %, comparé au PIB américain de 2,1 %. Si cette faiblesse peut être attribuée aux coupables habituels tels que le ralentissement de la croissance mondiale et la guerre commerciale, les malheurs de l'Allemagne semblent avoir une portée plus large que ces seuls titres.

En tant que nation traditionnellement conservatrice, l'Allemagne a été lente à s'adapter aux technologies émergentes telles que les véhicules électriques, la conduite autonome et la 5G. Si ces technologies doivent jouer un rôle majeur à l'avenir, il faut se demander si l'attentisme de l'Allemagne ne va pas lui permettre de rattraper son retard par rapport à d'autres nations comme la Chine et les États-Unis. En tant qu'acteur industriel majeur, notamment dans l'industrie automobile, l'Allemagne dispose d'une infrastructure importante adaptée à la production de masse de moteurs à combustion interne. Cette infrastructure devra être renouvelée si elle veut jouer un rôle central dans la prochaine révolution des VE.

Sur le front politique, alors que le mandat de 14 ans de la chancelière Merkel touche à sa fin et que son successeur de choix, Annegret Kramp-Karrenbauer, a récemment démissionné, des trous semblent se former dans le centre politique allemand, traditionnellement fort. L'Allemagne a jusqu'à présent réussi à éviter le populisme qui couvait ailleurs en Europe, mais est-ce juste une question de temps ? Une Allemagne qui s'affaiblit économiquement tout en étant en désarroi politique ne peut que faire souffrir davantage l'euro à l'avenir.

3. Plus de refuge sûr

Il est clair que l'euro ne se comporte pas actuellement comme une monnaie refuge. L'une des premières indications que nous avons reçues que cette relation commençait à s'effondrer a été au début de 2018, lorsque les marchés boursiers américains se sont effondrés. À l'époque, beaucoup s'attendaient à ce que l'euro fasse l'objet d'une offre, car les investisseurs avaient peur, mais cette offre ne s'est pas concrétisée. En décembre de la même année, lorsque les actions américaines ont connu une chute encore plus importante, l'euro s'échangeait à près de 9 % de moins qu'en février.

L'industrie européenne reste beaucoup plus sensible aux tensions commerciales et à l'affaiblissement de la demande mondiale que les États-Unis, ce qui la rend vulnérable à tous les facteurs géopolitiques actuels qui, dit-on, pèsent sur la croissance. Cette situation a pour effet de démanteler encore davantage le statut de valeur refuge de sa monnaie. Sa récente baisse par rapport au franc suisse, qui a atteint son dernier niveau depuis une demi-décennie, témoigne du fait que le marché ne considère plus l'euro comme un lieu sûr vers lequel se tourner en période d'incertitude.

4. Les craintes concernant les coronavirus persistent

La vulnérabilité de l'Europe au coronavirus n'est pas seulement due aux retombées économiques qui en résultent. Il est bien connu que l'UE est très exposée à la demande chinoise, la Chine étant l'un des principaux partenaires d'exportation de l'Allemagne.

Toutefois, l'UE est également susceptible d'être plus vulnérable à la propagation du virus lui-même. Cela est dû au fait que ses frontières sont beaucoup plus souples que celles de pays tels que les États-Unis.

Le marché écarte actuellement les risques de cette dernière pandémie. Si cela devait s'avérer être une erreur, la structure de l'Europe en tant qu'union politique et économique de nations signifie qu'elle ne peut espérer coordonner le type de réponse centralisée efficace qu'un seul pays aux frontières fermes peut mettre en place. Les récents foyers signalés dans le nord de l'Italie en sont un bon exemple et montrent que nous ne sommes pas encore sortis d'affaire.

5. Les droits de douane de Trump

L'affaiblissement de la monnaie européenne, les taux d'intérêt historiquement bas et la reprise de l'assouplissement quantitatif devraient continuer à susciter la colère du commandant en chef américain. Le président Trump a dénoncé ce qu'il considère comme un "grand jeu de manipulation des devises" de la part de la Chine et de l'UE. Il a fréquemment déploré la force relative du dollar américain et a récemment déclaré que l'UE est " incapable " de commercer avec elle, allant même jusqu'à dire qu'il est " plus difficile de faire des affaires avec l'UE qu'avec la Chine ". Les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine semblant s'apaiser, il est possible que M. Trump se tourne maintenant vers l'UE.

Son administration a récemment annoncé qu'elle allait augmenter les droits de douane sur les avions de l'UE de 10 à 15 % en mars. Le tarif initial de 10 % avait été imposé en octobre après que l'Organisation mondiale du commerce eut jugé que l'UE subventionnait illégalement Airbus et autorisé les États-Unis à imposer des droits de douane s'élevant à 6,9 milliards d'euros. Depuis lors, les États-Unis ont également imposé à l'UE un droit de douane de 25 % sur d'autres produits originaires de la région, notamment le vin, le café, le fromage et les olives. Cela pourrait être le cas à l'avenir, du moins tant que M. Trump restera en fonction. Une telle mesure pourrait affaiblir encore plus l'euro et avoir l'effet inverse de celui souhaité par M. Trump.

compte-demo.png


Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Hors ligne

Pied de page des forums