Conclusion - finance comportementale

Conclusion finance comportementale

Que ce soit la comptabilité mentale, l'ancrage ou tout simplement de suivre le troupeau, nous avons tous était coupables d'au moins une partie des préjugés et des comportements irrationnels mis en évidence dans ce tutoriel.

Maintenant que vous pouvez identifier certains biais, il est temps d'appliquer ces connaissances pour vos investissements et si besoin de prendre des mesures correctives.

Espérons que vos futures décisions financières seront un peu plus rationnelle et beaucoup plus lucratives !

Voici un résumé de ce que nous avons couvert :

  • La finance conventionnelle est basée sur les théories qui décrivent des personnes, pour la plupart avec un comportent logique et rationnel. Les gens ont commencé à remettre en question ce point de vue, car il y a eu des anomalies et des événements que la finance conventionnelle n'a pas réussi à expliquer.
  • Trois des plus grands contributeurs sont des psychologues, Daniel Kahneman, Amos Tversky et l'économiste Richard Thaler.
  • Le concept de l'ancrage s'appuie sur la tendance que nous avons à accorder ou "ancrer" nos pensées autour d'un point de référence en dépit du fait qu'il ne peut pas avoir de pertinence logique à portée de main pour prendre une décision.
  • La comptabilité mentale fait référence à la tendance des gens à diviser leur argent dans des comptes séparés en fonction de critères comme la source et l'utilisation de l'argent. L'importance des fonds dans chaque compte varie également en fonction de la source et de son utilisation prévue.
  • Le biais de confirmation se réfère à la façon dont les gens ont tendance à être plus attentifs aux nouvelles informations qui confirment leurs propres options et préconçues sur un sujet.
  • Le biais rétrospectif se réfère aux personnes qui pensent qu'un évènement passé pouvait être prévisible.
  • Le sophisme du joueur se réfère à une interprétation erronée des statistiques où quelqu'un croit qu'un événement indépendant et aléatoire peut influencer la probabilité qu'un autre événement indépendant et aléatoire se produise.
  • Le comportement grégaire représente la préférence pour les personnes à imiter les comportements ou les actions d'un groupe de plus grande taille.
  • L'excès de confiance représente la tendance d'un trader à surestimer ses capacités pour effectuer certaines actions.
  • La réaction excessive se produit lorsque l'on réagit à certaines nouvelles économiques d'une manière disproportionnée par rapport à l'impact réel des nouvelles.
  • La théorie des perspectives se réfère à une idée qui détermine que la plupart des personnes ont tendance à être plus sensibles aux pertes (dans le sens où elles ressentent plus de douleur après une perte, comparativement à la quantité de plaisir ressentie après un bénéfice d'un montant égal).

Sommaire - théorie de la finance comportementale