#1 22-02-2016 15:57:58

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4669
Site web

Débat sur le "Last Look" des plateformes de trading forex

Débat sur le "Last Look" des plateformes de trading forex

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/last-look.jpg


Le débat sur le "Last Look" dans le trading forex a refait surface en 2016 avec les régulateurs qui continuent d'observer la pratique et les investisseurs qui s'inquiètent du slippage et des abus potentiels.

Les régulateurs sont censés surveiller les plateformes de trading qui utilisent le Last Look, une pratique controversée qui permet aux market makers d'avoir un dernier regards sur les ordres de trading de leurs clients pour les retarder ou les rejeter.

En janvier, l'association des professionnels du marché des changes (FXPA), a tenu un webinaire pour examiner les implications du Last Look dans les marchés des changes. Pendant ce webinaire, les avocats avec Steptoe&Johnson ont conseillé aux market makers d'être plus transparent sur le mode de fonctionnement de leur Last Look.

Mike Miller, un partenaire de Steptoe & Johnson, a déclaré lors du webinaire : "Les régulateurs ont une vision très sombre des pratiques institutionnelles, ce manque de transparence encourage les employés à donner des informations erronées aux contreparties lorsque des questions directes sont posées."

L'avocat Jason Weinstein qui a analysé le cas pendant le webinaire, a déclaré : " Dans une affaire très médiatisée, une banque mondiale a utilisé sa plateforme de trading spot forex pour rejeter des trades non rentables. Lorsque les clients ont demandé la raison des rejets de trades, la banque aurait donné des réponses vagues ou trompeuses.

Après un examen réglementaire, la banque a dû afficher des informations détaillées sur son site Web et payer une forte amende, créant un précédent qui pourrait avoir un impact sur d'autres banques et sur les brokers forex.

Chip Lowry, qui préside le FXPA, a déclaré : "Le Last Look est encore répandue dans l'industrie du trading. En fait, presque toutes les plateformes de trading l'utilisent."

Vestige d'une époque révolue

Cependant, le Last Look n'a rien de nouveau, a noté Lowry. Il est né dans les premières années du trading électronique dans le marché des changes pour vérifier que les prix des teneurs de marché ne soient pas basés sur de fausses informations et également pour vérifier qu'ils aient le crédit disponible afin d'exécuter les échanges avec leurs clients.

Certaines personnes affirment que les banques utilisent le Last Look principalement pour générer des profits et beaucoup moins comme un outil de gestion des risques, car elles sont en concurrence avec les traders à haute fréquence et d'autres fournisseurs de liquidité non bancaires.

La pratique a conduit à une incertitude de la part des clients buy-side qui ne comprennent pas pourquoi certains de leurs trades FX sont rejetés.

TheFXView.com a noté : "Le fait que les fournisseurs de liquidité puissent utiliser le Last Look avant d'accepter les ordres est quelque chose qui frustre de nombreux traders, car cela se traduit souvent par une certaine quantité de slippage."

Un autre problème est le manque de standardisation et de transparence des opérations de change sur les différentes plateformes de trading, note le Financial Times. En plus des plateformes propriétaires de certains brokers, certaines plateformes multi-courtiers permettent également d'utiliser le Last Look, notamment Bats Global Markets' Hotspot and Thomson Reuters FXAll. Cependant, certaines plateformes comme LMAX et ParFX considèrent que le Last Look est désuet.

Avantages et inconvénients du Last Look

Les experts du forex soutiennent que les teneurs de marché ont besoin du Last Look pour se protéger contre le trading sur des cours périmés à cause de la latence et contre les clients qui utilisent le trading à haute fréquence qui offre des avantages d'informations asynchrones. Au fil du temps, le Last Look est aussi un facteur qui a permis aux fournisseurs de liquidité non bancaires d'entrer sur le marché, a noté Lowry.

Certains partisans soutiennent qu'il a permis une plus grande liquidité et des prix plus compétitifs. D'autres se demandent si le Last Look est nécessaire étant donné que les teneurs de marché ont maintenant une technologie plus rapide et des systèmes de gestion des risques sophistiqués qui peuvent automatiquement couvrir leur exposition spot FX. D'autres suggèrent que le Last Look est une façon pour les teneurs de marché de rejeter les trades non rentables.

Banque d'Angleterre, questions d'équité

Le débat sur le Last Look tombe aussi dans une plus large discussion de l'industrie au sujet de l'équité des marchés de gros et la pression réglementaire pour plus de transparence sur les marchés de la FICC.

Après une série de scandales sur la manipulation du Libor et des benchmarks FX, la Banque d'Angleterre (BoE) a publié le "Fair and Markets efficace Weaver" le 10 Juin, 2015, avec 21 recommandations pour restaurer la confiance dans les marchés FICC de gros et développer un code de conduite mondiale pour les opérations de change. Dans le rapport final, publié en mars dernier, la BoE a déclaré que le code mondial devrait aborder le Last Look pour qu'il devienne une pratique de marché acceptable. Au minimum, les banques centrales du Royaume-Uni ont appelé à des normes plus claires en ce qui concerne cette pratique.

L'examen de la BoE a également cité le manque d'horodatage dans les opérations de change. "L'absence de timbres date/heure sur certains ordres fait qu'il peut être difficile pour les investisseurs d'évaluer l'efficacité de leurs exécutions FX, créant des opportunités potentielles de pratiques abusives."

Conséquences inattendues

"La suppression du Last Look affectera la liquidité", a prévenu un ancien professionnel du trading lors de la conférence des marchés en décembre. La raison est que certains fournisseurs de liquidités bancaires offre des cotations sur 20 ou 30 plateformes. Il serait alors possible qu'un client essaye de prendre leur prix sur 10 plateformes au même prix. La banque pourrait laisser le client disposer d'un ou deux de ces trades, mais "se réserve le droit de se protéger de manière symétrique", a déclaré l'ancien directeur du trading électronique.

Le TCA peut protéger le Buy-Side.

Les institutions peuvent facilement contrôler leurs opérations de change grâce à des outils qui permettent de voir les retards d'exécution ou les taux élevés de rejet de leurs trades.

Ullrich de FlexTrade a déclaré : "Pour identifier le Last Look, vous avez vraiment besoin de négocier hors d'un système de gestion d'exécution (EMS - Execution management system) et de gérer votre qualité d'exécution via un produit de TCA (Transaction Cost Analysis) efficace. Avec les progrès de l'analyse des coûts de transaction, les entreprises buy-side peuvent accéder à leurs données d'exécution pour vérifier le bon déroulement d'un ordre de trading et voir si le temps d'exécution est excessif, les taux de rejets partiels ou complets et tous les problèmes potentiels relatifs au Last Look.

Le Last Look est une question que les cambistes devraient être en mesure d'identifier. La précision de l'horodatage offre aux traders les outils nécessaires pour voir ce qui se passe. Non seulement l'EMS recueille une mine d'informations sur les trades, mais il utilise aussi cette information dans un processus de pré-trade / post-trade. L'évaluation de la qualité de l'exécution est la première étape, des données précises sur les impacts du marché et les taux de rejet associés à un produit de TCA en temps réel permettent de protéger tous les intérêts."

La voie à suivre

Le débat sur Le Last Look va se poursuivre en 2016, les organismes de réglementation vont continuer à surveiller les systèmes de trading FX pour chercher des abus ou des pratiques commerciales déloyales. Cependant, ils ne vont peut-être pas interdire le Last Look.

Selon un article de Bloomberg, la décision pour savoir si les courtiers forex peuvent continuer à utiliser les systèmes de Last Look revient logiquement à un groupe de banques centrales, dont la Banque d'Angleterre : "Les banques travaillent sur un règlement uniforme pour régir le trading forex dans tous les pays où il a lieu. Ils termineront ce travail en mai 2017 ".

En attendant, les banques sont invitées à faire preuve de transparence sur la façon dont leurs systèmes de Last Look fonctionnent. La transparence peut résoudre de nombreux problèmes avec les régulateurs et les procès d'action de classe civile, ont déclaré les avocats. Par exemple, les teneurs de marché pourraient dévoiler leurs statistiques de slippage et de re-cotations, le buy-side pourrait ainsi analyser et comprendre comment le Last Look impact la performance de trading.

Certains brokers comme FxPro et FXCM commencent à publier ce type de données :

fleche Étude sur la qualité d'exécution d'FXCM par rapport aux contrats à terme
fleche FxPro : statistiques d'exécutions T4 2015 - 37% de slippages positifs


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums