#1 29-05-2014 11:52:17

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4717
Site web

Déconnexion entre les taux US et l'USD.

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/ironfx-analyses.PNG

 
Déconnexion entre les taux US et l'USD.  Aujourd’hui, un des mystères des marchés financiers est la déconnexion entre les taux d'intérêt américains et la direction de l'USD.  Les taux d'intérêt n'en finissent pas de baisser - les rendements à 10 ans ont atteint 3.03% à la fin de l'année dernière et sont maintenant à 2.43%.  Les estimations des taux des fonds fédéraux ont dramatiquement baissé aussi, pas seulement de leur haut de septembre (moins 100 points de base) mais de leur niveau en début du mois, avant que les créations d'emplois meilleures que prévues ne soient publiées (moins 31 points de base).  Pourtant le dollar s’est apprécié de 0.9% sur le mois, selon l'indice DXY.  Habituellement les taux d'intérêt élevés font grimper une devise et vice versa.  Mais que se passe-t-il ?

Une partie de la force du dollar est sans aucun doute due à la faiblesse de l'euro.  La résolution apparente de la BCE d'assouplir sa politique davantage, y compris à l’aide des taux d'intérêt négatifs, stimule le dollar.  Mais cela ne s'arrête pas là - l'USD est en hausse en mai face à la plupart des devises du G10, y compris 1.6% face au CHF, 1.0% face au NZD et 0.6% face à la GBP (bien qu'il soit en baisse face au JPY, CAD et NOK).  Une des raisons de ce renforcement est la baisse des rendements européens.  Le rendement des bons de trésor reste stable dans l’ensemble (bien qu'en rétrécissement).  Les bonnes actualités américaines aident le dollar - il augmente de plus en plus en parallèle avec l'indice de surprise économique, qui est une mesure sur la façon dont les indicateurs dépassent ou baissent en dessous des attentes.

Mais si les surprises économiques positives aident à soutenir le dollar, alors elles devraient aussi aider les rendements du Trésor à augmenter et non pas à baisser.  Morgan Stanley a expliqué la hausse des bons de trésor hier en disant que "le positionnement a une nouvelle fois été le principal suspect des dernières hausses totalement inattendues de ces dernières semaines.»  En effet, la récente hausse aurait été due à un changement « des positions courtes nettes / sous pondération du début de l'année, les investisseurs ayant anticipé un impact sur les rendements grâce à la forte croissance, la réduction de l'Assouplissement Quantitatif.... et dans l'attente des hausses de taux de la Fed qui n'a pas encore eu lieu. »  Les obligations de chaque côté de l'Atlantique semblent aussi affectées par les récents commentaires des officiels, y compris l'ancien président de la Fed, Ben Bernanke, qui déclare que le niveau définitif des taux directeurs sera probablement bien en dessous de la moyenne historique une fois que la politique sera finalement normalisée.  Les obligations européennes ont été à la hausse suite aux attentes d'un nouvel assouplissement de la BCE et grâce aux rendements américains plus élevés que les Bunds, elles restent intéressantes aux investisseurs étrangers.  Enfin, si on regarde la baisse des rendements du Trésor alors que les actions américaines atteignent des niveaux historiquement hauts, les marchés américains prévoient peut-être un scénario de conte de fée de croissance forte et pourtant non inflationniste.  C'est tout à fait possible.  Les rendements japonais à 10 ans n'ont pas dépassé 2% depuis février 1999. 

De toute façon, le dollar a continué ses gains la veille, augmentant face à toutes les devises du G10 à l'exception du JPY et AUD (voir ci-dessous).  La paire EUR/USD a baissé sous le niveau de 1.3612 qui avait été une zone de support jusqu'à présent, ce qui suggère que l'USD devrait continuer à grimper (voir les commentaires techniques ci-dessous).  Il a même augmenté face à la GBP en dépit des commentaires de Martin Weale, un membre externe du comité politique monétaire de la Banque d'Angleterre (MPC) qui a déclaré, dans un entretien avec le Financial Times, que les taux devront augmenter plus tôt que prévu et que cette hausse pourrait atteindre jusqu'à un pour cent par an, plus vite que le marché ne le prévoit.  Le fait que la GBP n'a pas réussi à réagir après ses commentaires suggère un sentiment différent envers la livre.  La situation technique a aussi changé à la baisse (voir ci-dessous).  Je deviens donc plus prudent sur le cable.

