#1 25-03-2014 13:30:37

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4660
Site web

Comment le fixing du forex peut-il être manipulé ?

Comment le fixing du forex peut-il être manipulé ?

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/manipulation-forex.jpg


La taille colossale du marché des changes (Forex) dépasse de loin celle de n'importe quel autre marché avec un volume quotidien d'environ $ 5350 milliards de dollars. La spéculation domine les transactions commerciales dans le marché des changes, c'est un lieu idéal pour les acteurs institutionnels avec des poches profondes - comme les grandes banques et les hedge funds - pour générer des profits grâce au trading de devises. En théorie, la taille gigantesque du forex devrait exclure toutes les possibilités de manipulations des cours, mais en ce moment un scandale grandissant suggère le contraire.

La racine du problème : Le fixing des taux de changes

Le fixing des taux de changes se réfère aux taux de référence (benchmark) qui sont fixés à Londres à 16 heures tous les jours. Ils sont déterminés sur la base des transactions d'achats et de ventes effectuées par les traders sur le marché interbancaire au cours d'un laps de temps de 60 secondes (30 secondes de chaque côté de 16 heures). Les taux de référence pour les 21 principales devises sont basés sur le niveau médian de tous les trades qui passent par cette période d'une minute.

L'importance des taux de référence réside dans le fait qu'ils sont utilisés pour évaluer des milliards de dollars de placements détenus par les fonds de pension et les gestionnaires de fonds à l'échelle mondiale, dont plus de 3,6 trillions de dollars de fonds indiciels. La collusion entre les traders forex pour définir ces taux à des niveaux artificiels signifie que les profits qu'ils gagnent par leurs actions viennent finalement directement des poches des investisseurs.

Les allégations actuelles contre les opérateurs impliqués dans le scandale sont concentrées sur deux domaines principaux :

1) Collusion en partageant des informations exclusives sur les ordres en cours des clients avant le correctif de 16 heures. Ce partage de l'information aurait été fait via des groupes messageries instantanées - avec des noms accrocheurs tels que "Le Cartel", "La Mafia" et "Club des Bandits" - qui étaient accessibles seulement à quelques traders seniors des banques qui sont les plus actives dans le marché des changes.

2) Achats ou ventes agressives de devises dans les 60 secondes du fixing à l'aide des ordres des clients stockés par les traders dans la période menant à 16h.

Ces pratiques sont analogues au "front running et high closing" des marchés boursiers qui attirent des sanctions sévères si un participant est pris en flagrant délit. Ce n'est pas le cas dans le marché des changes en grande partie non réglementé, en particulier le marché des changes au comptant de 2 milliards de dollars par jour. L'achat et la vente de devises pour livraison immédiate n'est pas considéré comme un produit d'investissement, il n'est donc pas soumis aux règles qui régissent la plupart des produits financiers.

Un exemple

Un trader d'une grande banque de Londres reçoit un ordre à 15h45 d'une multinationale américaine pour vendre 1 milliard d'euros contre des dollars à 16h. Le taux de change à 15h45 est 1 EUR = 1,4000 USD.

Un ordre de cette taille pourrait bien déplacer le marché et faire pression à la baisse sur l'euro, le trader peut donc "courir devant" ce trade pour utiliser l'information à son avantage. Il passe un ordre non négligeable de 250 millions d'euros en vendant à un taux de 1 EUR = 1,3995 USD.

Le trader a maintenant une position longue en dollar, il est dans son intérêt de veiller à ce que l'euro se déplace vers le bas pour fermer sa position courte et empocher la différence. Il passe donc le message à d'autres traders pour leur dire qu'il a un ordre d'un client important pour vendre des euros, l'implication étant qu'il tentera de forcer l'euro à la baisse.

30 secondes avant 16 heures, le trader et ses homologues dans d'autres banques - qui ont probablement également vendu des euros avec les ordres de leurs clients - déclenchent une vague de vente dans la zone euro qui se traduit par un taux de référence fixé à EUR 1 = 1.3975. Le trader ferme sa position en rachetant des euros à 1.3975 et gagne ainsi 500.000 $. Pas mal pour quelques minutes de travail !

La multinationale américaine qui a passé l'ordre perd de l'argent, car sa position se retrouve à un prix inférieur à cause de la collusion entre les traders.

Valeur des risques

Le "front running" démontré dans cet exemple n'est pas illégal dans les marchés des changes. La justification de cette permissivité est basée sur la taille des marchés des changes, à savoir, qu'il est si grand qu'il est presque impossible pour un trader ou un groupe de traders de déplacer les taux de change dans une direction souhaitée. Mais ce que les autorités désapprouvent, c'est la collusion et les manipulations évidentes des prix.

Si l'opérateur n'a pas recours à la collusion, il prends un certain risque en ouvrant une position courte sur l'euro de 250 millions. Ces risques sont atténués dans une large mesure en partageant des informations en amont de la correction afin de conspiré pour conduire les taux de change dans une direction ou à un niveau spécifique.

Endormi aux commandes

Le scandale du forex arrive quelques années après l'énorme scandale de la fixation du Libor qui a entrainé une inquiétude des autorités réglementaires.

Le scandale Libor a été déterré quand des journalistes ont repéré des similitudes troublantes entre les taux fournis par les banques pendant la crise financière de 2008. L'indice de référence (benchmark) du forex est sous les feux des projecteurs depuis juin 2013 suite à des nouvelles de Bloomberg qui avait constaté une flambée des prix suspecte pendant le correctif de 16 heures. Les journalistes de Bloomberg ont analysé des données sur une période de deux ans et ont découvert que dans 31 % des cas, le dernier jour de bourse du mois, une augmentation subite (d'au moins 0,2%) a eu lieu avant 16 heures, suivie d'une reprise rapide. Ce phénomène a été observé sur 14 paires de devises, mais l'anomalie s'est produite la moitié du temps pour les paires de devises les plus courantes comme l'euro-dollar.

L'ironie du scandale forex est que des fonctionnaires de la Banque d'Angleterre étaient au courant des préoccupations au sujet de la manipulation des taux de change depuis 2006. Des années plus tard, en 2012, des fonctionnaires de la Banque d'Angleterre auraient affirmé que les traders de devises partagent des informations sur les ordres des clients dans le but de réduire la volatilité du marché.

Répercussions

Au moins une douzaine d'autorités de réglementation comme la FCA du Royaume-Uni, l'Union européenne, le ministère de la Justice des États-Unis et la Commission suisse de la concurrence, enquêtent sur ​​ces allégations de collusion de cambistes et de manipulations des taux de changes. Plus de 20 traders forex, dont certains ont été utilisés par les plus grandes banques impliquées dans forex comme Deutsche Bank (NYSE: DB ), Citigroup (NYSE: C ) et Barclays, ont été suspendus ou congédiés suite aux enquêtes internes des banques.

Conclusion

Le scandale de la manipulation des taux de changes met en évidence le fait que malgré sa taille et son importance, le forex reste le moins réglementé et le plus opaque de tous les marchés financiers. Comme pour le scandale du Libor, il remet également en question le fait de laisser seulement quelques individus fixer les taux qui influent sur ​​la valeur de milliers de milliards de dollars d'actifs et d'investissements. Pour l'instant ces traders n'ont pas été accusé d'actes répréhensibles dans le scandale du forex, des sanctions sévères pourraient arriver prochainement pour les pires contrevenants. Les bilans des plus grands acteurs du forex seront en mesure d'absorber facilement ces amendes, les dommages infligés par ces scandales sur la confiance des investisseurs seront surement durables.

20/03/14 Manipulation forex : La banque d'Angleterre pourrait être impliquée
10/02/14 Les grandes banques sont confrontées à des accusations criminelles
16/01/14 Le scandale Forex s'aggrave, Deutsche Bank suspend des traders
14/01/14 La réserve fédérale rejoint l'enquête sur les manipulations du forex
12/01/14 Citigroup licencie un trader qui a manipulé les taux de change
20/12/13 Manipulations du forex - les régulateurs ont trouvé la salle de chat
08/12/13 8 banques sanctionnées pour manipulation des benchmarks
21/11/13 Manipulations du forex - un fond de retraite accuse 7 banques
02/11/13 Enquêtes sur UBS et Deutsche Bank au sujet de manipulation du forex
14/10/13 Enquête des régulateurs financiers et du FBI - manipulation du forex
06/10/13 La FINMA enquête sur des manipulations du forex
29/08/13 Manipulation des taux de changes par les institutions financières ?
17/06/13 Le régulateur de Singapour sanctionne des traders pour manipulation


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums