#1 26-06-2014 13:29:21

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4668
Site web

La devise d'un pays ne représente pas le cours de son action

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/ironfx-analyses.PNG

 
La devise d'un pays ne représente pas le cours de son action… La troisième révision des chiffres du PIB américain a provoqué un choc.  Le PIB a été révisé à la baisse passant de -1.0% en glissement trimestriel SAAR (variations saisonnières annualisées) à -2.9%.  Une telle baisse de la production trimestrielle n’est intervenue qu’une seule fois après la deuxième guerre mondiale, et l’économie n’était même pas en récession (deuxième trimestre de 1981, -2.9%). La révision à la baisse est attribuable au fait que l’agence a utilisé une source différente pour la compilation des données sur les dépenses de santé, et qu’une autre source a révélé que les dépenses de santé étaient considérablement inférieures.  Toutefois, il est probable que ce soit essentiellement dû à un problème d’encaissement des paiements. De toute façon, les dépenses de santé vont certainement augmenter après les récentes réformes du système d’assurance américain par le Président Obama.  En effet, grâce à ces réformes plusieurs millions de personnes non assurées, vont pouvoir désormais bénéficier d’une assurance.  Le marché prévoit donc un rebond important du PIB pour le deuxième trimestre. Le consensus pour le deuxième trimestre est de +3.5% en glissement trimestriel SAAR (variations saisonnières annualisées), selon Bloomberg, et ces chiffres viennent de prévisions faites avant que le chiffre définitif du premier trimestre ne soit publié. Les prévisions actuelles sont de plus de 4%.  Pourtant, le choc persiste. Sur le long terme, les prix à terme des fonds fédéraux montrent des attentes de taux en baisse de 4 point de base, tandis que les rendements à 10 ans ont baissé de 2 point de base pendant la journée.

Le choc de la révision du PIB a été amplifié par un chiffre principal plus bas que prévu des biens durables américains pour mai, mais cela est largement dû aux ventes d’avions.  Le chiffre des biens durables de base (biens d'équipement sans lien avec la défense avions exclus) était en hausse de 0.7% en glissement mensuel comparé à -1.1% en glissement mensuel en avril.  Ce chiffre rentre dans la catégorie des dépenses en capital dans les comptes du PIB et stimuleront donc aussi le PIB du deuxième trimestre, s’il continue à augmenter. Un PMI du secteur des services Markit meilleur que prévu pour juin a aussi aidé à calmer les investisseurs.

Il est important de remarquer que bien que les taux d’intérêt ont baissé et que le dollar se déprécie pratiquement partout, les actions aux USA ont clôturé à la hausse et les marchés boursiers asiatiques sont aussi largement en hausse ce matin. Il est difficile de dire si les actions attendent avec impatience le rebond de la croissance, ou si elles sont plus inquiètes à propos de la politique de la Fed que de l’économie. Dans la situation économique actuelle, où les banques centrales contrôlent les marchés, c’est la politique officielle qui en détermine la direction. Dans ce contexte, le mauvais peut être bon, si le mauvais signifie que les taux seront plus bas plus longtemps. 

De toute façon, la croissance du PIB n’est pas si importante pour la direction du dollar.  Nos recherches ont montré des toutes petites connexions considérables entre la croissance américaine et la performance du dollar. En fait, il semblerait que le dollar tend à reculer face à l’euro lorsque la croissance américaine est supérieure à celle de la zone euro ! Cela va peut-être à l’encontre de ce que l’on peut croire, mais les pays ne sont pas des entreprises et une devise n’est pas le prix de l’action d‘un pays.  Une croissance plus solide peut signifier qu'un pays dépense plus et que le compte courant se détériore (comme on peut le voir en ce moment en Angleterre), alors qu’une croissance faible peut signifier que les importations d’un pays baissent et que le compte courant s’améliore (voir les pays périphériques de la zone euro).  Pour l’instant les différentiels d’intérêt sont la principale source d’orientation du marché du FX.  (Notez que les seules devises du G10 qui ont baissé face à l'USD la veille ont été le NOK et SEK, deux devises dont les banques centrales ont révisé à la baisse les directions prévues des taux.)  Il est clair que les USA vont certainement commencer à restreindre leur politique beaucoup plus tôt que la zone euro, le dollar devrait donc se rétablir de cette baisse dans le futur proche.

A cet égard, les dépenses de consommations personnelles (PCE) américaines risquent d’être plus importantes que le chiffre du PIB.  Le PCE de base (à l’exclusion de l’énergie et de l’alimentaire) est prévu en hausse à 1.6% en glissement annuel comparé à 1.4% en glissement annuel.  C'est le niveau d’inflation que la Fed souhaite atteindre.  Dans une récente déclaration, la présidente de la Fed, Janet Yellen, a rejeté la hausse de l’inflation des prix à la consommation aux USA à 2.1% en glissement annuel comme étant "bruyante", mais si le déflateur PCE de base se rapproche de la cible de 2% de la Fed, la spéculation d’une hausse de taux prématurée deviendra certainement réalité et le dollar pourrait s’apprécier.  Avec le déflateur PCE, les salaires personnels et les dépenses personnelles pour mai sont prévus en accélération, ce qui pourrait aussi aider à dissiper la morosité causée par le PIB. Les nouvelles demandes d’allocations chômages hebdomadaires sont prévues en baisse, néanmoins la moyenne mobile des 4 semaines devrait rester inchangée. 
 