Actualités de la veille :  La veille, le Japon a annoncé que les ventes au détail pour avril ont baissé à un niveau record de 13.7% en glissement mensuel, dépassant les prévisions (ou plutôt devinettes....) du marché d'une baisse de 11.7% en glissement mensuel.  Personne ne savait à quel point la demande baisserait après la ruée des consommateurs en mars, avant l'augmentation de la taxe à la consommation du 1 avril.  Nous attendrons maintenant de voir combien de temps cela va prendre pour que la demande rebondisse et revienne à la normale.  On aurait pu croire que la baisse plus importante que prévue déprimerait le yen car cela rend un assouplissement de la BdJ marginalement plus probable, mais la devise se renforçait avant les nouvelles, et n'a pas vraiment réagi après le rapport. 

Les dépenses australiennes en capital privé ont baissé de 4.2% en glissement trimestriel pendant le 1T, beaucoup plus que les -1.5% prévus par le marché, mais le marché s'est concentré sur les données à venir : les plans de dépenses pour l'exercice fiscal 14/15.  Ces plans ont montré une hausse de 12.2bn AUD comparé à la prévision initiale de 137.1 Mrds AUD "bien au-dessus" des attentes.  Le point clé est que cette hausse était due à des intentions d'investissement accrues du secteur des services, suggérant que d'autres industries pourraient être capables de prendre la place de l'industrie minière en tant que moteur de croissance de l'économie australienne.

Les indicateurs d'aujourd'hui :  Il n'y a pas d'indicateur européen important prévu aujourd'hui, mais il y a plusieurs indicateurs américains prévus.  La deuxième prévision du PIB du pays pour le 1T devrait montrer une baisse des données CVS en glissement trimestriel de 0.5% après la prévision initiale d’une croissance en glissement trimestriel de +0.1% CVS.  La contraction de la production sera probablement attribuée au mauvais temps.  Le ralentissement de la croissance en glissement trimestriel de +0.1% (en CVS) a entrainé la faiblesse du dollar, donc la contraction pourrait avoir un plus grand impact, mais la deuxième prévision du PIB n'a pas un impact aussi fort que l'impact initial, parce que le 1T est terminé depuis maintenant près de deux mois et les données du 2T se comportent assez bien.  Les nouvelles demandes d'allocations chômages pour la semaine terminée le 24 mai sont estimées en baisse à 318k comparé à 326k la semaine précédente, faisant baisser la moyenne mobile des 4 semaines de 322.5k à 316k.  Enfin, les ventes de logement en attente pour avril sont prévues en ralentissement.

Pour ce qui est des conférenciers, la présidente de la Fed de Cleveland, Sandra Pianallo, fera des remarques de bienvenue pendant une conférence appelée « inflation, politique monétaire et le public ».

La paire EUR/USD dépasse l'obstacle de 1.3612

La paire EUR/USD a baissé sous la barrière de 1.3612 et rencontré du support à 1.3587 (S1).  Je prévois que la chute sous la barrière de 1.3612 aura des implications baissières et ouvrira la voie vers les bas de février à 1.3475 (S2).  Tant que le taux affiche des hauts et des bas inférieurs dans le canal baissier violet et sous les deux moyennes mobiles, la perspective reste baissière.  Néanmoins, la divergence entre nos études de rythme et la trajectoire du prix reste valide, ainsi je ne peux pas exclure une vague corrective à la hausse dans le canal.  Sur le graphique journalier, la bougie d'hier a clôturé sous la moyenne mobile des 200 périodes, augmentant les possibilités de la poursuite de la tendance baissière.

