#1 12-06-2012 10:48:04

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4713
Site web

L'accord sur les banques espagnoles suscite la méfiance

L'accord sur les banques espagnoles suscite la méfiance des investisseurs.


Voir Rome, et … se poser beaucoup de questions…

Pour la première séance de la semaine, Wall Street a perdu du terrain, l'optimisme suscité par le plan européen d'aide aux banques espagnoles retombant à mesure que les investisseurs américains se concentraient sur l'Italie et la Grèce.

·         A la clôture, le Dow Jones Industrial a perdu 1,14% à 12.411,23 points, et le Nasdaq 1,70% à 2809,73 points. L'indice S&P 500 a reculé de 1,26% à 1308,93 points.

Désormais, les investisseurs ont tourné leur attention vers l'Italie où les banques sont également mal en point, et le marché s'interroge sur la pertinence de mettre aussi en place dans ce pays un plan de recapitalisation des banques. L'Italie, très endettée et dont l'économie patine, a vu ses taux obligataires sous pression lundi. Son taux à 10 ans est ainsi repassé au-dessus des 6% sur le marché de la dette.

Pressée de toutes parts, l'Espagne s'est résolue quant à elle, après des semaines de tergiversations, à demander une aide financière à l'Europe samedi pour éviter des faillites de certaines de ses banques, plombées par des actifs immobiliers risqués. L'enveloppe, qui pourrait atteindre jusqu'à 100 milliards d'euros, fait du pays, le quatrième après l'Irlande, le Portugal et la Grèce à bénéficier d'un renflouement de l'Union monétaire.

La taille de l'enveloppe d'aide est près de deux fois supérieure à ce que recommandait le FMI, la plupart des investisseurs se sont donc demandé si ce plan ne cachait pas un autre but caché tel que le renflouement de Madrid.

La tension a également augmenté autour de la Grèce, où des élections législatives cruciales se tiendront dimanche. Le pays joue sa survie dans la zone euro.

Cette appréhension se ressentait dans les valeurs bancaires, dans le rouge. Citigroup a abandonné 4,65%, Bank of America 3,70%, Goldman Sachs 1,84% et JPMorgan Chase 2,55%.

Le yen surévalué selon le FMI.

Ce matin, l'indice Nikkei de la bourse de Tokyo a fini en repli de 1,02%, pâtissant du recul de l'euro face au yen, un mouvement qui s'est toutefois légèrement corrigé après les propos d'un responsable du FMI incitant à accentuer la politique accommodante des autorités nippones.

·         A la clôture, l'indice Nikkei 225 a cédé 88,18 points, effaçant une bonne partie de son gain de la veille, pour s'afficher à 8536,72 points Le volume des transactions a été encore faible, avec seulement 1,55 milliard d'actions échangées sur le marché.

L'euro avait repris du poil de la bête lundi grâce à l'annonce d'un plan d'aide de l'Eurogroupe pour secourir les banques espagnoles, mais l'embellie fut de courte durée, les investisseurs s'interrogeant sur les modalités de sa mise en oeuvre et demeurant inquiets vis-à-vis de la Grèce et de l'Italie.

Toutefois, l'appréciation de la monnaie japonaise face à l'euro a un peu diminué après les propos d'un responsable du FMI qui a jugé le yen "modérément surévalué" et s'est montré compréhensif envers les autorités japonaises désireuses de contrer la hausse excessive de la monnaie nationale.

L'appel du FMI à la banque centrale du Japon pour qu'elle poursuive une politique monétaire très souple a aussi résonné aux oreilles des investisseurs comme une incitation à de nouvelles mesures de lutte contre la cherté de la devise nippone.

Durant la séance, les valeurs ont ainsi été tirées à la hausse, la plupart restant cependant toute la journée en zone négative, notamment celles de sociétés faisant affaires sur les marchés extérieurs et qui avaient repris un peu de tonus lundi.

Un plan d’aide pour les banques ? Une aide déguisée à Madrid ?

En ce début de séance, la bourse de Paris reprend des couleurs dans des transactions hachées, le projet d’aide à l’Espagne n'ayant pas effacé les craintes de contagion de la crise au sein de la zone euro.

D’abord accueillie avec enthousiasme, la proposition des ministres des Finances de la zone euro d’accorder jusqu’à 100 milliards d’euros à Madrid afin de recapitaliser son système bancaire a alimenté les craintes d'une augmentation de la dette publique du pays. Les investisseurs voient en cette proposition une aggravation de la crise de la dette, et non une mesure préventive des politiques.

·         Le rendement des obligations espagnoles à dix ans se tend  à 6,5732% et celui du papier italien de même échéance augmente à 6,1221%.

·         A 10h30, le Cac 40 gagne 0,20% à 3.048,80 points.

Les valeurs financières reculent face à l’incertitude entourant le projet d’aide européen au système bancaire espagnol. BNP Paribas perd 0,48%, Société Générale 0,27%, et Crédit Agricole 0,82%.

Indicateurs économiques :

Nous n'attendons aucune annonce économique majeure pour la séance d’aujourd’hui.

Bonne journée à tous et bon trading !

Daniel Gravier
X Trade-Brokers


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums