Menu

#1 23-11-2018 18:38:31

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4942
Site web

Analyse : le Brexit ne sera pas mauvais pour les brokers forex

Analyse : le Brexit ne sera pas mauvais pour les brokers forex

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/brexit-EU.JPG



Ne vous inquiétez pas les gars, ça va aller

Quiconque est entré en Grande-Bretagne depuis le 23 juin 2016 aura entendu le crissement aigu et ménopausique de la bourgeoisie britannique. Ces personnes étaient déjà snobs et perspicaces avant le Brexit, mais elles ont totalement perdu l'intrigue depuis ce jour d'été fatidique. Déplorant sans cesse leur futur pays à la sortie de l'Union européenne (UE), elles ont fait pleuvoir une tempête de haine contre le peuple stupide qui avait osé voter en sa faveur.

Mais si vous pouvez, comme le vieil équipage d'Odysseus, boucher vos oreilles avec assez de cire pour vous empêcher de pleurer, vous pouvez réellement commencer à regarder l'impact que le Brexit pourrait avoir sur les brokers.

Cependant, il convient de garder à l'esprit un fait assez simple : nous ne savons pas ce qui va se passer. Même maintenant, alors que Theresa 'Dancing Queen' May fait la navette entre Bruxelles et Londres, personne ne sait exactement quel sera l'état d'Ol 'Blighty dans 12 mois.

Cela nous laisse avec une série d'estimations quant à ce qui devrait se passer et, heureusement pour vous, nous avons beaucoup d'estimations.


Le blues du Brexit ?

Commençons par intégrer de nouveaux employés - une composante essentielle des opérations de toute entreprise et qui reste profondément sous-estimée. Le Brexit, du moins pour le moment, ne semble pas être un énorme problème pour les services des ressources humaines des brokers.

"D'après mon expérience, les brokers n'ont pas fui les détenteurs d'un passeport européen ou britannique", a déclaré Reece Pawsey, cofondatrice de FinTop Consulting, une agence de recrutement spécialisée dans l'industrie du forex. "Mes clients sont plus concentrés sur l'expérience du candidat et sur la manière dont ils peuvent bénéficier du courtage, par opposition au statut de leur visa."

C'est peut-être parce que, du moins pour le moment, les brokers forex n'en savent pas assez pour s'inquiéter. À Chypre, plaque tournante des brokers, les pratiques d'embauche se poursuivent comme d'habitude, mais uniquement parce qu'aucune information susceptible de faire changer les choses n'a été trouvée.

"Je n'ai vu aucun changement dans les pratiques d'embauche des courtiers ; nous allons toujours embaucher des gens du Royaume-Uni", a déclaré Nastasia Michael, recruteur de services financiers basé à Limassol. "Nous ne voyons pas cela comme un changement, car rien n'est figé."


Offshore en Europe

Tout comme les gens peuvent circuler librement entre les États membres de l'UE pour chercher du travail, l'un des avantages de l'UE - du moins pour les brokers - est la possibilité de se présenter dans les différentes juridictions composant le bloc politique.

Un Brexit "dur" signifierait que les brokers basés au Royaume-Uni, avec des licences réglementaires de la Financial Conduct Authority (FCA), ne pourraient plus le faire. Mais contrairement aux autres institutions financières, cela ne poserait pas nécessairement problème aux brokers.

Les banques, par exemple, doivent obtenir une licence d'un pays de l'UE pour pouvoir fournir leurs services dans les différents États membres. Ce n'est pas le cas pour les brokers.

En fait, depuis la mise en place des mesures d'intervention sur les produits de l'Autorité européenne des marchés financiers en août, de nombreux traders particuliers ont ouvert des comptes avec des brokers non réglementés dans l'UE.

Par exemple, la semaine dernière, Hiroaki Nagakura, responsable mondial des opérations de change de Rakuten Securities, a indiqué que le nombre de traders de l'UE ayant adhéré à Rakuten Securities Australia avait presque triplé depuis le mois d'août.

Pour les brokers au Royaume-Uni, c'est une bonne nouvelle. La FCA n'est pas le ministère des Finances des Îles Marshall. À l'instar de la commission australienne des valeurs mobilières et des investissements, il s'agit d'un organisme de réglementation très respecté qui, en toute confiance, les protégera des courtiers qui fraudent ou les traitent mal.

Il n'y a également aucune raison de penser que cela changera si le Royaume-Uni ne négocie pas un accord avec l'UE. Les gens se sentiront toujours à l'aise, comme ils le font maintenant, avec un courtier détenant une licence FCA.


"Pas grave"

Mais même pour les brokers qui souhaitent s'installer à l'étranger, le processus ne sera pas nécessairement fastidieux. Beaucoup d'entre eux ont déjà des bureaux en Europe et doivent simplement demander une licence.

"Ce n'est pas grave en ce qui nous concerne", a déclaré Peter Cruddas, PDG de CMC Markets. "Nous n'avons pas besoin d'ouvrir un bureau dans l'UE, car nous en avons déjà une demi-douzaine de toute façon. Il nous suffira de mettre à niveau l'un de ces bureaux, probablement notre bureau de Francfort, et de demander le statut européen. Il y aura des changements logistiques, mais ils seront minimes."

Outre les nuances juridiques entourant les droits de passeport, certains courtiers ont exprimé des doutes quant à la réglementation financière du Royaume-Uni. Cela est vrai pour les entreprises qui ont un passeport au Royaume-Uni et pour celles qui en sortent.

Au cours des six derniers mois, la FCA a tenté de dissiper ces craintes. Dans l'hypothèse du pire scénario dans lequel aucun accord ne serait conclu avec l'UE, le régulateur a défini son régime d'autorisation temporaire le mois dernier.

Bien que des consultations soient toujours en cours sur la manière de faire fonctionner cela dans la pratique, le régime donnerait théoriquement aux entreprises réglementées par l'UE qui font des affaires au Royaume-Uni, le temps de demander l'autorisation de poursuivre leurs activités.

Les départements de conformité - pour les entreprises réglementées par l'UE ou la FCA opérant au Royaume-Uni - ont également été rassurés par une déclaration publiée par le régulateur en juin de cette année.

Cette annonce a mis en lumière ce que nous savions déjà, à savoir que le droit financier de l'UE deviendrait le droit britannique, même en l'absence d'accord. Il est vrai que le Royaume-Uni pourrait alors apporter des modifications à cette loi, indépendamment de l'UE, mais il est peu probable, du moins à court terme, qu'il le fasse de manière drastique.


Au-delà de l'Europe

Enfin, il convient de noter que le marché de l'UE, qui est fortement saturé, est peu attrayant pour la plupart des brokers. Au cours des six derniers mois, nous avons vu des sociétés telles qu'AvaTrade, CMC Markets, AxiCorp et Amana Capital exprimer toutes leur intérêt pour la croissance de leurs activités en dehors de l'Europe, que ce soit en Chine, en Asie du Sud-est, en Afrique ou en Amérique latine.

"Bien que nous soyons très fiers de notre héritage britannique et de notre main-d'œuvre centrée sur le Royaume-Uni, notre entreprise vient principalement de l'extérieur de l'Europe", a déclaré Graeme Watkins, PDG de ValuTrades. "Nous ne sommes donc pas particulièrement préoccupés par le Brexit. Au mieux, il inversera certaines des mesures d'intervention de l'ESMA, bien qu'il soit peu probable que la FCA revienne à un effet de levier illimité et, au pire, nous perdrions l'accès à un très faible pourcentage de notre chiffre d'affaires total basé en Europe."

Étant donné que c'est le cas, les courtiers peuvent probablement rester tranquille. Pour le moment, les entreprises installées à Londres ne semblent pas devoir faire face à des restrictions, la FCA ne deviendra pas un régulateur paria, rien n'indique qu'il y aura une refonte majeure de la réglementation et les courtiers ont manifesté beaucoup plus d'intérêt pour la région Asie-Pacifique que pour l'Europe.


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

#2 27-11-2018 18:56:05

Flanker33K
Nouveau membre
Date d'inscription: 26-11-2018
Messages: 3

Re: Analyse : le Brexit ne sera pas mauvais pour les brokers forex

Il y a presque deux ans, j'avais pu lire cet article qui parlait principalement du marché de l'immobilier en Grande-Bretagne après le Brexit, mais qui mentionnait aussi d'autres changements économiques assez notable, comme la chute de la livre sterling par rapport à l'euro et aussi la stabilisation à moyen terme des prix (immobilier et autres) et leur croissance à part de 2018. Je n'ai pas trop suivi l'actualité économique britannique pour l'instant, je travaille surtout avec l'Asie et l'Europe de l'Est, est-ce que les prévisions de l'article se sont révélées exactes? Je me suis récemment inscrit à la newsletter de ce site pour surveiller l'actualité de leur secteur et aimerais bien savoir si je peux me baser sur leurs articles pour investir ou non.

Hors ligne

 

Pied de page des forums