Menu

#1 14-12-2018 15:35:57

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4915
Site web

L'incertitude de la réglementation de l'UE est maintenant terminée

L'incertitude de la réglementation de l'UE est maintenant terminée

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/FCA-ESMA.JPG


Les deux dernières années ont été tout sauf calmes pour le secteur du courtage. Vendredi dernier, la période d'agitation a officiellement pris fin. La FCA a annoncé son intention de rendre permanentes les restrictions sur les CFD. La stabilité de la réglementation européenne à long terme est désormais un fait officiel.

En cas de doute sur le comportement des régulateurs européens, permettez-moi de vous rappeler comment tout a commencé. En décembre 2016, la FCA a été le premier organisme de réglementation à changer le paysage.

À l'époque, les autorités britanniques avaient publié un document de consultation proposant les modifications entrées en vigueur en août 2018. Les experts de la FCA suivaient de près l'évolution du secteur avant d'identifier les principaux risques auxquels les régulateurs devaient faire face.

L'objectif de la réglementation européenne a toujours été de "renforcer la protection des consommateurs", l'accent a donc été mis sur les principales causes de perte d'argent des clients particuliers. Selon l'organisme de réglementation, les clients perdront beaucoup moins d'argent qu'auparavant.

Selon les annonces de vendredi, les consommateurs britanniques devraient perdre entre 267,4 et 450,7 millions de livres sterling de moins par an. Mais comment la FCA est-elle arrivée à cette conclusion ?

Les données matérielles renforcent la direction

Les régulateurs se sont félicités de la transformation brutale nécessaire pour que le secteur adopte les changements. Au début du mois de novembre, le régulateur britannique a demandé des données relatives à plusieurs domaines. Données que seuls les brokers ont. Les 46 questions de base ont été divisées en segments : trading des investisseurs particuliers contre les professionnels ; avant août 2018 vs après août 2018.

La FCA a rassemblé des données sur le total des dépôts, les volumes de fonds des clients, le nombre de transactions, l'exposition, la rentabilité et bien plus encore.

À l'époque, nous avions déclaré que des sources de l'industrie considéraient l'effort comme un moyen pour la FCA d'évaluer l'efficacité de ses mesures. Certains sont même allés jusqu'à spéculer sur le fait qu'une modification de la nature "temporaire" des mesures de l'ESMA pourrait être envisagée.

Une écrasante majorité des acteurs du marché s'y attendaient, ils espéraient que le marché serait désespérément optimiste quant à la désignation "temporaire" des mesures de l'ESMA.

Vendredi dernier, l'annonce de la FCA a dissipé cette perspective. Quant au différend en cours, combien de problèmes nous attendent encore dans l'industrie, nous sommes sur le point de le savoir.

Deuxième phase de consolidation

Il existe une lacune sur le marché, un écart a été créé entre les vendeurs de sociétés de courtage et les acheteurs de sociétés de courtage.

Un certain nombre de sociétés du secteur cherchent à faire des acquisitions depuis des années. Cela dit, elles ont exprimé un consensus écrasant : les prix demandés sont trop élevés.

L'inadéquation entre acheteurs et vendeurs se poursuit depuis un certain temps. Les holdouts qui tablaient sur le nouveau règlement européen étaient-ils "temporaires" ?

Le nombre d'entreprises agréées dans l'Union européenne et au Royaume-Uni est stupéfiant, c'est certain. Si nous devons nous inspirer des grandes entreprises, les conditions de survie ont également évolué.

Avoir une filiale située en dehors de l'Europe est maintenant essentiel à la survie. L'augmentation massive de la demande de services offshore de la part des clients n'a pas seulement conduit à la montée en puissance des brokers offshores.

Les entreprises de l'UE se sont massivement mobilisées pour ouvrir des filiales offshores. Bien que confrontés à des difficultés au départ, beaucoup ont réussi à lisser leurs volumes d'échanges.

Pour ceux qui ont rapidement mis en place une entité offshore adéquate, le choc initial d'août a déjà été oublié. C'est le mois dernier que j'ai entendu dire que certains brokers avaient réussi à revenir aux volumes de transactions antérieures à l'ESMA.

Critique des activités offshore

Tout ce que j'ai décrit dans le paragraphe précédent étant largement connu, la réglementation européenne a placé les brokers dans une situation difficile. D'une part, ils disposent de données montrant qu'ils ont réussi à se rapprocher de leur objectif : mieux protéger les clients particuliers contre les risques.

D'un autre côté, si les clients expriment leur désir de prendre plus de risques, la réglementation de l'UE peut-elle en faire plus ? Pour le moment, nous ne savons pas. Certaines voix de l'industrie ont déclaré lors de conversations privées qu'elles ne voyaient pas cela (offshore) durer longtemps.

D'autres sont convaincus que peu importe la durée, ils en profitent. L'Australie, une juridiction qui constitue un refuge pour l'industrie, a traditionnellement un rattrapage réglementaire avec le reste du monde d'environ deux ans.

Ce délais devrait suffire pour que la licence désormais lucrative en Australie coûte jusqu'à 4 millions de dollars.

Les filiales offshores sont beaucoup moins chères, mais elles entraînent d'autres problèmes, tels que le coût élevé du traitement des paiements, les difficultés liées aux comptes bancaires, etc.

Quoi qu'il en soit, je ne vois pas les filiales offshore de brokers réglementés par l'Union européenne fermer trop tôt. Après tout, la réglementation de l'UE met l'accent sur la protection des investisseurs (comme le prétendent les régulateurs) : si c'est un consommateur qui cherche volontiers plus de risques, l'ESMA ne peut pas faire grand-chose d'autre.


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums