#1 14-05-2012 10:56:41

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4658
Site web

Début de séance peu réjouissant, après de mauvaises nouvelles...

Début de séance peu réjouissant, après de mauvaises nouvelles tant sur le plan politique qu'économique.


Wall Street clôture en baisse plombée par JP Morgan et par la Grèce.

Vendredi soir, Wall Street a reculé une nouvelle fois, alors que de bonnes statistiques aux Etats-Unis n’ont pas réussi à rassurer des courtiers nerveux pour l'Europe et sous le choc d'une perte colossale de JPMorgan Chase.

·         A la clôture, le Dow Jones Industrial a cédé 0,27% à 12.820,60 points, tandis que le Nasdaq est resté stable, prenant 0,18 point à 2933,82 points. L'indice S&P 500 a reculé de 0,34% à 1353,39 points.

Ebranlée par l'annonce d'une perte de courtage record de deux milliards de dollars par JPMorgan Chase, première banque américaine en terme d'actifs, et par l'échec de la formation d'un gouvernement en Grèce, de mauvais augure pour la zone euro, la Bourse de New York n'a bénéficié vendredi que brièvement d'un regain d'optimisme des investisseurs après une bonne statistique américaine.

Après l'annonce d'une progression du moral des ménages aux Etats-Unis, on a vu une brève hausse du marché mais il s'est retourné quand un dernier effort pour sauver la formation d'un gouvernement en Grèce a échoué.

Tokyo respire après l’effort des banques chinoises.

La bourse de Tokyo a fini en légère hausse ce lundi, suite à la décision de la Chine d'abaisser le ratio de réserves obligatoires imposé aux banques, une mesure apte à soutenir le crédit et l'activité économique, cette bonne nouvelle ayant pris le pas sur la persistance des inquiétudes engendrées par l'impasse politique en Grèce.

·         L'indice Nikkei a gagné 0,23%, à 8.973,84 points.

Plus en détails, le voisin Chinois a abaissé samedi les montants que les banques doivent détenir en réserve, augmentant de ce fait leur capacité de prêt de 400 milliards de yuans (48 milliards d'euros), une mesure prise pour éviter le risque d'un ralentissement brutal de la deuxième puissance économique mondiale.

D’un autre coté, en Grèce, le chef de file de la Gauche radicale, a refusé de participer lundi à des tractations de la dernière chance pour former un gouvernement d'union nationale. Les opérateurs japonais restent donc prudents, ne prenant aucunes bonnes nouvelles trop rapidement.

Vers les 2900 points ?


Ce matin, la bourse de Paris était en nette baisse dans les premiers échanges, pénalisée par le blocage politique persistant en Grèce et jouant la prudence avant une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

·         A 09H45, l'indice CAC 40 cédait 1,99% à 3067,42 points.

La séance d’aujourd’hui s'annonce délicate sur les marchés européens, car les risques qui pèsent sur la zone euro sont encore bien réels. En Grèce, les rencontres entre responsables politiques n'ont pas permis d'obtenir la formation d'un gouvernement de coalition pendant le week-end.

Cet échec ne constitue certes pas une surprise, mais assurément une étape de plus vers la sortie de la Grèce de la zone euro. Une nouvelle réunion est prévue dans l'après-midi, mais les chances d'accord semblent faibles et la tenue de nouvelles législatives de plus en plus inévitable.

Comme toujours avec la Grèce, il ne s'agit pas du sort d'une économie européenne secondaire, mais du risque de contagion aux autres membres...

A la veille de sa rencontre avec le nouveau président français, François Hollande, la chancelière allemande, Angela Merkel, se trouve affaiblie. Son parti, a subi une débâcle au cours alors que l'opposition fédérale sociale-démocrate, opposée à la politique de rigueur, a bénéficié d'un sérieux coup de pouce.

Les investisseurs attendent dans la matinée une émission obligataire test en Italie, traversée actuellement par de fortes tensions sociales dues à sa politique d'austérité.

·         L'euro reste sous le seuil psychologique des 1,30 $, autour de 1,2868 $ et semble se diriger vers le prochain support à 1,2835 $.

·         Au niveau de l’or noir, le baril de Brent de la mer du Nord s’échange à 110,33 $.

Indicateurs économiques :

Nous n’attendons aucune annonce économique majeure pour la séance d’aujourd’hui.

Bonne journée à tous et bon trading !

Daniel Gravier
www.xtb.fr


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums