#1 11-04-2014 11:21:13

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4627
Site web

L'accent est sur les banques centrales et pas sur les données

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/ironfx-analyses.PNG

 
L'accent est sur les banques centrales et pas sur les données.  Je ne comprends vraiment pas comment ça marche.  Les nouvelles demandes d'allocation chômage américaine ont fortement baissées, faisant baisser la moyenne mobile de quatre semaines à son plus bas niveau pour ce cycle économique.  Néanmoins, les retombées du compte rendu du FOMC mercredi ont prédominé et les attentes de taux des fonds fédéraux ont simplement chuté - en baisse de 10.5 points sur le long-terme (mars 2017).  La déroute du marché boursier s'est étendue des média sociaux et tech au marché plus large et l'indice S&P 500 a baissé de 2.1% pour l'année, trainant les rendements des bons du trésor à 10 ans en baisse de 4 points et le dollar s'est affaiblit dans l'ensemble.  Il a augmenté face à la moitié des devises du G10 et plusieurs devises des ME, mais le résultat est clair - le marché se concentre sur ce que le FOMC a dit, pas sur les chiffres.  Même le Wall Street Journal, pas du tout une publication de gauche, a déclaré que "les marchés financiers sont esclaves des banques centrales plutôt que de s'inquiéter pour la santé de l'économie."

De même, le marché semble aussi ignorer les données de la zone euro.  Hier, un grand nombre d'IPC de la zone euro pour mars ont été publiés et ils ont été inférieurs à ce qui était prévu, certains flirtant avec ou s'enfonçant dans la déflation.  L'IPC de la France a ralenti à +0.7% en glissement annuel comparé à +1.1% (prévision : +0.8%)  L'IPC du Danemark a ralenti à +0.4% en glissement annuel comparé à +0.5% (prévision :  +0.5%)  L'IPC des pays Bas a ralenti à +0.1% en glissement annuel comparé à +0.4% (prévision :  °0.3%), et la Grèce continue à baisser dans la déflation à -1.5% comparé à -0.9% (prévision :  -1.1%) tout comme le Portugal à -0.4% comparé à -0.1%.  Seule l'Ireland a vu son taux d’inflation accélérer à °0.2% comparé à -0.1%.  Cela complique la tâche de la BCE, qui déclare que l'inflation en-dessous de la cible dans la région est due aux différences dans la manière de calculer les prix en Allemagne.  Nous aurons plus d'informations sur ce sujet aujourd'hui, lorsque les IPC définitifs de l'Allemagne et l'Espagne seront publiés.  Je continue de penser qu'éventuellement la BCE devra assouplir sa politique davantage, ce qui devrait faire baisser la paire EUR/USD.  Toutefois, il est clair que la BCE a une plus grande tolérance pour une inflation en-dessous de la cible que je ne le pensais, et cela prendra certainement plus de temps que prévu.  Si les données d'inflation d'avril prévues le 30 avril ne montrent aucune augmentation, cela pourrait entrainer une intervention verbale au moins de la BCE, mais une secousse politique des élections de mai sera nécessaire pour que le conseil se concentre sur le besoin de promouvoir la croissance.  Ca ou bien peut-être les 40.000 troupes russes qui soi-disant se trouvent à la frontière ukrainienne auront probablement un impact.

Même chose au Japon aussi.  Je prévois que la Banque du Japon mette en place une nouvelle série de mesures d'assouplissement en fin d'année car l'économie ralentit.  Néanmoins, ici aussi la BdJ semble relativement confiante de son chemin actuel et n'est pas pressée de le changer.  Nous devrons probablement attendre pendant quelques temps avant que les autorités décident qu'elles ont besoin d'ajouter des mesures de relance.

Un calendrier économique léger aujourd'hui.  Nous aurons l'IPC définitif de l'Allemagne pour mars, comme mentionné plus haut.  Le chiffre définitif varie rarement de la prévision initiale et donc normalement n'a pas un grand impact sur le marché.  Le marché fait attention au chiffre préliminaire, qui arrive un jour avant la prévision d'IPC de la zone euro.  Néanmoins, je confirmerai le ralentissement de l'inflation dans la plus grande économie de la zone euro et dans la zone euro en général.

Aux USA, le taux d'IPP à l'exclusion de l'alimentaire et énergie pour mars est prévu inchangé à 1.1% en glissement annuel, tandis que le sentiment consommateur préliminaire de l'Université du Michigan pour avril est prévu en hausse à 81.0 comparé à 80.0 pour mars.

Nous n'avons pas de conférenciers sur l'agenda de vendredi.


EUR/USD

La paire EUR/USD a continué d'augmenter a réussi à dépasser la barre des 1.3880.  Je prévois qu'une telle rupture aura des grandes implications haussières et pavera la voie vers le haut de 1.3965 (R1).  Tant que le taux s'échange au-dessus du sommet de 1.3810 (S3) je considère la perspective à court-terme positive.  J'ignorerais la lecture de surachat du RSI puisqu'il se dirige maintenant vers le haut, indiquant que le rythme haussier reste solide.  Dans l'ensemble, un mouvement clair au-dessus de 1.3965 est nécessaire pour confirmer la poursuite de la tendance haussière sur le long-terme.

Support : 1.3880 (S1), 1.3845 (S2), 1.3810 (S3)
Résistance : 1.3965 (R1), 1.4000 (R2), 1.4200 (R3)

EUR/JPY

La paire EUR/JPY a augmenté après avoir trouvé du support à l'obstacle de 140.20 (R1).  Je considère toujours la situation générale neutre puisque la paire n'est pas en mode de tendance claire.  Si on regarde le MACD, bien qu'en territoire négatif, il se situe au-dessus sa ligne de signal, la poursuite de la vague haussière est possible.  Sur le graphique journalier, le taux reste dans une formation en triangle, et seule une rupture du modèle pourrait donner des indications sur la direction à long-terme à vernir du taux.

Support : 140.20 (S1), 139.15 (S2), 137.55 (S3)
Résistance : 141.50 (R1), 142.00 (R2), 143.20 (R3)

GBP/USD

La paire GBP/USD s'est repliée après avoir rencontré de la résistance à 1.6820 (R1) pour défier la barre de 1.6760 (S1) en tant que support cette fois-ci.  La perspective sur le court-terme reste positive et une rupture claire de l'obstacle pourrait déclencher des extensions vers la prochaine résistance à 1.6885 (R2).  Toutefois, considérant que le RSI est sortie de ses conditions de surachat et le MACD a franchi à la baisse sa ligne de signal, je n'exclurais pas la poursuite du retrait.  Dans l'ensemble, le cable reste dans
un canal descendant baissier et garde une perspective positive sur le long-terme.

Support : 1.6760 (S1), 1.6700 (S2), 1.6600 (S3)
Résistance : 1.6820 (R1), 1.6885 (R2), 1.7000 (R3)

Or

L'or a augmenté pour rencontrer la zone de résistance entre la barre des 1325 (R1) et le niveau de retracement de 38.2% de la tendance baissière à court-terme du 17 mars.  - 1 avr. proche aussi de la frontière haute du canal descendant haussier.  Tant que le métal précieux enregistre des hauts et des bas supérieurs dans le canal montant à court-terme, la situation reste positive, mais j'attendrais de voir si les haussiers sont assez forts pour dépasser la zone de résistance mentionnée plus haut avant d'attendre de nouvelles extensions à la hausse.

Support : 1315 (S1), 1295 (S2), 1280 (S3)
Résistance : 1325 (R1), 1342 (R2), 1354 (R3)
   
Pétrole

Le WTI a baissé et s'échange maintenant légèrement au-dessus de la barre de support de 103.00 (S1).  Si on considère que le RSI a baissé sous son niveau de 70 et que le MACD montre des signes de hausse, je prévois que le prix dépassera cette barrière de support et étendra la vague corrective vers 102.00 (S2).  Néanmoins, la trajectoire du prix reste à la hausse puisque la structure des hauts et des bas supérieurs reste valide.

Support : 103.00 (S1), 102.00 (S2), 100.00 (S3)
Résistance : 105.00 (R1), 108.00 (R2), 110.00 (R3)
 

http://www.broker-forex.fr/img/logo/IronFX-logo.png

http://www.broker-forex.fr/img/bouton/compte-reel.png   http://www.broker-forex.fr/img/bouton/compte-demo.png


Le trading du forex et des CFD est réservé aux traders professionnels. Les compétences requises pour gérer les risques sont trop complexes pour les traders amateurs. Les pertes peuvent être supérieures au dépôt initial.

Hors ligne

 

Pied de page des forums