Support : 1.3587 (S1), 1.3475 (S2), 1.3400 (S3)
Résistance : 1.3612 (R1), 1.3685 (R2), 1.3745 (R3)

La paire EUR/JPY baisse après avoir atteint 139.30

La paire EUR/JPY a baissé après avoir rencontré une forte résistance à 139.30 (R1) et s'échange maintenant proche du support de 138.15 (S1).  Le taux semble rester en consolidation dans une fourchette entre le S1 et R1, mentionnés plus haut et un rebondissement proche de la zone de 138.15 (S1) pourrait rencontrer la résistance de 139.30 (R1) une nouvelle fois.  Se fier à nos études de rythme ne semble pas être une stratégie solide puisque le MACD se situe en dessous de ses lignes de signal et nulle, tandis que le RSI a trouvé du support proche de son niveau de 30 et se dirige vers le haut.

Support : 138.15 (S1), 137.55 (S2), 136.20 (S3)
Résistance : 139.30 (R1), 140.00 (R2), 141.00 (R3)

La paire GBP/USD sort du canal haussier LT

La paire GBP/USD a cassé la droite inférieure (en violet) du canal haussier mais la baisse a été stoppée à 1.6700 (S1).  La situation à court-terme est maintenant négative et une chute sous l’objectif clé de 1.6700 (S1) pourrait nous mener vers la zone de 1.6600 (S2).  La moyenne mobile des 50 périodes se rapproche de la moyenne mobile des 200 périodes, ainsi un croisement baissier dans le futur proche pourrait être un autre signe négatif pour la paire.  Le MACD se situe sous ses lignes nulle et de cible, confirmant le récent rythme baissier, mais le RSI est sorti de sa zone de surachat, ainsi une vague corrective à la hausse est probable avant que les baissiers ne regagnent du terrain

Support : 1.6700 (S1), 1.6600 (S2), 1.6550 (S3)
Résistance : 1.6760 (R1), 1.6815 (R2), 1.6900 (R3)

L'or continue de baisser

L'or a continué sa chute après être sorti de la formation en triangle.  Le métal jaune a encore baissé et atteint le niveau de 1268 (R1) et je prévois toujours qu'il défiera le support de 1250 (S1).  Si les baissiers souhaitent faire baisser le prix sous cet obstacle, je prévois qu'ils ciblent le prochain support à 1235 (S2), légèrement au-dessus du niveau d'extension de 161.8% de la largeur de la formation.  Si on fait un gros plan sur le graphique à 1 heure, on peut identifier une divergence entre nos études de rythme horaire et la trajectoire du prix, ainsi un retrait avant la poursuite de la baisse est fort probable.

Support : 1250 (S1), 1235 (S2), 1218 (S3)
Résistance : 1268 (R1), 1280 (R2), 1305 (R3)

Le WTI confirme les signes de faiblesse

Le WTI a baissé sous la ligne de tendance haussière à court-terme bleue et la barrière de 103.50, échouant un swing top et rendant la situation négative.  La baisse confirme la divergence entre nos études de rythme et la trajectoire du prix.  Pendant la matinée européenne, le prix s'échange en dessous de la barrière de 103.00 (R1) et je prévois que la baisse va continuer et défier la zone de 102.40 proche du niveau de retracement de 38.2% de l'avancée actuelle.  Sur le graphique journalier, la bougie d'hier a confirmé la bougie de mardi qui ressemble à un pendu, ainsi je prévois que la baisse va continuer.

Support : 102.40 (S1), 101.70 (S2), 100.95 (S3)
Résistance : 103.00 (R1), 103.50 (R2), 104.48 (R3)

http://www.broker-forex.fr/img/logo/IronFX-logo.png

http://www.broker-forex.fr/img/bouton/compte-reel.png   http://www.broker-forex.fr/img/bouton/compte-demo.png


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums