Les anomalies de la théorie économique classique

Les anomalies de la théorie économique classique

Les anomalies qui se produisent régulièrement dans la théorie économique classique ont contribué à la formation de la finance comportementale. Ces anomalies violent directement les théories financières et économiques modernes qui assument un comportement rationnel et logique. Ce qui suit est un bref résumé de certaines des anomalies constatées dans la littérature financière.

 

L'effet janvier

L'effet janvier est nommé d'après le phénomène par lequel le rendement mensuel moyen pour les petites entreprises est toujours plus élevé en janvier par rapport aux autres mois de l'année. Ce qui est en contradiction avec l'hypothèse d'efficience des marchés d'Eugène Fama qui prévoit que les actions évoluent dans un marché aléatoire au gré des nouvelles informations.

Cependant, une étude réalisée en 1976 par Michael S. Rozeff et William R. Kinney - "Capital Market Seasonality: The Case of Stock Returns" - a constaté que de 1904 à 1974 les rendements moyens en janvier pour les petites entreprises ont été d'environ 3,5%, alors que les rendements pour les autres mois étaient plus proche de 0,5%. Ceci suggère que la performance mensuelle des petites capitalisations boursières suit un schéma relativement constant, contrairement à ce que prévoit la théorie financière classique. Par conséquent, un facteur non conventionnel (autre que la marche aléatoire) doit créer ce schéma régulier.

Une explication est que la hausse des rendements en janvier est le résultat des investisseurs qui vendent des actions en pertes en décembre pour verrouiller leurs pertes fiscales. Un rebond aurait donc lieu en janvier, lorsque les investisseurs sont moins enclins à vendre. Les impôts de fin d'année pourraient expliquer en partie l'effet janvier, mais pas le fait que le phénomène existe toujours dans des endroits où il n'y a pas de taxes sur les plus-values. Cette anomalie démontre que les théories conventionnelles ne peuvent pas prendre en compte tout ce qui se passe dans le monde réel.

 

La malédiction du gagnant

Une hypothèse est que les investisseurs et les traders sont suffisamment rationnels pour être au courant de la vraie valeur d'un actif et pour faire des offres en conséquence.

Cependant, des anomalies comme la malédiction du vainqueur - une tendance à dépasser la valeur intrinsèque d'un objet acheté aux enchères - suggèrent que ce n'est pas le cas.

Les théories rationnelles supposent que tous les participants impliqués dans un processus d'appel d'offres ont accès à toutes les informations pertinentes pour arriver à la même évaluation. Mais les différences d'évaluations de prix suggèrent que d'autres facteurs qui ne sont pas directement liés à l'actif affectent l'appel d'offres.

Selon l'article de 1988 par Richard Thaler sur la malédiction du vainqueur, il y a deux facteurs principaux qui sapent la rationalité du processus d'appel d'offres : le nombre de participants et l'agressivité de l'offre. Par exemple, s'il y a beaucoup de participants impliqués dans le processus, cela signifie que vous devez faire une offre plus agressive afin de dissuader les autres de surenchérir. Malheureusement, l'augmentation de votre agressivité permet également d'augmenter la probabilité que votre enchère gagnante dépasse la valeur réelle de l'actif.

Prenons l'exemple d'acheteurs potentiels qui soumissionnent pour une maison. Il est possible que les parties concernées soient rationnelles et conscientes de la valeur réelle de la maison en étudiant les ventes récentes de maisons dans la région. Cependant, des variables qui n'ont rien à voir avec l'actif (appel d'offres agressif et le nombre de soumissionnaires) peuvent entraîner des erreurs d'estimations et conduire à un prix de vente supérieur à la valeur réelle de la maison.

 

Prime de risque sur les actions

La prime de risque sur les actions est une autre anomalie étudiée par les universitaires en finance et en économie. Selon le modèle d'évaluation des actifs financiers, les investisseurs qui détiennent des actifs financiers plus risqués devraient être récompensés par des taux de rendements plus élevés.

Des études ont montré que sur une période de 70 ans, les actions offrent des rendements moyens qui dépassent les rendements d'obligations d'État de 6 à 7%. Les rendements réels des actions sont de 10%, alors que les rendements réels des obligations sont de 3%. Cependant, les universitaires estiment qu'une prime de risque de 6% est extrêmement importante et signifie que le risque des actions est considérablement supérieur au risque des obligations. Les modèles économiques classiques ont déterminé que cette prime devrait être beaucoup plus faible. Ce manque de convergence entre les modèles théoriques et les résultats empiriques représente un obstacle pour que les universitaires soient en mesure d'expliquer pourquoi la prime de capitaux propres est si grande.

La réponse de la finance comportementale à l'énigme de la prime de risque sur les actions tourne autour de la tendance des gens à avoir "une myopie de l'aversion aux pertes", une situation dans laquelle les investisseurs - trop préoccupés par les effets négatifs des pertes par rapport à une quantité équivalente de bénéfices - ont une vision à court terme d'un investissement. Le résultat est que l'attention des investisseurs se focalise sur la volatilité de leur portefeuille d'actions à court terme. Il n'est pas rare pour une action de fluctuer de quelques pour-cents en un très court laps de temps, mais un investisseur myope (avec une vue courte) peut ne pas réagir favorablement aux changements à la baisse. Par conséquent, on estime que les actions doivent offrir une prime suffisamment élevée pour compenser l'aversion considérable de l'investisseur à la perte. Ainsi, la prime est considérée comme une incitation pour les acteurs du marché à investir dans des actions à la place des obligations d'État peu sûres.

La théorie financière classique ne tient pas compte de toutes les situations qui se produisent dans le monde réel. Cela ne veut pas dire qu'elle n'est pas valable, mais plutôt que l'ajout de la finance comportementale peut préciser le fonctionnement des marchés financiers.

Sommaire - théorie de la finance comportementale