Le biais de confirmation et rétrospectif - finance comportementale

La confirmation et le biais rétrospectif

On dit souvent que "voir c'est croire". Bien que ce soit souvent le cas, dans certaines situations, ce que vous percevez n'est pas nécessairement une représentation fidèle de la réalité. Cela ne veut pas dire qu'il y a un problème avec vos sens, mais plutôt que nos esprits ont tendance à introduire des biais dans le traitement de certains types d'informations et d'événements.

Dans cette section, nous verrons comment la confirmation et la rétrospection affectent nos perceptions et nos décisions ultérieures.

 

Biais de confirmation

Il peut être difficile découvrir quelque chose ou de rencontrer quelqu'un sans avoir une opinion préconçue. Cette première impression peut être difficile à éviter, car les gens ont aussi tendance à filtrer sélectivement et à accorder plus d'attention à l'information qui appuie leurs opinions, tout en ignorant ou en rationalisant le reste. Ce type de réflexion sélective est souvent désignée sous le biais de confirmation.

En investissement, le biais de confirmation indique que les investisseurs sont plus susceptibles de chercher de l'information qui soutient leur idée originale plutôt que de chercher de l'information qui la contredit. En conséquence, ce biais peut souvent entraîner des décisions défectueuses parce que l'information unilatérale tend à fausser le cadre de référence des investisseurs, les laissant avec un tableau incomplet de la situation.

Par exemple, considérons un investisseur qui entend parler d'une information qui provient d'une source non vérifiée, il est intrigué par le potentiel de rendement. L'investisseur peut choisir de faire des recherche sur l'action afin de vérifier si son potentiel est réel.

Ce qui arrive souvent, c'est que l'investisseur trouve toutes sortes de drapeaux verts sur cet investissement (comme les flux de trésorerie ou un faible ratio dette / fonds propres), tout en passant sous silence les drapeaux rouges financièrement désastreux, comme la perte de clients importants ou des marchés en baisse.

 

Biais rétrospectif

Un autre biais de perception est la partialité a posteriori qui se produit souvent dans des situations où une personne croit (après le fait) que l'apparition d'un événement passé était prévisible et tout à fait évident, alors qu'en fait, l'événement n'aurait pas pu être raisonnablement prévu.

De nombreux événements semblent évidents avec du recul. Les psychologues attribuent le biais rétrospectif à notre besoin inné de trouver l'ordre dans le monde en créant des explications qui nous permettent de croire que les événements sont prévisibles. Ce sens de la curiosité est utile dans de nombreux cas, mais trouver des liens erronés entre la cause et l'effet d'un événement peut entraîner des simplifications incorrectes.

Par exemple, beaucoup de gens prétendent que les signes de la bulle technologie des années 1990 et au début des années 2000 étaient très évidents. Il s'agit d'un exemple clair de biais rétrospectif: Si la formation d'une bulle avait été évidente, elle n'aurait probablement pas augmenté pour finir par éclater.

Pour les traders et les autres participants dans le monde financier, la partialité a posteriori est une des causes d'une mentalité potentiellement dangereuse : l'excès de confiance. Dans ce cas, l'excès de confiance se réfère à la croyance non fondée des investisseurs ou des traders qui pensent avoir des capacités supérieures de trading.

 

Éviter le biais de confirmation

Le biais de confirmation représente une tendance à être concentré sur l'information qui confirme une pensée pré-existante. Le danger du biais de confirmation, c'est que le fait d'être conscient du problème ne suffit pas pour vous empêcher de le faire. Une solution pour surmonter ce biais serait de trouver quelqu'un pour agir en tant que "voix dissidente de la raison". De cette façon, vous serez confronté à un point de vue contraire qu'il faudra examiner et prendre en compte.

Sommaire - théorie de la finance comportementale