Menu

Les brokers forex japonais et la réglementation du trading au Japon

Brokers forex japonais

Situé en Asie de l'Est, le Japon est l'un des plus grands centres financiers du monde, avec une économie florissante et un produit intérieur brut de 5,51 billions de dollars US en 2019. Le pays est remarquable par son impressionnant taux de croissance économique, alimenté par ses politiques commerciales d'exportation agressives. Son économie de marché libre repose en grande partie sur les secteurs manufacturiers et les services.

Le Japon est l'un des plus grands exportateurs d'acier, d'électronique grand public et d'automobiles, mais il manque de ressources naturelles telles que les combustibles fossiles et les minéraux. Les terres arables sont rares, ce qui fait que le pays dépend des importations pour la plupart de ses besoins alimentaires.

Le pays du Soleil Levant, comme on l'appelle souvent, abrite également la Bourse de Tokyo (TSE) dont les opérations remontent à 1878. La TSE a fusionné avec la Bourse d'Osaka au début de 2013, créant ainsi l'une des plus grandes bourses du monde basée sur la capitalisation boursière.

L'indice boursier le plus important de la TSE est le Nikkei Stock Average. Ce dernier est également connu sous le nom de Nikkei 225 car il mesure la performance de 225 des plus grandes entreprises publiques du pays dans divers secteurs comme la vente au détail, les banques, les valeurs mobilières, les machines, les assurances, les communications, les mines et l'industrie manufacturière. Nikon, Yamaha, Toyota, Sony, Fuji et Mitsubishi font parties des plus grandes entreprises japonaises dont les actions sont incluses dans cet indice.

La capitale du Japon, Tokyo, est l'une des plus grandes plaques tournantes du trading des devises, avec New York, Londres, Shanghai, Hong Kong, Zurich, Francfort et Chicago. Le pays utilise le yen japonais (JPY, ¥), qui est l'une des devises les plus échangées au monde avec l'USD, l'EUR, la GBP, l'AUD, le CAD et le CHF.

En avril 2019, le yen représentait environ 17 % du chiffre d'affaires du marché mondial du forex, se classant à la troisième place pour la période, dépassé seulement par l'euro et le dollar. L'offre de yen est contrôlée par l'institution bancaire centrale du pays, la Banque du Japon.

Le secteur du forex est bien réglementé au Japon et relève de la surveillance de l'Agence japonaise des services financiers (JFSA). Les brokers forex agréés par le Japon sont considérées comme les plus sûrs en raison du régime réglementaire strict du pays.

Réglementation du forex au Japon

L'organisme de surveillance financière du pays, la JFSA, fait de son mieux pour empêcher les traders japonais d'investir auprès de brokers agréés dans d'autres juridictions. C'est l'une des principales raisons pour lesquelles de nombreux brokers étrangers cherchent à pénétrer ce marché du forex florissant en ouvrant des bureaux dans le pays. Toutefois, avant de pouvoir le faire, ils doivent recevoir l'autorisation de l'autorité de régulation financière locale.

Nombre des règles définies par la JFSA ont été influencées par les événements de janvier 2015, lorsque la Banque nationale suisse (BNS) a décidé, de manière inattendue, de supprimer l'ancrage de la paire EUR/CHF, provoquant la panique et le chaos sur le marché financier mondial.

En raison de l'augmentation rapide de la valeur du CHF, de nombreux brokers ont fait faillite du jour au lendemain et n'ont pas pu rembourser leurs clients. Les soldes des traders du monde entier sont devenus fortement négatifs en raison de l'énorme effet de levier offert pour certains produits (jusqu'à 500:1 dans certains cas). De nombreuses personnes craignaient que leurs brokers n'insistent pour qu'elles restituent l'argent afin de pouvoir couvrir les pertes massives.

Ces événements ont amené les régulateurs financiers du monde entier, y compris le régulateur japonais, à introduire des restrictions sur l'effet de levier maximum que les traders particuliers peuvent utiliser. Beaucoup ont adopté des politiques de protection des soldes négatifs pour empêcher les petits traders de perdre plus que ce qu'ils ont sur leurs comptes. Malheureusement, le Japon n'a pas encore introduit de protection des soldes négatifs pour les clients particuliers.

Les sociétés de courtage autorisées localement doivent se conformer à certaines restrictions en matière d'effet de levier. Au Japon, l'effet de levier a été réduit à deux reprises. Le premier changement est intervenu peu après la grande crise financière de 2008. C'est à cette occasion que la JFSA a décidé de réduire le seuil maximal de l'effet de levier à 50:1. L'autorité de régulation financière a ensuite décidé de procéder à de nouvelles réductions à cet égard afin de contribuer à atténuer la volatilité liée aux fluctuations des devises. L'effet de levier a encore été réduit à 25:1, ce qui est le ratio le plus bas au monde.

Tous les brokers réglementés localement doivent se conformer à cette réduction lorsqu'ils servent des clients particuliers japonais qui négocient sur les marchés des changes avec une marge. La seule entité exemptée de ces limitations est le Tokyo Financial Exchange (TFX) où sont négociés les contrats à terme, car il ne s'agit pas de produits de gré à gré (OTC).

En 2017, l'autorité de régulation japonaise a envisagé une nouvelle attaque contre l'industrie locale du forex et a annoncé des plans visant à réduire encore le plafond de l'effet de levier de 25:1 à 10:1. Cependant, ces plans ont été abandonnés en mai de l'année suivante en raison de l'opposition véhémente des traders et des opérateurs de change.

Néanmoins, les brokers agréés localement qui proposent des opérations sur marge doivent subir des tests de résistance pour s'assurer qu'ils disposent d'un capital suffisant pour résister à des mouvements de prix inattendus comme ceux qui se sont produits en 2015.

Les cambistes qui utilisent l'effet de levier n'ont pas à s'inquiéter pour le moment, mais on ne peut pas en dire autant de ceux qui négocient des crypto-monnaies sur marge. En janvier 2020, la JFSA a proposé une nouvelle mesure qui vise à réduire le plafond de l'effet de levier pour les opérations sur marge en crypto-monnaies du taux actuel de 4:1 à 2:1. L'autorité de régulation prévoit d'appliquer cette mesure en avril de la même année.

Régulateurs financiers japonais

L'industrie du trading forex au Japon est soumise à la réglementation vigilante de l'organisme de surveillance japonais, l'Agence des services financiers (JFSA). Ce chien de garde strict a été créé au début des années 2000 et relève directement du ministère des finances japonais.

Le siège de la JFSA est situé dans la capitale du pays, Tokyo, l'une des plus grandes plaques tournantes du trading des devises au monde et le siège de la Bourse de Tokyo ou Tōshō. La JFSA est chargée de plusieurs responsabilités importantes concernant le secteur financier japonais.

Parmi celles-ci figure la délivrance de licences aux banques commerciales basées dans le pays, aux brokers forex et aux compagnies d'assurance, la garantie d'une économie nationale saine, la protection des intérêts des investisseurs et le contrôle des marchés des valeurs mobilières du Japon.

L'organisme de surveillance effectue des audits réguliers sur les sociétés financières qu'il supervise et surveille étroitement leurs activités. Il traite les plaintes au nom des investisseurs et participe activement à leur résolution. Les sociétés financières agréées localement qui ne se conforment pas aux exigences de l'autorité de régulation sont pénalisées. Dans certains cas, les sociétés de courtage en infraction voient même leurs comptes bloqués par la JFSA.

L'organisme de régulation japonais est conçu sur le modèle de l'organisme de régulation britannique, la Financial Conduct Authority (FCA). Toutes les sociétés de courtage de devises cherchant à exercer leurs activités dans le pays doivent demander une licence à la JFSA.

L'autorité de régulation interdit à ses titulaires de licence d'offrir des services de scalping et de couverture aux clients locaux. Les traders japonais ne peuvent pas non plus réclamer de bonus de bienvenue. Ceci, ainsi que le plafond de l'effet de levier maximum, est l'une des principales raisons pour lesquelles certains cambistes locaux recherchent les services de brokers agréés à l'étranger.

Broker Japonais Réglementation Plateformes de Trading Site officiel
JFSA, ASIC, CBFSAI, FRSA, BVI FSC, FSCA, MetaTrader 4 et 5 Site AvaTrade
31 brokers réglementés dans l'Union européenne, au Japon et aux États-Unis MetaTrader 4 et 5, ZuluTrade (copy trading) Site ZuluTrade
JFSA : Japon, ASIC : Australie, CBFSAI : Irlande, FRSA : Abu Dhabi, BVI FSC : Îles Vierges britanniques, FSCA : Afrique du Sud
Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

Méthodes pour alimenter un compte de trading au Japon

Tous les courtiers japonais offrent aux clients locaux la possibilité de s'entraîner avec des comptes de démonstration. Nous pensons que c'est la meilleure solution pour les cambistes japonais qui viennent de pénétrer dans le vaste monde du trading des devises.

Un autre avantage du compte démo est qu'il vous permet de tester de nouvelles stratégies de trading sans exposer d'argent réel au risque. Ainsi, vous pouvez également tester la plateforme du broker pour déterminer si elle vous convient ou non.

Ceux qui ont déjà une expérience significative voudront probablement sauter la démo et ouvrir des comptes en direct afin de pouvoir faire des investissements en argent réel sur le forex. La carte de débit/crédit reste le principal moyen de paiement dans le pays, elle représente environ 71 % de toutes les transactions. Les banques locales ont émis un nombre impressionnant de 278 millions de cartes de crédit en 2017.

La bonne nouvelle est que les brokers acceptent généralement les paiements par Maestro, Visa et Mastercard, bien que certains acceptent également les cartes émises par la marque locale JCB. Cette société compte plus de 82 millions de porteurs de cartes dans 190 pays. American Express est une autre option, bien que moins populaire.

De nombreux brokers très présents sur les marchés asiatiques offrent la possibilité de faire des dépôts avec des cartes de la société chinoise UnionPay. Vous pouvez demander des cartes UnionPay à la banque japonaise Mitsui Sumitomo, qui a reçu l'autorisation de les émettre.

Les autres moyens de paiement largement disponibles sont le virement bancaire et le porte-monnaie électronique. Le premier peut difficilement être qualifié de rapide, car les dépôts prennent quelques jours ouvrables. Les délais d'attente pour les retraits par virement bancaire standard sont encore plus longs, de l'ordre de trois à cinq jours ouvrables.

De nombreux traders japonais préfèrent utiliser les porte-monnaie électroniques, car ils permettent des transactions plus rapides et anonymes. Neteller, PayPal et ecoPayz sont parmi les trois options de porte-monnaie électronique les plus courantes. Skrill n'est pas disponible au Japon. Le fournisseur de services de paiement basé au Royaume-Uni a décidé de quitter le marché japonais en octobre 2016.

Plateformes de trading populaires au Japon

Comme le gouvernement japonais fait tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher les traders locaux d'accéder à des courtiers étrangers non autorisés, la plupart des courtiers licenciés choisissent de développer leurs plateformes en interne.

Cela est dû au fait que de nombreuses plateformes de trading clés en main développées dans des juridictions étrangères ne couvrent pas les exigences définies par la JFSA. Bien entendu, chaque plateforme propriétaire a ses propres particularités en termes de caractéristiques. Vous devriez tester ces plates-formes en mode démo pour vous faire une idée de leur fonctionnement.

Néanmoins, de nombreux brokers qui desservent le marché japonais continuent à utiliser un logiciel tiers, l'option la plus largement disponible étant MetaTrader 4 (MT4) de MetaQuotes. Cette plateforme est destinée à répondre aux besoins des traders forex en particulier. Elle comporte des tonnes de fonctionnalités pratiques qui permettent d'analyser en profondeur les tendances du marché.

Les traders japonais chevronnés qui souhaitent diversifier leur portefeuille ont souvent la possibilité d'installer la version la plus avancée de ce logiciel. MetaTrader 5 (MT5) leur permet de négocier des contrats à terme, des obligations, des options et des actions, en plus du forex au comptant. Cette version est également plus riche en termes de fonctionnalités et d'outils d'analyse. Les deux plateformes de MetaQuotes ont des applications mobiles dédiées, disponibles en japonais.

Peu de courtiers japonais utilisent la plateforme moins populaire ActTrader. Ce logiciel de bureau riche en fonctionnalités a été conçu par une société de développement appelée ActForex dans le langage propriétaire ActFX. Le logiciel est entièrement personnalisable. L'une de ses plus grandes fiertés est qu'il permet aux traders d'extraire des données de prix dans d'autres programmes tels que Microsoft Excel. Les autres caractéristiques utiles d'ActTrader comprennent le trading automatisé et en un seul clic, la compatibilité mobile et des outils d'analyse des marchés.

Le trading mobile au Japon

Le Japon possède un secteur technologique très développé, les appareils portables sont omniprésents. Il existe une riche culture de la téléphonie mobile dans le pays où ces appareils sont appelés "kentai denwa" par les habitants.

Le nombre d'utilisateurs de smartphones dans le pays est assez impressionnant, avec 72,5 millions en 2019, mais il devrait encore augmenter dans les années à venir. Selon les prévisions, jusqu'à 76,3 millions de Japonais posséderont un smartphone d'ici 2022.

Les Japonais utilisent leurs appareils mobiles pour faire des transactions sur les marchés des changes. Nous avons déjà mentionné que la plupart des plateformes de trading sont entièrement compatibles avec les appareils portables. Vous n'aurez aucune difficulté à trouver une application forex fiable si vous vivez au Japon.

Les plateformes MT4 et MT5 de MetaQuotes sont les plus largement utilisées pour le trading. Vous pouvez les obtenir gratuitement sur l'App Store ou sur Google Play, selon le type d'appareil portable que vous possédez.

Cela dit, de nombreux brokers forex réputés qui opèrent sur le marché japonais ont conçu leurs propres applications natives. L'utilisation d'une de ces applications est une excellente idée si vous voulez avoir accès en permanence aux derniers prix du marché. Vous aurez des cotations en temps réel en un coup d'œil, ce qui vous permettra de réagir et de profiter des mouvements de prix favorables.

Les applications sont généralement disponibles en japonais et la langue n'est donc pas un obstacle. Outre les opérations de trading, la plupart d'entre elles sont équipées d'outils supplémentaires pour l'analyse technique du marché.

F.A.Q.

1. Quels sont les spreads et commissions chez les brokers japonais ?
Il n'y a pas de réponse unique à cette question, car chaque broker japonais a ses propres spreads, sans parler du fait que ces spreads varient souvent en fonction des paires de devises ou des instruments avec lesquels on traite. Certains brokers proposent des spreads fixes, tandis que d'autres ont des spreads flottants. Chez certains brokers, il n'y a pratiquement pas de spreads du tout pour certaines paires importantes. Chez d'autres, le spread minimum commence à 0,1 pips, ce qui reste extrêmement compétitif. Nous vous suggérons de comparer les spreads des brokers forex pour choisir l'opérateur le plus compétitif..

2. Comment puis-je déterminer si un broker est réglementé par la JFSA ?
Il est recommandé de confier vos activités de trading à un broker qui a reçu l'autorisation de l'autorité japonaise de régulation du forex, la JFSA. La plupart des brokers supervisés localement affichent leur numéro de licence au bas de la page d'accueil de leur site web. C'est le premier endroit où vous pouvez vérifier. Si cette information n'est pas disponible pour une raison ou une autre, vous pouvez naviguer directement sur le site web de la JFSA où se trouve une liste des brokers forex autorisés localement.

3. Comment puis-je choisir un bon broker forex japonais ?
Avant tout, vous devez vous assurer que le broker est correctement réglementé, de préférence par votre autorité locale, la JFSA. Le site web de la société doit être disponible en plusieurs langues, y compris en japonais. Il est recommandé de choisir un broker qui offre une plateforme qui fonctionne sur tous les appareils, qu'ils soient de bureau ou mobiles. Tenez également compte des spreads et optez pour une société qui offre les frais les plus bas. Si vous êtes un client particuliers, vous voudrez probablement négocier avec un investissement initial plus faible, c'est pourquoi vous devriez choisir un broker avec un dépôt minimum est faible. Un bon broker doit également offrir une exécution rapide des ordres afin de garantir aux traders la meilleure expérience de trading.

4. Les traders japonais peuvent-ils légalement investir dans des options binaires ?
Oui, les options binaires sont toujours légales sur le sol japonais. La principale autorité de surveillance de ce type d'activité de trading est la Financial Futures Association of Japan, en abrégé FFAJ. Les fournisseurs d'options binaires doivent obtenir une licence auprès de cette autorité de régulation avant de pouvoir offrir légalement leurs services aux investisseurs japonais. Le délai d'expiration minimum est de deux heures, c'est pourquoi certains types d'options binaires sont interdits ici. Nous vous recommandons de vous tenir à l'écart de cet instrument. Il est très volatile et offre de faibles chances de réaliser des bénéfices. Il s'agit essentiellement d'une forme de jeu à valeur négative.

5. Quel choix de paires de devises ai-je chez les brokers japonais ?
Tout dépend du broker, mais il n'est pas rare de voir une cinquantaine de paires de devises ou plus. Les grandes sociétés sont dominantes parce qu'elles apparient les devises les plus fortes des plus grandes économies du monde comme le Japon, le Royaume-Uni, les États-Unis et l'Europe. Elles sont respectivement associées à la plus grande liquidité et à la plus faible volatilité, car leurs mouvements de prix sont moins spectaculaires. Parmi les exemples, on peut citer l'USD/JPY, l'EUR/JPY, la GBP/USD et l'USD/CHF, entre autres. Un autre avantage du trading des grandes paires de devises est qu'elles offrent généralement les meilleures conditions de trading et les spreads les plus faibles.

Meilleurs brokers forex au Japon

Broker Japonais Réglementation Plateformes de Trading Site officiel
JFSA, ASIC, CBFSAI, FRSA, BVI FSC, FSCA, MetaTrader 4 et 5 Site AvaTrade
31 brokers réglementés dans l'Union européenne, au Japon et aux États-Unis MetaTrader 4 et 5, ZuluTrade (copy trading) Site ZuluTrade
JFSA : Japon, ASIC : Australie, CBFSAI : Irlande, FRSA : Abu Dhabi, BVI FSC : Îles Vierges britanniques, FSCA : Afrique du Sud
Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.