#1 11-05-2012 10:43:50

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4658
Site web

Friture sur la ligne entre l’Allemagne et la Grèce.

Friture sur la ligne entre l’Allemagne et la Grèce.


Wall Street profite du recul du chômage américain.

Hier soir, sur les marchés actions américains, les principaux indices ont terminé sans direction franche, encouragés malgré tout par l'espoir d'avancées en Grèce et par un bon chiffre sur l'emploi aux Etats-Unis, en dépit de résultats d'entreprises mitigés.

·         Le Dow Jones Industrial a avancé de 0,16% à 12.855,04 points, tandis que le Nasdaq a reculé de 0,04% à 2933,64 points. L'indice Standard & Poor's 500 a gagné de son coté 0,25% à 1357,99 points.

On peut noter que la plupart des bourses font preuve d'une réelle résistance face aux craintes persistantes pour la crise de la dette en Europe. Il suffit qu'il y ait des espoirs d'avancées en Grèce ou des espoirs de recapitalisation des banques en Espagne pour rassurer à très court terme le marché. Mais avec les déclarations du ministre Allemand des finances envisageant une sortie de la Grèce de la zone euro, on se demande ce qu’il adviendra après un tel cataclysme…

La Grèce a tout de même fait un premier pas vers la formation possible d'un gouvernement de coalition "pro-européen", sous la houlette d'Evangélos Vénizélos.

Du côté espagnol, il y a eu la recapitalisation d'une banque, ce qui est susceptible d'amener l'Espagne à accorder un soutien à ses autres banques, ce qui est très positif pour le secteur financier. Participant également à la bonne humeur de la place new-yorkaise à l'ouverture de la séance, les nouvelles inscriptions au chômage ont baissé aux Etats-Unis pour la deuxième semaine d'affilée.

Même s'il reste encore à voir si cette baisse des demandes va se poursuivre jusqu'à la mi-mai, ces chiffres font office d’espoir.

On se réfugie sur la yen.

La bourse de Tokyo a terminé la séance de cette nuit en baisse de 0,63%, sur fond d'inquiétude persistante pour la Grèce et la stabilité de la zone euro.

·         A la clôture, l'indice Nikkei 225 a perdu 56,34 points à 8953,31 points. Il a chuté de 4,55% sur l'ensemble de la semaine, marquée par une recrudescence des craintes pour l'Europe endettée après des élections en France et surtout en Grèce. L'activité a été moyenne, avec près de 2 milliards d'actions échangées sur le marché.

Le marché est resté nerveux, constatant que la Grèce restait sans majorité parlementaire quatre jours après des élections marquée par une débâcle historique pour les partis traditionnels, pro-austérité.

Le yen, valeur refuge par temps économique incertain, est par conséquent resté vigoureux, d'autant que les statistiques macroéconomiques récentes en provenance des Etats-Unis et de Chine restent mitigées. Cette force de la devise japonaise nuit aux groupes nippons en réduisant la valeur de leurs revenus tirés de l'étranger, une fois convertis en yens.

En l'absence d'une atmosphère générale poussant à l'achat, les opérateurs ont surtout tenu compte des résultats financiers actuellement annoncés par les entreprises pour se positionner.

Les financières encore malmenées. Le CAC au-dessus des 3100 points.

A l’ouverture, la bourse de Paris repart nettement à la baisse, affectée par ses valeurs bancaires et sous le coup de quelques déceptions concernant les publications d’entreprises. En repli le Cac 40 a rapidement accru ses pertes, pour abandonner désormais 0,63% à 3112,55 points

Plusieurs explications à ce mouvement du jour. En premier lieu, le poids des valeurs financières, alors que Crédit Agricole a déçu à l’occasion de ses comptes du premier trimestre, une nouvelle fois plombés par la Grèce, et que JPMorgan a annoncé hier soir une perte surprise de trading de 2 milliards de dollars, consécutive à l'échec d'une stratégie de couverture sur les marchés.  Le secteur limite pour autant son repli en ce début de séance.

Les comptes trimestriels du jour sont généralement mal accueillis. C’est notamment le cas de Vallourec, qui plonge de plus de 16% après avoir révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour 2012. EDF est également en baisse après ses comptes à fin mars.

·         L'euro s'échange sous la barre de 1,30 dollar, autour de 1,2939

·         Au niveau de l’or noir, le baril de Brent de la mer du Nord reprend une partie de ses pertes de la veille, et s’échange à 111,40 $.

Indicateurs économiques :

Nous n’attendons aucune annonce économique majeure pour la séance d’aujourd’hui.


Bonne journée à tous et bon trading !

Daniel Gravier
X Trade-Brokers DM S.A


Le trading de CFD repose sur la spéculation et implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs (74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD).

Hors ligne

 

Pied de page des forums