Pendant la journée européenne de jeudi, nous aurons l’indice de confiance consommateur de la France pour le mois de juin, qui est prévu inchangé.  L'IPP de mai de la Suède sera publié mais nous n’avons pas de prévision disponible.  En Norvège, le taux de chômage AKU pour avril est prévu en légère hausse.

Nous avons trois intervenants au calendrier de jeudi.  Le gouverneur de la BdA, Mark Carney, fait un discours à Londres sur le rapport de la stabilité financière et deux présidents de la Fed – Jeffrey Lacker de Richmond et James Bullard de St. Louis—font aussi des discours.

La paire EUR/USD en légère hausse

La paire EUR/USD a légèrement augmenté mercredi, pour atteindre une nouvelle fois la moyenne mobile des 200 périodes.  Si les haussiers veulent diriger le combat au-dessus de la moyenne mobile, ils cibleront certainement la résistance de 1.3685 (R1), qui coïncide avec le niveau de retracement de 38.2% de la baisse du 8 mai – 5 juin.  Le RSI a démarré son ascension après avoir trouvé du support à son niveau de 50, tandis que le MACD, déjà en territoire haussier a franchi à la hausse sa ligne de signal, augmentant ainsi les possibilités haussières. Il est cependant trop tôt pour justifier un renversement de tendance et par conséquent, la récente avancée devait être considérée, à mon avis, comme une phase corrective, du moins pour l’instant.

Support : 1.3587 (S1), 1.3500 (S2), 1.3475 (S3).
Résistance : 1.3685 (R1), 1.3745 (R2), 1.3790 (R3).
   
La paire USD/JPY franchit le triangle à la baisse

La paire USD/JPY a baissé sous la limite supérieure du triangle symétrique mais la baisse a été stoppée proche de la zone des 101.60 (S1).  Tant que le taux reste en dessous de la limite du triangle, la situation reste légèrement baissière. Une baisse décisive sous le support de 101.60 (S1) pourrait avoir de plus grandes implications baissières et paver la voie vers le prochain niveau du support de 101.10 (S2). Le MACD n’est plus en territoire neutre et a baissé, franchissant à la baisse sa ligne de signal et amplifiant la possibilité de nouvelles baisses. Dans l’ensemble, le chemin à long terme de la paire USD/JPY reste latéral, puisque nous ne pouvons pas identifier une structure de tendance claire.

Support : 101.60 (S1), 101.10 (S2), 100.80 (S3).
Résistance : 101.85 (R1), 102.15 (R2), 102.35 (R3).

La paire EUR/GBP franchit 0.8015 à la hausse

La paire EUR/GBP a dépassé les 0.8015, la limite supérieure de la fourchette sur laquelle elle s’échangeait depuis le 12 juin. Le MACD, déjà au-dessus de sa ligne de signal, a obtenu un signe positif. Cela étant, je ne peux pas exclure une nouvelle hausse proche de la ligne bleue de tendance baissière ou proche de l’obstacle de 0.8080 (R1), qui coïncide avec la moyenne mobile des 200 périodes.  Néanmoins, la paire s’échange en dessous de la ligne bleue de tendance baissière du 11 avril, ainsi je considèrerais toutes nouvelles hausses comme une vague de retracement avant que les baissiers ne s’imposent une nouvelle fois. Il faudra une baisse en dessous de 0.7960 (S2) pour confirmer un bas inférieur à venir et déclencher la poursuite de la tendance baissière.

Support : 0.8015 (S1), 0.7960 (S2), 0.7900 (S3).
Résistance : 0.8080 (R1), 0.8140 (R2), 0.8200 (R3).

L'or atteint encore 1325

L'or a encore essayé d’augmenter mercredi, mais il a été stoppé, une nouvelle fois, par la barre de résistance de 1325 (R1). Le RSI a baissé après être sorti de ses conditions de surachat, tandis que le MACD reste en dessous de sa ligne de signal et se dirige à la baisse. En outre, sur le graphique quotidien, nous pouvons identifier une étoile filante et un chandelier toupie qui rendent le retrait possible.  Toutefois, tant que le métal précieux reste au-dessus des deux moyennes mobiles et au-dessus de la ligne de tendance haussière, à mon avis, la situation technique reste positive et toutes nouvelles baisses devront être considérées comme un retracement, en tout cas pour l’instant.

Support : 1305 (S1), 1285 (S2), 1268 (S3).
Résistance: 1325 (R1), 1330 (R2), 1342 (R3).
   
Le WTI oscille entre 105.10 et 107.35

Le WTI a chuté après avoir atteint la résistance de 107.35 (R1), mais il a rebondi à partir de 105.50 (R1) pour s'échanger là où on l’avait laissé hier.  Si on considère que le WTI oscille entre 105.10 (S2) et 107.35 (R1), le chemin reste latéral.  Le MACD a franchi à la hausse sa ligne de signal, mais le RSI reste en dessous de la ligne de résistance de tendance baissière. Compte tenu des signaux mitigés de nos études de rythme, la situation à court terme devrait rester neutre, à mon avis. Une sortie décisive du chemin latéral pourrait donner plus d’information sur la direction à venir du WTI.

Support : 105.50 (S1), 105.10 (S2), 104.00 (S3).
Résistance : 107.35 (R1), 108.00 (R2), 110.00 (R3).

http://www.broker-forex.fr/img/logo/IronFX-logo.png

http://www.broker-forex.fr/img/bouton/compte-reel.png   http://www.broker-forex.fr/img/bouton/compte-demo.png


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums