#1 13-03-2014 12:07:28

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4669
Site web

Le dollar baisse, l'appétit du risque revient

http://www.broker-forex.fr/forum/userimages/ironfx-analyses.PNG

 
Le dollar baisse, l'appétit du risque revient.  Les marchés font la girouette et ne savent pas sur quel pied danser : risque ou pas de risque.  Les dernières 24 heures étaient "du risque" et le dollar a baissé face à presque tout - toutes les devises du G10 et toutes les devises des ME que nous suivons.  Comme cela se doit dans un environnement à risque, l'AUD a été le plus grand gagnant et le JPY a gagné le moins.  Pourtant, je ne vois pas pourquoi ; en fait, il me semble que les tensions en Ukraine s'aggravent, surtout après que l'UE ait accepté d'imposer des sanctions à la Russie et le chef de l'état-major américain, le principal responsable militaire aux Etats-Unis ait déclaré que dans le cas d'une escalade des troubles en Crimée, l'armée américaine ainsi que ses alliés européens seraient prêts à intervenir militairement en Ukraine. Il me semble que l'aversion du risque ait laissé la place à l'appétit du risque après que le cuivre ait réussi à rebondir juste en-dessous de 3.00$ la livre et a réussi à se reprendre légèrement, mais j'ai été incapable de découvrir pourquoi ce rebondissement a eu lieu, si ce n'est pour des raisons techniques.  EUR a eu du support grâce à un commentaire du ministre des finances allemand, Wolfgang Schäuble, qui a déclaré que les taux d'intérêt dans la zone euro étaient trop bas d'un point de vue allemand.  La déclaration réitère le refus de l'Allemagne d'instaurer de nouvelles mesures de relance ou autre réduction de taux de la BCE et renforce les difficultés politiques auxquelles la BCE pourrait faire face en cas de nouvelle réduction de taux.  Néanmoins, les mouvements d'hier, dans l'ensemble, demeurent un mystère et je préfèrerais ne pas investir en me basant sur des mystères.  La réalité est que la situation en Ukraine s'aggrave et la dynamique qui a démarré en Chine n'est pas encore parfaitement établie, donc je prévois plus de journées qui ressembleraient à celles du mardi que nous venons d'avoir - l'aversion du risque qui fait grimper l'USD - plutôt qu'au mercredi dernier, dans le futur proche.

La veille, la Banque de Réserve de la Nouvelle Zélande (RBNZ) s'est réunie et a augmenté le taux de base officiel (OCR) de 25 pts, comme cela avait été largement prévu.  La RBNZ a déclaré prévoir que l’OCR augmente de « près de 2 pour cent de points » sur les deux prochaines années, en fonction des conditions économiques, bien que leurs prévisions pour les taux des bons à 90 jours impliquent que les taux vont continuer à augmenter pendant 2016.  La restriction projetée est plus rapide et plus longue que prévu.  Bien que la prévision de 2016 soit soumise à des changements sans préavis et suit les changements du climat économique, les augmentations de taux sur le court-terme semblent être plus moins décidées.  Je pense que cette situation distinguera le NZD parmi toutes les devises du G10, surtout car l'EUR et d'autres devises comme celles de la Suède ou de la Suisse, se débattent avec la déflation et retardent le démarrage éventuel de leur cycle d'augmentation de taux.

Alors que la journée européenne ne démarre, la Chine a annoncé que les ventes au détail ont dramatiquement ralenti à 11.8% en glissement annuel en janvier et février comparé à +13.1% pour toute l’année dernière (prévision : +13.5% en glissement annuel) et la production industrielle du pays pour le même mois a aussi ralenti plus que prévu à 8.6% pour les deux mois comparé à 9.7% en 2013 (prévision : 9.5%).  (Janvier et février, à eux-seuls, compensent les distorsions causées par le Nouvelle An Lunaire).  Les actualités corroborent le message des chiffres commerciaux incroyablement faibles que la Chine a publié pendant le mois et devraient probablement déprimer le sentiment du marché.

Pendant la journée européenne, l'IPC français est prévu en accélération à +1.0% en glissement annuel en février comparé à +0.8% en glissement annuel.  L'IPC définitif italien pour le même mois sera aussi publié.  Le taux de chômage de la Suède pour février est prévu en hausse à 8.4% en janvier comparé à 8.6% en décembre.  De plus, la BCE publie son rapport mensuel.

Aux Etats-Unis, les ventes au détail sont prévues à la hausse de 0.1% en glissement mensuel en février, après être restées inchangées en janvier, tandis que le chiffre à l'exclusion des véhicules et du gaz est prévu en accélération de 0.2% en glissement mensuel, un renversement comparé au -0.2% en glissement le mois précédent.  Les nouvelles demandes d'allocations chômage pour la semaine terminée le 8 mars sont prévues à 330k comparées à 323k la semaine précédente.  Cela ramènera la moyenne mobile de quatre semaines en légère baisse à 334k comparé à 336.5k.

Au Canada, le nouvel indice des prix du logement pour janvier est prévu à la hausse de 0.1% en glissement mensuel, le même qu'en décembre.

Nous avons cinq conférenciers au calendrier de jeudi.  Le président de la BCE, Draghi, fera un discours pendant la cérémonie de récompense du Schumpeter Award, tandis que Coeuré, de la BCE fera un discours sur "réussir une union bancaire réellement intégrée" les trois piliers de la Banque Centrale Européenne.  Aux Etats-Unis, le comité bancaire du Sénat organisera une audience pour réfléchir sur les nominations de Stanley Fisher, Lael Brainard et Jérôme Powell pour leurs postes en tant que gouverneurs à la Réserve Fédérale.


EUR/USD

La paire EUR/USD est à la hausse une nouvelle fois et a réussi à dépasser l'obstacle de 1.3893.  Une telle rupture confirme la poursuite de la tendance haussière à long-terme et je prévois que les détenteurs de position longue ciblent d'abord la résistance clé de 1.4000 (R1), où une cassure pourrait paver la voie vers les 1.4200 (R2).  La structure des hauts et des bas plus élevés reste d'actualité, et puisque le taux s'échange au-dessus des deux moyennes mobiles, la perspective reste positive.  Le MACD, déjà en territoire haussier, a franchi à la hausse sa ligne de signal, indiquant un rythme haussier qui se renforce.  Je ne me fierai pas à la lecture de la veille du RSI puisque l'oscillateur se dirige vers le haut.

Support : 1.3893 (S1), 1.3810 (S2), 1.3770 (S3)
Résistance : 1.4000 (R1), 1.4200 (R2), 1.4550 (R3)


USD/JPY

La paire USD/JPY est à la baisse et a atteint la barrière de 102.70 (S1), pour la tester en tant que support cette fois-ci.  Un rebondissement proche de ce niveau confirmerait un haut plus élevé et ciblerait une nouvelle fois la résistance à 103.45 (R1).  Le taux reste supporté par la moyenne mobile des 200 périodes et une chute en-dessous de celle-ci et de 102.71 (S1) rendrait, tout d'abord, la perspective neutre.  Seule une chute en-dessous du bas précédent à 101.25 rendrait la situation générale à court-terme négative, à mon avis.

Support : 102.70 (S1), 102.25 (S2), 101.65 (S3)
Résistance : 103.45 (R1), 103.90 (R2), 104.90 (R3)


EUR/GBP
 
La paire EUR/GBP a réussi à rompre l'obstacle de 0.8340, après s'être consolidée légèrement en-dessous.  Je continue de penser que le prix atteindra le prochain obstacle à 0.8390 (R1), qui coïncide avec le niveau de retracement de 38.2% de la tendance baissière du 1 aout - 17 fév.  Le RSI reste dans en territoire de surachat, testant la barrière des 70, ainsi une consolidation ou un retrait avant le développement d'une nouvelle avancée ne peut être exclu.

Support : 0.8340 (S1), 0.8300 (S2), 0.8260 (S3)
Résistance : 0.8390 (R1), 0.8460 (R2), 0.8535 (R3)


Or

L'or a dépassé à la hausse 1360 et a atteint 1375 (R1).  Une rupture claire au-dessus de cette résistance pourrait ouvrir la voie vers le prochain obstacle à 1395 (R2).  Le MACD reste au-dessus de ses lignes zéro et de signal, se dirigeant vers le haut et confirmant le récent rythme haussier.  J'ignorerai la lecture de surachat du RSI pour l'instant et je prévois un retrait après que l'oscillateur sorte de sa zone extrême.  Sur le graphique journalier, le métal précieux reste soutenu par la moyenne mobile des 200 jours, augmentant les probabilités d'une nouvelle avancée.

Support : 1360 (S1), 1354 (S2), 1332 (S3)
Résistance : 1375 (R1), 1395 (R2), 1415 (R3)
 
   
Pétrole

Le WTI a continué de baisser, tirer vers le bas par les actualités selon lesquelles les Etats-Unis vendraient 5mn de barils de leur réserve de pétrole stratégique.  Bien que les officiels aient déclaré que ceci était un test du système qui avait été planifié plus tôt et qui n'avait rien à voir avec l'Ukraine, les acteurs du marché l'ont perçu soit comme un coup de semonce pour la Russie - l'avertissant que les Etats-Unis la frapperaient là où ça fait le plus mal, dans son portefeuille - ou une façon de calmer les craintes du marché sur les conséquences possibles que pourrait avoir une réduction des approvisionnements russe, sur les prix. Il a été important de voir que malgré les négations américaines, le type de brut qu'ils ont décidé de vendre était similaire à celui que la Russie vend.

le WTI a atteint la frontière basse du canal descendant baissier, proche du support de 98.00 (S1), le retracement de 50% de la tendance haussière du 9 jan. – 3 mar. et l'extension de 161.8% de la largeur de l'échec oscillatoire mentionné dans les commentaires précédents.  Une chute claire en-dessous de cette zone de support pourrait cibler le retracement de 61.8% de la tendance haussière du 9 janv.- 3 mars qui coïncide avec l'extension de 200% de la largeur du modèle, proche du support de 96.50 (S2).  Néanmoins, puisque le RSI est prêt à sortir de ses conditions de surventes et le prix trouve du support à la frontière basse du canal, je prévois une vague corrective à la hausse avant que les baissiers ne reprennent du terrain.

Support : 98.00 (S1), 96.50 (S2), 95.00 (S3)
Résistance : 100.75 (R1), 103.25 (R2), 105.00 (R3)

http://www.broker-forex.fr/img/logo/IronFX-logo.png

http://www.broker-forex.fr/img/bouton/compte-reel.png   http://www.broker-forex.fr/img/bouton/compte-demo.png


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums