#1 30-04-2011 10:20:07

Climax
Administrateur
Date d'inscription: 30-08-2008
Messages: 4627
Site web

Emploi, industrie financière… Ce que fera le PS s'il est au pouvoir

Emploi, industrie financière…
Ce que fera le PS s'il est au pouvoir en 2012

efinancialcareers.fr


Après leur récente victoire aux dernières cantonales, certes quelque peu volée par le FN, le Parti Socialiste monte au créneau. Hier, le parti dirigé par Martine Aubry a orchestré la publication de son programme pour la campagne pour les élections présidentielles de 2012. Baptisé « Le changement », le projet socialiste se résume en 30 propositions.

Un certain nombre d’entre elles visent l’industrie financière en particulier et concerne l’emploi et les rémunérations en général. Nous vous en avons concocté une synthèse (non exhaustive par essence), sans aucune reformulation afin que vous puissiez juger sur pièce.

Industrie financière

Création d’un Banque publique d’investissement

Pour engager le renouveau productif qu’attendent les entrepreneurs et les salariés, notre pays a besoin d’une Banque publique d’investissement. Elle sera mobilisée au plus près des acteurs économiques pour anticiper, mettre en réseau, reconvertir, relocaliser. Elle regroupera autour de la Caisse des Dépôts, des outils existants pour les rendre plus performants – Oséo, l’Emprunt national, le Fonds stratégique d’investissement, les structures d’accompagnement des entreprises de la Banque de France et de la Banque postale, ainsi que les structures régionales de capital-investissement. Elle constituera un Fonds souverain à la taille de la France qui lui permettra de faire la différence dans la Mondialisation.

Séparer les activités de banque de détail et d’investissement

Nous séparerons les activités de dépôts et d’investissement et limiterons les pratiques spéculatives pour éviter que les banques prennent des risques sur les dépôts de leurs clients.

Taxe sur les transactions financières

Pour limiter la spéculation et financer la réduction des déficits publics, nous instaurerons au niveau européen une taxe de 0,05% sur les transactions financières.

Les grandes écoles françaises et la formation des « traders »

Remettre l’économie devant la finance suppose de former des élites passionnées par la production et non fascinées par le profit. Les grandes écoles, qui forgeaient traditionnellement les élites républicaines qui ont fait la force de notre administration, de notre industrie et de notre recherche, orientent aujourd’hui excessivement leurs élèves vers des études qui les destinent plus à être traders plutôt qu’ingénieurs ou hauts fonctionnaires. Nous recentrerons les grandes écoles sur la mission de formation d’élites au service de l’intérêt général.

Rémunérations / Fiscalité

Rémunérations et partage des richesses


Le système bancaire et financier doit être régulé. Nous réserverons les stocks options aux entreprises naissantes pour que les dirigeants d’entreprises regardent plus l’avenir que le cours de la bourse. Nous limiterons les rémunérations variables au montant de la part fixe (les bonus et les parachutes dorés compris) et nous plafonnerons les écarts de rémunérations de 1 à 20 au sein des entreprises qui ont une participation publique dans leur capital. Dans les autres, l’assemblée générale des actionnaires, sur proposition du conseil d’administration et après avis du comité d’entreprise, fixera ce ratio.

Impôts prélevés à la source

La CSG et l’impôt sur le revenu seront fusionnés et prélevés à la source. […] Pour revaloriser le travail, nous ferons en sorte que les revenus du capital ainsi que les bonus et stock-option soient soumis au même taux d’impôt que les revenus du travail, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Modulation de l’impôt sur les sociétés


Pour faire repartir l’investissement, nous soutiendrons les entreprises qui réinvestissent leurs bénéfices par une modulation de l’impôt sur les sociétés : son taux passera de 33 % à 20 % pour celles qui le font intégralement et montera jusqu’à 40 % pour celles qui privilégient les dividendes des actionnaires.

Emploi et discrimination

Emploi des seniors

Le PS propose que tous les salariés de plus de 45 ans puissent faire le point 2 ou 3 fois par an avec leur hiérarchie sur leur évolution dans l'emploi. Tutorats et binômes en entreprise doivent être généralisés, tous comme les aménagements de départs progressifs en retraite. Nous proposons également que les entreprises soient incitées à garder et valoriser leurs travailleurs seniors, par un système de bonus-malus

Retraites

Nous rétablirons l’âge légal à 60 ans et nous engagerons la réforme des retraites promise aux Français, fondée sur des garanties collectives, permettant des choix individuels et assurant l’avenir des régimes par un financement du premier au dernier euro. Pour organiser sa vie, chaque Français disposera d’un compte temps-formation.

Egalité salariale homme-femme

Les exonérations de cotisations sociales seront conditionnées à la conclusion d’un accord sur l’égalité salariale au sein de l’entreprise qui disposera d’un an pour engager et faire aboutir la négociation.

Lutte contre les discriminations à l’embauche

Nous généraliserons les CV anonymes, sans nom ni photo

Prévention des licenciements

Pour protéger les salariés, nous dissuaderons les licenciements boursiers par des pénalités financières pour les entreprises qui en même temps versent des dividendes à leurs actionnaires ou qui rachètent leurs propres actions. Nous instaurerons une obligation de remboursement des aides publiques en cas de licenciements collectifs.


Le trading du forex et des CFD est réservé aux traders professionnels. Les compétences requises pour gérer les risques sont trop complexes pour les traders amateurs. Les pertes peuvent être supérieures au dépôt initial.

Hors ligne

 

Pied de page des forums